FeniXX réédition numérique (Plon)

  • Le récit de l'ascension irrésistible d'une paysanne avide de connaissances et d'une volonté peu commune. Elle est morte en mars 1988, alors que l'auteur finissait ces entretiens.

  • Conçu de manière originale, l'ouvrage d'Édouard Balladur apporte une vision singulière des événements qui, au printemps 68, menacèrent de faire sombrer la France dans le désordre et le chaos. Cette originalité tient sans doute, d'abord, à la personnalité du témoin qui sait toujours raison et humour garder. En aucun moment, il ne s'érige en censeur, ne se veut exemplaire. Elle tient aussi au poste qu'il occupait à Matignon, où il était tout proche de Georges Pompidou. Nous avons affaire ici à un reportage de première main. Elle tient, enfin, à la composition même du récit, au choix délibéré, et de prime abord insolite, d'une chronique alternée. Placé au centre du régime, et de ses appareils de défense, Édouard Balladur aurait pu se contenter de nous faire revivre, heure par heure, la révolte étudiante, les grèves ouvrières, les défilés et les meetings, le tout avec l'oeil du gouvernement. Il n'y manque d'ailleurs pas, et le fait avec le recul nécessaire ; la gravité des nouvelles ne lui cache pas la couleur du soir, ou les ibis des tapisseries. En outre, il mêle aux personnages vrais des personnages inventés, dont on devine qu'ils sont parfois quelqu'un. L'auteur en a imaginé toute une galerie : un étudiant et sa famille, un journaliste, un ancien syndicaliste... attachants et complexes, qui apportent le vent de la rue, le souffle de l'espérance - bientôt détrompée - le flux et le reflux des autres. Ainsi, a-t-on l'impression d'être partout à la fois. Cette démarche de mémorialiste permet, sans déroger au devoir de réserve, de dire davantage, et surtout de dire plus profondément les choses essentielles. On n'oubliera plus le portrait qu'Édouard Balladur trace de Georges Pompidou, sans doute le meilleur qu'il nous ait été jusqu'ici donné de lire. L'arbre de mai avait-il des racines très profondes et, sans ramage, bruissant, multiple ; n'a-t-il pas contribué à nous masquer la forêt ? Au bout d'un mois, tout était rentré dans l'ordre et, cependant, tout avait changé.

  • Eva, célibataire de quarante ans, n'a pas fait l'amour depuis trois ans ! Elle est pourtant belle, dynamique, sportive, branchée ! Mais il y a trois ans, elle était amoureuse de Bruno qui l'a quittée, probablement parce qu'elle voulait un enfant et lui, pas ! Elle a mis tout ce temps-là à s'en remettre... et comme pour elle, Pas d'amour sans amour, elle commence, un peu, à « dysfonctionner » ! Elle va consulter son gynéco qui lui dit : « Vous vous débrouillez comme vous voulez, mais il faut réactiver ! » Alors Eva prend sa respiration, sort dans la rue, regarde tous les hommes qui passent, et se dit : « Ça va pas être de la tarte ! » Par touches successives, Évelyne Dress raconte la génération qui a voulu échapper au schéma parental en vivant sa révolution sexuelle et qui finalement se retrouve avec le goût amer de la solitude. Parce que « je est un autre », Pas d'amour sans amour est écrit à la première personne. Pour celles qui se reconnaîtront, l'identification au personnage d'Eva sera plus facile ; pour les autres, le voyeurisme sera plus grand. Cette chronique est un témoignage de la vie des femmes et des hommes de notre temps. Temps de l'amour oublié... Temps où tout le monde cherche sa place, les hommes face aux femmes, les femmes face aux autres femmes.

  • Terrorisée, Ingrid gardait les yeux fermés. Une poutrelle lui sciait atrocement le ventre, ses jambes pendaient dans le vide, soixante mètres au-dessus du sol. La voix du bourreau lui parvint dure, tendue : - Rampe ! Sous ses paupières closes, Ingrid eut le sentiment que la Tour Eiffel était prise de folie et qu'elle tournait autour d'elle à une vitesse vertigineuse...

  • Une biographie de ce cinéaste qui fit scandale avec le premier film dadaïste Entr'Acte, mais qui sut rallier critique et public avec Un chapeau de paille d'Italie, et qui connut la consécration après la guerre, avec Le Silence est d'or, La Beauté du diable ou encore Belle de nuit. Prix Simone-Genevois 1999 décerné aux meilleurs ouvrages sur le cinéma.

