• Pour prendre toute la mesure d'un drame complexe qui demande à être mieux compris.

    Les abus sexuels perpétrés par des membres du clergé sont une profonde blessure pour les victimes et un révélateur pour l'Église. Ce livre a donc deux volets. En premier lieu, il s'intéresse aux personnes ayant vécu ces agressions. L'auteur documente les conséquences humaines et spirituelles des abus et encourage à cheminer sur la voie de la guérison. L'Église peut-elle contribuer à cette guérison ? Les personnes blessées et le personnel ecclésial soucieux de les accueillir trouveront dans la première partie du volume un soutien précieux.

    Spécialiste des questions de sexualité en lien avec les religions, Jean-Guy Nadeau situe ensuite les abus dans le contexte de l'Église. Comment de telles horreurs ont-elles pu s'y produire et surtout, y être couvertes et de ce fait perpétuées? Quelles conversions spirituelles et quelles réformes structurelles s'imposent pour les empêcher à l'avenir ?

    L'AUTEUR
    Professeur honoraire de la Faculté de théologie de l'Université de Montréal, Jean Guy Nadeau est un des premiers experts dans le domaine des abus sexuels du clergé, qu'il étudie depuis de nombreuses années. En 2017, il collaborait au Centre for Child Protection de l'Université Grégorienne de Rome. Il a été président de la Société internationale de théologie pratique.

  • Le dogme est immuable, mais l'Église ne cesse de se réinventer. Contre l'illusion de la fixité, ce livre montre que la Tradition a toujours été créatrice et la réforme continue. C'est aux hommes réels dans leur temps que, de siècle en siècle, s'adresse l'Évangile. Une démonstration révolutionnaire.
    Réformer ? Parce qu'on associe ce mot à la
    restructuration, au
    réaménagement, au
    dégraissage, le mot fait peur, évidemment. Voilà pourquoi il importe aujourd'hui de préciser la finalité et les fondements d'une véritable réforme de l'Église. C'est le but de cet ouvrage écrit par Joseph Famerée et Gilles Routhier.
    Songeant aux siècles à venir, comme à ceux qui se sont écoulés, les deux professeurs d'ecclésiologie démontrent que la fin de toute réforme serait de rendre l'Église plus apte à annoncer l'Évangile, et d'une manière authentique et crédible -; non seulement en discours et par le témoignage de ses membres, mais par son être même, jusque dans ses dimensions pratiques, juridiques et institutionnelles.
    On comprendra donc, en lisant ce livre plein d'espérance, que toute réforme ecclésiale ne pourra se réduire à une simple réorganisation en vue d'une plus grande efficacité. Ce qu'il faudrait, et qu'annoncent les auteurs, est une véritable " conversion pastorale ", ce qui indique tout du caractère spirituel et évangélique de la réforme, sans en taire les exigences institutionnelles.
    N'ayons pas peur de nous réformer !

  • Rien ne semblait destiner la dynastie capétienne à une si grande longévité, qui la maintient à la tête du royaume de 987 à 1328. La royauté, d´abord élective, devient héréditaire et le roi est peu à peu reconnu dans tout le royaume.
    Les personnalités de ces monarques sont mal connues, mais ils se sont imposés par le succès de leurs conquêtes, par la gestion d´un domaine royal à la pointe du progrès économique et intellectuel, et par l´ancrage religieux de leurs actions. Rois sacrés et guérisseurs, soutenus par le réseau des évêchés et des monastères, ils se sentent responsables devant Dieu du salut de leur peuple. Gouverner leur royaume consiste donc à le purifier, qu´il s´agisse de saint Louis, canonisé en 1297, ou de Philippe le Bel et ses successeurs, grands constructeurs de l´État naissant.
    Loin des idées reçues, ce livre donne la parole aux sources et présente les dernières avancées de la recherche en histoire médiévale pour dessiner l´originalité du temps des Capétiens qui, de rois des Francs, sont devenus rois de France.

