Policier & Thriller

  • On ne présente plus Arsène Lupin, le personnage créé en 1907 par Maurice Leblanc. C'est un des plus grands héros de la littérature française. Or, comme tous les grands projets, rien ne laissait escompter un pareil succès. Inspiré par le gentleman cambrioleur Raffles de Ernest William Hornung, par les nouvelles d'Edgar Allan Poe, et par la vie réelle de Marius Jacob (pour ne citer que les principales influences), Arsène Lupin naît sous la forme de nouvelles en 1907, bientôt réunies pour former le premier recueil de ses truculentes et insolentes aventures, "Arsène Lupin, gentleman cambrioleur".

  • "L'aiguille creuse" de Maurice Leblanc est le troisième des Lupin, et sans aucun doute l'un des plus sombres. Mais c'est aussi l'un des meilleurs. Tout commence avec un cambriolage où l'on ne vole rien, où ceux qui sont morts ne le sont pas vraiment, et quand le mystère s'épaissit, on comprend qu'il dissimule l'un des secrets les mieux gardés des Rois de France, transmis de Jules César à...Lupin. Le gentleman cambrioleur s'y montre à l'occasion pas si gentleman, et il emploiera tous les moyens pour se défaire de ses adversaires, Ganimard, Sholmès, et le jeune journaliste Isidore Beautrelet. Tout cela pour l'amour de celle qui la nuit où tout commence lui tira dessus. L'un des plus grands Lupin.

  • "Arsène Lupin contre Herlock Sholmès" est un roman de Maurice Leblanc paru en 1908. Il raconte la suite des aventures de notre gentleman cambrioleur, cette fois-ci aux prises avec son ennemi le plus formidable, le célèbre Herlock Sholmès de Scotland Yard ; l'occasion pour Maurice Leblanc d'offrir une revanche aux Français un peu échaudés par la signature d'une entente cordiale avec la perfide Albion un an plus tôt. Et ce sont Les Editions de Londres qui parlent : on aura tout vu !

  • Les confidences d'Arsène Lupin est un recueil de nouvelles de Maurice Leblanc paru en 1911. Dans ce recueil, Leblanc essaie de revenir aux origines truculentes et presque aériennes d'Arsène Lupin, affichant la volonté de se démarquer des romans sombres que sont L'aiguille creuse ou 813. Si les nouvelles varient par leur réalisme, leurs thèmes, leur rythme, on y retrouve le Lupin des débuts, celui de Arsène Lupin, gentleman cambrioleur ou de Arsène Lupin contre Herlock Sholmès, un esthète de la cambriole, un magicien du pied-de-biche, qui dans ce recueil se pique de plus en plus de résoudre des énigmes policières.

  • « Le mystère de la chambre jaune » est un roman policier célèbre de Gaston Leroux. On a tenté d'asssassiner une jeune femme, Mathilde Stangerson, au château du Glandier. Si la jeune femme a échappé à la mort, le mystère reste entier : en effet, l'assassin n'est jamais sorti de la chambre qui était close de l'intérieur. La fenêtre n'a pas été ouverte, et la police, Larsan et Rouletabille ont beau chercher : il n'existe pas de passage secret ni aucune autre issue. C'est l'un des monuments de la littérature policière française.

  • « La Comtesse de Cagliostro » est un roman de Maurice Leblanc publié en 1924. S'il ne s'agit pas du premier roman fantastique écrit par Leblanc, c'est bien la première fois qu'il introduit un élément fantastique dans la série des « Arsène Lupin ». La Comtesse de Cagliostro surprend à plusieurs titres : c'est le roman des origines de Lupin ; il y introduit un nouveau vilain, ou plutôt une « vilaine », d'ailleurs fort jolie, Joséphine Balsamo, Comtesse de Cagliostro, fille de Joseph Balsamo et de Joséphine de Beauharnais, âgée d'une centaine d'années mais en paressant trente ; et un fabuleux trésor, dont l'emplacement est un secret passé de moine en moine depuis des siècles. Enfin, on en apprend beaucoup sur un autre secret de la vie de Lupin. Préface et biographie originales, à découvrir !

