• Les Onze Mille Verges, est un roman pornographique écrit par Guillaume Apollinaire en 1907, même si la paternité de ce livre lui revient plus tard. On y découvre les aventures d'un jeune homme, possédant un titre héréditaire, au mode de vie libertaire et s'adonnant à toutes sortes de dépravations sexuelles. Les mots sont crus, et l'écriture active, nous emmènent de Bucarest à Paris puis en Chine, dans des décors ou sexe et violence s'entremêlent et se côtoie, tout comme la mort et la sauvagerie. Le titre est un jeu de mots savamment pensé par l'auteur, faisant à la fois référence au sexe, mais aussi au bâton qu'on utilisait pour battre et corriger par le passé.

    Attention : Ce livre n'est absolument pas adapté à un public enfant/jeune, du fait du caractère violent et sexualisé de l'oeuvre.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    à fleur de chair

    Chloe Saffy

    "Ce roman, si érotique et si excitant soit-il, est bien plus que cela : c'est un roman sur le couple, un roman sur l'amour, un roman sur la jalousie, un roman sur la sexualité et l'émancipation féminine". Sarah Chiche
    Delphine est l'épouse d'Antoine depuis presque dix ans. Ce couple de la bourgeoisie bordelaise suit son existence sans heurt, à l'exception d'un détail : Antoine mène une double vie dans laquelle il laisse libre cours à son appétence BDSM. Delphine le sait et accepte cet arrangement, à condition de ne rien connaître de ce qui s'y passe. Un jour pourtant, elle découvre la malle cachée par son mari. À l'intérieur, des instruments, des accessoires, mais également une série de lettres. Les lettres d'une soumise, qui décrivent précisément leurs rendez-vous. D'abord révulsée par la teneur de cette lecture clandestine, Delphine finit par être prise dans un engrenage vertigineux : le besoin de savoir, malgré la honte et la culpabilité, pourquoi cette femme accepte chacune des " épreuves " auxquelles Antoine la soumet mois après mois, dans une dévotion toujours grandissante. Jusqu'où iront la reddition sexuelle de l'une et l'intégrité de l'autre ?
    Roman des vies secrètes, À fleur de chair est un thriller érotique de fièvre et d'extase où le jeu révèle la nudité de l'âme. Un texte autant féminin que féministe qui explore les possibles de la liberté dans la soumission.
    Née en 1981, Chloé Saffy vit à Toulouse. Après Adore (Dominique Leroy, 2013) et Soaring Blue (Atlantica, 2018), À fleur de chair est son troisième roman. Elle est également l'auteur de Subspace, un essai autofictionnel consacré au Maître des Illusions de Donna Tartt (Le Feu Sacré Éditions, 2020).
    " Ce roman, si érotique et si excitant soit-il, est bien plus que cela : c'est un roman sur le couple, un roman sur l'amour, un roman sur la jalousie, un roman sur la sexualité et l'émancipation féminine. ", Sarah Chiche
    Sélectionné pour le Prix Sade 2021.

  • Le jeune Roger ne rêve que de filles et de femmes, de séduction, d'abandons et d'étreintes, d'odeurs et de formes abondantes... Rapidement déniaisé, l'adolescent embrasse, caresse et séduit tout ce qui porte jupon, ne reculant devant aucun fantasme ni aucune perversion pour assouvir ses désirs et parfaire son apprentissage amoureux...

  • " Faute de voyages exotiques réguliers, de sports extrêmes ou de travaux immobiliers, rencontrer des hommes nouveaux est en soi une façon d'implanter de la dramaturgie dans son quotidien. Mieux sonder le genre humain, aussi.
    Renouveler les frontières du désir, du plaisir.
    Je pense avoir déjà entendu ça dans une pub pour yaourt. Ou déo. "
    À travers une centaine de très courts textes d'une sincérité vivifiante, Zoé Vintimille dresse le portrait d'une femme libre, qui rencontre, fait l'amour, s'offre et jouit du corps des hommes. Elle raconte le désir qui monte, la douleur du manque, certaines petites hontes et autres souvenirs inavouables. On rit, on s'émeut, on s'excite.
    Zoé Vintimille vit depuis quelques années loin de l'ébullition parisienne. Ces instantanés crus, légers, profonds ou décalés, puisent dans sa propre vie. C'est son premier livre.

  • Viscéralement libertaire et joyeusement iconoclaste...



    Le pèlerinage de Compostelle comme vous ne l'avez jamais vu.