     

  • L'Union de Brest de 1595-1596, entre les orthodoxes ruthènes de Pologne-Lituanie et Rome, offre l'exemple le plus précoce et le plus abouti des Unions ecclésiastiques locales, nées sur les marges de l'Europe catholique au cours des XVIe-XVIIIe siècles. Pour cette raison, son histoire est devenue rapidement l'objet d'une controverse façonnée par la radicalité propre à la spiritualité baroque, avant d'alimenter les récits nationaux des différentes communautés slaves orientales. En remettant à plat ces narrations concurrentes, ce livre réexamine les origines de l'uniatisme et de l'anti-uniatisme de la période post-tridentine du point de vue des acteurs. À partir des données relatives au territoire lituanien, il associe les approches macro- et micro-historiques pour observer ces situations d'interface, de coexistence ou de conflit à l'intérieur de leurs contextes institutionnels, culturels et sociaux. L'étude de cette société en transformation, entre les années 1550 et 1650, montre que les Ruthènes ne se sont engagés que lentement dans la construction des frontières confessionnelles qui continuent de marquer les imaginaires contemporains. Le processus ne s'est accéléré que vers le milieu du XVIIe siècle avec l'adoption progressive des modèles romains et, plus encore, sous l'effet de la politisation du débat religieux, produite par la rivalité entre États. Ce prisme local conduit aussi à évaluer d'en bas le rôle de la papauté dans l'expression des appartenances des Slaves orientaux à l'époque moderne.

  • Edgar est un trentenaire timide qui a toujours vécu dans l'ombre de sa mère, décédée depuis peu. Une nuit, il assiste à la violente agression d'une jeune femme. Edgar décide de recueillir chez lui la victime inconsciente. Mais que sait véritablement le jeune homme de la personne qu'il a recueillie ? Au fil des jours, une étrange relation s'installe entre eux, pour le meilleur et pour le pire. Larry Tremblay a publié une trentaine de livres comme auteur dramatique, romancier, poète et essayiste. Traduites dans une quinzaine de langues, ses oeuvres théâtrales ont été produites dans de nombreux pays. Son dernier roman, L'Orangeraie, a remporté plusieurs prix dont le Prix des libraires du Québec.

  • Parmi les multiples répercussions de la Découverte des Indes Occidentales pour le monde, nous nous intéresserons surtout ici à la manière dont elle s'est traduite en termes de responsabilité pour l'Espagne. En un temps où l'on ignore encore tout de l'étendue réelle des terres entrevues par Colomb, ...

  • Demain l'eglise

    Il est presque devenu banal d'affirmer que l'Église catholique est en crise au Québec et en Occident.
    Lorsqu'on considère les abus sexuels sur mineurs, la baisse de la pratique, l'effondre­ment des vocations, la disparition des ordres religieux ou la place ambiguë des femmes, il peut sembler difficile d'espérer des jours meilleurs pour le corps du Christ. Serait-ce la fin de cette institution bimillénaire ?
    Et pourtant, des voix d'ici s'élèvent pour témoigner de leur espérance malgré les difficultés vécues par notre Église. Dans cet ouvrage collectif, seize catholiques québécois esquissent, selon leurs sensibilités propres, des pistes qui permettent de rallumer la flamme de l'espoir et d'envisager l'avenir peut-être pas avec sérénité, mais avec confiance. Provenant des quatre coins du Québec, ces hommes et femmes engagés jettent un regard lucide sur la situation de l'Église, mais savent aussi reconnaître les pousses de vie qui nourrissent l'espérance.

  • Le pontificat de Pie IX fut à la fois le plus long de l´histoire de la succession apostolique et celui du dernier "Papa-Re", entouré d´une Curie romaine chargée du gouvernement de l´Église et de ses États. L´échec des concessions « constitutionnalistes »

  • Que le christianisme ait perdu sa vocation à évangéliser l'ensemble de la planète n'est pas, ou n'est plus, au centre d'un débat passionné, comme à l'époque de Vieyra. Par contre, les potentialités dialectiques d'une telle hypothèse chez un brillant sermonnaire comme l'illustre jésuite, et plus encore la quête foisonnante qu'il entreprend pour cela dans l'imaginaire biblique donnent des passages d'une fulgurante beauté, qu'il eût été dommage de ne pas transcrire dans la langue de Bossuet. Au demeurant, la prédestination divine, qui s'applique alors au « petit peuple » portugais, donne à l'ensemble une dimension identitaire, telle qu'on la voit ressurgir à l'orée de notre propre siècle.

