Stock

  • Le philosophe Émile Chartier, plus connu sous le pseudonyme d´Alain (1868-1951), a traversé la IIIe République dans son entier : il y a imposé une certaine image du philosophe, longtemps restée symbole du style français par excellence. Toute sa vie, il s´est identifié à son rôle de professeur de khâgne, puisqu´il a toujours refusé de rejoindre l´université même lorsque sa célébrité le lui aurait permis. Mais Alain est aussi connu pour avoir inventé un genre particulier : le journalisme philosophique. Pendant plusieurs décennies, il a publié quotidiennement dans différents journaux ses fameux Propos, qui feront davantage pour sa légende que ses livres de philosophie pure. Enfin, il a incarné dans l´entre-deux guerres le pacifisme résolu, lui qui s´était porté volontaire pendant la Grande Guerre. Sa conviction laïque et républicaine, son pacifisme acharné ont fait de lui le chantre de la culture radicale des années 1920-1930. À travers lui, ce sont les milieux de l´enseignement, de la politique sous la IIIe République et du journalisme en Province et à Paris que l´on voit défiler.

  • Historien à l´oeuvre puissante, universitaire d´institution, citoyen engagé dans la politique de son temps, journaliste : François Furet (1927-1997) a été tout cela à la fois. Le modèle même de l´intellectuel français, en somme, comme le XXe siècle en a connu d´illustres.  Les convulsions de ce siècle, ses tragédies et ses espoirs, ont été la toile de fond de toutes les réflexions de François Furet. Qu´il s´agisse de ses travaux fondateurs sur la Révolution française à l´aube de sa carrière, de son activité de commentateur de l´actualité dans France Observateur puis dans Le Nouvel Observateur, ou de son dernier grand livre consacré à l´illusion communiste, Le Passé d´une illusion, François Furet n´a cessé en fait de s´efforcer de déchiffrer l´énigme qu´aura été le siècle dans lequel il a vécu. Ce siècle, il l´a parcouru à grandes enjambées, sans rien négliger de ce qu´il a comporté d´important, autant sur le plan intellectuel que sur le plan politique.  Ses livres ont été abondamment lus et commentés, ils ont d´ailleurs donné lieu à des interprétations opposées. Mais le récit de sa vie restait à faire ; il n´est pas moins éclairant ni moins passionnant que l´oeuvre, et il jette sur elle un singulier éclairage. Car, et c´est peut-être l´apport principal de cette biographie, de la vie à l´oeuvre de François Furet, et de son oeuvre à sa vie, la fécondation aura été la règle.

empty