• Edition enrichie (préface, notes, biographie de l'écrivain, bibliographie)Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu'antipathique ? Peut-on le croire, quand il affirme qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Les circonstances dans lesquelles l'homme a acquis cette science sont terribles. Elles nous renvoient aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges. Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit un personnage avec une ironie douloureuse, « pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons ».Traduction, préface et commentaires par Brigitte Vergne-Cain et Gérard Rudent.

  • Pour Michael, partir naviguer en famille une année entière dans les Caraïbes est la dernière chance de sauver son couple. Les années l'ont éloigné de son épouse Juliet, et le quotidien ne leur suffit plus. Le parfum d'aventure leur insuffle d'abord une bouffée d'énergie, et leurs deux jeunes enfants sont au paradis. Pourtant, Juliet éprouve un sentiment d'échec et s'interroge sur le sens de leur mariage. Une relation imparfaite, et pourtant étrangement nécessaire. Quoi de plus propice à l'introspection que l'immensité du large ? Mais l'océan est avant tout un milieu dangereux où l'imprévu peut frapper à tout moment. Ne s'improvise pas marin qui veut.
    Subtil récit à deux voix, Sous nos pieds l'océan dessine les lignes de force et les fractures d'un couple contrasté, tiraillé entre l'amour de soi et les envies de l'autre.

  • En 1935, José Ortega y Gasset prononce un discours au Congrès international des bibliothécaires.Depuis la naissance de l'imprimerie, l'accès aux livres s'est démocratisé. Mais cette profusion est paradoxale : « la culture, qui avait libéré l'homme de sa forêt primitive, le propulse de nouveau dans une forêt, de livres cette fois-ci, non moins confuse et étouffante. » Dans ce contexte, le bibliothécaire ne peut plus être qu'un diffuseur de livres. Il doit trier l'information, être un filtre entre l'homme et l'écrit.Ce discours vertigineux, limpide et bouillonnant, déploie l'érudition d'Ortega y Gasset. Ses intuitions les plus aiguisées portent jusqu'à la racine de notre époque et, de la place du livre au rôle du savoir, nous invitent à une profonde remise en question.

    Philosophe espagnol, José Ortega y Gasset (1883-1955) a été professeur à l'université de Madrid, avant de parcourir l'Europe, l'Amérique du Sud et les États-Unis. Il est le fondateur en 1923 de la Revue de l'Occident. Au rayonnement considérable, sa métaphysique est à l'origine d'un renouveau de la philosophie espagnole, faisant de la métaphore un outil de la pensée. Il est l'auteur du Thème de notre temps (1923), de L'Espagne invertébrée (1921) mais surtout de La Révolte des masses (1930).


  • Pendant l'été 1972, Reykjavík est envahi par les touristes venus assister au championnat du monde d'échecs qui oppose l'Américain Fischer et le Russe Spassky.

    L'Américain se conduit comme un enfant capricieux et a de multiples exigences, le Russe est sympathique, il a seulement préféré loger à l'hôtel plutôt qu'à la maison des syndicats où voulait l'accueillir le parti communiste islandais.
    Au même moment dans une salle de cinéma un jeune homme sans histoires est poignardé sans raison apparente. Le commissaire Marion Briem est chargé de l'enquête au cours de laquelle certains éléments vont faire ressurgir son enfance marquée par la tuberculose, les séjours en sanatorium et la violence de certains traitements de cette maladie, endémique à l'époque dans tout le pays. Une enfance qui lui a aussi fait découvrir la solidarité de ceux qui souffrent et l'amitié qui éloigne la mort.
    L'affaire tourne au roman d'espionnage et Marion, personnage complexe et ambigu, le futur mentor d'Erlendur, est bien décidé à trouver le sens du duel entre la vie et la mort qui se joue là.

    Encore un roman d'Indridason qu'il est difficile de lâcher, tant l'ambiance, l'épaisseur des personnages, la qualité d'écriture et l'intrigue sont prenantes.

    Arnaldur Indridason est né à Reykjavik en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de romans noirs couronnés de nombreux prix prestigieux, publiés dans 37 pays.