  • "La Cagliostro se venge" est un roman policier paru chez Lafitte en 1935, où Arsène Lupin est aux prises avec la Comtesse de Cagliostro, pourtant morte depuis bien longtemps. Avant de mourir, elle avait fait enlever l'enfant de Lupin. Lupin apprend qu'elle en aurait fait un criminel et il est accusé d'un meurtre qu'il prétend n'avoir pas commis.

  • 813

    Maurice Leblanc

    813 est le plus grand roman de Maurice Leblanc. Quatrième aventure d'Arsène Lupin, ce roman en deux parties, publié en 1910, mêle le policier à l'espionnage. Deux fils conducteurs principaux vont se rejoindre dans le maillage complexe de ce roman aux accents à la Dumas : le meurtre brutal du riche Kesselbach, pour lequel on soupçonne Arsène Lupin, et la recherche de documents secrets, vieux de vingt ans, concernant un projet d'accord politique incroyable entre l'Angleterre, l'Allemagne et la France. Jamais Lupin ne se sera autant transformé, jamais ses talents de voleur, de détective, de stratège, son don pour la survie, n'auront autant été mis à l'épreuve. Et jamais Lupin n'aura été aussi sombre, inquiétant, torturé, en danger de perdre son âme, sa tête, sa vie. Avec « Le mystère de la chambre jaune », 813 est un des plus grands chefs d'oeuvre de la littérature policière française.

  • Cette fois-ci, Lupin s'invente une nouvelle personnalité, celle de Jim Barnett, détective privé, plus gouaillard qu'aristocrate. Cédant probablement à la mode naissante du « hard-boiled » américain (le recueil de nouvelles est publié en 1928, et le premier Hammett sort en 1923), Maurice Leblanc nous convie à une dizaine d'enquêtes où Lupin alias Barnett doit à la fois résoudre des crimes et des délits, voler le voleur et se défaire de l'encombrant Béchoux, qui a besoin de son aide mais sait aussi que Barnett n'est pas celui qu'il dit être.

  • « La Barre-y-va » est un roman policier écrit et publié par Maurice Leblanc en 1930. En résumé, Raoul d'Avenac rentre un soir chez lui et a la surprise d'y trouver une jeune femme blonde désemparée. Il la suit jusqu'en Normandie. Bechoux le contacte pour lui demander de l'aide dans une affaire qui le retient près du Havre. Catherine Montessieux (la belle inconnue) et sa soeur Bertrande, sont revenues vivre dans le manoir de la Barre-y-va. Des choses étranges se passent depuis quelques temps dans le manoir : un assassinat, un homme au grand chapeau, de l'or dans l'Aurelle, la rivière qui coupe le domaine en deux, et trois saules sont passés de l'autre côté de la rivière. Seul Lupin trouvera la clé de l'énigme.

  • Le formidable évènement est un roman de science-fiction publié par Maurice Leblanc en 1920; c'est l'histoire d'évènements inexpliqués sur la Manche: un navire soudain emporté par une trombe d'eau, un autre qui disparait dans un tourbillon etc. Puis le 4 juin, c'est le « formidable évènement », un cataclysme naturel d'une telle violence que le tunnel sous la manche est détruit. C'est aussi l'histoire de Simon Dubosc et d'Isabel Bakefield. Ils s'aiment, veulent se marier, mais Lord Bakefield reproche à Simon ses origines roturières. Pour avoir sa fille, Simon devra conquérir un pays...

  • « Victor, de la Brigade mondaine » est un roman policier de Maurice Leblanc publié chez Lafitte en 1934. Victor Hautin est un inspecteur de police qui a passé la plus grande partie de sa carrière aux colonies. Il est décrit dès le début du roman comme : « un vieux policier, habile, retors, hargneux, insupportable ». Il est cabotin, indépendant, épris des jolies femmes et a une tendance à se déguiser afin de tromper ses adversaires. Cela vous rappelle quelqu'un ?

  • « Les milliards d'Arsène Lupin » est un roman policier écrit par Maurice Leblanc en 1939 et publié en 29 feuilletons quotidiens dans « l'Auto ». Il s'agit du dernier roman de Maurice Leblanc, dont l'action, curieusement, se passe en Amérique. Patricia, l'assistante de James Mac Allermy, le fondateur d'un journal à sensation qui relate des faits criminels, est la victime d'une agression.

