Scolaire

  • A significant and growing percentage of the children enrolled in early childhood education and care (ECEC) programs in Europe and the United States are children of recent im/migrants. For most young (3-5 years old) children of parents who have come from other countries, ECEC settings are the first context in which they come face to face with differences between the culture of home and the public culture of their new country. For parents who have recently im/migrated to a new country, enrolling their child in an early childhood program is a key moment where cultural values of their home and adopted culture come into contact and, often, conflict. For countries with high rates of im/migration, ECEC programs are key sites for enacting national goals for social inclusion and the creation of new citizens. And yet the field of early childhood education has conducted too little research on the experience of im/migrant children, their families, and their teachers.
    This book tells the story of our study of beliefs about early childhood education of im/migrant parents and of the practitioners who teach and care for their young children. It is simultaneously a study of im/migration seen from the perspective of early childhood education and of early childhood education seen from the perspective of im/migration. The book answers the questions: What do im/migrant parents want for their children in ECEC programs? How are the perspectives of im/migrant parents like and unalike the perspectives of their children's preschool teachers and of non-immigrant parents? How are England, France, Germany, Italy, and the United States using ECEC settings to incorporate im/migrant children and their families into their new society? What can all five countries do better?

  • La mesure des inégalités à l'école est située ici dans une perspective sociologique, historique et comparative. Des instruments et techniques de calcul ont façonné des principes de justice comme le mérite, l'efficacité, l'équité. Leur analyse invite les lecteurs - politiques, administrateurs, personnels d'encadrement, enseignants, parents... - à découvrir l'arithmétique politique des inégalités qui a infléchi les politiques d'éducation ces dernières décennies. Comparant les Etats-Unis, l'Angleterre et la France, ce livre éclaire le débat public face aux enquêtes internationales utilisées pour légitimer des choix stratégiques et à l'obligation de rendre compte qui s'installe dans les systèmes éducatifs. Science et politique étant liées, l'auteur explore la circulation internationale des savoirs scientifiques et experts, leur traduction en sciences de gouvernement, leur stabilisation dans des recommandations et des instruments choisis par les décideurs politiques pour justifier les réformes.

  • Que se passe-t-il entre le moment où un enseignant prépare son enseignement et le moment où il sort de sa classe ? Quels évènements sont venus renforcer ses convictions de départ, ou transformer ses prévisions ? Cet ouvrage tente de lever le voile sur quelques situations d'enseignement de langue française, dans quelques pays francophones et dans un pays non francophone, pour les décrire dans leur dynamique et leur identité propres. C'est dans cette description microscopique d'évènements didactiques, dans cette mise en lien du contexte social avec les réalités de la classe, que peut se prendre, paradoxalement, toute la distance nécessaire pour rendre une expérience unique transférable et donc utile à tous. C'est du moins l'ambition des auteurs de ce livre, qui doit son origine à la rencontre de didacticiens d'horizons divers venant de la Belgique, de la Suisse, de la France et du Viêt-Nam, tous ayant pour toile de fond, la formation des enseignants.

  • Comment éviter que les finalités du programme Erasmus, visant à renforcer les interactions dans l'espace pluriculturel de la citoyenneté européenne, ne se dissolvent dans une routine de gestion d'hôtes passagers sur les territoires universitaires nationaux ? Cet ouvrage développe et élabore l'hypothèse que les « dispositifs d'accompagnement » de la mobilité doivent sortir des paradigmes de l'assistance, de l'inculcation ou d'une simple délégation à l'expérience. Dans cette optique, il est nécessaire d'établir des objectifs définis, susceptibles de reconnaissance dans un cursus académique qui acquiert ainsi une véritable « dimension européenne ». Il ne s'agit pas de juxtaposer les séjours à l'étranger mais de créer méthodiquement des lieux tiers d'échange et de confrontation où se co-construisent et s'exercent les compétences interculturelles des sujets de la rencontre. L'analyse rend compte d'une recherche-action de petite échelle, menée à l'Université de Macerata (Italie) sur la base d'une enquête contextuelle et d'un état des lieux de ce nouveau champ pédagogique au niveau international. Un laboratoire transversal sur la mobilité s'est constitué pour l'expérimentation de parcours didactiques originaux visant à complexifier la dynamique identitaire par intégration de la différence.

  • À la suite du colloque international Petite enfance, transitions et socialisation, ce livre rend compte de l'importance des transitions au cours de la petite enfance. Il montre toute la diversité des espace-temps transitionnels avant la scolarité obligatoire : entre la famille et des modes d'accueil familial ou collectif, et entre différents lieux institutionnels, comme la crèche et l'école maternelle. Il s'intéresse aussi à des micro-transitions dans la journée des enfants dans un même lieu d'accueil. Entre continuités et ruptures, il porte également sur des espaces institutionnels dont la vocation est précisément de faire transition entre la famille et l'école.
    La pluralité des contextes nationaux de l'éducation des jeunes enfants est mise en relief, avec des contributions venant de Belgique, d'Écosse, de France, du Québec, de Suède et de Suisse. Dans ces différents contextes, les recherches montrent que l'éducation préscolaire est un lieu de tensions entre des systèmes de normes institutionnelles et culturelles différentes : les uns tournés vers le monde scolaire et les autres vers la sphère familiale. Penser les transitions permet d'en éclairer les définitions respectives en croisant les points de vue des professionnels et des parents, en lien avec les expériences vécues par les enfants. C'est aussi montrer les défis que représentent ces tournants décisifs de leur vie.

empty