Omnibus

  • Douze enquêtes du plus déroutant des enquêteurs de la fiction policière : le Père Brown.

    Le père Brown est un des personnages les plus célèbres - et le plus déroutant - de la fiction policière. Ce prêtre catholique d'une petite paroisse de l'Essex, pet

  • Surcouf Nouv.

    Les aventures pleines de panache du corsaire de Napoléon, racontées par son descendant Pour qualifier Surcouf, les superlatifs manquent : il fut le plus brave, le plus audacieux, le plus insouciant, le plus intelligent... et le plus heureux de tous les corsaires ! Entre 1794 et 1814, ce Malouin mit son talent et son ahurissante témérité au service de la République, puis de l'Empereur... pour son plus grand profit : plus de 50 navires attaqués, 500 millions de livres de prise et le commerce anglais durablement désorganisé. Le nom de Surcouf est devenu e 1800 synonyme de "croquemitaine" dans les familles de Portsmouth et de Douvres.
    Personnage historique, Surcouf est aussi et surtout un mythe. Celui d'une ville, Saint-Malo; celui d'une région, la Bretagne, mais aussi de la France révolutionnaire en lutte contre l'Angleterre. Un mythe qu'il est bien agréable d'entretenir tant le récit de ses aventures est joyeux.

  • Une enquête d'Ellery Queen, un des plus grands noms de la littérature policière du XXe siècle.

    Jeune retraité de la police, l'ex-inspecteur Richard Queen s'ennuie. Sa rencontre avec une jeune nurse bouleversée par la mort d'un bébé dont elle avait la g

  • Avec cette sélection de 22 contes et nouvelles, dans des traductions nouvelles ou révisées, on fera connaissance avec une grenouille de compétition, une montre hystérique, un fantôme maladroit et encombrant, une dinde facétieuse, une foule de personnages pittoresques, des situations absurdes nées de l'imagination fantaisiste de l'auteur qui prouve qu'il est, bien plus qu'un écrivain pour la jeunesse, un humoriste d'une étonnante modernité.

  • "Un scandale en Bohême", "Une affaire d'identité", "La bande tachetée", "La cycliste solitaire", "Charles Augustus Milverton", "Le manoir de l'abbaye", "La disparition de lady Frances Fairfax", "La pensionnaire voilée", "La boîte en carton".
    On a souvent taxé Sherlock Holmes de misogynie ; et pourtant, les figures féminines abondent dans ses aventures, dont Irene Adler - "LA femme" -, héroïne de la première des cinquante-six nouvelles de ses aventures, "Un scandale en Bohême". Ces neuf nouvelles ont chacune une femme comme personnage central, qu'elle soit victime ou objet de l'enquête du génial détective.
    La traduction d'Eric Wittersheim rend grâce au style fluide de Conan Doyle.

  • On le sait peu, sir Arthur Conan Doyle avait commencé sa carrière comme médecin à bord d'un navire baleinier puis d'un cargo mixte le long des côtes d'Afrique. Il n'oublia jamais ces aventures vécues côte à côte avec de simples matelots et des capitaines téméraires. Il en a tiré douze récits réunis en deux recueils - Contes de pirates et Contes de la haute mer. Ils étaient restés peu connus surtout en raison de leur traduction en français, dépassée et peu respectueuse de l'univers marin. Cette nouvelle traduction, à la fois moderne et maritimement irréprochable, restitue ce qu'on aime le mieux en Conan Doyle : son art de suggérer une atmosphère terrifiante en quelques phrases, de nouer une énigme apparemment inextricable, de la dénouer avec une logique qui laisse admiratif. On découvre alors que la mer offre le plus inquiétant des décors, le bateau le plus angoissant des huis-clos, et le monde des pirates les plus fascinants des meurtriers.