  • "L'affaire Lerouge" est un roman d'Emile Gaboriau publié en 1866. Certains, et ils sont nombreux, prétendent que "L'affaire Lerouge" est le premier roman policier de l'histoire. D'autres rétorquent que ce privilège appartiendrait plutôt au « Notting Hill Mystery » ou au « Double assassinat dans la rue Morgue ». Aux Editions de Londres nous pensons que "L'affaire Lerouge" présente de nombreux traits communs avec le roman policier, mais qu'il s'agit d'un roman judiciaire. Naturellement, nous expliquons pourquoi, avec preuves à l'appui.

  • Munera

    Eric Calatraba

    Un cadavre est repêché à Nice. Cela arrive. Mais dans un sac, en compagnie d'un coq, d'un singe, d'un chien et d'un serpent, c'est beaucoup plus rare. Le SRPJ est immédiatement saisi ; le capitaine Raphaël Larcher et son coéquipier Ugo Lucchi sont mis sur l'affaire. La chasse à l'homme est lancée, mais les deux super flics ne savent pas encore à quel point cette expression va prendre tout son sens lors de cette enquête hors norme. A travers l'Histoire et le monde, ils vont aller de surprise en surprise. Après le plébiscité Haïku, Eric Calatraba ne relâche pas la pression, maintient le rythme et nous livre un véritable page turner.

  • « Les trois yeux » est un roman d'anticipation de Maurice Leblanc d'abord sorti dans le magazine Je sais tout en 1919, puis publié chez Laffitte en 1920. Victorien Beaugrand passe quelques temps chez son oncle, à Meudon. Son oncle a un secret : derrière un voile noir, il découvre un pan de mur sur lequel apparaissent trois yeux, chaque apparition des yeux sur le mur est suivie de la projection d'une scène du passé. C'est la découverte la plus sensationnelle de tous les temps. Mais que représentent ces yeux et d'où viennent ces images ?

  • « Un meurtre aux allures de règlement de compte est perpétré sur la Côté d'Azur : dans l'obscurité d'un parking, un homme est tailladé à l'épée puis brûlé vif. Pour couronner le tout, le tueur a signé son méfait d'un haïku énigmatique.
    Raphaël Larcher, jeune flic atypique, est mis sur l'enquête. Il est loin de s'imaginer qu'il va devoir faire face à son « jumeau de l'ombre ».
    Haïku est un polar à cent à l'heure, qui tranche dans le vif et fait voyager le lecteur à travers le monde. Ce roman promet également aux curieux une plongée dans l'univers de l'opéra, de la parfumerie, des grosses cylindrées et des arts martiaux. »

  • Monsieur Lecoq est un roman policier ou judiciaire d'Émile Gaboriau. S'il s'agit de la troisième apparition de l'inspecteur Lecoq, découvert avec L'affaire Lerouge, ce roman est censé décrire ses débuts rue de Jérusalem. Il est déjà épaulé par son mentor Tabaret, se frotte à un crime mystérieux commis par un saltimbanque qui a l'air de tout sauf d'un saltimbanque. Plus touffu que les autres, c'est avec L'affaire Lerouge, l'oeuvre la plus célèbre du premier des romanciers policiers français.

  • Le crime d'Orcival est un roman d'Emile Gaboriau paru en feuilleton dans le Petit Journal en 1866, puis publié dans on intégralité en 1867. C'est déjà une magnifique histoire de crime parfait, ou presque. Un matin à l'aube, on retrouve le cadavre de la Comtesse de Trémorel, dans le parc de son domaine de Valfeuillu, horriblement assassinée. Comme leur maison d'Orcival est sens dessus dessous, qu'une grosse somme d'argent s'y trouvait, la police conclut rapidement au double assassinat crapuleux. Un problème : on ne parvient pas à retrouver le corps du Comte. Arrive l'inspecteur Lecoq, qui comprendra bien vite que la réalité est toute autre, qu'il ne faut guère se fier aux apparences, et que derrière tout crime il y a un secret enfoui.

