Pocket (réédition numérique FeniXX)

  • Marthe Richard n'a rien résolu... Si les maisons de tolérance ont disparu, si les hôtels de passe ferment les uns après les autres, l'homme à la recherche de l'âme-soeur contre espèces sonnantes peut toujours se procurer l'adresse d'un « clandé », d'un bar accueillant ou d'un restaurant dont les spécialités les plus épicées ne figurent jamais au menu. Quant aux grandes nouveautés : les salons de massage très spéciaux ou les théâtres porno, nul besoin de longues recherches pour en connaître l'adresse : il suffit pour cela de se reporter à son hebdomadaire de spectacles préféré. L'auteur de cet ouvrage n'a eu que l'embarras du choix pour sélectionner dans les classeurs des inspecteurs de la Brigade des Moeurs ces Dossiers brûlants.

  • Du dentiste qui achète une prostituée à son protecteur au faux brave homme qui met les jeunes amies de sa fille sur le trottoir, il n'est pas de jour où les inspecteurs de la Brigade des Moeurs ne découvrent dans tous les milieux des affaires étonnantes. De Besançon à Rennes, de Nice à Nantes, il s'en passe des choses ! Et il n'y a pas d'âge pour exploiter le vice. Ces Dossiers croustillants racontent tous des histoires vraies, qui ont provoqué enquêtes policières et instructions judiciaires. Pour respecter l'anonymat des personnes en cause les noms des villes et des protagonistes ont parfois été changés. Mais les lecteurs de ces nouveaux Dossiers reconnaîtront peut-être ceux qui sont évoqués ici...

  • La France du sexe se porte bien, comme en témoignent ces dossiers émoustillants constitués de faits divers amusants, étranges ou révoltants dont la police ou la justice ont eu à connaître. Ce qui étonne dans ces dossiers, c'est l'imagination sans limite des héros ou des héroïnes de ces histoires. A Nice, c'est un touriste allemand qui prostituait sa fille pour prolonger ses vacances sur la Côte d'Azur. A Marseille, c'est un transsexuel qui voulait être mère. A Paris, c'est un faux gynécologue qui se réclamait de la mairie pour procéder à un examen approfondi des lycéennes. A Toulouse, un professeur d'éducation sexuelle donnait des cours pratiques à ses élèves. A Paris encore, un ecclésiastique prêchait la morale dans les sex-shops pour mieux voler les films pornographiques qu'il se projetait ensuite. Certaines bourgeoises désoeuvrées du seizième arrondissement avaient même voulu jouer aux call-girls. Mal leur en prit... Tant il est vrai que, si une morale se dégage de ces dossiers libertins, c'est bien qu'en matière de moeurs, les amateurs ne font pas encore le poids !

  • Marthe Richard n'a rien résolu... Si les maisons de tolérance ont disparu, si les hôtels de passe ferment les uns après les autres, l'homme à la recherche de l'âme-soeur contre espèces sonnantes peut toujours se procurer l'adresse d'un « clandé », d'un bar accueillant ou d'un restaurant dont les spécialités les plus épicées ne figurent jamais au menu. Quant aux grandes nouveautés : les salons de massage très spéciaux ou les théâtres porno, nul besoin de longues recherches pour en connaître l'adresse : il suffit pour cela de se reporter à son hebdomadaire de spectacles préféré. L'auteur de cet ouvrage n'a eu que l'embarras du choix pour sélectionner dans les classeurs des inspecteurs de la Brigade des Moeurs ces Dossiers brûlants.

  • Du dentiste qui achète une prostituée à son protecteur au faux brave homme qui met les jeunes amies de sa fille sur le trottoir, il n'est pas de jour où les inspecteurs de la Brigade des Moeurs ne découvrent dans tous les milieux des affaires étonnantes. De Besançon à Rennes, de Nice à Nantes, il s'en passe des choses ! Et il n'y a pas d'âge pour exploiter le vice. Ces Dossiers croustillants racontent tous des histoires vraies, qui ont provoqué enquêtes policières et instructions judiciaires. Pour respecter l'anonymat des personnes en cause les noms des villes et des protagonistes ont parfois été changés. Mais les lecteurs de ces nouveaux Dossiers reconnaîtront peut-être ceux qui sont évoqués ici...

  • La France du sexe se porte bien, comme en témoignent ces dossiers émoustillants constitués de faits divers amusants, étranges ou révoltants dont la police ou la justice ont eu à connaître. Ce qui étonne dans ces dossiers, c'est l'imagination sans limite des héros ou des héroïnes de ces histoires. A Nice, c'est un touriste allemand qui prostituait sa fille pour prolonger ses vacances sur la Côte d'Azur. A Marseille, c'est un transsexuel qui voulait être mère. A Paris, c'est un faux gynécologue qui se réclamait de la mairie pour procéder à un examen approfondi des lycéennes. A Toulouse, un professeur d'éducation sexuelle donnait des cours pratiques à ses élèves. A Paris encore, un ecclésiastique prêchait la morale dans les sex-shops pour mieux voler les films pornographiques qu'il se projetait ensuite. Certaines bourgeoises désoeuvrées du seizième arrondissement avaient même voulu jouer aux call-girls. Mal leur en prit... Tant il est vrai que, si une morale se dégage de ces dossiers libertins, c'est bien qu'en matière de moeurs, les amateurs ne font pas encore le poids !

  • En matière d'atteintes à la moralité publique, les policiers de la Brigade des moeurs n'ont que l'embarras du choix. S'ils traquent toujours les proxénètes et contrôlent la prostitution, ils découvrent chaque jour de nouveaux "exploits" dans l'éventail des délits qu'ils sont chargés de réprimer. De la baby-sitter, obligée de faire le trottoir pour subvenir aux besoins de son employeur, à la princesse italienne, débaucheuse de lycéens pubères, ils interviennent maintenant dans des milieux qui leur étaient jusqu'alors très fermés. De Lille à Menton, de Paimpol à Marseille, ils sont sans cesse sollicités par de braves gens qui s'effarouchent de la libéralisation du sexe. Car la luxure n'est plus l'apanage de Paris et des grandes villes comme Lyon et Marseille. Elle a gagné la province et parfois de simples bourgades. Tous ces dossiers en témoignent.

  • En matière d'atteintes à la moralité publique, les policiers de la Brigade des moeurs n'ont que l'embarras du choix. S'ils traquent toujours les proxénètes et contrôlent la prostitution, ils découvrent chaque jour de nouveaux "exploits" dans l'éventail des délits qu'ils sont chargés de réprimer. De la baby-sitter, obligée de faire le trottoir pour subvenir aux besoins de son employeur, à la princesse italienne, débaucheuse de lycéens pubères, ils interviennent maintenant dans des milieux qui leur étaient jusqu'alors très fermés. De Lille à Menton, de Paimpol à Marseille, ils sont sans cesse sollicités par de braves gens qui s'effarouchent de la libéralisation du sexe. Car la luxure n'est plus l'apanage de Paris et des grandes villes comme Lyon et Marseille. Elle a gagné la province et parfois de simples bourgades. Tous ces dossiers en témoignent.

empty