Presses universitaires de la Méditerranée

  • 1965. Vingt-cinq ans après la fin de la guerre civile, la génération qui ne l'a pas connue arrive en âge de prendre des responsabilités, ce qui ne signifie pas nécessairement marcher dans les traces des vainqueurs ou construire la société qu'avaient désirée les vaincus. Après l'échec du rêve d'ouverture politique du début des années soixante, ...

  • Dans l´argumentaire des « justificatifs » de l´esclavage et de la traite des Noirs, la principale raison invoquée était d´ordre religieux : sauver des âmes. Mais en Amérique, le travail pastoral auprès des Noirs était-il mené à bien ? Et avec quels résultats ? Cette étude présente le processus d´évangélisation des populations noires dans l´Audience du Nouveau Royaume de Grenade (actuelle Colombie) au XVIIe siècle, et l´accueil que celles-ci réservèrent à la nouvelle religion. L´auteur retrace le rôle de la Couronne espagnole dans l´implantation de l´Église en Amérique et plus particulièrement en Nouvelle Grenade, ainsi que la situation du clergé (installation, charges, déficiences). Une étude originale des créations et désagrégations de paroisses met en exergue les obstacles rencontrés dans le travail d´évangélisation réalisé auprès des Noirs dans les différents évêchés au XVIIe siècle. Les Jésuites jouèrent un rôle primordial dans cette évangélisation ; leur action et leur méthode sont donc exposées, en particulier celle d´Alonso de Sandoval et de Pierre Claver qui se distinguèrent dans ce ministère. Pour appréhender le rapport des Noirs avec la religion, l´auteur recense les moyens utilisés par l´Église pour obtenir, conserver ou accentuer la dévotion des fidèles, ainsi que les différents moyens de contrôle destinés à éviter les déviances reprochées aux Noirs (beuveries, transes, blasphème, sorcellerie...). Un bref aperçu des religions d´Afrique permet de déceler quelques croyances ancestrales dans la religion des Afro-américains - même officiellement convertis-, survivances qui peuvent être aussi considérées comme actes de résistance à la christianisation et à l´acculturation. Se gardant de tout préconçu idéologique ou de tout manichéisme et se fondant exclusivement sur les documents replacés dans le contexte de leur époque, cette étude apporte incontestablement un regard nouveau sur la condition spirituelle des Noirs au XVIIe siècle.

  • La conquête du Paraguay (1536-fin du XVIe siècle) se confond avec celle du Río de la Plata et avait pour objectif principal la découverte des mines argentifères de la Cordillère des Andes. L´hostilité des indigènes et les pénuries dont souffrirent les conquistadores pendant plusieurs années retardèrent l´organisation d´expéditions vers le Potosí, qui fut finalement conquis depuis le Pérou. La pauvreté du sous-sol paraguayen fit que la Couronne de Castille se désintéressa bientôt de cette province qui ne lui servait plus qu´à ralentir l´avancée des Portugais du Brésil vers l´ouest. Abandonnée des autorités métropolitaines, isolée des autres provinces de l´empire, le Paraguay apprit à survivre de façon autonome. La force de caractère de ses conquistadores, les alliances avec les Guaranis, la fertilité de la région d´Asunción et la bonne intégration des métis à la société coloniale furent les atouts qui lui permirent de se développer économiquement, démographiquement et territorialement.

  • José Agustín (1944) est sans conteste un des protagonistes de la littérature mexicaine du xxe siècle. La quête identitaire dans l'oeuvre de José Agustín (1964-1996) étudie ses romans et ses nouvelles à partir d'une perspective individuelle, hors des sentiers battus de la Onda, la tendance littéraire des années soixante dans laquelle il est souvent confiné par la critique. En effet, nous présentons une analyse des modalités narratives et stylistiques de la quête identitaire dans la production narrative de cet auteur mexicain contemporain. La quête identitaire des personnages est notre postulat de départ, mais nous nous posons le problème de l'identité en littérature à partir d'autres aspects textuels et contextuels, tels que le style, le ton, la polyphonie, la figure de l'auteur ou l'image de l'écrivain. Notre démarche étant celle d'une perspective textuelle centrée sur les problématiques de l'énonciation, ce travail est guidé par trois axes complémentaires : la caractérisation de la voix narrative de José Agustín, l'analyse de son discours en tant que figure publique, et la position de l'auteur à l'intérieur du champ littéraire mexicain. L'analyse des oeuvres narratives est accompagnée de trois entretiens avec José Agustín, que l'auteur nous a accordés dans les années quatre-vingt-dix.