  • Quelle fut l'attitude du Saint-Siège face à la révolution russe et l'avènement du premier régime communiste ? Pour répondre à cette question, l'auteur aborde cette révolution dans une large séquence temporelle, ouverte par la révolution de 1905 et poursuivie jusqu'aux profondes transformations politiques, ...

  • Le concile Vatican II (1962-1965) est certainement un épisode marquant de l'histoire de l'Église catholique. On lui reproche toutefois d'avoir laissé de côté « l'autre moitié de l'Église », les femmes. Or, ce n'est pas le cas. En prenant pour exemple les centaines de femmes actives au sein des communautés religieuses de l'archidiocèse de Montréal, l'auteur démontre que ces dernières se sont lancées dans un processus de réception conciliaire en espérant redéfinir leur héritage, vivre une expérience libératrice et poser les jalons d'un nouveau projet collectif. Grâce à des sources inédites, cet ouvrage permettra aux lecteurs de mieux saisir le processus d'appropriation de l'événement et des textes conciliaires par les religieuses et de revisiter une période riche d'espoirs et de turbulences.

  • « C'est du hault Alemant ! » grognaient les sujets du roi François Ier en parlant des textes barbares qui passaient le Rhin sans habit latin. Nous le disons encore aujourd'hui, mais « c'est du chinois »... Les traductions commentées de pamphlets ici présentées veulent initier les Français aux débats d'idées de la Réforme luthérienne, si méconnue hors des terres germaniques. Pour défendre leur cause, les contemporains de Luther ont su en effet inventer en quelques années toutes les techniques médiatiques de notre modernité. Ce choix de pamphlets traduits en témoigne. Les historiens ou les linguistes de notre temps, de plus en plus sensibles aux richesses de la « libellistique » ancienne, trouveront leur pâture dans ces textes savoureux, qui sont replacés dans leur contexte historique et littéraire. Tous ceux qui veulent comprendre l'explosion multiforme de la Réformation, sa puissance intellectuelle et reli­gieuse, sa virulence sociale, doivent aborder cette littérature difficile mais essentielle, mise enfin à la portée de ceux qui ne savent pas les langues.

  • Ce livre décrit l'importante contribution, au xixe siècle, des congrégations enseignantes et de l'Église catholique à l'enseignement populaire. L'exemple du diocèse de Lyon montre que la scolarisation croissante, à la fois des garçons et des filles, est un processus qui dépend en grande partie de l'énergie de l'Église catholique et du travail en cours pour la reconstruction des paroisses, après la Révolution. Entre 1801 et 1880, les congrégations lyonnaises multiplient leurs écoles et développent un modèle scolaire acceptable par les communautés locales. Après 1880, quand les lois de Jules Ferry laïcisent les écoles publiques, ces congrégations mobilisent le public et leurs propres ressources pour garder les écoles privées, même lorsque les congrégations sont interdites d'enseignement après 1904. Même sur la défensive, les congrégations enseignantes ont résisté à la marginalisation de leur rôle dans la création du système scolaire universel. Tiré des archives des congrégations elles-mêmes, peu accessibles jusqu'à présent, ce livre remet en cause les mythes scolaires français qui ont duré plus d'un siècle.

