Science-fiction

  • « Des vampires, lâche Kevin. Ce sont tous les deux des vampires.
    - Qui ça ? » je demande entre deux coups de dents dans la pomme. Kevin et moi étions perchés à six ou sept mètres au-dessus du sol, dans un arbre de son jardin. Nous avions construits là une grossière plate-forme qui se voulait une cabane à la Tarzan. Kevin avait dix ans, j'en avais neuf.
    « Mr. Innis et Mr. Denofrio, m'assène Kevin. Ce sont tous les deux des vampires. »
    Je lève le nez du Superman que j'étais en train de lire. « Ce sont pas des vampires, je lui fais. Ce sont des coiffeurs pour homme.
    - Ouais. N'empêche que ce sont aussi des vampires. Je viens juste de m'en rendre compte. »

    Dan Simmons
    "La barbe et les cheveux : deux morsures"

  • Mr. John Philip Johnson ferma sa porte derrière lui et, descendant les marches du perron, sortit dans le matin éclatant avec le sentiment que tout allait pour le mieux de par le monde en cette journée splendide, car le soleil n'était-il pas doux et chaud ? n'était-il pas à l'aise dans ses chaussures ressemelées de frais ? et il savait qu'il avait choisi exactement la cravate assortie à la journée, au soleil et à ses pieds à l'aise, et, après tout, le monde n'était-il pas tout simplement un endroit merveilleux ? Bien que ce soit un petit homme, et que sa cravate soit peut-être un tantinet voyante, Mr. Johnson rayonnait d'un sentiment de bien-être lorsqu'il arriva en bas des marches et s'avança sur le trottoir malpropre, et il sourit aux gens qui le croisaient, et certains lui rendirent même son sourire.
    Il s'arrêta au kiosque du coin et acheta son journal en lançant un « Bon-jour » plein de conviction au vendeur ainsi qu'aux deux ou trois personnes assez fortunées pour passer par là en même temps que lui. Il n'oublia pas de remplir ses poches de bonbons et de cacahouètes, puis il se mit en route vers les quartiers résidentiels.
    Il passa chez un fleuriste et acheta un oeillet pour sa boutonnière, mais il s'arrêta presque aussitôt pour donner cet oeillet à un petit enfant dans sa poussette, qui le regarda sans mot dire avant de sourire, et Mr. Johnson lui rendit son sourire, et la mère de l'enfant regarda Mr. Johnson durant une minute et sourit à son tour...

    Shirley Jackson

    Un jour comme les autres, avec des cacahouètes

  • Donc vous voulez que je vous parle d'Hayley. Non, j'ai l'habitude. Enfin, je devrais. On ne s'intéresse jamais qu'à ma soeur.
    C'était une journée sinistre et pluvieuse d'octobre ; l'air sentait les feuilles mortes. Les tupélos noirs qui bordaient le terrain de hockey sur gazon avaient rougi, comme une piste d'empreintes de pas sanglantes laissée par un géant.
    J'avais une interro de français et je devais prévoir une semaine de menus végans pour quatre personnes en cours de science de la consommation. Vers midi, Hayley m'a textée de Californie.
    Je sèche les cours. Q et moi on roule vers le festival là !!!
    Je l'ai ignorée. Elle adorait me taquiner avec les joies de la vie en fac. Je l'enviais, mais je refusais de lui donner la satisfaction de le montrer.
    Dans l'après-midi, maman m'a textée.
    Tu as des nouvelles d'Hayley ?
    Non. La loi du silence, entre soeurs, c'était sacré. Son petit ami resterait un secret.
    Si tu en as, appelle-moi de suite.
    J'ai rangé mon phone. Elle était du genre surprotecteur.
    Dès mon retour du hockey, j'ai compris qu'il y avait un loup. Dans l'allée était garée la voiture de ma mère qui ne sortait jamais si tôt du boulot.
    La télé était allumée au sous-sol.
    Maman la regardait, toute pâle. D'une voix étranglée, elle a dit : « La résidence universitaire m'a appelée. Hayley est partie à un festival de musique. Il y a eu une fusillade. »

    Ken Liu
    Pensées et prières

  • « La matrice tire son origine des jeux d'arcade, dit la voix off, des premiers programmes graphiques et des expériences militaires sur les prises crâniennes. »

    Sur le Sony, une guerre cosmique en deux dimensions disparut derrière une forêt de fougères calculées pour démontrer les possibilités spatiales des spirales logarithmiques ; puis défilèrent des images militaires d'un bleu froid, animaux de laboratoire branchés sur des appareils de tests, casques reliés à des commandes de tir de tanks ou d'avions de chasse.?