  • Le présent volume constitue le recueil des interventions au colloque « Traduction et Lusophonie » qui s'est tenu à l'université Paul-Valéry, Montpellier III, du 6 au 8 avril 2006. Il inclut un large éventail de communications portant sur la traduction de documents en langue française et portugaise, documents aussi divers que les textes poétiques et théâtraux, la poésie classique et contemporaine, la chanson et le sous-titrage de films. Les réflexions menées par des universitaires de nombreux pays (France, Portugal, Italie, Belgique, Espagne, Roumanie, Équateur, Brésil) sont illustrées par le témoignage de deux écrivains de la jeune génération, l'un portugais (Pedro Sena-Lino), l'autre angolais (Ondjaki). De la diversité des approches proposées par les intervenants, il ressort une richesse de perspectives explorées et toujours exploitables dès lors que l'on s'attache à comprendre les mécanismes permettant le passage d'une langue à une autre. « Traduire les lointains » est sans nul doute l'axe fédérateur de l'ensemble des articles de ce volume.

  • Cet ouvrage éclaire d'un jour nouveau la spécificité du royaume de Valence dans l'Espagne des Habsbourgs du début du règne de Philippe II aux Cortès de 1626. Après avoir brossé le panorama des institutions valenciennes, Conseil d'Aragon, Audience, vice-roi, gouverneurs, bailes généraux, maestre racional, ...

  • Un des axes de l'Équipe d'accueil ETILAL est consacré à l'Espagne classique et plus particulièrement à l'Inquisition espagnole. La réflexion menée au cours des séminaires de l'Équipe sur cette question a été suivie d'un colloque qui s'est tenu à l'université Paul- Valéry, Montpellier III, les 20, 21 et 22 février 2003. Les articles réunis dans ce volume concernent l'Inquisition au xvie siècle. Après une présentation de ses premiers temps en Espagne et dans l'Amérique coloniale, divers aspects marquants de la répression inquisitoriale sont illustrés à travers des exemples précis tels que la persécution des « biblistes » salmantins des années 1570, la lutte contre le protestantisme menée par les tribunaux de Valence, de Saragosse entre les années 1560-1610, l'influence de Calvin en Espagne. Une étude sur l'Angleterre moderne et les inquisitions offre un regard croisé sur la question. Un deuxième volet s'attache au personnel du Saint-Office avec le rôle des évêques inquisiteurs à l'époque de Philippe II, les familiers du tribunal de Cuenca et le déroulement d'une visite du district de Saragosse en 1575. La répression des vieux-chrétiens est évoquée dans une analyse des causes mineures du tribunal de Cuenca. Ce recueil s'ouvre sur une réflexion de Raphaël Carrasco, « L'Inquisition espagnole et le "disciplinement" : questions et perspectives de recherche », qui nous invite à reconsidérer le rôle réel qu'a pu jouer l'Inquisition espagnole, à mieux saisir les subtiles imbrications entre pouvoir politique et religieux, leur intromission dans la vie publique et privée des sujets dans la société espagnole du temps des premiers Habsbourg.

  • Ce volume trouve son origine dans le séminaire qui, au cours de l'année universitaire 2004-2005, a réuni les membres contemporanéistes de l'équipe Études ibériques, latino-américaines et lusophones (ETILAL) de l'université Paul-Valéry - Montpellier III autour de la notion de mythification et de ses occurrences dans les discours littéraires et politiques. Il vise à mettre en évidence la complémentarité des approches disciplinaires appliquées à un même objet de recherche ; dans le cas présent, les figures de la mythification dans l'Espagne du xxe siècle.