  • «L'île aux trente cercueils» est un roman de Maurice Leblanc publié en 1919. L'île aux trente cercueils s'inscrit à la fois dans une continuité, celle de L'Eclat d'obus, du Triangle d'or, roman de guerre, germanophobe, noir et violent, dépeignant un Arsène Lupin quasi invincible, qui apparaît en deuxième partie en tant que Don Luis Perenna, et qui, en quelques heures, résout le mystère le plus insondable, rend l'espoir aux héros, punit les ennemis maléfiques. Mais c'est aussi le roman d'une certaine discontinuité, car c'est certainement le plus gothique de tous les Lupin, jonglant avec les légendes celtes, l'ambiance lugubre d'une île imaginaire de Bretagne, l'horreur et le fantastique. Préface et biographie originales, un des Lupin les plus étonnants.

  • "Les Dents du tigre" est un roman de Maurice Leblanc publié en 1921. Venant après L'Eclat d'obus, Le Triangle d'or, L'Île aux trente cercueils, il reste dans une tradition noire, et continue à peindre des adversaires de plus en plus machiavéliques, voire diaboliques, insaisissables qui s'affrontent à un Lupin alternant les moments de génie, de dépression, contraste vivant, à la fois insolent, bravache, mais aussi démuni, impuissant. Certainement un des Lupin les plus remarquables par sa longueur, l'aspect rocambolesque de ses aventures, et surtout la multiplicité des rebondissements. Au final, c'est quand il est au plus bas que Lupin rebondit : à lire rien que pour sa confrontation avec le Président Valenglay, et le marché qu'il lui fait accepter, un empire des sables contre vingt-quatre heures de liberté...Le roman aussi où l'on apprend tout sur le passé de légionnaire de Don Luis Perenna. Préface et biographie originales, à lire !

  • "The false Burton Combs" is a crime story written by Caroll John Daly and published in the "Black mask magazine" in December 1922. The narrator, a tough guy, "kind of private eye", is approached by a man who wants him to travel to Nantucket under his identity. Once on the island, he will be Burton Combs. And problems will start arising...With its cortege of evil mid-aged women, femmes fatales, cold-blooded killers, without forgetting a trial, and a final twist at the end, The false Burton Combs is known as the first ever "hard-boiled" story, preceding Hammett's Continental Op, and Daly's work the inspiration of Mickey Spillane. Discover The false Burton Combs with its original preface (we briefly review the codes of the "hard-boiled" genre amongst many other things) and biography in this new edition by Les Éditions de Londres.

  • Une nuit sous une pluie battante, Naomi tombe en panne d'essence. Une voiture s'arrête. La conductrice n'est autre que celle qui a projeté de se débarrasser d'elle: la femme de son amant.


    Dans un grand shaker, versez généreusement jalousie, profit, infidélité, chantage, prostitution, déception, addiction et tromperie. Remuez férocement. Dégustez de préférence au bar clandestin d'un hôtel de luxe.


    Mi-polar, mi-noir, Insoumission est un roman incisif et dérangeant, servi par un style fin et percutant. Un roman qui part en trombe et qui nous entraîne inexorablement vers le choc au bout de la route.


    Olivier Chapuis est Suisse, mais il ne fabrique ni montres, ni couteaux, ni chocolats. Il est né en 1969, année à laquelle fut mis au jour un squelette de mammouth au Brassus dans le canton de Vaud. Il est l'auteur de plusieurs romans et nouvelles, dont Fragments et Le voisin.

  • Après plusieurs années d'exil, l'officier de santé Jacques Viscus revient au Puy-en-Velay, son pays natal. Un homme qui a fauté avec sa domestique ne tarde pas à le contacter et le supplie de lui apporter son aide. Jacques a beau être un fervent chrétien, tout le monde ne se félicite pas de son retour en terre auvergnate. Celui-ci est-il le signe de sa rédemption ou l'ultime étape d'un parcours parsemé de zones d'ombre ?
    Le faiseur d'anges est une nouvelle de la série « Jacques l'Éventreur », pour laquelle les auteurs doivent librement s'inspirer de l'histoire de « Jack l'Éventreur » en situant leur histoire en France.

empty