• Les Evangiles

    Bruno Callebaut

    L'Esprit du temps, très critique, dans de nombreuses publications (tant exégétiques que de vulgarisation), est sceptique quant à la valeur historique des évangiles. Peut-on savoir ce que Jésus a vraiment dit, fait, qui il est vraiment ? Ce livre propose une traversée des problèmes de lecture des Évangiles, en examinant de façon contradictoire les divers courants de l'exégèse actuelle, et ses éclairages. Le but est d'aider à « bien lire » les Évangiles, avec « empathie », en découvrant comment et pourquoi ils ont été écrits tels qu'ils sont, dans quelle mentalité et avec quelles croyances, et comment ils ont été reçus ensuite par diverses générations de lecteurs. Quelle peut donc en être notre lecture aujourd'hui ? Examiner ces questions, sans préjugé ni naïveté, permettra de se mettre au diapason des Évangiles, pour laisser résonner en nous leur éternelle Bonne Nouvelle.

  • Grâce à ce livre simple et très dynamique, les élèves et leur entourage - parents, professeurs ou intervenants spécialisés - ont tout en main pour faciliter et consolider les apprentissages des matières de base.

  •  L´enseignement du Christ est tout entier contenu dans les quelques lignes de la prière dominicale : « Notre Père qui es aux cieux... » C´est ce que Omraam Mikhaël Aïvanhov montre dans cet ouvrage. « Un Initié, dit-il, procède comme la nature. Regardez : toute cette merveille qu´est un arbre, par exemple, avec ses racines, son tronc, ses branches, ses feuilles, ses fleurs et ses fruits, la nature réussit à le résumer magistralement dans une semence minuscule que l´on met en terre. Jésus a fait la même chose : toute la science qu´il possédait, il a voulu la résumer dans le « Notre Père » avec l´espoir que les hommes qui le réciteraient et le méditeraient, le planteraient comme une graine dans leur âme, qu´ils arroseraient cette graine, la protégeraient, la cultiveraient, afin de découvrir cet arbre immense de la Science initiatique qu´il nous a laissée. »

  • La Bible occupe un espace littéraire, culturel et artistique considérable dans notre civilisation.
    Encourager à lire la Bible avec d'autres, la commenter, la discuter, y réagir et agir, telle est l'intention de cette publication. Elle s'adresse d'abord à tous les curieux de la Bible qui désirent y repérer du sens, y percevoir du goût, afin d'en vivre.
    Quel que soit le statut du lecteur (simple amateur, connaisseur, membre d'un groupe biblique, animateur-trice, etc), cette démarche se veut être une aide pour comprendre, ou encore une proposition d'accompagnement sur le chemin de la lecture.

  •  « L´être humain est semblable à un arbre qui, grâce à la lumière du soleil spirituel, peut transformer en lui la sève brute, ses tendances instinctives, en sève élaborée qui ira nourrir les fleurs et les fruits de son âme et de son esprit. Combien de fois les forces du mal se permettent de détourner les forces du bien pour les faire servir à leurs desseins ! Alors, pourquoi le bien n´aurait-il pas le droit de prendre les forces du mal pour les transformer et les mettre au service d´un idéal élevé ? Non seulement il en a le droit, mais il en a même le devoir. » Omraam Mikhaël Aïvanhov

  •  « Depuis des millénaires les humains ont essayé de comprendre l´origine du monde ainsi que l´apparition du mal (et sa conséquence, la souffrance) dans ce monde. Ils les ont souvent présentées sous forme de mythes, c´est pourquoi dans les Livres sacrés de toutes les religions, on retrouve des récits symboliques qu´il faut savoir interpréter. La tradition chrétienne a repris le récit de Moïse, dans la Genèse, où il est dit qu´au sixième jour de la Création, Dieu fit l´homme et la femme et les plaça dans le jardin d´Éden au milieu de toutes les espèces d´animaux et de plantes. Moïse nomme seulement deux arbres de ce jardin : l´Arbre de la Vie et l´Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal dont Dieu avait interdit à Adam et Ève de manger les fruits...