    « Le cyberespace. Une hallucination consensuelle ressentie au quotidien, dans le monde, par des milliards de techniciens autorisés, par des enfants y découvrant des concepts mathématiques... Une représentation graphique des données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain. Une impensable complexité. Des traits lumineux alignés dans le non-espace de l'esprit, des amas et des constellations d'information. Tels les éclairages d'une ville qui s'éloignent... »

    "Neuromancien" [extrait]
    William Gibson

  • Bifrost t.76

    Revue Bifrost

    Regarnis la pipe. Si je dois raconter cette histoire comme il faut, j'aurai besoin de son aide. C'est bien. Non, inutile de rajouter une bûche dans le feu. Laisse-le mourir. Il y a pire que l'obscurité.
    Ecoute la taverne grincer et gémir dans son sommeil ! Ce ne sont que ses os et ses pierres qui se tassent, pourtant on jurerait entendre le plus esseulé des spectres. Il est tard. On a barré la porte, clos les portes à chaque bout du Pont.
    Le feu dépérit. Dans le monde entier, il n'y a d'éveillés que toi et moi. Ce récit ne convient guère à des oreilles aussi jeunes que les tiennes, mais... Oh ! Pas de cet air renfrogné. Tu vas me faire rire, ce qui messied à ma triste histoire. Bon, voilà qui est mieux.
    Rapprochons nos tabourets des braises, que je te dise tout...

    Michael Swanwick
    Le Récit du changelin

  • Les entretoises en titane, d'un diamètre de crayon, n'étaient pas conçues pour supporter l'impact. Les parois de pressurisation, minces comme des feuilles de papier, avaient fléchi et éclaté, éparpillant les débris dans le vide et sur un kilomètre carré de sol lunaire.
    Un instant avant l'impact, elle avait pensé à vider les réservoirs. Il n'y avait pas eu d'explosion, mais même un atterrissage en douceur aurait détruit le Moonshadow. Dans l'étrange silence, le fragile vaisseau s'était brisé et disloqué telle une canette broyyée.
    Elle se redressa sur le sol lunaire gris et regarda alentour. Son ombre s'étalait devant elle, flaque d'encre affectant une forme humaine fantastiquement étirée.
    Le site, chaotique, stérile, se présentait en lavis soutenus de gris et de noirs. « Grandeur et désolation », souffla-t-elle. Dans son dos, le Soleil frôlant les montagnes allumait des reflets sur les échardes de titane et d'acier éparpillées sur la plaine grêlée.
    Patricia Jay Mulligan considéra ce paysage accablant et s'efforça de retenir ses larmes.

    Geoffrey A. Landis
    Marche au soleil

  • Où avait-il abouti ? Le sol était dur, glissant, l'air noir et puant. Aucun autre détail ne se signalait. Hormis son mal de tête. Allongé sur le sol moite, Festin gémit avant de dire : « Bâton ! » Que le fût en aulne refuse de venir dans sa main indiqua au magicien qu'il courait un danger. Il s'assit. Faute de disposer de son bâton pour émettre une clarté adéquate, il claqua des doigts et prononça un Mot afin de produire une étincelle dont jaillit un feu follet crachotant qui roula sur lui-même. « Monte », dit-il. La boule bleue, oscillante, s'éleva jusqu'à éclairer une trappe en voûte, si loin au-dessus de lui qu'en s'y projetant il vit son propre visage réduit à un point pâle dans l'obscurité douze mètres plus bas. La lumière ne tirait nul reflet des parois humides, tissées de nuit par magie. Il réintégra son corps. « Éteins-toi. » Le feu follet expira. Festin s'assit dans le noir et fit craquer ses phalanges.