  • Chacun de nous a en soi des ressources puissantes pour avancer, rebondir et atteindre ses objectifs de vie.Le nouveau livre de Fabien Olicard : 225 000 ex. vendus (GFK), + 1,5 millions d'abonnés sur YoutubeFabien Olicard n'a pas toujours "réussi" ; il a connu plusieurs échecs, que certains auraient pu qualifier de cuisants, mais qu'il a préféré considérer comme des étapes d'un chemin de vie. Et de succès !
    Il compte ici ses expériences, ses décisions, sa philosophie de vie, ses convictions. Celles qui lui ont permis d'avancer et de rester souple, tout au long du chemin, en s'adaptant aux étapes rencontrées.
    Construit autour de 6 thèmes que seront
    le plaisir, l'échec, l'énergie, les émotions, le chemin et la destination, ce livre est plus qu'une méthode. Il entend redonner confiance aux lecteurs qui douteraient : chacun a en soi des ressources intérieures puissantes pour avancer, rebondir et atteindre ses objectifs de vie.
    "L'échec n'existe pas, la route n'existe pas, il n'y a que les raisons du départ et le prochain voyage qui comptent."

  • Le monde universitaire est peuplé d'enthousiastes, persuadés qu'ils aident à faire avancer la recherche. Mais à quoi bon avancer quand on a perdu sa boussole ? Dans ce pamphlet, Baptiste Dericquebourg fait le constat d'une Université profondément en crise, uniquement capable d'assurer la reproduction de ses propres ministres. Philosophie et littérature sont désormais bonnes pour elles-mêmes, et le culte de ces disciplines a finalement mené à une « esthétique de l'impuissance ». Les théoriciens structuralistes sont loin d'être innocents de ce processus, à commencer par Pierre Bourdieu.

    Âgé de 33 ans, Baptiste Dericquebourg, a étudié la littérature et la philosophie à la Sorbonne et à l'École Normale Supérieure. Plutôt que d'entrer dans le monde universitaire, il choisit d'abord d'enseigner à l'Institut Français d'Athènes, puis en lycée et en collège. Depuis cinq ans, il est professeur de Lettres classiques en classes préparatoires littéraires en Bretagne. Il a également participé à la traduction de Marxisme et philosophie de Karl Korsch, publié aux Éditions Allia.

  • Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans. Voué à l'échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l'échec à l'âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s'accepte tel qu'il est et trouve même certaine satisfaction à son état.

    Mais voilà qu'une proposition inattendue lui fait traverser l'Angleterre au volant d'une Toyota hybride, nantie d'un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux. Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d'étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d'éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l'entente et le bonheur d'être ensemble l'ont tant fasciné. Va-t-il les retrouver ? Et pour quelle nouvelle aventure ?

    Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l'imposture, Coe l'illusionniste se réserve le dernier mot de l'histoire, qui ne manquera pas de nous surprendre.
    Plus d'une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique, bien préférable au désespoir.

  • Tout semble opposer Éric et Laura. Si la réussite sociale de celui-ci n'a pas tenu toutes ses promesses, la déchéance de Laura est totale, aussi bien sur le plan amoureux que professionnel. En dépit de la colère ressentie face à l'impossibilité de communiquer, déclinée en impossibilité d'aimer, Éric tâche pourtant d'interroger ce fossé qui les sépare, à l'aune de ce qui les unit.

    Dans ce portrait de Laura, Éric Chauvier se lance finalement dans un examen autocritique d'une grande honnêteté, outrepassant les clichés qui trop facilement opposent l'intellectuel à ses sujets issus d'une autre classe sociale. À travers le récit d'un amour non advenu, ou survenu trop tard, l'anthropologue s'efforce de raconter autrement les fractures qui divisent la France d'aujourd'hui.

    Anthropologue, Eric Chauvier est né en 1971. Il a déjà publié, aux éditions Allia, Anthropologie(2006),Si l'enfant ne réagit pas (2008), Que du bonheur, La Crise commence où finit le langage(2009), Contre Télérama(2011), Somaland(2012), Les Mots sans les choses(2014), Les Nouvelles Métropoles du désir(2016) et Le Revenant(2018).

