Sciences humaines & sociales

  • Que sont les « Rohingyas » ? Qui sont les terroristes et quels buts poursuivent-ils ? Quels sont les enjeux géopolitiques, économiques et idéologiques véritables de ce conflit ?
    Comment l'émotion suscitée par la catastrophe humanitaire est détournée par la propagande afin de donner au monde deux images inversées : celle d'un islam persécuté que les djihadistes ne feraient que défendre et celle d'un « bouddhisme radical » qui trahirait ses idéaux.

    En 2016 et 2017, deux vagues d'attaques djihadistes contre des cibles militaires et civiles dans l'État Rakhine, à l'ouest du Myanmar (anciennement Birmanie), provoquent une riposte massive des forces de sécurité et l'exode de centaines de milliers de musulmans bengalis, les « Rohingyas ». Cet ouvrage analyse tout d'abord les causes immédiates et profondes de ces événements : que sont les « Rohingyas » ? Qui sont les terroristes et quels buts poursuivent-ils ? Quels sont les enjeux géopolitiques, économiques et idéologiques véritables de ce conflit ?
    L'auteur s'attache ensuite à démontrer comment l'émotion suscitée par la catastrophe humanitaire est détournée par la propagande afin de donner au monde deux images inversées : celle d'un islam persécuté que les djihadistes ne feraient que défendre et celle d'un « bouddhisme radical » qui trahirait ses idéaux.
    La situation au Myanmar pose également des questions dont les réponses concernent tous les peuples et toutes les nations : pourquoi montrer du doigt un peuple attaché à son identité, une nation soucieuse de sa sécurité, de son intégrité, de sa souveraineté ? La « communauté internationale » a-t-elle un droit absolu d'ingérence, y compris lorsque sa philosophie, sa stratégie et ses méthodes contredisent les intérêts fondamentaux d'un pays ?

    Didier Treutenaere est diplômé en philosophie de l'Université Paris-Sorbonne. Spécialiste des textes bouddhistes en langue pali, il est l'auteur d'ouvrages et d'articles sur la tradition Theravada.
    Que sont les « Rohingyas » ? Qui sont les terroristes et quels buts poursuivent-ils ? Quels sont les enjeux géopolitiques, économiques et idéologiques véritables de ce conflit ?
    Comment l'émotion suscitée par la catastrophe humanitaire est détournée par la propagande afin de donner au monde deux images inversées : celle d'un islam persécuté que les djihadistes ne feraient que défendre et celle d'un « bouddhisme radical » qui trahirait ses idéaux.

    En 2016 et 2017, deux vagues d'attaques djihadistes contre des cibles militaires et civiles dans l'État Rakhine, à l'ouest du Myanmar (anciennement Birmanie), provoquent une riposte massive des forces de sécurité et l'exode de centaines de milliers de musulmans bengalis, les « Rohingyas ». Cet ouvrage analyse tout d'abord les causes immédiates et profondes de ces événements : que sont les « Rohingyas » ? Qui sont les terroristes et quels buts poursuivent-ils ? Quels sont les enjeux géopolitiques, économiques et idéologiques véritables de ce conflit ?
    L'auteur s'attache ensuite à démontrer comment l'émotion suscitée par la catastrophe humanitaire est détournée par la propagande afin de donner au monde deux images inversées : celle d'un islam persécuté que les djihadistes ne feraient que défendre et celle d'un « bouddhisme radical » qui trahirait ses idéaux.
    La situation au Myanmar pose également des questions dont les réponses concernent tous les peuples et toutes les nations : pourquoi montrer du doigt un peuple attaché à son identité, une nation soucieuse de sa sécurité, de son intégrité, de sa souveraineté ? La « communauté internationale » a-t-elle un droit absolu d'ingérence, y compris lorsque sa philosophie, sa stratégie et ses méthodes contredisent les intérêts fondamentaux d'un pays ?

    Didier Treutenaere est diplômé en philosophie de l'Université Paris-Sorbonne. Spécialiste des textes bouddhistes en langue pali, il est l'auteur d'ouvrages et d'articles sur la tradition Theravada.
    Que sont les « Rohingyas » ? Qui sont les terroristes et quels buts poursuivent-ils ? Quels sont les enjeux géopolitiques, économiques et idéologiques véritables de ce conflit ?
    Comment l'émotion suscitée par la catastrophe humanitaire est détournée par la propagande afin de donner au monde deux images inversées : celle d'un islam persécuté que les djihadistes ne feraient que défendre et celle d'un « bouddhisme radical » qui trahirait ses idéaux.

