• Enid doit faire dix-sept pas de l'abribus jusqu'à l'impasse de l'Atlantique qui mène à sa maison, la Vill'Hervé. Un de moins que l'été dernier. La preuve que ses jambes allongent, donc qu'elle a grandi. N'empêche qu'elle est toujours la plus petite des cinq soeurs Verdelaine. Personne ne la croit quand elle dit qu'elle a entendu un fantôme hurler dans le parc et faire de la musique. Ni Charlie, trop occupée à réparer Madame Chaudière pour l'hiver et à arrêter de fumer pour faire des économies. Ni Bettina et ses copines Denise et Béhotéguy, dites DBB (la Division Bête et Bouchée), concentrées sur leur nombril. Ni Geneviève, mobilisée par son propre secret très difficile à préserver. Ni Hortense, plongée dans la rédaction de son journal intime. Ni Tante Lucrèce qui n'écoute qu'Engelbert Humperdinck, son crooner préféré. Ses parents la croiraient peut-être, mais ils sont morts depuis dix-neuf mois et vingt-deux jours. Swift, sa chauve-souris, l'écouterait sûrement mais elle a disparu dans la tempête, la nuit où le vieux sycomore du parc s'est mis à faire le poirier au fond du puits. Il faut qu'Enid se résigne : « Convaincre les grands, c'est comme vouloir qu'un chewing-gum mâchouillé une heure conserve son goût du début. »

  • «- Je n'ai jamais rien entendu de plus laid, de plus ennuyeux et de plus nuisible que ce que tu joues avec ton groupe. Il vient de tomber par terre. Il se roule dans le sable en se tenant le ventre. C'est le soldat Ryan. Peut-être qu'il va mourir sur la plage. Je vais lui flanquer un coup de pied pour abréger ses souffrances. Je suis malheureusement interrompue par l'arrivée de Samira et d'Hélène qui s'approchent de nous avec des airs légèrement envieux. - De quoi vous parlez ? demande Samira. Vous avez l'air de bien vous marrer. Il se relève, il essuie ses yeux et il montre du doigt. - C'est elle, gémit-il. Elle n'arrête pas de m'agresser, elle est trop marrante. Bon. Je me suis fait un nouvel ami masochiste. Il me regarde avec des yeux émerveillés. Il m'adore, c'est clair.»

  • Hortense, sur SA falaise, tient SON journal intime. Elle y raconte combien c'est dur d'être 1 sur 5, une parmi la multitude, surtout quand cette multitude est composée de : - Charlie qui veut tout réparer à la Vill'Hervé et regarder à la dépense au lieu d'épouser Basile le docteur, de vivre à ses crochets et de fêter Noël au foie gras. - Geneviève qui ment alors qu'elle ne ment jamais. - Bettina qui est odieuse avec les êtres les plus sensibles de l'univers, à savoir : elle, Hortense, et Merlin Gillespie, le livreur magicien de Nanouk Surgelés, très, très laid à l'extérieur, mais si, si beau à l'intérieur. - Et Enid qui a des conversations à bâtons rompus avec son ami Gnome de la Chasse d'eau. Hortense se demande ce qu'elle va devenir. Architecte de monuments éternels ? Zuleika Lester, du feuilleton Cooper Lane ? Chirurgienne de maladies incurables ? Et si c'était comédienne ? Une idée folle, complètement Saint-Pierre-et-Miquelon, comme dirait Muguette, la locataire malade de la maison voisine. Hortense sait que, pour devenir comédienne, il faut une présence, une voix, de la mémoire, mais surtout de l'entraînement. Alors elle referme SON journal, elle quitte SA falaise, et elle fonce.

  • Le printemps, saison du renouveau, des amours et des primeurs, éclate dans toute sa splendeur à tous les étages de la Vill'Hervé. Renouveau ? Oui. Harry et Désirée, les petits cousins, viennent passer des vacances au grand air. Charlie, à sec, s'est résignée à louer la chambre des parents. Le locataire s'appelle Tancrède, il est jeune, célibataire, drôle, fabricant d'odeurs bizarres. Et beau. Primeurs ? Trop. On retrouve des poireaux nouveaux partout, dans la soupe, coincés dans un cadre de tableau et même dans le pot d'échappement de la voiture de Tancrède. Toujours lui. Amours ? Hélas. Tancrède sème le trouble et récolte la tempête dans le coeur de Charlie. Bettina se languit du très très moche et si splendide Merlin. Hortense découvre que les règles peuvent être autre chose que « l'ovule non fécondé et les structures endométriales se font la malle, Chantal ». Enid fait des confidences. Geneviève se tait. Et Mycroft, le rat, qui tombe amoureux à son tour...