  • Associé numéro 1 : l'incroyable histoire de la naissance du PSG Nouv.

    L'histoire avec un grand H de la création du Paris Saint-Germain est à son image : incroyable, imprévisible, romanesque, avec ses points culminants et ses échecs retentissants.
    Revivez la naissance d'un club qui ne laisse personne indifférent, une aventure qui a fédéré les instances, des médias et le peuple parisien via les « associés », nom donné aux supporters adhérents.
    Replongez dans les archives et photos d'époque, découvrez les témoignages exclusifs de joueurs historiques, de personnalités emblématiques et de supporters sans qui rien n'aurait été possible.
    Issu d'« Associé n°1 », le podcast produit par Europe 1 Studio, ce livre vous propose un voyage exceptionnel pour enfin connaître l'histoire et la culture de ce club si particulier.

  • L'erreur est un mode d'apprentissage très efficace. Malheureusement, dans la culture française, on accepte rarement de les reconnaître : on se trouve des excuses, car les erreurs sont perçues comme un aveu de faiblesse.
    Cet ouvrage se propose d'identifier et d'analyser, exemples à l'appui, 30 erreurs courantes de management, puis de donner des conseils pour rebondir, et encore mieux, des conseils pour éviter de les commettre.
    De nombreux ouvrages proposent des recettes miracles pour apprendre à manager. A leur lecture, on a l'impression qu'un bon manager est un surhomme ou bien un mouton à cinq pattes ! Ces livres proposent des « bonnes pratiques » qui ont rarement été évaluées scientifiquement. Or le monde est plein de fausses bonnes idées ou de pratiques qui peuvent être efficaces dans un contexte très précis mais contreproductives ailleurs.
    Dans cet ouvrage, Denis Monneuse prend le contre-pied de cette tendance. Il propose, plus modestement, d'aider les managers ou les futurs managers en s'appuyant sur des travaux scientifiques, en décryptant les mauvaises pratiques, et en valorisant une culture managériale qui favorise l'apprentissage par l'erreur.

  • Athènes dans l'après-guerre. Dans la grisaille, la brume et les fumées de l'usine à gaz, les lumières de la ville apportent l'illusion d'échapper à la misère. Bèba s'occupe d'une verrerie artisanale, affligée d'un mari en dépression et de deux vendeurs inefficaces et improductifs. Bèba, c'est la jeunesse, ses luttes, ses espoirs et ses déceptions, la force et la résistance qu'elle oppose aux contrariétés de la vie, à ses déboires.

    Tendre, lyrique et poétique, d'une rare maîtrise du récit et de la langue, La Verrerie donne à cette histoire d'une femme, qui voit s'éteindre un à un ses rêves les plus chers, une profondeur et une vérité qui font de ce roman, classique de la littérature grecque, un texte fascinant à (re)découvrir.

    Mènis Koumandarèas est né en 1931 à Athènes. Il travaille comme journaliste, puis dans une compagnie d'assurances, avant de se consacrer à l'écriture et à la traduction (il a traduit Carson McCullers, William Faulkner, Lewis Carroll et Melville). C'est l'un des grands écrivains grecs du vingtième siècle. Il meurt assassiné le 6 décembre 2014 à 83 ans. Il est l'auteur de 7 romans (dont notamment La Verrerie, La Femme du métro, Le Beau Capitaine), 5 recueils de nouvelles, 2 volumes d'essais.


  • Edmundo Galeano a 25 ans, il a parcouru le monde, participé à une mission humanitaire et est revenu dans la maison paternelle avec une main estropiée. Il est revenu pour écrire et passe ses jours à essayer d'élaborer littérairement son témoignage. Un roman qui expliquera le monde et l'empêchera de courir à sa perte.

