Magnard Jeunesse

  • Léa entre dans un lycée où elle ne connaît personne. Timide, elle noue des liens avec un garçon de sa classe grâce à qui elle espère être acceptée.
    Lors du premier cours d'histoire, elle découvre Mr. Fauchon qui manque d'autorité et dont les élèves se moquent jusque sur les réseaux sociaux. Léa adore pourtant cette matière, mais défendre un prof contre tout le monde, c'est impossible. Jusqu'où est-elle prête à suivre ses « amis » ?
    Un roman qui parle :

    de l'importance d'être intégré à un groupe pour les ados
    des ravages de l'effet de groupe
    du harcèlement d'un prof, du point de vue des suiveurs
    La Meute est inspiré d'une histoire vraie vécue en classe de Seconde :
    « L'idée de ce roman m'est venue d'un souvenir angoissant de Seconde. Un de nos profs, peu autoritaire, était malmené par certains élèves provocateurs. Nous y assistions sans réagir, personne n'osait s'opposer à ces leaders. En en parlant autour de moi, je me suis rendue compte que de nombreuses personnes avaient vécu cette situation et que ce type de harcèlement méritait d'être abordé dans un récit destiné aux ados. » Adèle Tariel, autrice

  • Depuis toujours, Milane a un rêve : elle veut devenir chevalière ! Pour ça, elle a déjà l'épée que son père avait fabriquée, croyant dur comme fer qu'il aurait un fils. Mais pour le reste, c'est compliqué... Elle est petite, potelée, pas très sûre d'elle et ne semble pas réunir toutes les qualités pour intégrer l'école de chevalerie, réservée surtout aux garçons ! Heureusement, Milane est terriblement obstinée : ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle Tête-de-Mule ! De la maison à l'école, obstacle après obstacle, celle qu'on ne remarquait pas va bousculer les traditions.

  • Ève entame sa deuxième année dans la prestigieuse et exigeante école de danse de l'Opéra de Paris. Au-delà de la rude concurrence et de la solitude, elle se demande si sa couleur de peau ne l'empêchera pas d'accéder aux rôles qui la font rêver... Elle cherche alors à retrouver Hawa, avec qui elle a tout partagé dans l'orphelinat malien qui les a vues grandir. « Le monde n'est pas si grand », lui avait dit sa mère, et Ève veut croire que son amie l'attend toujours quelque part. Des ballets féeriques aux costumes chatoyants, en passant par un lointain voyage et les turbulences de l'adolescence, Ève vit à cent à l'heure tous les bouleversements de sa vie de ballerine. Parviendra-t-elle à s'élever vers les étoiles tout en renouant avec les racines de son enfance ?

  • Dimitri et Tesse partent à l'improviste en vacances avec leur mère. Elle a décidé de retourner se changer les idées dans la maison d'un grand-oncle décédé. A peine arrivés, Dimitri et Tesse se retrouvent face à plein de portes fermées, un trousseau de 36 clés et autant de mystères à résoudre. Tandis que leur mère se plonge dans des rangements et des nettoyages insensés, et se mure dans un silence bougon, ensemble, ils décident d'ouvrir leurs premières serrures pour découvrir le secret de ce manoir démesuré. Qui était vraiment ce grand-oncle mystérieux, mais surtout, que fabriquait-il dans sa grande maison ? De porte en porte, les enfants, bientôt rejoints par Daphné, une petite voisine, vont ouvrir les différentes pièces les unes après les autres et assembler les indices afin de reconstruire le puzzle. Grâce à leur perspicacité, la maison dévoile peu à peu son mystère si longtemps caché...

    Des dialogues drôles, aux petits oignons, du rythme et des personnages attachants : Dimitri est un peu lent et s'associe parfaitement à sa soeur plus directive...
    Le mystère d'une vieille maison, très bien mis en scène, grâce à l'idée des 36 clés : on se pose plein de questions au début, et on avance au gré des découvertes des enfants qui découvrent ce que cachent les pièces fermées.




    La révélation centrée sur la réalité plutôt que la magie : de clés en objets étranges en passant par des potions et des machine bizarres, l'auteure réussit à nouer tous ces ingrédients farfelus autour d'éléments plus dramatiques : la grande révélation sur le fait que l'oncle mentait à ses patients propos du sérum qu'il leur offrait pour guérir leur tristesse. Une morale toute en finesse et en profondeur, qui dit qu'il n'y a pas de remède miracle, juste la nécessité pour guérir de grands chagrins, d'amitié, de tendresse et de temps.