    En 2016 et 2017, deux vagues d'attaques djihadistes contre des cibles militaires et civiles dans l'État Rakhine, à l'ouest du Myanmar (anciennement Birmanie), provoquent une riposte massive des forces de sécurité et l'exode de centaines de milliers de musulmans bengalis, les « Rohingyas ». Cet ouvrage analyse tout d'abord les causes immédiates et profondes de ces événements : que sont les « Rohingyas » ? Qui sont les terroristes et quels buts poursuivent-ils ? Quels sont les enjeux géopolitiques, économiques et idéologiques véritables de ce conflit ?
    L'auteur s'attache ensuite à démontrer comment l'émotion suscitée par la catastrophe humanitaire est détournée par la propagande afin de donner au monde deux images inversées : celle d'un islam persécuté que les djihadistes ne feraient que défendre et celle d'un « bouddhisme radical » qui trahirait ses idéaux.
    La situation au Myanmar pose également des questions dont les réponses concernent tous les peuples et toutes les nations : pourquoi montrer du doigt un peuple attaché à son identité, une nation soucieuse de sa sécurité, de son intégrité, de sa souveraineté ? La « communauté internationale » a-t-elle un droit absolu d'ingérence, y compris lorsque sa philosophie, sa stratégie et ses méthodes contredisent les intérêts fondamentaux d'un pays ?

    Didier Treutenaere est diplômé en philosophie de l'Université Paris-Sorbonne. Spécialiste des textes bouddhistes en langue pali, il est l'auteur d'ouvrages et d'articles sur la tradition Theravada.

  • 31 plumes déliées, précises et souvent illustres nous racontent l'histoire riche et extraordinaire des relations du Royaume avec les pays francophones d'Occident. Elles soulignent aussi la grande pérennité, dans notre regard, de « l'âme siamoise  » à travers les âges.
    Avec un livret photos dont la plupart inédites.
    Premier ouvrage du genre à présenter les principaux textes qui illustrent l'histoire dense et déjà longue des relations du Royaume avec les pays francophones d'Occident (France, Belgique, Québec, Suisse), cette anthologie issue des auteurs s'exprimant en français sur le Siam ancien et la Thaïlande moderne nous plonge dans le passé flamboyant - et parfois bien singulier vu d'aujourd'hui - des princes, diplomates, missionnaires et militaires, elle se poursuit dans l'ébauche d'un monde contemporain où explorateurs et visiteurs qualifiés prennent un relais tout à la fois aventurier, savant, élitiste et individualiste sur ce qui relevait jusqu'alors du domaine réservé des États et des religions, pour se fondre enfin en nos temps modernes où un tourisme butineur ne se nourrit plus que de notre insatiable appétit d'exotisme.
    De Jacques de Bourges ou Simon de La Loubère à Morgan Sportès en passant par Paul Morand et bien d'autres, les plumes déliées, précises et souvent illustres choisies et présentées par Patrick Binot et Jean Marcel nous racontent cette histoire riche et à bien des égards extraordinaire. Elles nous en restituent les contextes particuliers, l'atmosphère qui leur était propre selon les années où elles livrèrent leur témoignage, mais nous en soulignent aussi la grande pérennité, de ce que d'aucuns appelleraient, du Siam à la Thaïlande dans notre regard, «  l'âme d'un peuple  » à travers les âges.
    Une sélection de 31 textes de Jacques de Bourges, Nicolas Gervaise, Alexandre de Chaumont, François-Timoléon de Choisy, Claude de Forbin, Simon de La Loubère, Jean Donneau de Visé, Guy Tachard, Maréchal Desfarges, Pierre Bigrot, Voltaire, Louis de Jaucourt, Jean-Baptiste Pallegoix, Henri Mouhot, Ludovic de Beauvoir, Georges « Puck » Chaudoir, Emile et  Denise Jottrand, Charles Buls, Etienne Lunet de la Jonquière, André Malraux, Paul Morand, Guy de Pourtalès, Jacques May, Jean Decoux, André Gomane, Morgan Sportès, Lorenzo Pestelli, Marguerite Yourcenar, Jean Marcel.
    Patrick Binot est né en Belgique en 1959. Après avoir obtenu une maîtrise en Langues & Linguistique à l'Université Libre de Bruxelles (U.L.B.), il a enseigné le français en Espagne pendant 16  ans. Depuis 2002, il vit et travaille en Thaïlande. Il est actuellement lecteur de français à l'Université Srinakharinwirot de Bangkok.
    Jean Marcel est né au Québec en 1941. Professeur à la retraite de l'Université Laval (Québec). Docteur en philologie et littératures romanes du Centre d'études supérieures de civilisation médiévale (Poitiers). Academic expert (conseiller spécial) à la section de français de l'Université Chulalongkorn (Bangkok), il a poursuivi sa carrière d'écrivain en Thaïlande pendant près de 30 ans. Jean Marcel est décédé à Bangkok le 30 juin 2019.