  • Pierre, Louis, René, Guillaume... ils n'étaient pas des pêcheurs comme les autres. Ils n'avaient aps quinze ans quand ils se sont embarqués, et ont labouré vingt années durant les eaux glacées qui vont de l'Islande à Terre-Neuve. Ils racontent l'excitation du poisson qui mord et l'orgueil du retour les cales pleines, mais aussi, surtout, les mers démontées, les tempêtes de neige, la mort tapie dans la brume. On les appelait les "bagnards de l'océan" ou les "galériens des brumes" . Pourtant leurs souvenirs laissent une large place à la gaieté, à l'émotion, et même à la nostalgie. On comprend pourquoi, à écouter leurs voix d'hommes simples et dignes. D'anecdotes en portraits, ils décrivent une aventure comme il n'en existera plus jamais.

  • Plus que Les Sept Piliers de la sagesse (1922), l'oeuvre la plus connue de T. E. Lawrence, c'est ce texte, Révolte dans le désert, qui a servi de scénario au film culte de David Lean, Lawrence d'Arabie. Sans les développements philosophiques qui rendent parfois difficile la lecture des Sept piliers, ce récit autobiographique publié en 1922 privilégiait les actes, les rencontres, la souffrance et l'exaltation... De page en page, l'auteur raconte comment, d'agent au Service des renseignements militaires britannique, il est devenu "Lawrence d'Arabie" : en parlant leur langue aux émirs bédouins, en réussissant la traversée du désert du Nefoud, en attaquant Akaba aux côtés les tribus arabes unifiées, en harcelant des troupes ottomanes jusqu'à la conquête de Damas et la tragique déception : les diplomates refusaient de tenir les promesses que lui, "Aurens", avait fait à ses camarades de combat. Ecrits dans une langue magnifique où courent le vent de l'épopée et la tristesse d'un guerrier désenchanté, ces souvenirs forment un roman vrai incomparable.

  • Pirates et mutins, trésors et pillages, tempêtes et naufrages... En mer tout est démesuré. Trois récits historiques pleins de violence et de rêve, pour ceux que fascine l'aventure absolue.


    Les trésors de la flibuste : ils sont encore là, oubliés ou broyés par les séismes, au fond des eaux, dans les grottes de l'île de la Tortue, dans les montagnesd'Haïti. Mais le plus grand de tous demeure dans le souvenir d'une épopée nihiliste, exaltante et terrible.
    La disparition de La Pérouse : sur les récifs d'une petite île de Mélanésie gisent deux épaves écrasées par un ouragan un sinistre jour de 1788. Pourront-elle jamais révéler quel fut le destin de M. de La Pérouse et de ses équipages ?
    Le drame du Bounty : pour rester dans le paradis qu'ils croyaient avoir découvert, ils commirent l'irréparable. Ils ont payé très cher leur rêve, mais peut-être en valait-il la peine ?

  • Il existe un proverbe pour chaque situation de la vie quotidienne, une petite phrase musicale venue du fond de nos traditions tout exprès pour nous aider. Toujours vif, toujours simple, drôle et sage à la fois, il nous a été légué par nos grands-parents. Pour que l'héritage ne se perde pas, il suffit de le citer au bon moment.
    "Ce que l'oeil ne voit, le coeur n'y songe pas." Proverbe belge

  • Un ouvrage de référence pour un des grands mythes modernes, né en mars 1818 sous la plume de Mary Shelley.En mars 1818 paraissait
    Frankenstein ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley, épouse du poète Percy Shelley - Frankenstein, du nom du savant qui donna vie à une créature assemblée avec des éléments de cadavre. Réflexion sur les excès de la science, sur l'ambition de défier Dieu en créant la vie, le roman est surtout fondateur d'un des plus grands mythes modernes (au même titre que
    Dracula), inspirant la littérature (de S-F, dont il est un des précurseurs, et autres), le théâtre, la BD, les jeux vidéo, et bien sûr le cinéma.
    C'est cet univers qu'explore de A à Z Claude Aziza, spécialiste de culture populaire (on lui doit notamment un
    Dictionnaire du western...) et également de la littérature du XIXe siècle.

