Sciences & Techniques

  • La vie des arbres

    Francis Hallé

    Francis Hallé raconte dans ce beau texte sa passion pour les arbres. La science des arbres, il la possède ; la beauté des arbres, il la contemple ; l'ingéniosité des arbres et leur faculté de se sortir de toute situation difficile, il s'en émerveille ; leur manière d'occuper l'espace, il ne cesse de l'observer. Il sait pourtant que les arbres sont loin d'avoir révélé tous leurs mystères.
    Son propos est aussi celui d'un spécialiste de l'écologie, notamment tropicale, sa passion l'ayant mené dans de nombreux pays à travers le monde, jusqu'aux Tropiques. Il est aussi un ardent défenseur des forêts primaires, jamais exploitées par l'homme, qui ne représentent plus que 5 % des forêts de la planète. Il est grand temps de lire Francis Hallé.
    L'auteur : Francis Hallé est botaniste, biologiste et dendrologue (spéciliste des arbres). Il a étudié particulièrement les forêts tropicales. Il a publié de nombreux livres, notamment "Plaidoyer pour la forêt tropicale", Actes Sud, 2014 et "Plaidoyer pour l'arbre", Actes Sud, 2005. Il est l'initiateur de l'exploration "Le radeau des cimes" qui étudie la canopée des forêts du monde.

  • La science arabe, entre le IXe siècle et le XIVe siècle, a eu un développement exceptionnel et s'est déployée de l'Andalousie jusqu'à l'Inde du Nord. De grands savants se sont distingués dans les domaines des mathématiques, de l'astronomie, de l'optique, de l'alchimie, des sciences de la vie, et ont contribué au patrimoine culturel de l'humanité. Mais peu à peu, les sciences ont disparu en terres d'islam. La prise de conscience du retard scientifique eut lieu au XIXe siècle, le siècle de la renaissance musulmane. Après ce véritable âge d'or des sciences arabes et la
    période réformiste du XIXe siècle, les relations entre les sciences et l'islam sont désormais frappées d'ambiguïté : oscillant entre le rejet et la fascination, les islamistes se livrent aujourd'hui à des tentatives pour concilier les théories scientifiques et le Coran, dénaturant ainsi et la science et l'islam sous prétexte de modernité.
    Pour elle, la solution passe par l'éducation. Il faut investir tous les lieux de culture, revaloriser l'enseignement et montrer aux élèves comment la science s'est construite.

  • Les trous noirs sont des objets fascinants. Nous sommes aujourd'hui pratiquement certains qu'ils existent et qu'il y en a des centaines de millions dans notre Galaxie. L'espace et le temps y sont très différents de ce que nous connaissons, ils peuvent même se changer l'un en l'autre ! Comment les trous noirs se forment-ils et quels sont les phénomènes étranges qui se passent autour d'eux et en eux ? De nombreuses questions se posent encore et de nouvelles idées un peu folles émergent. Nous verrons comment les théories récentes conduisent à un incroyable scénario d'étoiles en rebond, d'accélérateur vers le futur.
    L'uteur : Aurélien Barrau est un jeune astrophysicien, chercheur au CNRS de Grenoble, spécialiste de la physique des multivers et des trous noirs. Il collabore avec l'Université de Stanford et l'Institut des Hautes Études scientifiques, puis l'Institute for Advanced Study de Princeton.

  • Médecin urgentiste, président des médecins catholiques, chroniqueur pour le quotidien La Croix, Bertrand Galichon éclaire ici une conception profondément humaniste du soin de l'autre. S'appuyant sur son expérience et partant chaque fois de situations concrètes, décrites par saynètes en tête de chapitre, l'auteur considère le patient dans son intégrité et non comme une somme des parties de corps à guérir. À rebours d'un courant techniciste de la médecine, qui refuse la complexité et mécanise le soin, il plaide pour regarder en face la complexité des pathologies et faire place à la fragilité des soignants.
    Cet ouvrage aborde les grandes questions qui agitent les milieux médicaux en remettant l'accompagnement de l'autre au centre de la pratique. Et lorsque l'auteur plaide pour l'abandon de la toute-puissance, il nourrit sa réflexion de sa foi chrétienne et d'une spiritualité qui fait place à la fragilité.

  • Pourquoi le ciel est-il bleu ? Qu'est-ce que le rayon vert ? Et quelle est la couleur du ciel sur Mars, Vénus ou Titan ? Y a-t-il des arcs-en-ciel de Lune ?
    Entre la physique et l'astronomie, le grand physicien épistémologue Jean-Marc Lévy-Leblond explique, avec le talent d'un conteur, les phénomènes célestes qui nous entourent et mettent de la couleur dans notre monde.
    Il évoque les phénomènes physiques et aussi les savants tels que Galilée qui pour lui a apporté d'essentiel : l'idée que le monde céleste et le monde terrestre ne font qu'un et que les lois physiques y sont les mêmes, à l'encontre de la tradition aristotélicienne qui séparait le monde terrestre, le nôtre, monde de l'imperfection et du changement, du monde céleste, monde de la perfection et de l'immuabilité.
    Un formidable texte sur les interrogations mais aussi des plaisirs que peuvent susciter les sciences.

  • La maladie d'Alzheimer entraîne des troubles cognitifs évoluant spontanément vers l'aggravation pour aboutir à la dépendance et on ne sait toujours pas la traiter malgré d'innombrables recherches.
    Pourquoi cet échec ? Parce que les troubles qu'on lui attribue ne résultent pas exclusivement d'atteintes organiques cérébrales comme l'affirme la doxa. Certains relèvent directement de l'âgisme lié à la peur ancestrale de la mort : la jeunesse c'est la vie, elle est adulée; la vieillesse, c'est la mort, elle est honnie. Pour ignorer cette discrimination et son rapport avec l'évidence angoissante de leur mortalité, nombre de personnes âgées mettent leurs cognitions en berne. On évoque alors l'Alzheimer, mais pas cette aliénation, toujours présente et qui, elle, est potentiellement réversible. Il est urgent d'en tenir compte.
    Cet ouvrage témoigne de la pertinence de cette approche porteuse d'espoir.
    Jean Maisondieu, psychiatre honoraire des hôpitaux et essayiste a notamment publié aux éditions Bayard, L'idole et l'abject, Liberté, égalité... psychiatrie, Les alcooléens et La fabrique des exclus.

  • Mathilde Laurent nous parle avec talent, précision et humour de son métier de parfumeur. Loin des images que l'on peut en avoir, elle nous fait découvrir : Un métier de rigueur, de calculs et de formules, d'essais et d'expérimentations innombrables, Un métier secret et pas si solitaire, Un métier responsable, tant les substances manipulées sont précieuses, rares ou même parfois dangereuses, Un métier devenu rare aussi puisque seules trois grandes maisons emploient encore un parfumeur. On se prend à rêver que ce savoir-faire ne s'éteigne pas faute d'artisans. Et si nous n'étions plus capables demain de créer et même de conserver les plus grands parfums ?

empty