  • L'été a vidé la Vill'Hervé. Hortense et Enid sont à Paris, pour voir leurs cousins, Désirée et Harry. Bettina est partie camper avec les DBB. Charlie se demande toujours comment faire pour nourrir, loger et blanchir tout son monde. Geneviève passe ses journées à la plage à vendre des chichis et des churros en regardant passer les bateaux, les pédalos, les glaces à l'eau et surtout le ténébreux Vigo. Il la promène en barque, la mène en bateau, lui donne rendez-vous et disparaît. Geneviève est toute tourneboulée. Et la Vill'Hervé, quoique vide, est sens dessus dessous, vu qu'avant, c'est elle qui rangeait tout. D'ailleurs, vide, la maison ne l'est plus tellement. Hortense et Enid ont ramené leur tante Jupitère. Les DBB ont ramené leur voisin de camping pour le remercier de leur avoir sauvé la vie. Geneviève est revenue de la plage et de quelques illusions. Alors, cette maison soudain pleine d'hôtes, forcément, ça donne des idées à Charlie...

  • Dans ce troisième tome très attendu de son journal, Aurore se met à l'écriture de chansons de rock et à la rédaction de fiches de lecture pour le cours de français. Avec l'humour qui la caractérise, Marie Desplechin a laissé libre cours à la verve créatrice de son héroïne. Elle qui a toujours été une excellente élève, s'est beaucoup amusée à imaginer les commentaires d'Aurore sur des classiques de la littérature comme La Princesse de Clèves ou Tristan et Yseult.

  • Le Vinaigre Saveurs et vertus Découvert sans doute par hasard il y a plus de 10 000 ans, le vinaigre a traversé le temps en toute simplicité et reste toujours présent dans notre vie de tous les jours.
    C'est l´un des premiers antibactériens de l'histoire, reconnu très tôt pour ses étonnantes propriétés bienfaisantes. On l'utilisa pour se protéger de la peste et pour soigner les infections.
    Le vinaigre, qu'est-ce que c'est ? D'où vient-il ? Est-ce un aliment-santé ? Peut-il être le remède à certains maux ? Si oui, comment l'utiliser ? Autant de questions auxquelles répond ce livre !Dans cet ouvrage, facilement utilisable au quotidien, vous apprendrez à fabriquer votre propre vinaigre et vous découvrirez qu'il peut être le « produit à tout faire » de la maison. Vous trouverez également :
    - des remèdes pour prévenir, soigner et guérir de nombreuses affections telles que l'arthrite, le cholestérol, la tension artérielle, le psoriasis, les mycoses, la goutte, les céphalées, etc.
    - des recettes de beauté, de bien-être et d'hygiène 100 % naturelles.
    - des recettes originales réalisées avec du vinaigre pour allier santé et plaisir !

    Et... des idées intéressantes, des suggestions, une foule de conseils tous aussi précieux qu'utiles.

    Martina KRCMÁR est écrivain, auteur de La cuisine de la Rome Antique & l´aromathérapie aux éditions Aedis ainsi que Le thé pour votre santé et L´Aloé vera pour votre santé aux éditions Dangles. Elle se passionne pour la nature et pour le formidable potentiel de ressources qu´elle offre à notre santé. Elle étudie les plantes et l'étroite relation que l'homme entretient avec les végétaux depuis toujours et surtout la manière dont il en a fait usage à travers toutes les civilisations anciennes, des temps les plus reculés jusqu'à nos jours.

  • Le « quotidien » est une notion-clé dans la littérature, les sciences humaines et les pratiques artistiques des XXe et XXIe siècles. Les mouvements d´avant-garde, surréalistes orthodoxes (Breton, Aragon) et dissidents (Leiris, Queneau), ainsi que les philosophes (Lukács, Heidegger) se sont penchés sur la vie quotidienne. Par la suite, quatre figures majeures, Henri Lefebvre, Roland Barthes, Michel de Certeau et Georges Perec, dont les intuitions et approches s´entrecroisent, proposent des manières de penser et d´explorer le quotidien qui ont inspiré et approvisionné la prolifération d´oeuvres qui aujourd´hui encore s´attachent à sonder l´expérience quotidienne.
    Cet ouvrage retrace cette mise en perspective historique tout en apportant une réflexion originale sur la nature d´un concept difficile à cerner. Par le biais d´une approche comparatiste et d´analyses approfondies d´oeuvres diverses (fiction, poésie, photographie, etc.), Michael Sheringham établit de nouveaux liens entre les oeuvres de nombreux artistes et écrivains, parmi lesquels Raymond Queneau, Walter Benjamin, Michel Foucault, Annie Ernaux et Sophie Calle. Il propose ainsi la première vue d´ensemble des diverses approches et champs d´application de cette notion de « quotidien ».

  • Le premier numéro de la revue d´ici là est consacré à notre rapport au quotidien, au banal :

    Nous dormons notre vie d´un sommeil sans rêves.

    « Interroger l´habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l´interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s´il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s´il n´était porteur d´aucune information. Ce n´est même plus du conditionnement, c´est de l´anesthésie. Nous dormons notre vie d´un sommeil sans rêves. Mais où est-elle notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ? » Georges Perec, L´Infra-ordinaire, Seuil, 1989.