    Sa famille passe par une série de vicissitudes économiques qui mettent en danger la maison familiale, refuge de tous. Il y a l'aîné qui a mis sur pied un projet destiné à sauver la fortune de la famille en transformant deux bateaux, mais l'autorisation de l'administration se fait attendre depuis des années. Il a tenté de conjurer le sort et attend une bonne nouvelle. Un cadet avocat et dandy dont les affaires déclinent et qui essaie de sauver son cheval du naufrage de sa fortune.
    Le frère suivant qui réhabilite des immeubles vétustes pour les louer à des clandestins et est amoureux d'une belle Estonienne enceinte de lui et qui a besoin de place pour le bébé.
    La jeune soeur divorcée, avec un enfant de 8 ans fasciné par la baleine 52 Hertz, un enfant qui ne ressemble pas à son père mais au grand amour de sa mère.
    Et la tante Titi qui a sacrifié sa vie pour élever ses neveux et dont la vieillesse et la présence sont maintenant encombrantes.
    Lorsque le père de famille, armateur ruiné, baisse les bras, tout se précipite et chacun est confronté à ses échecs et à ses culpabilités.
    Edmundo prend alors conscience que ses aventures lointaines et son projet littéraire sont en relation directe avec les batailles privées qui se déroulent autour de lui.
    Ce superbe roman choral nous montre, avec tendresse et ironie pour l'apprenti écrivain, le processus de la création littéraire, ses embûches, ce que représente le travail d'écriture. Il nous montre aussi comment les vies quotidiennes dépendent de ce qui se passe bien loin d'elles-mêmes et des décisions prises à d'autres échelles. Lídia Jorge, qui a toujours pratiqué un "réalisme aux portes ouvertes", nous trouble en introduisant des éléments fantastiques et irrationnels dans ses personnages et nous montre que la passion amoureuse va plus loin qu'on ne pourrait le penser. Elle montre le plus proche pour atteindre l'universel.
    Après avoir exploré l'Histoire et les façons d'en rendre compte, Lídia Jorge revient à l'exploration des actions et des sentiments qui constituent les vies ordinaires et les abîmes qu'elles recouvrent. Un grand roman écrit par une très grande romancière. Lídia Jorge est née à Boliqueim dans l'Algarve en 1946. Diplômée en philologie romane de l'université de Lisbonne, elle se consacre très tôt à l'enseignement. En 1970, elle part pour l'Afrique (Angola et Mozambique), où elle vit la guerre coloniale, ce qui donnera lieu, plus tard, au portrait de femme d'officier de l'armée portugaise du Rivages des murmures (Métailié, 1989). À son retour à Lisbonne, elle se consacre à l'écriture.
    Ses oeuvres sont publiées en Allemagne, Espagne, Italie, Grèce, Brésil, Israël, Grande Bretagne, Pays Bas, Serbie, Suède, Etats-Unis. La Couverture du soldat, 2000 a eu le Prix Jean Monnet 2000 (Cognac) Le Vent qui siffle dans les grues, 2004 a eu le Grand Prix du Roman de l'Association Portugaise des Ecrivains 2003, Premier Prix "Correntes d'escritas" 2004 (Povoa da Varzim, Portugal), Prix des lecteurs du Salon de la Littérature Européenne de Cognac 2005, Prix Lucioles des lecteurs 2005 (Librairie Lucioles, Vienne), Prix Albatros de la Fondation Günter Grass 2006 (Allemagne).
    Nous combattrons l'ombre, a reçu le Prix Charles Brisset 2008, La Nuit des femmes qui chantent, 2012, Les Mémorables, 2015.

  • Le témoignage émouvant d'un homme hors-normes qui s'est réconcilié avec lui-même.

