Littérature générale

  • Ombres

    Angel Arekin

    Les humains se sont retranchés dans des bases souterraines pour fuir les Ombres qui se nourissent de leur vitalité...
    Le sang est une arme.
    Celle des Ombres.
    Ces créatures sans visage qui détruisent les Hommes.
    Quel lien les unit à Kira ? Le seul et unique soldat capable de les anéantir afin de protéger l'espèce humaine, cloîtrée sous terre, régie par la terreur.
    Seulement voilà, tout pouvoir demande des sacrifices. Et Ellis, jeune recrue, est désignée pour devenir sa nouvelle Source, celle dans laquelle il plongera sans hésitation pour se nourrir de l'énergie nécessaire pour alimenter son pouvoir... même si pour cela, il doit lui voler sa vie.
    Découvrez un univers post-apocalyptique sombre qui interroge l'humanité et son intemporelle hiérarchisation des pouvoirs !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'univers de Angel Arekin est très très sombre, sanglant, et tellement vaste. On y trouve une réflexion sur l'humanité plutôt pertinente et glaçante. L'écriture est fluide, imagée, détaillée, très visuelle. Certaines scènes m'ont vraiment marquée tant j'ai eu l'impression de les vivre, comme l'entraînement course poursuite dans les souts. Kira et Ellis sont des personnages qui prennent une place monstre, entre leur charisme, leur répartie et leur côté mauvais garçon/fille. Leur relation est aussi nuancée que l'est l'univers des Ombres. - Clem_YCR, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Angel Arekin - Rédactrice depuis 3 ans dans une agence de communication, elle écrit depuis plus de 10 ans. Le Porteur de Mort, qui initie un nouveau cycle fantasy, est son premier roman.

  • Une jeune héroïne découvre qu'il existe autre chose que le Royaume de Shilla sur lequel règne le Chef Suprême.
    Le Chef Suprême sait tout.
    Le Chef Suprême voit tout.
    Paulownia et sa famille vivent dans le Royaume de Shilla.
    Eux, comme tous les habitants, consacrent leur vie à ce Chef Suprême sans qui, ils en sont convaincus, rien ne pourrait exister.
    Seulement, quand Paulownia et sa jeune soeur Yon tombent dans un puits à sec, leur destin dérape, leur avenir s'ouvre sur un horizon nouveau, car souffle au milieu des cendres, la promesse d'une liberté jamais rêvée...
    Découvrez le premier tome d'une saga de fantasy aux parfums dystopiques.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Après une brillante uchronie en plusieurs tomes (Lebenstunnel), Oxanna Hope livre ici une dystopie résolument sombre et dense. [...] La grande force d'Oxanna Hope dans ses romans est de parvenir à créer des histoires qui vous happent, portées par une écriture solide et des personnages fouillés. - Mamy_Poppins, Babelio
    Ce premier tome est tout simplement addictif...si vous avez aimé Divergente ou Hunger Games. Lisez absolument ce livre. - valouboubou, Babelio