    « L´Arbre de la Vie représente l´unité de la vie, là où la polarisation ne se manifeste pas encore, c´est-à-dire où il n´y a ni bien ni mal, une région au-dessus du bien et du mal. Tandis que l´autre Arbre représente le monde de la polarisation où l´on est obligé de connaître l´alternance des jours et des nuits, de la joie et de la peine, etc. Ces deux arbres sont donc des régions de l´univers, ou bien des états de conscience, et non de simples végétaux. Et si Dieu a dit à Adam et Ève de ne pas goûter de l´Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, cela signifie qu´ils ne devaient pas encore pénétrer dans la région de la polarisation... »   Omraam Mikhaël Aïvanhov

  •   Les Évangiles frappent dès l'abord par leur forme narrative. Même s'ils laissent de grandes zones d'ombre dans la biographie de Jésus, ils rapportent parfois au jour le jour maint détail de sa vie quotidienne, et son enseignement même se présente souvent sous forme de récits allégoriques.
    L'immense intérêt de la méthode d'interprétation de Omraam Mikhaël Aïvanhov, c'est de considérer ces courts récits réels ou symboliques, comme autant de données et de situations psychologiques. Les dix vierges invitées aux noces de l'Époux, le riche propriétaire demandant des comptes à son économe, le maître qui va louer des ouvriers pour son champ, mais aussi les disciples terrorisés par la tempête réveillant Jésus endormi dans la barque, la question de l'impôt dû à César... sont aussi dépouillés de leur caractère événementiel et pittoresque, donc extérieur et de portée limitée, pour apparaître comme des réalités constantes de notre vie intérieure au sein de laquelle s'affrontent et se réconcilient les forces antagonistes du spirituel et du matériel.

  • Jésus annonçait l´avènement du Royaume de Dieu, et à la fin de l´Apocalypse saint Jean le décrit sous la forme d´une ville, la Nouvelle Jérusalem qu´il voit descendre du ciel. Cette nouvelle Jérusalem est évidemment symbolique : elle représente les transformations que les humains ont à réaliser en eux-mêmes afin de former ensemble une société idéale où tous vivront dans la fraternité et la paix. Mais même si elle ne s´est pas encore réalisée dans le monde, chacun peut déjà en goûter les bénédictions en travaillant à devenir lui-même une nouvelle Jérusalem.



    Omraam Mikhaël Aïvanhov

  • Vous devez réaliser un mémoire de fin d'études dans un cursus universitaire, en école de commerce ou en école d'ingénieurs ?

    Vous cherchez un ouvrage qui vous donne à la fois des conseils pour la rédaction de votre mémoire et pour la soutenance ?

    Cet ouvrage est fait pour vous Il propose une méthode fondée sur les besoins réels des étudiants, et déroulée en 3 parties :


    Une partie Foire aux Questions répondant aux questions les plus fréquemment posées par les étudiants.

    Des conseils méthodologiques pour la conception et la soutenance du mémoire opérationnel.

    Une boîte à outils pour le mémoire, la soutenance et des outils statistiques pour la partie pratique du mémoire.

    />
    Très opérationnel, cet ouvrage vous permettra de réussir avec brio vos mémoires de fin d'études et leur soutenance.

  •  Manger bio. Difficile de ne pas être séduit tant le bio semble sain et naturel. Plus chers, les produits bio seraient meilleurs pour notre santé, meilleurs pour l´environnement et meilleurs pour les agriculteurs, surtout les petits paysans.

    Ce sont ces trois promesses, si séduisantes, que Gil Rivière- Wekstein a voulu vérifier. Journaliste spécialiste des questions agricoles, il a mené une longue enquête sérieuse et qui se révèle passionnante. Quelle est l'histoire du bio, quelle idéologie le sous-tend ? Peut-on vraiment parler de bénéfices pour la santé des consommateurs et comment les évalue-t-on ? Le Bio est-il vraiment l'avenir de l'agriculture et des agriculteurs ?


    A toutes ces questions qui -à juste titre- nous préoccupent tous, Gil Rivière-Wekstein apporte des réponses parfois inattendues mais toujours basées sur des études exigeantes, comme le souligne dans sa préface Jean de Kervasdoué.


    Si l´auteur reconnaît l´intérêt et la place que doit prendre l´agriculture biologique, il en dénonce les insuffisances et réfute les fausses vérités si écologiquement correctes.