     

  • A Fonfroide, petit village niché au coeur des montagnes, l'arrivée des loups ne laisse personne indifférent. Ni les habitants du village qui s'entre-déchirent. Ni Benjamin, qui y voit un bon sujet de documentaire pour son concours d'entrée à Lumen, prestigieuse école de cinéma. Ni Abel, qui cache derrière ses crises d'angoisse et son agoraphobie, un bien étrange secret. Ni Mathilda, envoyée chez sa tante pour prendre du recul, après que tous ses amis lui ont tourné le dos.
    Laissez-les vous raconter leur histoire, car, à Fonfroide, le temps des bouleversements et des métamorphoses est arrivé.

  • Moi, c'est Carl, j'ai 11 ans. Dans la vie, y a ceux qui marchent et ceux qui courent. Moi, je roule : grâce à Bernard, mon fauteuil de warrior !
    Un jour, ma mère décide qu'on doit déménager pour aller vivre à Paris. C'est la GROSSE PANIQUE !
    La ville, ça me paraît trop trop hostile... Heureusement, dans notre nouvel immeuble, il y a Miel et Orel.
    Eux aussi, ils roulent : en rollers et en skate. En deux minutes, on devient potes. Et à nous trois, malgré les parents qui nous collent un peu trop et les galères du collège, on devient vite... LES ROIS DE LA STREET !

  • La suite des aventures de vos trois héros préférés ! Tout va pour le mieux dans la street : pour sauver la planque, le trio s'est mis en mode rebelles et avec le rappeur RCK comme sponsor, c'était du tout cuit ! Ils vont pouvoir en faire un super club municipal pour apprendre à graffer et à rouler à tout le monde. En plus, la mère de Carl vit une super histoire d'amour avec Driss et Oumtiti vit sa vie de chef de meute... Qu'est ce qui pourrait bien venir mettre le bazar dans tout ce bonheur ?

  • "L'amour.
    Deux syllabes, mille questions, zéro réponse.
    Au collège, c'est le tabou puissance dix mille, le sujet-glissant-pire-qu'une peau-de-banane, le truc dont personne ne parle jamais sérieusement. On essaye même de ne pas y penser, ou alors juste quand on est tout seul. On prononce ces deux syllabes le plus rarement possible et seulement avec un air trèèès dégagé et un sourire en coin, pour se marrer, se moquer, ricaner grassement avec les potes.
    Et puis BOUM, un jour, ça m'est tombé dessus. Le truc de fou, horrible, paralysant. Et à la fois, tellement fort, tellement génial. J'ai résisté, bien sûr, mais quand j'ai compris ce que c'était, que j'ai accepté de me l'avouer...
    Bref, autant vous raconter comment c'est arrivé.
    En commençant par le début."

  • Ève grandit dans un orphelinat du Mali. Son grand rêve : devenir un jour danseuse étoile. Adoptée à l'âge de six ans, elle part vivre en France. Sous le regard aimant de ses parents, elle suit une formation solide, épaulée par sa professeure qui l'encourage à se présenter  à l'école de danse de l'Opéra de Paris.
    Jusqu'à ce jour où une remarque blessante vient tout faire basculer. Elle réalise brutalement que, dans ses livres, dans les films et sur les scènes de ballet, il n'y a jamais de danseuses étoiles noires. Comment a-t-elle pu ne pas le remarquer plus tôt ? Et si toutes ces années à la poursuite de son rêve n'étaient qu'une illusion ?
    Dans ce monde en rose et blanc, Ève devra se battre pour trouver sa place. Et faire enfin bouger les lignes ?

     

  • Maturin a onze ans et adore son grand frère Victor, qui est en terminale. Il joue dans un groupe de rock, il a toujours plein d'idées, il lui raconte ses histoires de lycée avec les filles et ses copains et lui fait écouter de super morceaux... Il est cool, et dès qu'il rentre le vendredi soir, Maturin saute de joie. Seulement, il ne se passe pas un week-end sans qu'il y ait une dispute entre Victor et son père. Maturin ne rêve que d'une seule chose : que tout le monde s'entende comme dans une famille normale. Mais comment faire quand on n'a que onze ans et que la maison est devenue une vraie poudrière ?
    "Dès que je vois Victor sortir du car avec son perfecto noir, j'ai l'impression d'attendre une rock-star !"
    Un premier roman sensible, plein d'une candeur unique, où il est question d'admiration fraternelle, de relations familiales explosives et de complicité entre frères.
     

  • Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Carl, Miel et Orel :- La planque ressemble maintenant à un vrai skatepark : modules de rêve, giga rampe et tags magnifiques sur les murs. Ils s'éclatent dans des tricks d'enfer !- Leurs parents ne s'aperçoivent de rien : Pauline et le père de Miel apprennent à mieux se connaître et Lilith est en pleine idylle avec monsieur Ibrahim.- Oumtiti a la belle vie, avec ses potes moutons amenés par le père Morel : vive l'éco pâturage en pleine ville !Certes, au collège tout n'est pas rose, car Clarisse et sa bande qui s'occupent du journal du collège se la jouent grands-reporters et mènent la vie dure à nos trois héros.Mais tout dérape vraiment quand Tête de poire, furieux, découvre qu'ils squattent son entrepôt abandonné.En plus :Il veut le vendre à un promoteur immobilier véreux... l'angoisse totale !Tout va peut-être s'arranger quand Émilie, la voisine du deuxième, invite Carl, Miel et Orel au concert d'un rappeur célèbre. Les jeunes découvrent qu'il est né dans leur quartier, alors, dans leurs esprits de petits génies, naît une méga bonne idée !

  • A la veille de son entrée en 6e, Achille veut bien essayer de grandir (ce que tout le monde attend de lui), mais honnêtement il ne sait pas du tout comment s'y prendre ! Sans parler de sa moustache qui ne veut pas pousser... Et puis, il a surtout un été à tuer (ses parents n'ont pas de vacances). Son copain Rayane étant parti au soleil, son seul allié est l'indétrônable Flash Popcorn, le super héros de BD auquel il voudrait à tout prix ressembler. Achille n'a qu'une idée en tête : parfaire sa tenue de superhéros, s'entraîner à fond avec ses nouveaux rollers (gags assurés !), se doper aux cornichons (la vitamine secrète) et se lancer dans des missions de la plus haute importance ! Mais là encore, pas sûr que ce soit gagné. A moins que...

    Le journal hilarant d'un antihéros à l'approche de la 6e.
    Des gags, un ton décalé et une chronique haute en couleurs d'un été de transition.
    Un roman illustré façon Journal d'un dégonflé, par les auteurs de La Vie rêvée de Joséphine Bermudes, Noé et Azote et L'Orthophoniste.

  • Wassim vit à la cité de l'Espérance, avec son grand terre-plein vide, ses copains... Et quand un soir son père lui annonce que les jardins ouvriers au pied de leurs tours vont être vendus à un promoteur immobilier pour construire des bureaux, son sang ne fait qu'un tour. Son père imagine déjà le chèque de dédommagement qui les aiderait à partir en vacances, quand Wassim pense à tous ses souvenirs, au vieux Hadj qui cultive ses patates, à Bakary qui aime y boire un thé à la menthe, à sa grand-mère... Lorsqu'il découvre les mots si puissants de Greta Thunberg à la télévision criant "How dare you?", il entend l'urgence d'agir pour sauver les jardins. Qu'est-ce qu'il doit faire ? Qu'est-ce qu'il peut faire ? Avec Mia, qui le fait fondre et qui ressemble tellement à Greta, Bouba, Alice, Fatou, Saïd, ils s'organisent. Rédigent des tracts, informent les gens du quartier, réinvestissent les jardins, résistent à leur façon au risque de se faire épingler par le collège et la police. Car pour Wassim, cette cause, ce n'est pas que la sienne, c'est celle de son quartier. C'est la santé de ses habitants, l'âme de sa cité que les promoteurs veulent faire disparaître. Lui et ses copains sont jeunes, et alors ? Quand les vieux deviennent fous, n'est-ce pas aux jeunes d'être sages ?
    - Suivant l'exemple du mouvement Exctinction-Rebellion, des jeunes trouvent le courage et l'énergie de s'engager pour ce qui leur semble une cause juste : l'écologie à échelle humaine.
    - Une galerie de personnages, toute une vie de quartier, dans un roman bref et haletant qui défend l'écologie au plus près des gens et de leur quotidien.
    - Des personnages forts, de l'émotion, un thème on ne peut plus d'actualité, tout ce qui fait la signature des romans Presto.

  • Batool est repérée un jour dans un supermarché pour participer à une émission de télévision : Le dernier survivant. Elle est ravie et donne tout lors de l'entretien afin de montrer sa détermination. Elle est sélectionnée et participe à l'émission, avec d'autres jeunes de son âge. Une fois le tournage achevé, Batool rentre chez elle heureuse, et impatiente que ses proches la découvrent à l'écran. Rien ne se passe comme prévu car le montage sans pitié des images de l'émission font dire tout et n'importe quoi aux participants. Et c'est Batool qui obtient le rôle de la méchante. Une phrase sortie de son contexte, et c'est toute sa vie qui s'effondre... Elle est insultée en permanence sur les réseaux sociaux et dans la rue, et vit un enfer. Si sa famille la soutient, nombre de ses amis lui ont tourné le dos sans chercher à comprendre la situation. Batool n'a d'autre choix que de s'éloigner du mensonge qui la tient prisonnière.