  • La France a-t-elle commis plus d'erreurs que d'autres nations depuis le début de la crise en 1973? Un essai sans concessions qui s'élève au-dessus des débats politiciens.

  • Les étonnantes déambulations d'un acrobate qui a perdu sa femme dans l'incendie d'un cirque. Un livre presque surréaliste par l'auteur de Le Chasseur de violons.

  • En optant pour le socialisme, l'Algérie a échoué. L'expérience d'une économie libérale n'a pas non plus amélioré la situation. Et le jour où le pays tente de devenir démocrate, il doit affronter l'intégrisme... Le destin du peuple algérien a toujours été décidé par décret gouvernemental. C'est là le problème. Aujourd'hui, il est temps de se poser la question essentielle : que veut le peuple algérien pour lui-même ? "Les fils de l'amertume" pose cette interrogation, à travers deux itinéraires de vie : celle de Farid, un oublié de l'histoire, qui devient terroriste, et celle de Youcef, journaliste dans un quotidien, et victime, puisqu'il finit assassiné par Farid. L'un est défini comme un intégriste, l'autre comme un démocrate. Au long de son livre, l'auteur s'efforce de comprendre en quoi la démocratie de Youcef est si fragile, et où le terrorisme de Farid trouve ses origines. Ces deux interrogations débouchent sur une série de questions, qui s'emboîtent à la manière des poupées russes, pour composer la complexe histoire de l'Algérie. La voix de Slimane Benaïssa est puissante, profonde, magnifique.

  • La première biographie qui retrace l'itinéraire littéraire, affectif et amical de Paul Valéry. Le poète sensuel de «Charmes» , l'apologue du silence dans «Monsieur Teste» , l'ami de Gide et de Pierre Louys, esprit novateur et inclassable séduit par le symbolisme, a épousé avec génie les contradictions de son siècle.

  • Les lettres, les appels à la jeunesse, les discours, les notes de travail de celui qui fut commandant en chef de 1950 à 1952 en Indochine. Un document historique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • C'est pour assister aux obsèques de son mari, Maurice, dont elle vivait séparée depuis dix ans, qu'Alix Desroches, accompagnée de sa fille Evelyne, arrive à Bruxelles en août 1996. Peu après, c'est l'enterrement de deux petites filles, enlevées, torturées

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Mais qui est donc Ehud Barak ? Hier encore, personne en France n'avait entendu prononcer son nom ou presque, et voilà qu'aujourd'hui il est partout : dans les journaux, à la radio, sur toutes les chaînes de télévision. Barak, qui veut retirer l'armée israélienne du Liban ; Barak, qui tend la main à la Syrie ; Barak, qui négocie avec Yasser Arafat et parle, comme d'une évidence, d'un État palestinien ; Barak, qui promet que la paix au Proche-Orient sera une réalité à l'aube du troisième millénaire. Son nom en hébreu signifie Éclair, à l'image de sa victoire sur Benyamin Netanyahu, qu'il foudroie par un score sans appel, le 17 mai 1999, lors de l'élection au suffrage universel pour le poste de Premier ministre. Paule-Henriette Lévy et Haïm Musicant lèvent le voile sur la personnalité complexe du fils spirituel d'Itzhak Rabin, assassiné le 4 novembre 1995 pour avoir osé la paix. Ce militaire à la carrière époustouflante, né dans le kibboutz créé par ses parents, désarçonne. Ni franchement à gauche, ni tout à fait à droite, ni vraiment faucon, ni réelle colombe, laïc pétri de culture juive, tacticien de haut vol, tueur politique, pianiste de talent, l'homme est fascinant. Un jour, Amnon Lipkin Shahak, qui fut, à sa suite, chef d'état-major de Tsahal, le comparera à un missile à tête chercheuse, que rien ne peut plus arrêter lorsqu'il est mis à feu. Le missile Barak est lancé ! Pour une fois, il ne s'agit pas d'un engin de guerre, mais d'une arme de paix.