    Pantalon à grosses côtes et sac au dos, Étienne n´hésite pas à se sacrifier pour suivre le pèlerinage qui, de Vézelay à Compostelle, perpétue selon lui l´archaïsme de la pensée et la soumission au destin. Appuyéà son bâton de pèlerin, il a plus d´un tour dans sa besace pour approcher au plus près les corps croyants de cette vaste communauté en marche. Le constat est hilarant : la chair est faible, on s´en doutait, mais elle est tout sauf triste...

  • Les mots de l'auteur lui-même résume à eux seuls la portée de cet ouvrage : "Je crois que ma vie sexuelle pendant mon enfance a été assez extraordinaire par son intensité et que peu de gens ont des souvenirs aussi précis et aussi complets que les miens touchant les premières impressions sexuelles. J'ai tâché d'être le plus exact possible et cela donne peut-être quelque valeur à mon récit." Ces aveux ont été rédigés en français en 1912.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    La culotte

    Esparbec

    Un nouveau chef-d'oeuvre de littérature pornographique signé Esparbec !
    Gerald mûrit sous l'écrasant soleil de Tunis, à l'ombre des trois jeunes filles totalement délurées que sont ses cousines et sa soeur, dont il a déjà eu à souffrir les perversions dans L'Esclave de Monsieur Solal. Malgré les tourments qu'elles lui infligent, sa raison de vivre, son obsession, c'est Magda, sa mère. Cette femme aux accents de pure folie et à la chair douillette de confiserie orientale, avec sa large croupe, ses jambes gainées de bas, sa bouche à sucer des bonbons, exerce sur le jeune Gerald une fascination hors-norme qui ne lui laisse aucun répit...
    Et la culotte du titre, alors ? Ce petit bout d'étoffe sera-t-il le rempart ultime de quoi que ce soit ?
    Esparbec fait avec La Culotte le plus beau et le plus émouvant des portraits de " maman-salope " de la littérature. Malgré l'incongruité de cet amour, il y a dans ce roman une grâce ineffable... Laissons les bigots s'étrangler. Nous sommes là face à un chef-d'oeuvre.

  • " Vers 1940, fut publié un des plus curieux livres érotiques confidentiels jamais parus aux Etats-Unis. A la différence de la grande majorité de la production érotique d'alors, la fiction en était d'une sensualité extrême (...) et l'écriture d'une habileté quasiment inconnue à l'époque dans ce genre littéraire (...). Même dans leurs passages les plus descriptifs, les plus sexuellement explicites, il est difficile de qualifier ces récits d'obscènes ou de pornographiques. Ils sont simplement trop bien écrits pour cela (...). Au fil des ans, ce recueil a presque été oublié.
    Personne n'a déclaré ouvertement en être l'auteur, et jusqu'à la présente édition, seuls ceux qui ont eu la chance de trouver un exemplaire de cet ouvrage original de plus en plus rare, ont pu savourer le raffinement du plaisir qu'il offre. " (C.J. Sheiner, New-York) Attribué à Anaïs Nin, auteure incontournable de la littérature érotique féminine, cet ouvrage, traduit pour la première fois par La Musardine en 1999, est l'un des plus grands succès de la collection Lectures amoureuses.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans
    Nouv.

    Une grande fresque de la vie amoureuse, depuis la rencontre et la légèreté adolescentes jusqu'aux doutes et défis auxquels doit faire face tout couple installé.
    Virginie et Sébastien se rencontrent au lycée. Ils s'éduquent, s'essaient, puis se trouvent enfin et merveilleusement, dans cette période bouleversée et déterminante de l'adolescence. Ils finissent par ne plus se quitter. 22 ans plus tard, qu'est-il advenu d'eux ? Bon mariage, belles situations, de grands enfants qui ont quitté le nid, le couple s'aime encore. Vraiment ? Oui, mais. Chacun de son côté se met à fantasmer et entache le contrat de petites anicroches extra-conjugales. Jusqu'au moment où la situation vacille, lorsque Sébastien se trouve blessé par les mensonges et dissimulations de Virginie : c'est la rupture. Après avoir goûté aux plaisirs que la vie de couple leur interdisait, le destin les rassemble bientôt. Plus forts, plus aguerris, plus ouverts aux désirs de l'autre, ils se tournent alors vers le polyamour pour ne plus jamais avoir à se mentir.
    Avec justesse et simplicité, Éric Mouzat décline une polyphonie de pratiques érotiques douces, parfois audacieuses, stratagèmes du couple moderne pour traverser le temps et délivre à tous les amoureux ce message d'espoir : lorsque l'intelligence, la sincérité et le dialogue sont invités au lit, l'épanouissement sexuel et la pérennité conjugale deviennent possibles.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    À Paris, Aurore, une jeune journaliste timide et réservée, doit rencontrer Louise, une écrivaine envoûtante, afin de réaliser une interview sur cette romancière sulfureuse à succès.
    Louise va se confier toute entière à Aurore. Entre elles se déroulent des échanges d'une grande sensualité et d'une puissante spiritualité, qui se mêlent aux confidences de l'écrivaine.
    Plus leur rencontre avance au fil des souvenirs de Louise, et plus Aurore se révèle à elle-même.
    Ce roman réhabilite la figure de la sirène pour en faire une icône libre. Ce livre vous fera voyager dans le monde des années 70 à nos jours et vous montrera qu'une femme peut être libre, puissante, courageuse, attractive et charmeuse, et qu'elle ne renonce jamais à ses pouvoirs, y compris avec le temps qui passe...