    Un livre cash, atypique et empreint d'humour, à l'image de son auteur, zèbre qui a décidé d'écrire pour aider les autres zèbres à dépasser les obstacles rencontrés sur leur route.
    William Réjault sait bien de quoi il parle, lui qui a eu mille vies avant de devenir thérapeute et médiateur pour couples en difficulté : il a été tour à tour infirmier aux urgences, auteur, chroniqueur télé, animateur...
    À la lecture de cette liste impressionnante de postes occupés, on pourrait croire que l'auteur a coché toutes les cases d'une vie heureuse et apaisée. Eh bien c'est tout le contraire !
    Il a été profondément malheureux, il s'est senti incompris, rejeté, il a épuisé son entourage qui ne comprenait pas sa singularité ni son caractère atypique.
    Puis le diagnostic est tombé, enfin : c'est un zèbre, un HPI, un surdoué, un hypersensible.
    William a donc écrit le livre qu'il aurait tant aimé lire plus jeune pour pouvoir avancer dans la vie malgré tous les doutes qui l'assaillent et assumer sa différence. Bref, son livre, c'est un peu « Mode d'emploi de la vie pour tous les zèbres et ceux qui s'ignorent ».
    C'est l'ouvrage indispensable pour mieux comprendre qui l'on est quand on est zèbre et appréhender sans peur et avec douceur les conventions sociales qui échappent totalement à ce type de personnalités.
    Un livre unique à la fois témoignage et très pratique : pour chaque thématique abordée, l'auteur revient sur les échecs qu'il a rencontrés et dépassés, mais aussi sur ses succès qui l'ont porté.

    Un zèbre touche-à-tout

    William Réjault est auteur de huit livres, thérapeute de couples et médiateur. Il a été infirmier pendant une dizaine d'années aux urgences, au bloc opératoire et en EHPAD.
    Il blogue depuis 2003 sur son site williamrejault.fr

  • Sans compromis

    Alizé Cornet

    • Amphora
    • 25 Septembre 2020

    Dans ce carnet de bord autobiographique, journal intime au style vivant et décomplexé, Alizé se livre sans filtre et nous permet de découvrir par ce véritable travail d'introspection ce qui se passe dans la tête d'une sportive de haut niveau.
    De ses plus belles victoires à ses échecs profonds, de ses remises en question permanentes à son évolution personnelle via la méditation, le lecteur découvrira une jeune femme attachante, passionnée, à la rigueur névrotique et au caractère bien trempé.
    Un voyage atypique dans les coulisses du tennis professionnel à travers des anecdotes et des réflexions sur ce mode de vie hors du commun. Une confession sans compromis, touchante et inspirante.

  • " La lecture du Bouc émissaire est d'un enchantement drolatique et désespéré. " Le Nouvel Obs
    Quand l'Étranger arriva, Askanius fut son bon génie : il lui prêta la somme pour ouvrir son cabinet d'avocat. Une fois installé, Édouard Libotz voulut se faire des amis, se marier, " faire sa vie ". " Il fit le bien et résista au mal parce qu'il ne pouvait faire autrement : la vertu était son destin. "

    Mais Libotz ne réussit pas à sauver son ami Askanius du désastre déclenché par le procureur – symbole du mal absolu –, pas plus qu'il ne parvient à se faire accepter dans la province. Il part, il " supporte les coups du destin, l'un après l'autre, sans laisser s'éteindre son espoir tout ensanglanté ".

    " Libotz est un homme ordinaire, mais il est entouré d'une aura qui fait penser à ces jeunes gens dostoïevskiens, pareils à des saints. Nul ne semble s'être rendu compte, lorsque parut
    Le Bouc Émissaire en 1907, qu'on avait là l'un des plus grands récits écrits dans la langue suédoise. Il n'a pas été surpassé par la suite, ni même égalé. " (Sven Stolpe, biographe de Strindberg.)

  • Il est souvent admis que l'enfance est le moment de l'innocence et de l'insouciance. Mais ce temps devient de plus en plus court. Malgré notre bonne volonté, nous transmettons à nos enfants nos inquiétudes, ce qui les rend trop souvent anxieux et peut nuire à leur épanouissement. Comment réintroduire de l'optimisme dans notre attitude de parents afin de rendre nos enfants  confiants face à leur avenir ? Car être optimiste, c'est se positionner comme acteur au lieu de subir. Il s'agit avant tout d'une attitude qui apporte à tous, parents comme enfants du bien-être, de l'énergie et de la joie. Ce livre contient :
    - Des éclairages sur la notion d'optimisme, ses enjeux, ses vertus, ses fondamentaux ;
    - Une multitude de conseils efficaces et éprouvés qui complètent ces 10 clés pour changer son curseur, voir le verre à moitié plein et booster la confiance en soi de son enfant.