  • De 1899 à 1944 naît et se développe en France un mouvement original et méconnu, le syndicalisme féminin chrétien. Exclusivement féminines, ces organisations sont animées par un militantisme où se mêlent foi chrétienne, apostolat et doctrine sociale de l'Église, centralité de la famille et refus de la lutte des classes. Tout en étant affiliés à la CFTC, les syndicats féminins chrétiens conservent une large autonomie organisationnelle qui favorise l'émergence de fortes personnalités. Ces militantes développent un discours et des pratiques axés sur la défense du travail féminin mais aussi sur la possibilité pour les femmes mariées de rester au foyer. Entre conservatisme et modernité, les syndicalistes chrétiennes offrent une lecture du rôle et de la place des femmes à partir d'un double schéma référentiel qui renvoie à leur expérience syndicale et à leur foi catholique. À la croisée de l'histoire des femmes et de l'histoire sociale, ce livre propose un regard critique sur une expérience singulière dans le paysage syndical français.

  • La République d´Irlande a connu au cours des vingt dernières années une véritable révolution sociale et culturelle, en s´ouvrant aux influences internationales, en entamant un processus de sécularisation et en devenant pour un temps le « Tigre celtique », pays d´immigration (ce jusqu´à la crise économique qui l´a frappée à partir de 2008). Alors que le poids traditionnel de l´Église catholique explique que celle-ci soit encore aujourd´hui la principale institution structurante d´un système éducatif irlandais fondé sur la ségrégation religieuse, la réalité d´une population de plus en plus évidemment multiculturelle et pluri-religieuse explique l´intensité du débat politique et public sur la question du contrôle et de la gestion des écoles irlandaises au cours des années deux mille. Le présent ouvrage explore les liens entre école, culture et religion en République d´Irlande et leurs implications idéologiques, politiques et sociales contemporaines (Irlande chrétienne, Irlande républicaine ?), qui font écho à nombre de débats européens et internationaux. La question de la place de la religion à l´école est posée sous l´angle des droits humains, particulièrement les droits des enfants, et sont notamment analysés les modes de légitimation des pratiques discriminatoires ou inégalitaires du système éducatif existant en matière de religion.

  • Le 1er juillet 1957, à Garanhuns (Pernambouc), le Padre Hosana de Siqueira abat Mgr Expedito Lopes, son évêque, de trois coups de revolver tirés à bout portant. Par son exceptionnalité, sa dimension scandaleuse mais aussi sa charge symbolique, l´affaire fait grand bruit, bien au-delà du Nordeste. À partir des perspectives ouvertes par la microstoria italienne, avec ses jeux d´échelles, il est vite apparu que le fait divers, convenablement questionné, pouvait parler bien plus que de lui-même et servir de révélateur aux forces profondes qui travaillaient alors l´Église et la société. Ainsi, la richesse des archives a-t-elle permis d´analyser avec minutie l´univers des clercs de ce diocèse périphérique, de prendre la mesure de sa faible romanisation, voire, contre toute attente, de la fragilité du pouvoir épiscopal. Mais l´homicide, en tant que transgression radicale des hiérarchies les plus sacrées, s´est aussi trouvé investi d´un fort contenu sociopolitique. Dans la conjoncture de radicalisation du Nordeste, il s´est transformé en marqueur entre les camps de l´« ordre » et du « désordre », comme l´ont illustré les procès à Recife. Enfin, le fait divers a aussi offert un riche matériau permettant d´analyser, sur un demi-siècle, la mémoire et les usages du crime. Les oublis sélectifs, les amnésies, les retours mémoriels et les ratés de l´entreprise de béatification de l´« évêque martyr » en disent long sur le monde des fidèles et le catholicisme populaire, les stratégies changeantes de l´Église ou l´univers profane. Finalement, par petites touches, c´est à l´instantané d´une Église nordestine en société, à la veille du Concile et aux tentatives d´instrumentalisation mémorielle, que le crime du Padre Hosana nous ouvre l´accès.

  • La nouvelle référence sur les saints et saintes du Canada Des martyrs canadiens du XVIIe siècle comme Jean de Brébeuf au père Emiliano Tardif, décédé au tournant du nouveau millénaire, l'histoire du Canada déborde de figures religieuses marquantes, dont plusieurs sont considérées comme des saints et des saintes par l'Église catholique. Évitant l'écueil du propos édifiant ou confessionnel, ce livre retrace ces destins pas à pas, attentif aux singularités de chacun et à la spécificité de ce que la sainteté signifie concrètement. Il s'impose comme le grand ouvrage de référence sur l'histoire de la sainteté canadienne.