    Un récit efficace sur un thème d'actualité important pour les adolescents : les fake news.
    Toute la mécanique des glissements des réseaux sociaux qui conduisent à détruire une identité et une réputation.
    La plume vive et acérée de Julien Dufresne-Lamy, auteur chez Actes-Sud Junior et Belfond.
    ++ Une fiche pédagogique accompagnera le lancement de ce nouveau Presto.

  • L'anniversaire de ses onze ans restera longtemps pour Albertine à la fois le plus beau et le pire jour de sa vie.
    Elle à qui son père a toujours interdit de grimper aux arbres décide d'installer dans le jardin une balançoire, à l'ombre du grand chêne. Elle va enfin pouvoir s'élancer vers le ciel, et sans vraiment désobéir ! Mais à peine accrochée, voilà la balançoire coupée, mise à terre par son père.
    Furieuse, Albertine monte à la corde laissée pendue, enjambe la première grosse branche, s'élève encore plus haut... et annonce que plus jamais elle ne redescendra !
    Un malicieux hommage au Baron perché d'Italo Calvino

  • Louise n'est pas du genre à passer ses journées à se vernir les ongles en rose ou à regarder les mouches voler. Alors quand elle comprend que son frère et sa bande préparent une expédition super-hyper-méga dangereuse, elle les harcèle jusqu'à ce qu'ils acceptent de la prendre avec eux.
    La voilà ainsi embarquée avec « le clan » vers le jardin de celle que tout le monde appelle « L'Ortie » : une vieille dame dont la mine inquiétante et la maison sinistre terrorisent les enfants depuis des générations. Son potager regorge de fraises juteuses et de radis croquants, dont Joseph et sa bande aiment se régaler, le visage masqué et le coeur battant.
    Pourtant, ce jour-là, Louise n'est pas très à l'aise. Et si cette dame n'était pas la sorcière que chacun semble vouloir qu'elle soit ?

  • Peau d'âne vit dans la forêt, isolée et bien tranquille, quand sa marraine fée lui annonce que, par décret royal, elle doit aller à l'école. Peau d'âne est très fâchée, d'autant plus qu'elle doit faire des kilomètres et des kilomètres à travers bois pour y arriver... Elle a bien raison, car ce qu'elle va y découvrir fait un peu froid dans le dos ! Toutes les petites princesses des contes les plus renommés y sont au complet : Shéhérazade, la Princesse au Bois dormant, Cendrillon, Blanche-Neige, Raiponce, la Princesse aux boucles parfaites... Dans la cour de récré, c'est à celle qui sera la plus chipie, la plus méchante et cassante... Leur maîtresse, la mère L'Oye, a beau les faire travailler sur les Contes de petites filles très malignes, tout ce joli monde n'en tire aucune leçon. Et Peau d'âne devient rapidement le souffre-douleur de la Princesse aux boucles parfaites, qui mène la danse, et de toutes ses suiveuses. Sauf que... sauf que... avec sa peau d'âne sur le dos, elle n'a pas dit son dernier mot !
    Et celle qui se prenait pour le centre du monde pourrait très bien retourner, invisible et seule, tout au fond de la cour de l'école !
     

    Peau d'âne à la rude école des princesses, un conte détourné fourmillant de trouvailles !
    Une histoire pleine d'humour qui évoque le harcèlement à l'école, la concurrence entre les petites filles et l'amitié.

  • Chaque jour, Ludo est bousculé, moqué, humilié par six garçons de son collège. Chaque jour, il encaisse. Les intimidations, la peur, et même les coups.
    Jusqu'où iront-ils ? Quelle sera l'issue ?
    Et si, alors que tout semble désespéré, restait un souffle, une promesse d'équilibre ?
     
    Un cri à la première personne qui fait vivre la violence de l'intérieur. Un roman indispensable qui décrit le harcèlement scolaire avec justesse.

  • Après un accident de voiture qui l'a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence et la colère. Rhéa, elle, sombre dans le chagrin après le suicide de son petit-ami. Tous les deux pianistes, ils reprennent doucement goût à la musique chacun de leur côté grâce à un professeur hors du commun, Fred. Original, compréhensif et patient, aimant le thé et la culture chinoise, Fred apprivoise ses deux protégés tout en douceur, avec beaucoup d'intelligence. Il finit par leur proposer de travailler ensemble sur un morceau à quatre mains, pour les mettre en relation. Cette rencontre arrangée, mais inespérée, va aider Igor à sortir enfin de son isolement et Rhéa à se reconstruire.

