Parascolaire

  • En choisissant de consacrer sa thèse à l'apport de la littérature francophone dans la formation des élèves issus d'autres espaces linguistiques et culturels, Luc Collès a opéré un double et spectaculaire passage des frontières : le professeur de langue maternelle devenait professeur de FLE, et l'amateur d'analyses structurales n'avait plus d'yeux désormais que pour la manière dont les différences culturelles modelaient non seulement le langage et la littérature, mais aussi toutes nos relations et toutes les dimensions de l'action humaine. Les cinq parties qui composent cet ouvrage résument bien la diversité du parcours foisonnant de ce jeteur de ponts en mettant en évidence les thèmes majeurs qui l'ont mobilisé au long de sa carrière et à propos desquels il a fait oeuvre de fondateur : l'enseignement de la littérature, la didactique du FLE et de l'interculturel, la promotion de la francophonie, la littérature migrante et l'interrogation sur les enjeux de la transmission du fait religieux dans le contexte des sociétés multiculturelles.

  • Pourquoi s'intéresser à la manière dont les enseignants planifient leurs cours ? Parce qu'au-delà de son apparente banalité, cette activité, qui est consubstantielle de tout travail enseignant, apparait comme l'une des plus révélatrices des complexités du métier. Planifier, en effet, c'est se situer dans une triple temporalité : celle de la longue durée (le semestre et l'année, mais aussi, le degré et le cycle), celle de la durée moyenne (la séquence didactique) et celle de la durée courte et immédiate (l'heure de cours). C'est aussi articuler en permanence des choix personnels avec ceux, prescrits, de l'institution. Comment ces tensions sont-elles vécues et gérées dans les différentes disciplines ? Cette question méritait déjà à elle seule qu'on y consacre un ouvrage collectif. Pour éclairer cette réflexion, deux témoins privilégiés ont d'abord été sollicités. Le premier, Frédéric Dewez, par sa position institutionnelle de responsable pédagogique au sein du réseau libre catholique de la Belgique francophone, était bien placé pour proposer un nouveau mode de planification applicable à plusieurs disciplines qui permette une meilleure intégration des acquis scolaires. Le second témoin est François Tochon, professeur à l'Université du Wisconsin-Madison, dont les ouvrages alimentent depuis longtemps le travail des formateurs. Celui-ci s'inscrit dans le cadre de l'« approche profonde » de l'éducation pour présenter un modèle de planification « ouverte » de l'enseignement et pour mettre en évidence le défi que les réformes en cours posent aux enseignants et aux administrations scolaires. Au-delà de ces deux éclairages liminaires, les participants à cette journée d'études se sont répartis en cinq ateliers disciplinaires consacrés au français, à l'histoire, aux langues modernes, aux mathématiques et aux sciences.

  • L'école six ans apres le décret Nouv.

    Le décret « missions » (1997), par la dynamique importante de transformation du système qu'il initie, constitue un jalon clé de la politique scolaire en Communauté française de Belgique. La visée de cet ouvrage est d'interroger la réalité de l'enseignement obligatoire 6 ans après la promulgation de ce décret. Le premier chapitre resituera le décret «missions», les intentions sous-jacentes à celui-ci et les logiques scolaires qui en ont découlé. Ensuite, à partir des recherches empiriques menées par le Girsef, six volets importants des réalités scolaires seront interrogés, chacun à partir de deux contributions : les stratégies des acteurs dans le contexte de la concurrence inter-établissements, les effets des politiques scolaires sur le travail enseignant, les défis et enjeux de l'implantation de l'approche par compétence au niveau secondaire, les dynamiques de la régulation des établissements, les politiques mises en place face à l'hétérogénéité des publics scolaires au sein des établissements, les pratiques éducatives des enseignants et leurs effets sur l'engagement des élèves dans leur scolarité. Enfin, la question de la possibilité même de « rénover » le système scolaire sera débattue dans le dernier chapitre.

empty