  • «J'ai besoin que le monde m'aime.» Voilà, c'est dit... Après neuf mois d'entretiens et de rencontres, Raymond Gravel laisse tomber cette toute petite phrase. Si quelques mots suffisaient à le définir, ce serait ceux-là: ce besoin d'amour viscéral, profond, est à la base de sa personnalité et constitue l'objet de sa quête existentielle.
    S'il y a une chose que la maladie n'a pas changée chez lui, c'est bien cette soif de communiquer, de discuter pendant des heures. Or, quand vient le temps de parler de lui-même, Raymond Gravel se transforme en homme de peu de mots. Comme si ce n'était pas important. Comme s'il n'en valait pas la peine. Je me suis souvent demandé, en l'écoutant, ce qu'il serait devenu s'il était né une génération plus tard. Ses sermons en chaire auraient peut-être pris une autre forme. Politicien de carrière, homme de scène, motivateur, ou même journa- liste pour la télévision : il aurait sans aucun doute exercé un métier lui permet- tant de capter l'attention des foules. Après tout, si tant de gens l'écoutent, c'est peut-être parce qu'il a quelque chose d'intéressant à raconter.
    Au fil de ses entretiens avec l'abbé Gravel, au crépuscule de sa vie, Carl Marchand nous donne à lire l'émouvant récit, au jour le jour, du difficile et ultime combat d'un grand humaniste.

  • Fruit d'une collaboration internationale, cette étude critique de la Constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium sur la réforme de la liturgie se veut une relecture de la question rituelle telle qu'elle s'est posée au sein de l'Église catholique depuis les cinquante dernières années. Interdisciplinaire, elle tient compte des différentes réalités socioculturelles ; chaque auteur se concentre sur une thématique majeure en proposant une lecture herméneutique du document à la lumière des enjeux actuels.

    Des questions fondamentales sous-tendent l'essai : les rites chrétiens se célèbrent-ils encore ? Dans quels contextes et quelles situations ? Plus de cinquante ans après Vatican II (et la Révolution tranquille au Québec), qu'en est-il du renouveau liturgique et de la place accordée aux femmes ? Pourquoi étudier les rites, notamment les rites chrétiens, et comment le faire ? Cet ouvrage à la fois érudit et accessible ouvre un grand nombre de perspectives sur la Constitution conciliaire et sur ce que signifie véritablement, profondément, la liturgie dans le monde moderne.

  • Au fil des différentes sessions d'un cycle de journées d'études consacrées par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes à l'antiromanisme catholique - Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin, Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins, Antiromanisme et critique dans l'historiographie catholique (xvie-xxe siècles) et L'antiromanisme dans l'historiographie ecclésiastique catholique (xvie-xxe siècles) -, le constat s'est imposé d'une présence massive de la culture juridique dans le discours porté par les tenants d'un catholicisme antiromain, qu'ils soient juristes ou non. Le fait n'a rien d'étonnant dans la mesure où l'ecclésiologie catholique s'est toujours placée à l'intersection du droit et de la théologie. Nombre d'auteurs qui ont illustré la tradition de l'antiromanisme catholique et juridictionaliste étaient à la fois juristes et théologiens compétents - ainsi de Paolo Sarpi ou de Marc'Antonio De Dominis, ainsi des grands noms qui ont illustré le fébronianisme et le joséphisme. Ce volume qui rassemble les communications de la cinquième session du cycle propose d'aborder frontalement la question des rapports entretenus entre le droit et l'opposition catholique à la romanité ecclésiale en évoquant les grandes figures de la tradition du catholicisme antiromain qui ont fait au droit une grande place dans leur argumentation, en relevant le rôle des canonistes catholiques qui ont pu faire parfois le choix de s'opposer aux prétentions romaines et en étudiant les grands thèmes où se mêlent étroitement arguments juridico-canoniques et hostilité catholique aux revendications du Saint-Siège - ainsi du conciliarisme, des compétences de l'autorité civile en matières ecclésiastiques, de l'infaillibilité pontificale ou encore du mariage et des empêchements dirimants.