  • Aucun roman d'aventure, aucun film à grand spectacle ne peut égaler les carnets de voyage de ces explorateurs. Bruce, Burton, Speke, Baker, Alexine Tinne, Livingstone, Stanley... tous avaient quelque chose des chevaliers de la quête du Graal. Voici leurs plus belles pages. Elles racontent la traversée des savanes écrasées de soleil, le bivouac autour d'un feu, la rencontre avec les chefs africains et les chasseurs d'esclaves, les rivières en crue et les murailles de terre, les échos de la brousse, les vagues immenses des troupeaux de gnous... On comprend, à les lire, que la recherche des sources du Nil reste l'archétype de l'aventure contemporaine.

  • Un bout de rocher battu par les tempêtes aux confins du Pacifique Sud ; une terre sans arbres, dont les habitants vivent à demi-nus tapis dans des huttes de roseaux au ras du sol ; un monde étrange où les pentes des volcans sont hérissées de statues géantes dont personne ne peut dire l'origine ni la signification... Ainsi apparut l'île de Pâques aux découvreurs européens qui s'y succédèrent. Ainsi, dans le même temps, apparut l'énigme qu'elle posait -- ou plutôt les énigmes car il faut ajouter à la présence des statues celle des caractères rongo-rongo, sorte d'écriture que les Pascuans ne savent pas lire.
    Des réponses ont été apportées. On sait maintenant qui a construit les statues et comment. Mais la plus grande énigme demeure : celle de la disparition d'une civilisation complexe selon un scénario qui pourrait être celui de la disparition de l'espèce humaine à l'échelle de la planète.
    Réunis pour la première fois, les témoignages des voyageurs, archéologues et anthropologues livrent aux amateurs de sciences - naturelles et surnaturelles - les éléments factuels qui leur permettront d'envisager dans toute son ampleur le problème posé et ses prolongements écologiques.

  • Aplusse, Bankable, Bravitude, Checker, Combientième, Googliser, Overbooké, Procrastiner, Spoiler...
    Voici quelques-uns des 200 mots que l'on entend (presque) tous les jours, que l'on utilise et qui ne figurent pourtant dans aucun dictionnaire autre que celui-ci. Grâce à des définitions aussi érudites que pleines d'esprit et d'humour, il guidera tel citoyen désemparé face aux modes vocabulistiques et corrigera tel autre qui, par exemple, emploie Dilemne pour Dilemme.
    De Abracadabrantesque à Zlataner, cet abécédaire aidera le lecteur à démêler le vrai du faux tout en lui offrant l'occasion d'appréhender la langue en train d'évoluer... et de comprendre le dialecte de ses propres enfants.
    Cette nouvelle édition 2015 mise à jour voit disparaître les mots qui depuis 2013 ont intégré les dictionnaires et surgir d'autres mots qui ont émergé depuis, tels Aquabiking, Bashing, Déjeunatoire, Panthéonisable, Webinaire ou Selfie.
    Un des rares livres de référence que l'on lira de A à Z comme un drolatique miroir des modes et innovations de notre époque.

  • Amphigourique, concupiscent, kafkaïen, picaresque, salmigondis, surréaliste... Chacun s'approprie les mots à sa façon. Mais les emploie-t-on à bon escient ?
    Ce dictionnaire répertorie 300 termes éloignés de leur sens originel, mal interprétés ou indûment employés. Tristan Savin a retrouvé leur étymologie et explore les causes de ces glissements sémantiques avec érudition et humour. Et enfin le lecteur connaîtra le sens réel de mots que leur succès a détourné de leur signification originelle. Sait-on qu'un "sbire", aujourd'hui "homme de main", est un mot d'argot attribué à Rabelais qui signifiait "policier" ?