    Ursula K. Le Guin
    Le Mot de déliement

  • MARSHALL GROVE était né dans Borough, en une année où les démo-lisseurs avaient, on ne sait en obéissance à quel ordre municipal, cessé de manier, dans ce vieux et pittoresque quartier, le fer et le juron. Au fait, l'épicerie paternelle où il vit le jour, parmi les barils de mélasse, les régimes de millet et les bocaux de marinades, se trouvait à l'angle de Marshallsea Street et d'une venelle sans nom où ne s'ouvraient que d'antiques remises. Son père, Sol Grove, qui avait les mauvais payeurs en horreur, déplorait de tout son coeur sec et honnête la disparition de la vieille prison pour dettes : la Marshall Sea, et c'était par double estime pour cette geôle de la justice financière et de la rue qui abritait son négoce, qu'il donna à son fils le nom de Marshall, au mépris du parrain, Jérémiah Tulkes, qui aurait voulu éterniser son honorable prénom au moyen de la descendance des Grove.

    Jean Ray
    L'Histoire de Marshall Grove

  • Debout dans la salle de bain, Adam récita l'incantation griffonnée sur la serviette en papier, s'attendant presque à voir quelque apparition au regard mauvais prendre sa place dans la glace une fois la dernière syllabe prononcée. Dans son cou, la clapet se courba puis se détacha dans un petit bruit sec. Adam se saisit de la plaque de peau avant qu'elle ne tombe et la déposa sur une feuille d'essuie-tout bien propre. Il avait du mal à voir l'intérieur de l'ouverture, tout en n'étant pas certain de le vouloir véritablement, mais il trouva le port au toucher sans souci. Il retourna dans la chambre, prit la carte mémoire sur la table de nuit avant de s'allonger, prenant soin de baisser l'intensité des lumières.
    [...] Adam positionna la carte mémoire.

    Greg Egan
    La Vallée de l'étrange

  • Quelque chose me contraignait à rester là, comme si une main gigantesque se fût posée sur ma nuque. Une idée me traversa l'esprit. Je regardai le soleil et sursautai : quatre ou cinq fois plus gros qu'à l'ordinaire, rouge sang mais pourtant loin de se coucher, il était suspendu à quarante-cinq degrés au dessus de l'horizon. Aucune parcelle de chaleur ne semblait en émaner : cet astre était froid !

    D'instinct, j'avais d'abord admis comme allant de soi me trouver toujours sur Terre, mais je comprenais que c'était impossible. J'étais forcément arrivé sur une autre planète, gravitant autour d'un autre soleil - une planète glacée couverte d'une neige née de l'air congelé. La terrible réalité de ma situation me transperça : j'évoluais sur un monde pétrifié sous les rais d'un soleil mort !

    John W. Campbell
    Le Ciel est mort

  • Un épi de blé noir sur fond rouge. L'épi s'étirait en amande pointue, on ne pouvait s'empêcher de penser à la lame d'une épée. Sable sur lit de gueule, Merlin ne connaissait pas les mots, il ne savait rien de l'héraldique, il ne savait rien du monde. Le dessin très stylisé se trouvait sur un rectangle de tissu synthétique, un drapeau attaché à la lance d'un equites abattu.
    En voyant le dessin au bout de la lance couchée de ce garçon que Marie, la sage Marie avait allongé d'une balle en pleine tête, il se souvient d'avoir formulé ces mots à voix haute pour la première fois : la dame des moissons, avec un frisson de peur et de fascination comme s'il avait été capable alors de distinguer dans l'avenir son propre chemin, ses propres transformations. Les autres restaientsaisis par l'arrivée soudaine des quatre puppies, et la surprise d'avoir vu l'equites sortir du chemin, sa lance accrochée au dos portant l'étendard de l'épi. Celui-là avait failli les avoir tous, jusqu'au sacrifice d'Ishmaël...

    Laurent Kloetzer
    La Confirmation

  • Jordy Verrill était seul sur sa propriété bordant Bluebird Creek quand la météorite traça son sillage de feu à basse altitude et s'enfouit dans la rive orientale du ruisseau. Le ciel du soir, lumineux vers l'ouest, violet au-dessus de sa tête, noircissait à l'est où luisait le cierge magique de Vénus. On était le 4 juillet ; Jordy comptait aller en ville admirer le vrai feu d'artifice lorsqu'il aurait fini sa dernière parcelle d'érables à sucre, qu'il s'occupait d'entailler et de panser.
    Mais même les gros soleils allumés en fin de spectacle ne valaient guère le bolide au corps brillant qui avait fendu la voûte céleste d'un crachotement rouge terne...