  • Les Gardiennes nous dépeint la vie dans les campagnes durant la première guerre mondiale.
    Pendant que les hommes sont au front, la France essentiellement rurale doit s'organiser. Ce sont les femmes, les enfants et les vieillards qui se mobilisent donc en attendant le retour des hommes décimés par les combats. Les Gardiennes sont à la tâche : la grande Hortense, Solange, Francine, Léa... doivent administrer leurs domaines en attendant le retour de la paix.

  • « Dire que Martin est brillant relève du pur euphémisme. » - Jean-Pierre Lion, Bifrost n°74
    Une forteresse imprenable, dont la reddition pourrait bien signer la fin du monde. Des zones de guerre converties en séjours touristiques. Un vaisseau spatial chargé de la protection de l'humanité. Un joueur d'échecs capable de voyager dans le temps.
    Le destin des États-Unis suspendu à la visée d'un sniper.
    En sept nouvelles, George R. R. Martin nous invite à un voyage au fil du temps, mélange de science-fiction et d'uchronie. Mondialement connu pour sa série du Trône de fer, adaptée en série télévisée par HBO sous le titre Game of Thrones, George R. R. Martin fut un brillant novelliste avant d'être un romancier acclamé. Se jouant de tous les genres avec une facilité déconcertante, il déploie ses qualités de conteur sur la forme courte avec virtuosité, créant des ambiances et des personnages incomparables. C'est tout un pan insoupçonné de la carrière de l'un des auteurs majeurs du XXe siècle qu'Au fil du temps vous invite à découvrir.

  • Le Voyage à l'étranger (Grasset, 1974) est un roman de formation dont le héros est pris dans l'engrenage de l'échec. En 1937, le jeune Jean Noverraz quitte la Suisse pour la Belgique. Après une expérience malheureuse au monastère, il devient le précepteur de l'indiscipliné comte Christian de Moressée, au château de Soye. C'est alors qu'il fait son éducation sentimentale auprès d'une femme mariée plus âgée que lui, Madeleine Cédrat. Surpris dans sa liaison, il est chassé du château : «A partir de là, les épisodes de mon voyage à l'étranger passèrent irrévocablement du côté de ces choses que la vie - ou moi-même - laissa inachevées.»

    Né à Lausanne, Georges Borgeaud (1914-1998) s'essaie à la prêtrise, devient libraire à Fribourg. Il côtoie pendant la guerre Corinna Bille, Maurice Chappaz, Ramuz, Claudel, Roud et Cingria - avant de s'installer à Paris en 1946, où il se lance avec Le Préau (Gallimard, 1952), prix de la Critique. Ses livres suivants sont récompensés par d'importants prix littéraires, notamment le Renaudot pour Le Voyage à l'étranger (1974) ou le prix Médicis de l'essai pour Le Soleil sur Aubiac (1986).

  • Le communisme (son écroulement, sa disparition) et la guerre (son retour, sous le motif du « droit »), telles sont les sources de ce petit livre de questions. Ce qui est dit, c'est que l'humanité comparaît, qu'elle est la comparution - l'exposition de tous à la vérité la plus nue du politique, qui est d'être ce qui intéresse dans le « commun » chaque ponctualité d'existence. De ce qui a lieu entre les hommes, le communisme s'est voulu la résolution. Son échec comme le retour de la guerre nous exposent à l'inconnu. Autrement dit, à la tâche de déterminer à nouveau cet espace entre les hommes (inter-esse, voisinage de tous avec tous) où reposent (en brûlant) le jeu et l'enjeu, la possibilité même de ce qui, par-delà la clôture des prophéties et la nostalgie des entités perdues, ferait événement pour la communauté des hommes : la communauté de l'existence reçue comme partage. Collection « Détroits » dirigée par Jean-Christophe Bailly, Michel Deutsch et Philippe Lacoue-Labarthe

