Arts et spectacles

  • « Sans la musique, la vie serait une erreur », disait Nietzsche. Sans les stars aussi. Les stars ont bouleversé notre siècle, en même temps que la révolution médiatique. Elles imprègnent notre vie quotidienne, nous fascinent et nous transforment, jouant sur notre psychisme, nos goûts et nos comportements. Pourquoi les stars nous hantent-elles à ce point ? À notre époque, marquée par une déviation de la spiritualité et par une médiatisation planétaire, les stars sont devenues les dieux maudits, les héros damnés de la nouvelle religion universelle. Elles sont notre Colonel Kurtz, ce rôle-clé de Marlon Brando. « Riches et célèbres », les stars représentent ce qu'une civilisation matérielle peut offrir de mieux au citoyen mué en spectateur passif. La star exauce d'autre part nos fantasmes et nos désirs, et elle brave interdits et tabous. Elle est « celle qui nie » (Méphisto) et qui franchit, comme Jim Morrison, les Doors, les portes qui nous retiennent. Mais il y a un prix à payer : la damnation des stars, à la hauteur des plaisirs souverains d'une existence superbe. Pour avoir vendu son âme au diable, la star est victime de souffrances liées à un parcours chaotique et ténébreux... « Le génie, ça rend marteau », chantait Gainsbourg... Les stars connaissent souvent un destin tragique. Comme un héros de tragédie, la star doit payer au démon ce qu'elle lui a coûté pour sa promotion et la réalisation de ses secrets desseins. La star tragique peut périr jeune ou finir isolée et oubliée, et macérer les souvenirs amers de sa jeunesse folle sur son boulevard du crépuscule. Cette enquête, d'inspiration faustienne, montre que les destins d'exception liés au spectacle sont en même temps bien souvent de terribles épreuves. La durée de vie des stars est en moyenne inférieure à la nôtre. Elles risquent leur vie par leurs tentations et leurs audaces ; ou elles meurent comme Marilyn du vol de leur apparence ; ou elles se désespèrent comme Kurt Cobain de leur voyage au bout de la nuit...

empty