  • Rozenn

    Laëtitia Danae

    Comment la liberté s'acquiert-elle pour un peuple qui a toujours connu l'esclavage ?
    Rozenn Kaplang est une djinn.
    Durant de longues années, son peuple a souffert de la domination des dagnirs, mais si l'esclavage est officiellement aboli, la liberté, elle, garde un goût amer.
    Et si une union entre princes et princesses de ces différentes tribus permettait de tirer un trait sur un douloureux passé ?
    Les tribus pourront-elles enfin trouver la paix et s'unir ? Un roman fantasy passionnant à découvrir rapidement !
    EXTRAIT
    Je n'ai jamais demandé à naître djinn.
    Être comme moi, c'est l'assurance de mener une vie d'incertitudes mêlée à des craintes et un ressentiment féroce. La discrétion est devenue une seconde nature pour mon peuple. Et pour quoi ? Échapper à des êtres vicieux, avides de ce qu'ils ne peuvent obtenir autrement que par la force. Rien d'autre.
    Les gens comme moi sont pacifiques et mènent une existence simple sur les Terres Libres depuis des siècles. Pour certains d'entre nous, il n'est pas prudent de s'établir trop longtemps quelque part, mais j'ai eu la chance de vivre à l'abri du besoin et de la menace représentée par les dagnirs. Issue d'une Caste sédentaire, aucun véritable danger ne pèse sur moi et mes congénères tant que nous ne nous éloignons pas de la Bulle, cet arbre gigantesque et protecteur qui étend ses ramures haut dans le ciel. Ouvrir les yeux le matin sans avoir à me demander où je me trouve, avoir un pied-à-terre, un refuge digne de ce nom, déambuler dans la Bulle sans craindre que quelqu'un ne m'espionne ou ne manigance un plan pour m'enlever. La voilà, la vie que je mène.
    Hélas, tout le monde n'a pas ma chance...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Rozenn est donc un immense coup de coeur pour moi. J'ai été littéralement subjuguée. Un vent d'Orient se lève et bruisse entre les pages, nous charmant et nous envoûtant par la force évocatrice des mots. - Blog Les rêveries d'Isis
    La fin du roman est juste explosive, nous apportant quelques réponses au passage, gommant certains personnages de l'action à venir et ne nous laissant que le choix d'attendre les précommandes avec impatience ! Un magnifique premier tome, aussi bien du point de vue de l'histoire et des personnages que de l'objet livre lui-même. - Blog You can read
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née un certain vingt avril, Laëtitia Danae a grandi en France, bien qu'originaire de cinq pays différents. Sa famille travaillant en majorité dans le milieu médical, c'est tout naturellement qu'elle s'est lancée dans le domaine hospitalier, en intégrant une école de soins infirmiers. Mais son grand amour est et a toujours été l'écriture. Sa plus grande peur ? Les limites de son imagination.
    Attirée par l'odeur entêtante des livres vers l'âge de dix ans, elle n'a saisi la plume qu'une fois adolescente. Avant cela, elle se contentait de ses poupées et d'histoires rocambolesques déclamées à voix haute.
    Un ordinateur qui plante et plusieurs fictions de perdues plus tard, Pierre de Lune voit le jour, suivi de Rozenn. De modestes projets au premier abord, qui ont fini par envahir son quotidien et ses songes pour ne plus jamais s'en aller. Depuis, elle ne sort jamais de chez elle sans un livre et un bloc-note au fond de son sac, car Moira, Rozenn et les autres s'invitent dans ses pensées à toute heure du jour et de la nuit.

  • Romance, romance paranormale, fantastiqueOn ne prévoit jamais la date de sa mort. On peut y penser, souvent, on peut en avoir peur, parfois, mais personne ne sait quand elle viendra nous chercher. Ambre, une jeune étudiante de 21 ans, plonge dans un long coma à la suite d'un terrible accident, ...

  • Et si le rêve d'Angel Arekin devenait réalité ?
    Connaissez-vous Angel Arekin ? La maman du célèbre Porteur de Mort ?
    Voilà notre demoiselle en bonne compagnie avec les personnages de... Salem. Bienvenue à elle dans un monde surnaturel, avec des vampires, des chasseurs et bien sûr, ses collègues auteures.
    Jamais elle n'aurait pensé que le vampire Cyrus s'enticherait à ce point d'elle... Bienvenue à vous, lecteurs, dans ce spin-off du roman Salem de Sandra Triname où personnages réels et fiction se mêlent.
    Retrouvez les personnages du roman Salem dans un univers fantastique où la fiction et la réalité se confondent.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Sandra Triname est née en 1982. La passion des livres lui est venue très tôt, avant même de pouvoir les déchiffrer. Pour une obscure raison, le simple fait de les manipuler lui procurait déjà du plaisir. Les contes, les légendes et autres récits fantastiques ont bercé son imagination dès sa plus tendre enfance. Loin de l'effrayer, l'idée que nous puissions côtoyer, sans le savoir, des créatures magiques, mystérieuses, voire dangereuses l'a toujours fascinée. Elle a ensuite commencé à rédiger de petites histoires mettant en scène ces êtres légendaires. Ses écrits ont naturellement évolué au fil du temps et de ses lectures. Selon elle, écrire est avant tout un exutoire, une façon de transformer les sentiments, positifs ou non, en quelque chose de constructif. Quant aux livres, ils sont précieux parce qu'ils permettent, même aux plus démunis d'entre nous, de rire, de pleurer, de voyager ou encore de rêver. Ils sont une fenêtre ouverte sur le monde.

empty