  • Images de Brest pendant les bombardements, enquête sur les mystères de la libération à Bordeaux, tableau du marché noir à Lille, réalité de la résistance à Nantes...
    Interviews, reportages, témoignages... Voyage dans la France occupée réunit les enquêtes que des journalistes et correspondants de L'Express ont fait sur la période 1940-1945 dans les villes du territoire français. L'ensemble de ces petites touches précises forme un tableau particulièrement vivant de la vie quotidienne des Français sous la botte et sous les bombes.
    Textes extraits des archives de L'Express.

  • Les monstres

    Bernard Michal

    Barbe-bleue hante notre imaginaire. De siècle en siècle, il poursuit les jeunes filles naïves, plus terrifiant encore depuis que, rebaptisé serial killer, il a quitté les contes pour envahir la fiction adulte. Gilles de Rais, Sade, Landru... trois noms qui établissent un lien entre l'Histoire et le fantasme, trois noms qui associent le sexe à la mort. S'aventurer dans les archives judiciaires laissées après leurs procès, c'est quitter le territoire de l'imaginaire horrifique pour pénétrer dans celui de la connaissance. Un voyage passionnant et fécond.

  • Découvrir ou redécouvrir les grands dieux et déesses de la mythologie gréco-romaine, mais aussi les très nombreuses divinités secondaires qui peuplent le ciel, la terre et le monde souterrain, ainsi que les notions fondamentales qui permettent de comprendre la manière dont les Anciens, Grecs et Romains, se représentaient le divin.
    100 entrées illustrées d'extraits de textes fondateurs, 3 grandes entrées thématiques, 3 tableaux généalogiques.

  • La moutarde vous monte au nez ? Vous seriez anglais, vous auriez plutôt "des noeuds dans le slip'.
    Quand les Français "travaillent du chapeau', les Anglais ont "des chauves-souris dans le beffroi', les Allemands manquent "de tasses dans l'armoire'.
    Si vous êtes riche, en France, vous avez "du blé' ; en Espagne vous avez "de la laine', en Allemagne "du charbon'.
    Autant de différences dont chacune raconte une histoire venue de loin, aux sources de l'humour populaire. Maria Grazzini et ses amis traducteurs se sont amusés à les réunir, révélant en les comparant l'incroyable richesse de ces expressions imagées. En effet, au-delà du pittoresque, elles racontent la vie quotidienne, les peurs, les fantasmes, les rêves, tout cela revisité par une ironie pleine de bon sens, celle des petites gens.


  • Une rétrospective du plus grand procès de tous les temps

    Nuremberg, novembre 1945, premier automne de la paix. La ville est détruite, la moitié des habitants a disparu. Partout la misère, le chômage. C'est dans ce champ de ruines, symbole de sa défaite, que va être jugé le nazisme. 24 accusés, 8 juges, 5 procureurs assistés de 50 consultants, 400 journalistes, des charges multiples : complot, crimes contre la paix, crimes de guerre, crimes contre l'humanité... Mais un absent, Hitler. Son ombre va planer sur le procès tandis que surgit une question insoluble : que juge-t-on, à Nuremberg ? De diaboliques idéologues manipulateurs de l'Histoire ? Ou de simples médiocres soudainement investis du pouvoir de tuer, images de la "banalité du mal" ?
    Ce livre aide le lecteur à répondre en livrant les éléments du débat : rétrospective du déclenchement de la guerre et de l'engrenage de la Shoah ; déroulement du procès, avec les témoignages, les réquisitoires, les plaidoiries, les commentaires des historiens. Et la mise au jour des frémissements de la Guerre froide, déjà sensibles dans les suprenants échanges de paroles dont Nuremberg a été le théâtre.
    Réédition d'un ouvrage écrit par des journalistes reporters en 1966 dans une version actualisée à la lumière des travaux les plus récents