  •  Cet été, les parents d'Oscar ont décidé de l'envoyer chez son grand-père, le fameux Marcel Miluche dont il a si souvent entendu parler... Oscar a beau râler, rien à faire. D'ailleurs, tout est déjà organisé.
    « C'est le bon moment pour que vous fassiez connaissance. Tu es assez grand maintenant, et tu verras, c'est quelqu'un de très... surprenant. »
    Surprenant ? C'est peu de le dire. Car, en guise de grand-père, Oscar s'apprête à découvrir l'adulte le plus farfelu du monde. Un zinzin puissance mille, champion de jeux vidéo, de dressage de chat domestique et de batailles rangées avec les gamins du quartier. Un adulte-enfant, bien décidé à rendre son petit-fils un peu moins raisonnable. Sa devise ? « Il faut être un Apache ! Toujours avec panache ! »
    Chez lui,Oscar fera la connaissance de Marin, un garçon de son âge, et surtout de Nine, qui porte un secret bien lourd. Auprès d'eux, son coeur battra plus fort que jamais.

  • Sur la petite île de Bonaventure, le héros de ce roman vit avec sa bande de copains une enfance libre et sauvage. Au programme, chaque jour : courses folles, bricolages ingénieux et exploration de criques secrètes. Jusqu'au jour où l'annonce de la construction d'un pont vient menacer ce paradis. Bientôt, un projet de station balnéaire se profile, et les enfants sont même menacés d'être envoyés en pension pour refaire leur éducation, jugée trop fantaisiste. Pas question pour les Bonaventuriens de laisser faire : adultes et enfants organisent la résistance. Une résistance à la façon de Bonaventure : foldingue et solidaire, désobéissante et incroyablement énergique !
     Avertissement : Après avoir lu cette histoire, vous aurez envie de mettre les mains dans la boue,  de courir sous la pluie et de voler comme un oiseau.

  • Romuald, dit « Rom », tourne un peu en rond dans sa petite cité morose... Et quand le Secours populaire propose à sa mère de l'envoyer en vacances sur la Côte d'Azur dans une famille d'accueil, il est très partant, même s'il voit bien que cette proposition ne plaît pas trop à sa mère. Et le voilà en route, avec sa valise couverte d'autocollants ! Au début, en rencontrant Papy Guy et Mamie Juliette, Rom se dit que ce séjour va être d'un ennui mortel. Mais à peine est-il arrivé que tout change dans son esprit. D'abord, la mer est belle, d'une beauté qui le subjugue ; il est aussi beaucoup plus libre que chez lui, et puis Papy Guy et Mamie Juliette sont très gentils, sans être toujours sur son dos. Jour après jour, Romuald apprend la liberté, la douceur de vivre, une nouvelle façon de pratiquer l'humour, et ce bonheur tout neuf lui fait un bien fou !
    Le portrait doux et généreux d'un garçon modeste,
    qui découvre un autre milieu social.
    Un texte sensible et juste.

     

  • Imaginez une île au relief escarpé. Tous les deux ans s'y déroule le « trek du Pownal », une course en montagne suivie par des milliers d'internautes. Trente concurrents prennent le départ cette année, en autonomie presque totale. Pour la plupart d'entre eux, tenter l'aventure, c'est caresser l'espoir de quitter l'île. Pour Juno, l'argent de la victoire est surtout le seul moyen de sauver sa famille du naufrage.
    Elle sait que, avant elle, d'autres se sont gravement blessés sur le parcours. Elle sait qu'il lui faudra affronter les crêtes vertigineuses, les dangers de la forêt, les bêtes sauvages, les autres concurrents et leurs redoutables stratégies.
    Mais est-elle préparée à la douleur quotidienne, aux souvenirs qui anéantissent ? À tout perdre si elle ne gagne pas ?
    À l'épreuve de sa propre détermination, Juno entame sa traversée pour y apprendre l'amour qui sauve et la dure marche du monde.

  • Nell vit seule avec sa cousine depuis que ses parents travaillent au Japon. Chercheurs réputés, ils tentent de mettre fin à la pénurie d'eau dont souffre le monde entier. Pour son treizième anniversaire, ils font livrer à leur fille une e-friend, un robot à forme humaine. Ils espèrent que ce cadeau très spécial lui permettra de mieux supporter sa solitude. Mais très rapidement, des questions se posent.
    Cette e-friend est-elle animée de bonnes intentions ?
    Ne risque-t-elle pas plutôt de mettre Nell et ses parents en danger ?
    Est-elle une amie ou une ennemie ?

empty