  • En 1852, un jeune homme enthousiaste, Victor Place, est nommé consul de France à Mossoul, au coeur de l'ancienne Mésopotamie. Chargé de défendre les intérêts français, alors que la tension monte avec la Russie, il doit aussi poursuivre les recherches archéologiques entamées par son prédécesseur Émile Botta. Pendant trois ans, en pleine guerre de Crimée, et en dépit d'énormes difficultés matérielles et morales, Victor Place exhume, sur le site de Khorsabad, les vestiges de l'antique Ninive. Parmi eux, de gigantesques taureaux à visage humain qui ornaient le palais du roi Sargon, et qui sont à présent exposés au Louvre. À partir de documents familiaux, Gilles Cosson reconstitue l'aventure romanesque d'un jeune consul aux prises avec les affrontements entre Turcs et Kurdes, la concurrence d'un archéologue anglais, la surprenante amitié d'un aristocrate russe et les sortilèges d'une princesse indigène, sans compter la mauvaise volonté des bureaux parisiens inspirée par Ferdinand de Lesseps. L'isolement, la dureté du climat et les crues du Tigre qui engloutissent une partie de ses fabuleuses découvertes, transforment le séjour irakien de Victor Place en un drame humain.

  • Ce que le lecteur, s'il existe, lira dans cet amas de signes est, et n'est pas, un essai éclaté, est et n'est pas un journal mais, mises à bout, rien que des rêveries d'écritures Or si, ici ou là, il a entendu, roulant, un collier brisé, le bruit de quelques perles, s'il a entendu quelques notes égrenées sur un piano qui, tel jour, à telle page, était par hasard accordé, s'il a, collant son oreille contre une phrase - une seule phrase peut-être et qui, d'apparence, était de bavardage entendu une voix, qu'il sache que, là, le temps fragile d'un frisson, se cachait mon aveu.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Quel étrange secret détenait Claude Palmer, la jeune anthropologue chargée d'une mystérieuse mission sous couvert de l'Année Géophysique Internationale ? Au coeur des Andes, à travers les glaciers de la Puna de Atacama, le géophysicien Laimon Brown la soumettait à une surveillance discrète. Il était intrigué par la photographie qu'elle avait tenté de dissimuler : celle d'un pied géant dans la neige... Intrigué aussi par certains mots bizarres, n'appartenant à aucune langue connue, qu'elle prononçait parfois en état second. Prolongeant ces énigmes, des événements fantastiques allaient bouleverser les scientifiques isolés dans cet enfer glacé...

  • Roman d'exotisme, d'aventure et d'amour. Les îles du Pacifique et une femme à leur image : Maïma.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • A l'été de l'an 1553, Roman Baines débarque du premier navire anglais jeté sur la côte russe. Il a dix-sept ans et rejoint Moscou, fasciné, enthousiaste. Un paradis d'or et de lumière... Mais très vite le destin frappe. Dénoncé comme l'amant d'une belle veuve, Roman est arrêté, roué de coups, enterré vivant dans un cachot. Il en sort pour un autre enfer dont le maître est le puissant seigneur-marchand Anika Stroganov, chargé par le tsar de conquérir la Sibérie ! L'immensité de ce territoire, des rives de l'Arctique aux frontières de Chine, de la Volga au Pacifique, demeure totalement inexplorée. C'est une terre d'épouvante, peuplée de démons impurs, de cannibales et de créatures immondes. Devenu l'homme d'Anika, Roman Baines découvre la Russie du XVIe siècle, celle des boyards crasseux et superstitieux, la Russie ravagée par des bandes cruelles à la solde d'Ivan le Terrible, autocrate illuminé. Il découvre l'amour, et la haine, la folie en même temps. La soif de vengeance lui dévore le coeur, et le lance à la poursuite des derniers descendants de Gengis Khan. Elle le conduit, seul très loin au coeur de la Sibérie, jusqu'à entrer lui-même, en guerrier, dans la légende des conquérants. De ce destin fabuleux, de cette rencontre sur la Terre-qui-dort, est né le plus puissant empire de la planète, celui des tsars.

  • A en croire les sondages, le paysage catholique français est de plus en plus sinistré : églises désertes, sacrements en voie de disparition, pratiquants incultes. Pourtant, la foi est à la mode, l'Eglise est souvent à la une et le pape publie des best-sellers. Qui sont les catholiques d'aujourd'hui? Comment devient-on catholique et comment le reste-t-on? L'auteur a mené l'enquête.

empty