  • Philippe Héduy ressuscite avec la précision de l'historien et la liberté de ton du narrateur les personnages illustres qui participèrent pendant près de trois siècles de notre roman national au-delà des océans.
    Enfin rééditée, cette somme de références pour qui se passionne pour l'Extrême-Orient et la colonisation qu'est l'Histoire de l'Indochine est d'abord l'oeuvre d'un homme, Philippe Héduy. Fin érudit, ce travailleur acharné a collecté les sources les plus diverses sur le sujet, depuis les grandes relations des ambassades, des missions et des guerres, jusqu'aux épisodes les plus méconnus et les plus intimes de cette extraordinaire épopée que fut la rencontre singulière - à la fois violente et ardente - de deux civilisations que tout semblait opposer.
    Sous une plume déliée et non dénuée d'humour, Philippe Héduy nous restitue ici l'enchaînement originel des événements de cette grande aventure partagée pour nous en donner la clef. Il nous ressuscite avec la précision de l'historien et la liberté de ton du narrateur les personnages illustres qui participèrent pendant près de trois siècles de notre roman national au-delà des océans.
    Du missionnaire Alexandre de Rhodes, l'inventeur du Quoc-Ngu qui posa les bases de la langue annamite moderne, à Mgr Pigneau de Béhaine, diplomate et stratège militaire, l'auteur nous révèle comment l' « alliance de la croix et de l'épée  » va se conforter des intérêts du commerce pour fonder ce qui allait devenir «  l'Indochine française  ». Des promoteurs intéressés de la Compagnie des Indes aux autodidactes équivoques et intrépides - tel Jean Dupuis - qui ouvrent les voies marchandes de la conquête, se joignent au fil des pages des militaires flamboyants et un brin baroudeurs dont Francis Garnier sera le héros incontesté dans sa lutte tragique contre les «  Pavillons Noirs  ». Avec Auguste Pavie et Henri Mouhot, nous revivons les grandes explorations qui engendrèrent cette passion française pour ces horizons envoûtants. Avec Courbet, Lyautey et les «  amiraux-gouverneurs  » vient le temps des faits d'armes et de l'édification de «  la Perle de l'Empire  ».
    Mais en contrepoint et tout au long du récit, de l'empereur Gia-Long aux chefs rebelles coupeurs de têtes et à Ho Chi Minh, en passant par l'amiral Decoux qui parlera le premier du «  Vietnam  », les prémices de la chute de «  l'entreprise  » Indochine se profilent au rythme de sa construction. Plus encore peut-être que les bataillons du Vietminh, le sabre japonais viendra finalement la mettre à bas.
    Déroulée comme une grande fresque romanesque, l'Histoire de l'Indochine de Philippe Héduy est indispensable à la bonne compréhension de cette région du monde et des liens qui nous unissent toujours à elle.
    Philippe Héduy, né le 26 septembre 1926 à Béthune, est directeur de la rédaction d'Elle avec Hélène et Pierre Lazareff de 1951 à 1961. Rappelé en 1957 pour combattre en Algérie, il rédige Au lieutenant des Taglaïts, un superbe récit romanesque dans lequel on découvre les états d'âme d'un officier français. À partir de 1961, il assure la rédaction en chef de l'Esprit Public pour lutter contre la politique d'abandon de l'Algérie. En 1968, Héduy crée le Bureau de Production Littéraire - qui devient Société de Production Littéraire en 1975. Entre 1980 et 1983, il écrit quatre ouvrages sur l'Algérie et l'Indochine. Dans ses derniers écrits, Philippe Héduy s'interroge sur la décomposition du monde matérialiste avec Le temps universel - en trois volumes de 1983 à 1988 -, ainsi que sur la crise spirituelle de notre époque avec 2 000 ans après, puis l'Ère chrétienne est notre temps, paru un mois après sa mort qui survient le dimanche 1er mars 1998. La même année, il avait confié l'Histoire de l'Indochine, la Perle de l'Empire aux éditions Albin Michel.

empty