  • D'Austerlitz à Waterloo, les hommes de la Grande Armée racontent...
    Silvain, le soldat de seize ans, Jean-Marie, le vieux grognard, Adam l'officier d'ordonnance... Tous, ils ont suivi l'Empereur jusqu'à Moscou en passant par Austerlitz, Iéna, Wagram, et pour finir, Waterloo. Un jour, ils ont posé les armes, et, par chance, ils se sont décidés à écrire leurs souvenirs. Les meilleurs - ah ! le soleil d'Austerlitz - et les pires : la boue, la glace, le sang... Voici les plus émouvants d'entre eux, agencés de façon à écrire une histoire de la Grande Armée. Pour un peu, on entendrait cliqueter les sabres !
    .

  • Redécouvrez le vrai sens des mots, adoptez-les de nouveau et brillez en société ! Amphigourique, borborygme, cacochyme, kafkaïen, picaresque, surréaliste... Chacun s'approprie les mots à sa façon. Mais les emploie-t-on à bon escient ? Voici 320 termes éloignés de leur sens originel par l'usage, mal interprétés ou indûment employés. Tristan Savin a retrouvé leur étymologie pour explorer les causes de ces glissements sémantiques, et le lecteur connaîtra enfin le sens réel de mots que leur succès a détourné de leur signification première. Sait-on qu'un sbire, aujourd'hui "homme de main", est un mot d'argot attribué à Rabelais qui signifiait "policier" ? Sait-on que "glauque" désigne à l'origine la couleur vert pâle ou gris-vert, celle de la mer ou de certains yeux ? Sait-on que "médiocre" signifie exactement la moyenne "entre le grand et le petit, entre le bon et le mauvais" d'après le Littré ?

  • Quand nos mots de tous les jours sont issus de personnages réels ou fictifs... Une balade érudite et pleine d'humour dans l'histoire de notre langue. Si l'on sait ou l'on se doute que l'adjectif " cartésien " nous vient du philosophe Descartes ou le " sadisme " du marquis de Sade, qui peut deviner que la banale poubelle tient son nom d'un préfet de la Seine qui, pour des raisons d'hygiène, imposa son usage en 1884, que le mot rustine est dû à son inventeur, un certain Louis Rustin, ou encore que Bluetooth était le surnom d'un Viking du Xe siècle ? Après Le Dico des mots qui n'existent pas (Bibliomnibus, 2014), Olivier Talon et Gilles Vervisch analysent avec un humour qui n'empêche pas l'érudition près de 140 mots usuels issus de personnages réels, célèbres ou un peu moins.

  • Pour voter avec le sourire, voici réunis 200 mots d'esprit écrits au fil des siècles par des écrivains, des philosophes et des hommes d'Etat sur les moeurs politiques... Un petit livre d'une savoureuse pertinence préfacé par Françoise Fressoz, éditorialiste au Monde ! Les Français vont élire au printemps 2017 le président de la République. Avant de se rendre aux urnes, ils devront se poser les bonnes questions, et y répondre. Prendre quelques conseils ne sera alors pas superflu... Pourquoi pas auprès des hommes d'esprit de notre histoire ? De Pascal à Pierre Dac en passant par Voltaire, Jules Renard, Oscar Wilde, voici 200 pensées formulées par des philosophes, des écrivains, des politiciens ou des humoristes - autant de réflexions subtiles ou ironiques qu'on peut, au choix, approfondir ou détourner de leur sens pour améliorer la qualité de la vie politique en ces temps de campagne électorale. Quelques exemples : La calomnie est en politique moins gênante que la manifestation de la vérité. Charles Péguy On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après une partie de chasse. Georges Clemenceau La politique, c'est une certaine façon d'agiter le peuple avant de s'en servir. Talleyrand La popularité, c'est un rasoir entre les mains d'un enfant. Prince de Ligne Le prétexte ordinaire de ceux qui font le malheur des autres est qu'ils veulent leur bien. Vauvenargues

empty