    Au moment où l´agriculture et son avenir sont au coeur des débats dans notre société si attachée au monde rural et à la qualité des produits, ce livre qui refuse la polémique fera date.

  •  «Lorsque Jésus dit à ses disciples: «Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: Transporte-toi d´ici là, et elle se transporterait», évidemment cette montagne est symbolique. La montagne représente les grandes difficultés de la vie que seule la foi nous permet de transporter, c´est-à-dire de résoudre. En un an, deux ans, dix ans, pierre après pierre, nous parviendrons à transporter ces montagnes. Vous pensez que c´est long et vous voudriez que ce soit fait tout de suite. Alors, dans ce cas, faites comme les fourmis qui parviennent en peu de temps à transporter de vraies montagnes de grains - proportionnellement ce sont des montagnes pour elles! Oui, mais une fourmi ne travaille pas seule, ce sont des multitudes qui travaillent ensemble.



    «Dans l´isolement l´égoïsme, on ne transportera jamais les montagnes. Si de grandes choses ont été réalisées au cours de l´histoire, c´est parce que des hommes s´étaient réunis pour travailler ensemble. Déplacer les montagnes, c´est faire tomber en soi-même et dans le monde les obstacles qui s´opposent à la venue du Royaume de Dieu. Cela n´est possible que si tous les spiritualistes s´unissent par la foi et l´amour pour un grand travail de lumière et de paix; ils obtiendront d´autant plus de résultats que le lien créé entre eux sera plus puissant.»   Omraam Mikhaël Aïvanhov

  • En choisissant de consacrer sa thèse à l'apport de la littérature francophone dans la formation des élèves issus d'autres espaces linguistiques et culturels, Luc Collès a opéré un double et spectaculaire passage des frontières : le professeur de langue maternelle devenait professeur de FLE, et l'amateur d'analyses structurales n'avait plus d'yeux désormais que pour la manière dont les différences culturelles modelaient non seulement le langage et la littérature, mais aussi toutes nos relations et toutes les dimensions de l'action humaine. Les cinq parties qui composent cet ouvrage résument bien la diversité du parcours foisonnant de ce jeteur de ponts en mettant en évidence les thèmes majeurs qui l'ont mobilisé au long de sa carrière et à propos desquels il a fait oeuvre de fondateur : l'enseignement de la littérature, la didactique du FLE et de l'interculturel, la promotion de la francophonie, la littérature migrante et l'interrogation sur les enjeux de la transmission du fait religieux dans le contexte des sociétés multiculturelles.

  • Quel sens peut revêtir la prière dans un monde d'opulence et de bien-être matériel comme l'homme n'en a jamais connu ? En effet, quels sont les problèmes brûlants de l'homme occidental en ce début de XXIe siècle ? Comment lutter contre l'obésité dès le plus jeune âge ; comment assurer un confort de vie aux millions de centenaires qui apparaîtront sous vingt ans dans notre pays ; comment réduire le déficit d'une sécurité sociale qui n'en finit pas d'assurer notre bonne santé ; comment préserver son pré carré national face aux mouvements de populations dans un monde totalement ouvert... Immergé dans ces besoins de luxe encore inimaginables voici à peine un siècle, comment l'homme moderne peut-il appréhender un mode d'expression, la prière, hérité - dans sa forme autant que dans son fond - de temps immémoriaux durant lesquels la vie humaine était faite de faim, de maladie, de mort précoce, d'intempéries, de violences, de migrations forcées et d'instabilité structurelle ? Pour le juif, cette vie n'a jamais cessé d'être aussi une vie de persécution, à des degrés variables selon les époques et les territoires sur lesquels il était balloté. C'est une approche particulièrement originale de la prière et de son devenir que nous propose l'auteur. Il montre de quelle manière, d'un principe originel d'acte cultuel parmi d'autres, la prière va progressivement devenir le vecteur porteur du judaïsme, son sanctuaire virtuel, mobile, mais bien réel. Au-delà de cette mutation émerge une tout autre identité de la prière, juive ou universelle. On découvre que la problématique de la prière est celle d'une parole à retrouver, à reconstruire en chaque époque, pour réparer et dépasser les vicissitudes de l'époque précédente. L'homme a reçu de son Créateur le don de la parole avec laquelle il a été créé. Elle est, en lui, le fil qui le relie aux origines de la Création. Elle est outil de création. Il lui appartient donc de retrouver la puissance créatrice de cette parole et de recréer le monde, son monde, tant de fois détruit, défait, désordonné. C'est là l'ultime enjeu de la prière, celui de la conquête de la parole créatrice.