  • Une emprise

    Elsa Andry

    • Blanche
    • 7 Janvier 2021

    Jusqu'où peut-on aller sous l'emprise psychologique et sexuelle d'un homme ? Une emprise, c'est l'histoire d'une jeune femme comme on en connaît tous, enjouée, curieuse et sexy, aux yeux qui brillent à en faire pâlir la lune.
    Ces jeunes créatures portent en elles l'infini des possibles. Mais cela ne va pas sans provoquer chez certains hommes des pulsions terribles. Ceux-là sont prêts à tout pour s'accaparer un peu de leur magie. C'est ainsi que, sous couvert de désirs, de sentiments et de manipulation, ils vont impunément abuser d'elles, les piller et les avaler. Et lorsqu'ils sont bien certains d'en avoir bu toute la sève et d'en être repu, ils se débarrassent de leur cadavre, sans autre forme de procès.
    C'est à cette passion destructrice et sans issue que nous convie Elsa Andry, en analysant avec lucidité et honnêteté cette forme de schizophrénie entre plaisirs et destruction, acceptation et révolte, haine et amour...
    Un témoignage d'une grande lucidité qui éclaire sur les mécanismes qui se mettent en jeu dans une emprise amoureuse.

  • Les bijoux indiscrets

    Denis Diderot

    • Hermann
    • 1 Janvier 1978

    L'idée de la première édition scientifique et critique des OEuvres complètes de Diderot est née en 1958, lors de l'acquisition par la Bibliothèque nationale du fonds Vandeul. Ce riche ensemble de manuscrits provenant de la fille de Diderot, resté presque inexploité, fut sauvé par Herbert Dieckmann, professeur à l'université de Harvard. Aucun éditeur français n'ayant manifesté d'intérêt pour une entreprise d'une telle envergure, Julien Cain, alors directeur des Bibliothèques de France, fit appel à Pierre Bérès pour créer, en 1964, un Comité national d'édition des oeuvres de Diderot où figuraient André Chastel, Herbert Dieckmann, Jean Fabre, René Pomeau, Jean Pommier, Gaëtan Picon et Jean Seznec. Une équipe internationale fut constituée sous l'impulsion d'Herbert Dieckmann et de Jean Fabre, réunissant plus de soixante spécialistes, chercheurs et universitaires français, américains, italiens, allemands, danois, etc. En 1975 parurent les trois premiers volumes des OEuvres complètes, désignées désormais sous le sigle DPV du nom des membres fondateurs du Comité de publication : Herbert Dieckmann, Jacques Proust et Jean Varloot. Après la publication du tome XX, l'édition connut des années difficiles dues, pour l'essentiel, aux problèmes particulièrement ardus posés par les oeuvres de la dernière période. Leur résolution doit beaucoup à la mise en place d'un nouveau comité réunissant des chercheurs qui ont une responsabilité directe dans les volumes à paraître : Roland Mortier, Bertrand Binoche, Geroges Dulac, Gianluigi Goggi, Sergueï Karp et Didier Kahn. La relance de l'édition se manifeste par la publication, à l'automne 2004, du tome XXIV, prélude à celle des derniers volumes prévus dans toutes les années suivantes. Établie à partir des manuscrits, des premières éditions et des révisions de l'auteur, l'édition des OEuvres complètes réunit, pour chaque oeuvre, les différentes étapes de la réflexion de Diderot et le meilleur texte. Un important appareil critique de variantes et d'élucidations fournit les données indispensables à l'étude. Le plan général adopté présente l'oeuvre dans son ordre chronologique, au sein duquel sont introduits quelques groupements originaux qui éclairent la continuité des thèmes du philosophe et de l'écrivain : idées, fiction, critique, beaux-arts, encylopédie. Pour faciliter la lecture, l'orthographe a été modernisée. La collection comporte trente-trois volumes, imprimés sur papier vélin en monotype Bembo et reliés en toile sous rhodoïd, avec tranchefile et tête dorée. Le tirage est strictement limité à deux mille exemplaires. Les volumes sont vendus soit sous forme de souscription à la collection complète, soit à l'unité.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Découvrez les plus osés des scénarios féminins...
    Avec la libération de la parole des femmes, la ménagère au service du plaisir de son mari sans se soucier du sien, c'est du passé !
    Aujourd'hui, les femmes osent se connecter à leurs fantasmes, les expérimenter, et même prendre la plume pour les raconter. C'est ce que vous découvrirez dans ce recueil de nouvelles érotiques exclusivement réservé aux fantasmes... féminins ! 20 nouvelles, 20 fantasmes, qui vous conduiront tour à tour dans un musée désert en pleine nuit, sur le tournage d'un film porno, à la cour d'une puissante reine, sur une scène de pole dance, dans les alcôves d'un club SM et autres lieux sulfureux, pour un voyage enivrant à la rencontre du plaisir féminin.