    Stephen King
    Mauvaise herbe

  • Il y aura des gens pour vous affirmer que l'habit fait le moine et, en général, ils ont tort. Toutefois, il serait justifié de dire que, quand le jeune marquis en devenir avait enfilé ce manteau pour la toute première fois, se contemplant dans le miroir, il s'était alors redressé et sa posture modifiée tant il savait, à observer son reflet, que le personnage qui arborait un tel manteau n'était pas un adolescent quelconque, pas un quelconque chapardeur et trafiquant de faveurs. Le garçon revêtu du manteau qui, à l'époque, était trop grand pour lui, avait souri à son image et s'était remémoré une illustration vue dans un livre : le chat d'un meunier dressé sur ses deux pattes de derrière. Un chat décidé, habillé d'un beau manteau et de grandes et fières bottes. Aussi s'était-il attribué un nom. Un tel manteau, il le savait, était d'un genre que ne pouvait porter que le marquis de Carabas...

    Neil Gaiman
    Comment le marquis retrouva son manteau

  • Mon portable vibre. Je paie le taxi.
    Je m'époumone : « Les enfants, papa est rentré ! » Un ballon de foot traîne sur la pelouse. Mon téléphone vibre à nouveau. Je regarde l'écran. Liz. J'appuie sur le bouton sans y penser. Je trébuche sur un gant de baseball. La voix dans l'écouteur monte et descend en montagnes russes. 
    « Il faut que je te parle. »
    Une pointe me traverse le coeur.
    « Moi aussi.
    - Je ne sais pas à qui le dire. Même Nathan, je ne suis pas sûre qu'il me croirait. » 
    Je couvre le micro de la main et crie : « Jérôme ! Charles ! »
    « J'ai fait vérifier les données, murmure Liz. J'ai fait amplifier les courbes. Et le résultat est là, presque imperceptible. J'ai refait trois fois les tests. »
    Un cri traverse le quartier. Le chien des voisins hurle. Un picotement dans ma nuque. « Charles ! Jérôme ! »
    Des sirènes de police percent l'air.

    Olivier Caruso
    Ex Silentio

  • Le film se déroulait dans mon esprit, clair comme de l'eau de roche, et je me retrouvais dans la cellule 14 de la Fusée Quatre tandis que les minutes s'égrenaient et que les parois vibraient chaque fois qu'avait lieu l'explosion qui lançait l'un des engins ; les dix hommes dont je faisais partie patientaient là, dans leur hamac, prisonniers à l'intérieur de cette boîte de métal sans fenêtres et de forme bizarre. On attendit jusqu'au moment où l'énorme main de géant s'abattit sur nous et que son soufflet nous enfonce dans les ressorts de nos couchettes, nous écrasant à nous étouffer, alors qu'on luttait pour respirer, que le sang nous rugissait dans la tête, que notre estomac se soulevait en dépit de toutes les pilules qu'on nous avait fait ingurgiter et qu'on entendait rire le géant. Broum ! Broum ! Broum !
    Il semblait que ces soufflets ne s'arrêteraient jamais ; ils nous martelaient le ventre, nous coupaient le souffle ; on entendait vomir un gars, un autre sanglotait et le Broum ! Broum ! meurtrier riait toujours. Puis le géant cessa de rire, de nous souffleter, et on sentit à nouveau ce corps douloureux et tremblant qu'on était surpris de redécouvrir. Walter Millis jura tout son saoul dans le hamac au-dessous de moi, Breck Jergen, notre sergent d'alors, se débarrassa péniblement de son harnais pour venir voir où nous en étions, puis, dans le brouhaha, une voix faible, cassée, annonça, hésitante : « Breck, je crois que je suis blessé... »

    Edmond Hamilton
    Comment c'est là-haut ?