  • Réflexions

    Jacques Guerrier

    Avec "Réflexions", Jacques Guerrier, Nîmois de cinquante-six ans, nous livre le fruit de ses considérations sur de grands thèmes de la philosophie et de la psychologie qu'il étudie depuis de nombreuses années. Au fil des pages, il nous invite à observer, vivre, être. Une lecture riche et apaisante.

  • Depuis vingt siècles, les exégètes, historiens et écrivains chrétiens ou laïcs s'interrogent sur la véritable histoire de celui qui, par son message, a enflammé l'humanité et lui a apporté un message de salut. Mais qui était l'homme Jésus, cet envoyé prophétique ? Qui était Jean de Gamala, le révolutionnaire en lutte contre Rome ? Pourquoi nous dit-on à un endroit que le messie des juifs fut lapidé et à un autre endroit qu'il fut crucifié ? Y aurait-il eu deux messies ? Dans cette optique, J. Bosmorin relit les historiens de cette époque. Voyant notamment dans les évangiles et les autres textes canoniques de l'Église non pas des documents historiques mais des récits initiatiques, il replace les événements de ce temps dans leur contexte historique et compose un ouvrage iconoclaste... Fin du IIIe siècle. Constantin, alors général en Palestine, veut en savoir plus sur cette religion nouvelle qui conquiert l'empire romain... Pour cela, il mandate et réunit des hommes qui pourront le renseigner. Une recherche que relate J. Bosmorin dans ce texte à la frontière du roman et de l'essai, de l'enquête et de l'ouvrage historique, qui questionne plus particulièrement la figure christique. À la lecture de cet opus, le lecteur ne manquera pas alors de s'apercevoir que l'histoire a été bien plus complexe que celle mentionnée par les Écritures, qu'à la faveur de complexes mécanismes des figures ont pu s'amalgamer... ou encore que les premiers temps de l'Église étaient moins ceux de l'unité que du morcellement... Aussi l'auteur compose-t-il une nouvelle fois un texte érudit qui éclaire d'une lumière nouvelle notre connaissance du christianisme.

  • Comment peut-on aborder la mort quand on a l´âge de bientôt mourir ? Comment percevoir la présence d´une psychologue « stagiaire » qui affiche une jeunesse provocante alors que la souffrance, l´insupportable douleur d´une existence qui n´en finit pas d´égrener ses pertes, s´impose inévitablement comme une source de grande angoisse ?

  • Le présent ouvrage collectif interroge ces trois composantes que sont le risque, le stress et la décision. Dans une première partie, B. Cadet introduit la réflexion sur la trilogie risque, stress et décision ; puis G. Missous et J.-M. Panoff abordent la réponse au stress en biologie. Dans une deuxième partie, A. Gómez-Mejía et A. Smida présentent une contribution relative au stress entrepreneurial ; N. Khelil et A. Smida proposent ensuite une identification des facteurs de risque d´échec des entrepreneurs. Dans une troisième partie, S. Laborde et F. Dosseville étudient les états de stress qui, chez l´athlète, peuvent perturber les processus de décision ; puis L. Collard pose la question de savoir si, comme on l´affirme souvent, les spécialistes des sports dangereux ont des comportements « irresponsables ». Dans une quatrième partie, I. Fernández et I. Cuadrado présentent d´abord une recherche sur le développement de la compétence sociale comme prévention des comportements perturbateurs à l´école, puis mettent en évidence ce que pensent les élèves d´un certain nombre de manifestations agressives ; J. Lebreuilly étudie quant à elle les évaluations de la délinquance en fonction de l´âge des enfants, et M. M. Laville et J. Leneveu étudient la gestion du stress chez l´enseignant confronté à l´utilisation de nouveaux moyens pédagogiques. La dernière partie regroupe deux chapitres illustrant des situations spécifiques : J. Louakima traite de l´endo- et de l´exogroupe dans la situation de risque d´accident en avion, et finalement S. Scaon, M. Montanini et G. Chasseigne se penchent sur le syndrome d´épuisement professionnel chez les soignants.