  • Une petite bonne est engagée dans la maison du maître...Une petite bonne est engagée dans la maison du maître, où règnent le silence et le mystère. Si elle se donne du mal pour se montrer irréprochable, elle ne peut oublier cet homme austère, croisé ici et là, dont le charme et le charisme lointains la troublent jusque dans ses rêves. Encore naïve des choses du sexe mais avide de découvertes, elle entreprend alors de le séduire. Sa fougue et son impudeur ont bientôt raison de l'apparente impassibilité du maître, qui prend sur lui d'éduquer la petite bonne - bientôt plus si naïve, et plus du tout innocente. Dans la moiteur de l'été, tandis que les amants se rejoignent chaque nuit et que la volupté de leurs ébats trouble la somnolence de la demeure ancestrale, un complot se trame dans l'ombre...
    Léo Barthe construit ici un monde de sensualité et de transgression, dans lequel le lecteur se retrouve enfermé jusqu'au dénouement, évidemment sulfureux. Un livre ciselé, un conte oscillant entre érotique et fantastique, qui comblera jusqu'aux plus exigeants des lecteurs.
    Léo Barthe a écrit de nombreux textes érotiques : Camille, Zénobie la mystérieuse, ainsi qu'Histoire de la bergère, Histoire de la bonne et Histoire de l'affranchie. Sous le nom de Jacques Abeille, il est l'auteur d'une oeuvre conséquente dans le domaine de l'imaginaire, à travers notamment Les Jardins statuaires.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Dix-huit récits d'une profonde intensité érotique, la crudité des mots servant l'imagination foisonnante de l'auteure.
    Pendant deux ans, Valentine Abé écrit des histoires à son amant. Parfois, l'homme lui en écrit à son tour, lui donne des consignes, ils s'inventent et se mettent en scène, avec leur entourage, les amis de l'homme, les conjoints, ou même des inconnus, et c'est ainsi qu'ils s'aiment. Les mots brûlent, deviennent une drogue, la voici dévorée d'histoires.
    Ce recueil rassemble ces récits, explorant les amours à trois, à quatre ou plus encore, entre femmes, au sein de la famille ou entre les mains perverses de l'hôtelier, sous forme de lettres ou de récits, de petits contes aussi. Les mots sont crus, les situations d'une intensité porno graphique impressionnante.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    L'esclave de Monsieur Solal

    Esparbec

    Une initiation délicieusement transgressive, sur un fil entre l'innocence des découvertes et l'expérimentation du tabou.
    Esparbec nous entraîne dans ce livre à la Petite Sicile, quartier pauvre de Tunis à proximité du port, où il passa une partie de sa jeunesse auprès de sa mère, sa tante, sa soeur et ses cousines. C'est là, entouré de femmes jeunes et moins jeunes, ingénues ou perverses, que le garçon vit ses premiers émois sexuels, tantôt voyeur des jeux lubriques de la mère, tantôt complice des scénarios interdits imaginés par les cousines... Une initiation délicieusement transgressive, sur un fil entre l'innocence des découvertes et l'expérimentation du tabou.
    Ce roman d'Esparbec, majestueusement écrit, plonge le lecteur dans un tourbillon d'odeurs, celle de l'orgeat, des figuiers, de la chaleur tunisienne. Mais aussi, bien sûr, les parfums de sueur, de sexe, des corps en proie à tous les fantasmes de l'auteur.