  • Angel Vâzquez, né à Tanger en 1929 et mort à Madrid en 1980, a publié trois romans : Se enciende y se apaga una luz en 1962, Fiesta para una mujer sola en 1964 et La vida perra de Juanita Narboni en 1976. Sa reconnaissance littéraire fut immédiate puisque le prestigieux prix Planeta lui fut décerné pour son premier roman. En 1991, La vida perra de Juanita Narboni figurait dans la sélection des dix romans espagnols les plus importants depuis la transition démocratique, réalisée par la revue Quimera. La spécificité de l'écrivain tangérois s'explique par ses origines géographiques et son itinéraire individuel. Ángel Vâzquez a grandi hors d'une Espagne meurtrie et déchirée qu'il ne découvrit qu'en 1965. Son éducation et sa formation se sont faites dans une ville, Tanger, caractérisée par son métissage culturel et son activité intellectuelle et artistique exceptionnelle. Cette étude se propose de retrouver l'itinéraire d'un homme, d'un créateur, par ailleurs emblématique de celui d'une génération d'"émigrés" très particuliers et de faire connaître cette littérature du Maroc hispanophone.

  • L'émergence des nationalismes périphériques à la fin du xixe siècle signe l'échec des libéraux espagnols dans leur tentative, plus rhétorique qu'effective, de créer un État-nation sur le modèle de celui qui à la même époque atteint sa plénitude dans la France républicaine et jacobine.

  • La régence d´Alger, en particulier dans le premier quart du XVIIIe siècle, reste mal connue, car le nombre de sources trouvables pour cette période se limite à la parution de quelques ouvrages européens. Dans ce contexte de pénurie de sources, le manuscrit du père Francisco Ximénez était une aubaine. Le journal de ce trinitaire, intitulé Viaje y Diario de Argel y Túnez, de Francisco Ximénez de la ínclita y celestial Religión de la SS. Trinidad Redempción de Cautivos Cristianos, devenait un espoir de combler des lacunes, bien qu´il s´agisse encore d´une source extérieure. Connue, nul ne l´a cependant exploitée. Essentielle par sa forme comme par son contenu, elle était susceptible de coller au réel et d´échapper au discours organisé. La voici pour la première fois objet d´une étude. Notre essai utilise cette source, inscrite dans l´imaginaire du moment, pour mieux connaître une réalité révolue, celle de la régence barbaresque des années 1718-1720. Il vérifie, en confrontant texte et réalité, en incluant les positions identitaires, idéologiques et culturelles inconscientes de l´auteur, la fiabilité du texte et la validité des images collectives véhiculées à l´époque.

  • Le présent ouvrage a pour ambition de mettre à la disposition des étudiants et des professeurs s'intéressant à la question des débuts - fracassants - du Saint-Office dans la péninsule ibérique, un ensemble de textes difficiles à trouver aujourd'hui. Ces documents, qui intéressent tous les aspects de la vie inquisitoriale de la première modernité, sont mis en perspective, pour ainsi dire, par deux études placées en ouverture du livre et dont ils constituent le fondement archivistique et critique. Ces deux articles préliminaires sont donc à lire en étroite relation avec les textes qui les suivent, leur forte interdépendance ayant été expressément recherchée afin que ce livre formât un tout pensé comme se suffisant à lui-même. Les documents ont été choisis eu égard à leur fécondité et à leur adaptabilité aux contraintes de l'exercice universitaire du commentaire historique. Nous avons aussi veillé à ce qu'ils ne fassent pas double emploi (à une exception près : l'Édit de foi qu'il nous paraissait difficile de pouvoir omettre ici) avec ceux publiés par Miguel Jiménez Monteserín dans son Introducción a la Inquisición española de 1980 et dont la réédition, entièrement revue, est annoncée dans les meilleurs délais.

empty