    Sommaire du numéro :

    Gilles Amalvi, Félicia Atkinson, Ludovic Bablon, Isabelle Boinot, Raymond Bozier, Mathieu Brosseau, Michel Brosseau, Philippe Cou, Pierre Coutelle, Philippe De Jonckheere, Caroline Diaz, Armand Dupuy, Stéphane Dussel, Pierre Escot, Guillaume Fayard, Pierre-Yves Freund, Rémi Froger, Olivier Guéry, Déborah Heissler, Amande In, Anne Kawala, Frédéric Lavignette, David Lespiau, Arnaud Maïsetti, Xavier Makowski, François Matton, Pierre Ménard, Matthieu Mével, Grégory Noirot, Lolita Picco, Philippe Rahmy, Hubert Renard, Esther Salmona, Anne Savelli, Joachim Séné, Thibault de Vivies.
    36 auteurs / 90 pages Présentation des auteurs :

    Gilles Amalvi est écrivain. Né à Paris en 1979.
    Il vit à Nantes. Il a publié Une fable humaine au Quartanier (coll. « Phacochères », 2005). Ses poèmes sont parus dans diverses revues, dont Grèges, Moriturus, Le Quartanier et La mer gelée. Il a complété une maîtrise sur Henri Michaux et Paul Celan. Conférencier au musée des Beaux-arts de Nantes, il collabore également avec le festival des Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis.
    Félicia Atkinson est dessinatrice et musicienne. Elle collabore régulièrement avec le musicien Sylvain Chauveau ou la danseuse Élise Ladoue (stretchandrelax) et a fait des performances à la Fondation Cartier pour l´Art Contemporain, au Plateau Frac Île de France, au Point Éphémère, à la Knitting Factory, à l´Empty Bottle. Elle a exposé à la galerie Yukiko Kawase et réalisé deux albums avec stretchandrelax chez nowaki et rainmusic.
    Ludovic Bablon est écrivain. Né en 1977 à Chaumont. Ludovic Bablon vit à Marseille. Il a fait des études d´histoire et de documentation. Ses premiers livres sont parus chez L´Amourier (Perfection, 2000. Tandis qu´Il serait sans parfum, 2002) et Hache (Histoire du jeune homme bouleversé en marche vers la totalité du réel, 2003). Il a collaboré au Matricule des Anges.
    Isabelle Boinot est dessinatrice. Née en 1976, Isabelle Boinot est parisienne. Elle officie également au sein du collectif Frédéric Magazine. Elle a publié entre autres Montre tout (Arts Factory) et Nicoptine (En marge). Elle fait partie du collectif Frédéric Magazine.
    Raymond Bozier est écrivain. Il né à Chauvigny dans le département de la Vienne. Il vit actuellement à La Rochelle. Il a écrit plusieurs ouvrages : Lieu-dit, roman, livre de poche, 14595. Bords de mer, Flammarion, 1998. Abattoirs 26, Pauvert, 1999. Rocade, roman, Pauvert, 2000. Les soldats somnambules, roman, Fayard, 2002.
    Mathieu Brosseau est écrivain. Né à Lannion dans les Côtes d´Armor en 1977. Il a publié plusieurs recueils de poésie : De L´Aquatone (La Bartavelle éditeur, 2001).
    Surfaces, journal perpétuel (Editions Caractères, 2004).
    La nuit d´un seul, texte à paraître en 2009 dans la collection La Rivière échappée. Et même dans la disparition, à paraître aux éditions Wigwam en 2010. Créateur de Plexus-s.net. Il anime avec François Rannou la collection "L´inadvertance" pour "Publie.net" et collabore également à la revue "L´étrangère".
    Michel Brosseau Il vit à Orléans, on peut visiter son blog : À chat perché. Il vient par ailleurs de publier La Bac d´abord, aux éditions du barbu.
    Philippe Cou est écrivain. Né en 1967 à Concarneau (Finistère). Participations à Marelle, Sitaudis, fil AFP et les cahiers de Benjy et la revue X et le Dernier Télégramme et Plexus-s.net.
    Pierre Coutelle lit et écrit. Il est né en 1976. Il vit à l´extrême-orient d

  • Tezra existe. C'est le souvenir de tous les exilés, de tous les amateurs d'authenticité. Jadis, les Tezrains, braves paysans berbères, vivaient modestement du fruit de leur travail. Aujourdhui, le temps a fait son oeuvre. Ils ne vivent plus de la culture de leurs potagers... L'oasis perd chaque jour un peu plus de son cachet, rejointe par la modernité, la mondialisation. Elle est abandonnée par la jeunesse qui a le regard braqué sur l'autre rive de la Méditerranée. Cet ouvrage décortique douze scènes de vie à déguster sans modération décrivant avec malice la ronde du quotidien d'une population berbère nichée au fin fond d'une oasis du sud maghrébin. Comment de simples gouttes de miel ont-elles réussi à remettre un savant dans le droit chemin ? Pourquoi le turban ne fait-il pas nécessairement l'imam ? Dans quelles circonstances, Idriss, le petit caïd de l'oasis, a-t-il perdu son statut de chef de bande ? Découvrez vite les réponses dans ces nouvelles, clins d'oeil pleins de saveur, véritables odes à la vie.

empty