  • Le lien

    Vanessa Duriès

    • Blanche
    • 22 Mai 2014

    Récit troublant de la passion et de la douleur, Le Lien nous raconte l'amour paradoxal que Vanessa Duriès voue à Pierre, son premier amant et son initiateur en domination. Plongée dès sa première expérience sexuelle dans un univers érotique extrême, Vanessa Duriès analyse parfaitement le lien ténu qui unit, dans la souffrance et l'humiliation, la soumise à son maître.
    Ce qui peut paraître choquant dans ces séances de domination devient, pour Vanessa, une preuve naturelle et indiscutable de sa passion amoureuse.
    Si Vanessa éprouve un bonheur intense à tout ce qu'elle endure, c'est qu'ainsi elle atteste à tous de l'amour qu'elle porte à son maître.
    Un récit d'une franchise presque candide où une jeune fille nous livre ce qui la pousse à reculer sans cesse les limites de son adoration au travers ses multiples souffrances qui sont devenues sa normalité amoureuse.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Qui n'a jamais rêvé de faire l'amour à un parfait inconnu ?
    On oppose souvent les gens qui ne " couchent pas le premier soir " et les autres. Mais on oublie toujours ceux qui ne couchent QUE le premier soir ! Dans ce recueil, nous avons voulu rendre hommage au sexe sans lendemain, sans autre enjeu que celui du plaisir et de l'instant présent. Vous y découvrirez dans quelles circonstances de parfaits inconnus en sont venus à faire l'amour dans une auberge de jeunesse en Argentine, dans la cabine d'essayage d'un magasin de vêtements de luxe, dans un avion de nuit entre Phoenix et San Francisco, dans une couchette du Transsibérien, dans l'arrière-boutique d'un magasin de fruits et légumes et autres lieux insolites ou non, car quand le désir foudroie, il faut le consommer tout de suite, peu importe où on se trouve !

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    La jovialité, la légèreté et la sexualité sans tabou d'un roman érotique des années 1970, à travers le portrait d'une jeune femme libérée et effrontée.

    Naïade aux boucles blondes consciente de ses charmes, Frimousse est tout sauf égoïste et tient à partager sa fraîcheur. Avec Jean-Raoul, son cousin, avec Sylvie, sa meilleure amie (l'essayage de maillot de bain est si propice aux découvertes coquines), avec le beau gosse du club de sport, et le prof tant qu'à faire, jusqu'au garagiste Mario. Qu'on ne s'y trompe pas : les malheurs du titre n'en sont pas ! Notre jeune démone n'a guère d'états d'âme et se sauve de tout par sa très grande naïveté, sans que cela soit péjoratif : sa simplicité et sa grâce oeuvrent pour elle. Si un seul adjectif devait subsister pour qualifier le sexe vu selon Frimousse, ce serait sans nul doute joyeux...

  • Les variations des meilleurs auteurs de littérature érotique sur le thème de Noël
    Les variations des meilleurs auteurs de littérature érotique sur le thème de Noël
    À quoi rêvent les grandes personnes le 24 décembre ? De Pères et Mères Noël coquins en étrennes luxurieuses, de rois mages lubriques en fantasmes neigeux, Noël suggère décidément des élans d'inspiration très différents. Érotisme, bien sûr, mais aussi amour, humour, nostalgie, perversité, parodie, rêverie sont les ingrédients de ce recueil, à lire une fois que le Père Noël des enfants sera passé...
    Avec des contributions de :
    Léo Barthe
    Virginie Bégaudeau
    Cécile Coulon
    Gil Debrisac
    Octavie Delvaux
    Esparbec
    Brigitte Lahaie
    Étienne Liebig
    Françoise Rey
    Stéphane Rose
    Carl Royer
    Anne Vassivière
    Carlo Vivari

  • Publié en 1955, interdit très vite, Les Mauvais anges traîneront pendant de longues années (trente ans !) la malédiction d'une décision prise à l'époque par la fameuse Commission du Livre, entraînée par l'abbé Pihan, naturellement très averti, sans doute, de ces « amours particulières ».