  • « Y-a-t-il une spiritualité jésuite ? » Telle est la question posée aux journées d'études organisées en octobre 2015, par le Conseil scientifique de la Collection jésuite des Fontaines, avec le concours du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes. Elle peut paraître inutilement provocante. En effet, les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola ont acquis depuis le xvie siècle une réputation universelle : en plus de cinq siècles, ils ont nourri la foi d'innombrables générations de religieux comme de religieuses, de prêtres comme de laïcs. Ils sont la marque de fabrique des jésuites en matière de spiritualité. Cela ne dispense pas de chercher à prendre la mesure de cette matrice ignatienne et du rôle qu'elle a joué, et qu'elle continue de jouer, dans la formation et la vie religieuse des jésuites eux-mêmes. Ces fondements posés, nous pouvons appréhender les lieux où s'exprime la spiritualité jésuite. C'est en premier le livre qui, depuis le xvie siècle, est un vecteur pastoral essentiel pour la Compagnie. Enfin, le volume s'interroge aussi sur la manière dont les jésuites ont conçu l'accompagnement spirituel des laïcs. Ainsi, en partant d'une question qui peut apparaître inopportune, l'ouvrage se veut un outil pour pénétrer la mouvance spirituelle, riche et variée, de la Compagnie de Jésus du xvie siècle à nos jours. Il s'agit de la cinquième manifestation du même type depuis l'arrivée de la Collection à la Bibliothèque municipale de Lyon. La dernière en date, de juin 2012, « Jésuites français et sciences humaines (années 1960) », a vu ses actes publiés par le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes dans sa collection Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires.

  • À partir de l´analyse du Livre Vert, inventaire synthétique des biens et droits des archevêques de Narbonne, rédigé à l´initiative de Pierre de La Jugie (1347-1375) et de celle des fragments de comptabilités originales conservés aux Archives secrètes du Vatican, cet ouvrage dévoile, par un véritable travail de détective sur le fond et la forme des documents, comment les archevêques du XIVe siècle géraient leur patrimoine et quels étaient les revenus assurant leur train de vie princier. Les détails pittoresques des sources rendent cette visite dans le passé très vivante et permettent de croiser des personnages attachants.

  • Au coeur du Languedoc méditerranéen, le département de l'Hérault est une place forte du mouvement républicain. Pour qualifier ce particularisme, on évoque l'existence d'un « Midi rouge » sur lequel de nombreux historiens se sont penchés. Face à cette entité politique se dresse un « Midi blanc » méconnu.

  • Catéchèse

    Patrick Brisebois

    • Alto
    • 20 Juin 2014

    Dans le comté de Mauvouloir, sous l'herbe folle et les années creuses, les morts ne reposent pas en paix.

    Un village d'antan aux moeurs sévères, théâtre de la passion interdite entre Sue Ironblood, une Indienne mystérieuse et sauvage, et Violaine, l'aînée de la trinité Murray, un clan pieux et obsédé par les images saintes. C'est dans cette terre de légendes et de racontars, sous les eaux calmes et dans les bois obscurs, que se tisse un drame atroce. Car Mauvouloir est un petit monde prisonnier de montagnes sous un ciel d'acier, un lieu fragile où la réalité se lézarde étrangement, laissant pénétrer les anomalies et les cauchemars.

    Tranchant nettement avec les trois romans précédents de Patrick Brisebois, tous chaudement accueillis par la critique, Catéchèse se situe à mi-chemin entre les romans de terroir et d'anticipation. Un récit cru fleurant le souffre et l'eau bénite à travers lequel Brisebois pose un regard sans concession sur les (dés)illusions d'hier, comme celles d'aujourd'hui.

empty