  • Pourquoi la plupart des petites entreprises échouent et que faire pour réussir !
    Le best-seller vendu à plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde enfin traduit en français !
    Mythe de l'entrepreneur, n. :
    1. Mythe selon lequel la plupart des personnes qui créent une petite entreprise sont des entrepreneurs.
    2. Présupposé néfaste selon lequel une personne maîtrisant bien le travail technique d'une entreprise est capable de diriger une entreprise réalisant ce travail technique.
    Qu'est-ce qui fait le succès d'une entreprise, qu'est-ce qui la voue à l'échec ? Classique parmi les classiques, cet ouvrage au succès international phénoménal déboulonne les mythes qui entourent la création d'entreprise et vous donne des solutions concrètes pour assurer le succès de la vôtre.
    Vous apprendrez notamment à :
    - déjouer la fatalité de l'échec grâce à une répartition rigoureuse des fonctions clés ;
    - tirer parti des principes de la franchise pour pérenniser et faire grandir votre entreprise ;
    - travailler sur votre entreprise et non pas dans votre entreprise pour retrouver une vie épanouissante et continuer à réaliser vos rêves.
    Un ouvrage mythique qui a fait la renommée mondiale de son auteur, une bible pour tous les entrepreneurs et pour tous ceux qui rêvent de le devenir !
    « Michael Gerber aime exhorter les gens à développer de puissantes visions concernant leur entreprise. » - Fortune
    « Les idées brillantes de Michael Gerber ont permis à des milliers d'entrepreneurs de reprendre le contrôle de leur entreprise » - Success Magazine

  • L'Ombre du soir a été écrit comme on dépose une main courante, des faits sont consignés : Mehdi, onze ans, grandit sous le règne de la peur, témoin terrorisé par l'échec annoncé de la cellule familiale.
    Voici Mehdi, bouleversé par ses premières pulsions d'adulte, grand manitou de l'univers onirique et métaphysique qu'il s'est construit pour résister aux siens.
    Voici Mehdi, un enfant aux allures de combattant, de combattant, d'amoureux éperdu.
    Un enfant nu qui regarde l'humanité, innocente et sale dans les yeux.
    Voici Mehdi, qui se prend au jeu de la prophétie. Sa voix n'est pas une plainte mais un compte à rebours avant la fuite.

    Avec L'Ombre du soir, Malik Zidi signe son premier roman.

  • Vilnius Lancastre, jeune cinéaste barcelonais au faux air de Bob Dylan, considère l'indolence absolue comme une forme d'art. Il entreprend néanmoins le projet de constituer des Archives de l'échec en général. Avec son amie Débora, il ambitionne de réaliser la biographie fictive de son père, le célèbre écrivain Juan Lancastre, mort dans des circonstances mystérieuses...

    OEuvre la plus romanesque d'Enrique Vila-Matas, Air de Dylan - hommage à Marcel Duchamp et son Air de Paris - offre une nouvelle forme d'exploration de notre époque, avec en toile de fond l'ombre de Scott Fitzgerald et l'âge d'or d'Hollywood.


    « Jamais je ne m'étais autant laissé porter par le roman. Il m'est arrivé de me surprendre moi-même ! » Enrique Vila-Matas

  • Réfugiée en Angleterre, lors de la seconde guerre mondiale, Katherine Lind y survit solitaire, confrontée à la vie étriquée d'une bibliothèque de province.
    L'exil l'a coupée de tout. Ne subsiste, au milieu d'un hiver impitoyable, que le souvenir d'un mois d'été dans la campagne anglaise lorsque, six ans plus tôt, écolière encore, elle était venue rendre visite à son correspondant, Robin Fennel. Pourtant, il s'est passé peu de choses entre elle et ce garçon, si peu qu'elle ne sait comment l'accueillir, face à l'intimité qu'il quémande à la veille de partir pour le débarquement.
    « Odyssée à l'intérieur d'un rêve », où une existence affronte ses propres limites dans l'engrenage des ratages quotidiens, ce deuxième et dernier roman d'un jeune poète est devenu un classique des lettres anglaises.
    Philip Larkin a été désigné comme "le plus grand écrivain anglais depuis 1945" par The Times, en 2008.

empty