  • Marie-Laure Souplet trace un état des lieux non exhaustif des grandes religions, cultures et croyances qui modifient la perception et la prise en compte du handicap. Son intérêt pour le sujet est lié, d´une part à sa cécité, d'autre part à son métier de formatrice pour personnes en situation de handicap pouvant souffrir de situations d´illettrisme, voire d´analphabétisme.

    Pour exercer pleinement son activité, elle a créé sa propre entreprise - Handi-Formation - qui s´adresse aussi bien à des demandeurs d´emploi qu´à des personnes issues du secteur protégé, comme des établissements et services d´aide par le travail (Esat).

    Elle est également l´auteur du livre L'intégration scolaire et socioprofessionnelle : un enjeu de société pour les personnes handicapées, publié par La société des écrivains.

  • Toujours passionné par la nature et ses nombreux secrets, Fabien Girard veut à nouveau faire connaître au public toutes les richesses méconnues qu'elle cache. Car les années qui s'accumulent et qu'il a passé à déchiffrer différents écosystèmes lui ont valu plusieurs aventures fantastiques. C'est ainsi qu'est né le deuxième tome de Secrets de plantes.

  • Axé sur l'émerveillement, le livre Secrets de plantes veut surtout apprendre aux passionnés de la nature à reconnaître, à cueillir et à utiliser une étonnante variété de plantes, qu'ils peuvent ensuite utiliser presque à tous les jours d'une façon ou d'une autre, notamment en cuisine. Par le biais de nombreuses anecdotes et expériences accumulées au fil du temps par Fabien Girard, le lecteur est ainsi appelé à découvrir la diversité et la richesse qui se cachent dans nos sous-bois et nos forêts, le long des cours d'eau et dans les champs. Richement illustré, tout en couleurs et agréable tant pour l'oeil que pour l'esprit, Secrets de plantes nous apprend surtout que la forêt boréale cache un véritable trésor à ciel ouvert, où il faut sans cesse sentir, voir, goûter et toucher, pour bien saisir ces cadeaux que Dame nature nous fournit de façon aussi généreuse.

  • Suite à l'important succès de son premier livre, Allégories pour guérir et grandir, et fort des mille suggestions et commentaires reçus après sa publication en 1993, l'auteur s'est laissé facilement convaincre de continuer dans cette voie psychopédagogique.

    La matière :
    Allégories II: Croissance et Harmonie tente, dans sa première partie, d'approfondir et de compléter différentes notions déjà présentées succinctement dans le premier livre afin de démontrer sans conteste la richesse et la puissance des contes et des allégories.

    La nouveauté :
    Dans la seconde partie, l'auteur nous présente un éventail de nouvelles allégories souvent écrites en collaboration avec divers spécialistes des domaines social, scolaire et de la santé. Ces allégories sont regroupées sous trois grandes thématiques:

    1) Les allégories et moi.
    2) Les allégories, les autres et moi.
    3) Les allégories, ma famille et moi.

  • Pour la réalisation de son quatrième livre sur les allégories, Michel Dufour s'est associé à Sophie Bernard, psychologue et sexologue reconnue de Québec.

    Par le biais de contes métaphoriques, les auteurs tentent dans cet ouvrage de guérir les maux du coeur et du corps qui surviennent parfois au sein du couple et de la famille sans toutefois négliger l'individu.

    Divers problèmes tels que préjugés, solitude, deuil, adultère, pédophilie, maladie, rupture ou problèmes de communication sont abordés avec tact et respect.

  • Allégo rit avec les jeunes, c'est 42 allégories qui permettent aux jeunes de recevoir, de façon camouflée, des suggestions sur la manière de surmonter ses difficultés (motivation, confiance en soi, mensonge, décrochage scolaire, méthode de travail, respect des autres, travail d'équipe), d'affronter différentes situations de la vie (pertes, agressions, abandon, rivalité, divorce) et de développer davantage ses ressources intérieures.

    Chacun des contes est suivi d'une illustration mettant en vedette Allégo et ses deux amis. Ces animations sont un pont sur le futur qui donne au jeune l'occasion d'actualiser ses ressources et de se projeter dans un avenir plus positif.

empty