Littérature générale

  • Pour la première fois, Eric-Emmanuel Schmitt a accepté le projet d'un livre d'entretien consacré à son enfance, ses vocations multiples, sa vie... Qui était le petit garçon Eric-Emmanuel à Lyon, dans les années 60 ? Quelles histoires avait-il déjà en tête ? Nous découvrons ses années de formation, son milieu, ses rêves, ses regrets... Il répond avec franchise et talent à la journaliste Catherine Lalanne, rédactrice en chef de Pèlerin, et responsable de cette nouvelle collection « L'Atelier de l'enfance ».
    Ses nombreuses confidences sur sa vie, ses valeurs, ses multiples activités, le sens qu'il donne à l'existence, à l'art, font le prix de ce livre exceptionnel. Ses très nombreux lecteurs dévoreront les différents chapitres de ce livre pour entrer dans l'intimité de leur auteur. Nous ferons connaissance avec un écrivain, dramaturge, philosophe, bien différent des clichés que certains peuvent avoir sur lui. Et bien plus surprenant.

  • Trois femmes se croisent, se rencontrent, s'interpellent au pied d'une statue de la Vierge. Une amoureuse, une jeune mère, une clocharde. Elles se disputent, se consolent, en viennent aux mains, parfois. Elles livrent leurs souvenirs d'enfance, leurs rêves, leurs colères, leurs folies. Enfant, la jeune mère s'est jurée qu'elle deviendrait Marie, quand elle serait grande. Et la voilà enceinte, sans bien comprendre comment, émerveillée d'avoir si bien réussi. Mais lorsqu'elle revient de nuit avec son bébé, la jeune mère essaye de le faire tenir dans les bras de la statue pour le confier à plus grande qu'elle. Plus grande peut-être, mais de marbre.
    L'amoureuse et la clocharde sont malgré elles investies d'une mission. Elles ne peuvent pas abandonner la jeune femme, en proie à son premier désespoir maternel. Et qui pourra consoler l'amoureuse de l'homme qui ne vient pas ? Qui donnera à la jeune mère le courage de se détourner des statues pour entrer dans le vif du réel, dans la chair et l'os d'une vie incarnée, brinquebalante, majestueuse, décevante? Sur ce qu'il reste de la vie après les désillusions, la clocharde en connaît un rayon. Un rayon lumineux qu'elle dévoilera petit à petit, au pied de la statue de Marie...

  • Marraine du Téléthon 2004, à huit ans, Jeanne Pelat a touché tous les Français par son courage et son témoignage depuis dix ans. A huit ans, elle espérait qu'un « Docteur Saitout » trouve un remède magique à sa maladie diagnostiquée à l'âge de six ans. Un an après, Jeanne ne marchait plus. Aujourd'hui, la jeune fille de 18 ans est incapable de se débrouiller seule dans la vie quotidienne. Elle se bat contre la souffrance mais aussi et surtout contre l'exclusion du handicap. Elle a ému la France entière et de nombreuses personnalités qui l'ont rejointe dans son combat : Sophie Davant, Sandrine Kiberlain, Nagui... « Je veux que les portes s'ouvrent », écrit-elle dans son témoignage.Elle raconte dans ce livre pour la première fois son long combat contre une maladie qui a pris d'assaut son corps, les multiples opérations, sa vie de famille, amicale, et ses études. Elle donne à tous une formidable leçon d'humanité.

  • Ce livre est une enquête sur le mystère Franck Ferrand. Lui qui aime tant les énigmes de l'Histoire, révélera-t-il la sienne ? Des côtes normandes aux rues de Poitiers, des salons de Versailles aux studios de Radio classique, Catherine Lalanne noue avec l'écrivain des conversations intimes et partage avec le lecteur ses impressions et ses découvertes...
    Comment l'enfant de petits commerçants poitevins se laisse-t-il fasciné par les récits d'Histoire ? Comment la voix des maîtres, d'Alain Decaux et André Castelot à Pierre Bellemare, l'inspire-t-il ? Comment les rencontres amicales, comme avec Stéphane Bern, le conduisent à conter inlassablement les grandes heures qui ont fait la France ?
    Pour le savoir, il faudra arpenter le territoire de l'enfance, retrouver le vieux poste de télévision toujours en place dans la maison familiale, tendre l'oreille et se laisser guider par la mémoire impressionnante de l'historien. Et pour prendre garde aux fausses pistes ouvertes par l'ironie malicieuse de Franck Ferrand, la journaliste est le guide idéal, qui débusque la vérité d'une riche histoire personnelle...
    Un passage de l'autre côté du miroir aussi troublant que touchant !

  • Tout le monde se réclame de la solidarité, au risque de lasser. Pour autant, le mot n'est ni dépassé, ni galvaudé. Homme de convictions, Guy Aurenche montre combien la solidarité est l'expression la plus poussée de la vie sociale, de la relation à l'autre, de la responsabilité personnelle et d'une fraternité concrète, sans frontière.
    Loin d'être une obligation, une charge, la solidarité est joyeuse, enthousiasmante et bienfaisante. Le chrétien peut y voir une invitation profondément liée à sa foi, mais la solidarité est d'abord le fruit de notre humanité commune.
    Président du CCFD, l'auteur a suivi de nombreux projets de développement et de solidarité sur tous les continents. Dans la vie de tous les jours, et dans toutes les cultures, Guy Aurenche a saisi ces éclats de solidarité qui sauvent le monde.
    Un témoignage encourageant, à rebours du pessimisme et du cynisme ambiants.

empty