  • Me voilà seul dans la maison, et les souvenirs reviennent.
    Les miens, ceux de mon été ici, celui de mes huit ans, l'été de personne d'autre. Pas celui d'Hugo. Le mien.
    Tout a commencé par l'image de la gouvernante en train de m'entraîner le long d'un des couloirs de l'étage,
    surgie de nulle part alors que j'empruntais le couloir en question. Puis des moments précis avec Carl,
    des jeux, des discussions, la certitude très nette que je l'admirais, que j'adorais sa présence mais qu'il n'était
    pas vraiment là, pas tout à fait comme nous. Certains souvenirs sont anodins.
    D'autres sont des bribes isolées qui ne riment à rien.
    J'ai des flashes d'une grande salle rouge et de jeux impossibles...
    />
    Mélanie Fazi
    La Clé de Manderley

  • Quatre étages plus bas, au numéro 2 de la rue des Beaux-Arts, la librairie de La Balance est restée ouverte. Derrière
    la vitrine couverte de buée, on peut deviner la joyeuse assemblée qui s'y presse. Un placard, sur la porte, annonce pour ce soir le vernissage de la première exposition française de science-fiction. [...]

    A l'intérieur, les bouteilles de Sancerre tournent, les rires fusent, les esprits s'échauffent. Le petit local est plein à craquer. Il y a Jacques Bergier et Michel Pilotin, au coeur chacun d'un petit cercle de discussion. Des zazous tirés à quatre épingles se prennent en photo avec le grand robot en fer-blanc déniché dans une casse de Montreuil. Des inconnus bouquinent la collection de titres rares réunie pour l'occasion. Indifférent au brouhaha, Pierre Versins passe de tome en tome, griffonnant trois mots dans un carnet avec un rogaton de crayon gris. Valérie Schmidt, la patronne, fait salon à l'étage pour les quelques journalistes qui ont consenti au déplacement. Ils attendent Queneau, qui ne viendra pas. S'étonnent de la nouveauté de ce genre littéraire venu d'Amérique et vieux de plus de trente ans. La libraire parle du jazz, de la guerre, de l'espoir en l'homme. Montre les photos des immeubles que Gaudi a construits à Barcelone.

    Puis la porte s'ouvre, en bas, et Jacques Sternberg entre...

    Léo Henry
    Le Major dans la perpendiculaire


  • Le dernier homme sur Terre ignorait qu'il était le dernier. Et il s'en serait fichu s'il l'avait su. Il n'avait rencontré que de rares humains au cours de sa vie, aucun depuis que sa femme avait cessé de tousser pour se taire à jamais. Quand était-ce arrivé, cela aussi il l'ignorait. Il ne tenait pas le compte des années, ni de quoi que ce soit d'autre. Elle n'était plus pour lui qu'un souvenir flou, mais il en allait de même de tout ce qui datait un peu. La survie au jour le jour mobilisait toute sa ruse et toute sa force, du moins ce qu'il en restait. [...]

    Le dernier homme était né dans une ville qui s'appelait jadis Atlanta. Il l'avait fuie lorsqu'une bande de cannibales s'y était établie, rôdant dans ses rues et ses couloirs en quête de viande fraîche. Ils étaient fort communs quelques générations plus tôt, mais leur gibier se faisait rare désormais. Ceux-là périrent bientôt de diverses façons...

    Poul Anderson
    In Memoriam

  • Bifrost t.79

    Revue Bifrost

    De toutes les personnes qu'elle connaissait, Eleanor Voigt avait le métier le plus étrange : travailler huit heures par jour dans un bureau où il ne se passait rien. Son emploi consistait à surveiller un placard mural. Sa table comportait un bouton qu'elle devait pousser si quelqu'un sortait de ce réduit. Il y avait au mur une grande horloge. A midi pile, Eleanor allait déverrouiller la porte du local avec la clé qu'on lui avait confiée. Nu, il ne comportait ni trappe d'accès, ni panneau dérobé ; elle avait pris soin de l'inspecter. Il s'agissait d'un placard vide, point final.

    Si elle remarquait quoi que ce soit d'inhabituel, elle était censée regagner sa table et appuyer sur le bouton...
    />
    Michael Swanwick
    Les Légions du temps

empty