    Pourtant la première édition comportait deux textes, l'un de Max-Pol Fouchet, l'autre de Robert Margerit. L'un et l'autre célèbrant le « don de poésie exceptionnel » de l'auteur, adolescent à l'époque (nous reproduisons ces textes en fin de volume).



    Ce que nous soulignons surtout, c'est à que point ce court roman de folle passion de deux très jeunes hommes garde - aujourd'hui que la "littérature homosexuelle" se perd dans le réalisme le plus plat, le plus répétitif, le plus gratuit - une aura de trouble infini qui ira droit au coeur, même de ceux qui sont le plus étrangers à cet entraînement amoureux.



    Annexes par Max-Pol Fouchet et Robert Margerit.

  • Un chef-d'oeuvre méconnu de la littérature érotique contemporaine !
    Léone, une jeune fille de 17 ou 18 ans débarque à Marseille, presque sans le sou. En quête de sensations, chaque jour, de café en chambre d'hôtel, elle s'enivre et choisit des amants de passage. Un soir, dans un tramway, elle rencontre un jeune Japonais qui lui propose de vivre une expérience vertigineuse.
    Dans un style limpide et riche, l'auteure livre un récit érotique qui ne recule jamais devant la précision technique, mais où les situations scabreuses sont toujours portées à un point de sensualité inédit dans cette littérature.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Punir d'aimer

    Octavie Delvaux

    Vingt-deux histoires érotiques de la virtuose Octavie Delvaux, qui font la part belle aux jeux BDSM et à la transgression.
    Ce qui caractérise les nouvelles d'Octavie Delvaux, c'est leur mécanique implacable, associée à la variété des situations. Quand son imagination se met en marche, il en résulte des histoires aussi débridées que surprenantes. Sa plume est tour à tour cynique lorsque la narratrice se fait dominatrice, tendre lorsqu'elle évoque le passé de personnages chers à son coeur, enflammée lorsqu'elle traduit la passion et les coups de foudre sexuels.
    Dans ce recueil, le lecteur voyagera dans le temps et l'espace, il croisera une dominatrice en attente de ses " cadeaux de noël ", un vampire soumis, un robot sexuel, des vagabonds en route pour le grand Ouest américain, une comtesse rattrapée par ses frustrations sexuelles et bien d'autres personnages hauts en couleurs...
    Novelliste confirmée, Octavie Delvaux déploie ici toute l'étendue de son talent, et livre vingt-deux textes uniques en leur genre, où l'insolence du ton, la perversité des situations et le style ciselé entrent en parfaite harmonie avec l'originalité des thèmes abordés.
    Octavie Delvaux est l'une des figures majeures de la littérature érotique contemporaine. La parution de son premier roman, Sex in the kitchen, une comédie romantique débridée, l'a révélée au grand public en 2013. Elle est également l'auteure de Osez dresser votre mari, Osez 50 scénarios SM et d'un recueil de nouvelles, À coeur pervers. Depuis 2017, elle dirige la collection " Point G. ", consacrée à la littérature érotique féminine.

  • " Esparbec écrit ce qui se fait de plus éveillé et conséquent en littérature porno. " Virginie DespentesLa Pharmacienne est un roman pornographique " pur et dur ", où les métaphores sont bannies, les adjectifs concrets, et les descriptions méticuleuses sans être délayées. En outre, un humour noir assez décapant ne gâte rien à l'affaire. Les tribulations de Bébé, Laura Desjardins, Beau P' et son cousin Ernest constituent un vaudeville d'un genre nouveau, lubrique et facétieux. Gageons que sa lecture en surprendra plus d'un qui avait, sur ce type de littérature, des préjugés que l'actuelle liberté d'écriture a rendu désuets.
    " Après avoir lu La Pharmacienne, je n'ai plus la même vision sur la sexualité. Ce qu'écrit Esparbec est scandaleux, sale, fascinant, angoissant, comme tout ce que nous refoulons. ", Wolinski, Charlie Hebdo " L'écriture d'Esparbec s'approche des préceptes de Roland Barthes concernant la transparence. Sa philosophie se résume en une phrase : "ne jamais tricher sur le fond'. Pour la forme, en revanche, tout est permis, puisqu'il s'agit de séduire. " Camille Emmanuelle " Dans un genre totalement et injustement méprisé, Esparbec, livre après livre, fait une oeuvre. " Wiaz, Le Nouvel Observateur

empty