• Le livre pour comprendre les enjeux énergétiques de demain !
    Qu'appelle-t-on énergie renouvelable? Où en est-on de la consommation actuelle mondiale des ressources, quelles sont les différences entre le solaire, l'éolien, le biomasse, les énergies marines ? Quels sont les grands enjeux énergétiques de demain ?
    A une époque où l'avenir de la planète est en jeu, ces questions sont plus que jamais d'actualité, et méritent que l'on y réponde de la façon la plus exhaustive. Ce livre très complet a pour objectif de fournir les repères nécessaires pour comprendre le fonctionnement, les différences, et les enjeux des énergies du futur.

  • Dans ce recueil de textes pionniers (1965-70) qui ont fait sa renommée, Murray Bookchin conjugue sa vision anarchiste et écologiste avec les possibilités prometteuses d'une société d'abondance. Une abondance envisagée non pas sous la forme d'un accès illimité à des biens de consommation pléthoriques, mais bien une par laquelle l'être humain a amplement les moyens de satisfaire ses besoins fondamentaux pour se consacrer à l'assouvissement de ses désirs réels.

    S'attelant à esquisser les contours d'une telle société, Bookchin appelle à dépasser l'économie politique marxiste, enracinée dans une ère de pénurie matérielle et soumise aux logiques de la rareté économique. Si les avancées technologiques du XXe siècle ont grandement accru la production, cela s'est fait au profit d'intérêts corporatifs et aux dépens des besoins humains et de la soutenabilité écologique. Et si l'émancipation pouvait jadis sembler passer par un certain productivisme sous l'égide de structures autoritaires, aujourd'hui les outils nécessaires à une auto-organisation de la société ont largement été développés et, combinés avec la perspective écologique, ils ont grandement modifié le paysage révolutionnaire. Les sociétés postindustrielles ont en effet le potentiel de se muer en des sociétés d'abondance favorisant l'accomplissement des potentialités sociales et culturelles latentes dans les écotechnologies. Avant-gardiste, Bookchin défendait en ce sens les énergies renouvelables et des institutions décentralisées.

    Lire Bookchin, c'est renouer avec une verve utopique rafraîchissante, qui rappelle avec force que d'autres voies sont envisageables pour le devenir de nos sociétés. "Au-delà de la rareté" est également une lecture incontournable pour comprendre les origines théoriques de l'écologie sociale, concept que cet intellectuel étatsunien a raffiné tout au long de sa vie de militant.

  • La crise de la COVID-19 est un choc violent porté à un système socio-économique mondial déjà en transition vers des sociétés carboneutres. Un coup d'arrêt a été donné à la mondialisation, à la libre circulation des biens et services et au fonctionnement du libre marché. Du point de vue de l'action et de la recherche sur la transition énergétique et écologique, il est pour le moment difficile d'imaginer quels seront les contours d'un monde post-pandémie, et notamment quelle « nouvelle normale » en émergera.

    La crise climatique à l'aube d'un monde incertain dresse un état des lieux du monde pré-COVID-19 que nous venons de quitter et offre des clés de compréhension des principaux enjeux climatiques et énergétiques actuels. Il analyse les bouleversements dans l'économie politique mondiale générés par les mesures de réduction des émissions de GES et passe en revue les objectifs de l'Accord de Paris, la montée des énergies renouvelables, la détérioration de l'environnement d'affaire des industries fossiles, la mise en place de grandes politiques publiques et les nombreuses incohérences et incompatibilités entre les engagements politiques et les réalités sur le terrain. S'adressant aux étudiants, aux professionnels et aux gestionnaires de domaines variés, le présent ouvrage conclut finalement par une question au coeur des réflexions critiques actuelles: et si l'économie de marché que nous connaissons était l'une des causes profondes de la crise climatique?

    Annie Chaloux est professeure à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke et codirectrice du Groupe d'études et de recherche sur l'international et le Québec. Elle se spécialise en politiques environnementales et climatiques canadiennes et québécoises ainsi qu'en négociations climatiques internationales.

    Catherine Gauthier est directrice générale d'ENvironnement JEUnesse et chargée de cours à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke. Détentrice d'une maîtrise en droit international et politique internationale, elle se spécialise dans les négociations climatiques internationales, les questions environnementales et les droits humains. En novembre 2018, elle a entamé une poursuite pour dénoncer l'inaction du Canada dans la lutte contre les changements climatiques. En plus d'être l'une des autrices de cet ouvrage, elle a également agi à titre de coordonnatrice de l'équipe de recherche.

    Hugo Séguin est Fellow au Centre d''études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM) et doctorant en études environnementales à l''Université de l'Oregon. Il se consacre aux questions de politiques environnementales et climatiques en tant que conseiller principal auprès de COPTICOM, Stratégies et Relations publiques.?

    Philippe Simard est professionnel de recherche à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke et chercheur pour le Groupe d'études et de recherche sur l'international et le Québec (GÉRIQ). Détenteur d'une maîtrise en études politiques appliquées, il se spécialise dans les domaines de l'écopolitique internationale et de l'aide publique au développement. Il travaille également à titre de chargé de projet chez COPTICOM, Stratégies et Relations publiques.

  • Quoi qu'en disent les adeptes du développement durable, les substituts aux énergies fossiles abondantes et bon marché n'existent pas. Aucune source d'énergie alternative ne pourra offrir un rendement aussi élevé que les énergies fossiles. Puisqu'ils refusent d'intégrer cette réalité, les modèles économiques dominants ne savent pas comment appréhender l'après-pétrole, et les habitants des sociétés industrielles sont incapables de se préparer aux profondes mutations qui les attendent.

    Plongeant aux fondements de la pensée économique depuis Adam Smith, "La fin de l'abondance" montre que l'actuelle orthodoxie néoclassique fait fausse route en traitant la Terre et ses ressources comme des facteurs de production inépuisables, ce qu'elles ne sont pas.
    Avec les énergies alternatives dites "diffuses", l'humain pourra par exemple réchauffer l'eau du bain, mais il ne pourra faire tourner les gigantesques turbines électrogènes qu'exige notre société de transformation industrielle, de consommation, de déplacements gigantesques et d'information électronique.

    Au fond, écrit Greer, l'ère industrielle tout
    entière, fondée sur les sources d'énergies concentrées et accessibles, aura peut-être représenté la plus grande bulle spéculative de l'histoire.

    Traçant du monde de demain un portrait qui évoque explicitement le tiers-monde, John Michael Greer plaide en faveur des technologies intermédiaires chères à E.F. Schumacher ("Small is Beautiful"), de
    changements politiques propres à adoucir la transition... et d'une bonne dose de stoïcisme.

  • La victoire de l'économie de marché sur l'économie planifiée, à la suite de l'effondrement du communisme soviétique en 1989, nous condamne à nous développer économiquement pour progresser socialement. Ce développement suppose la disponibilité de ressources énergétiques en quantité suffisante.

    Or, nous avons pris récemment conscience de l'existence de deux contraintes dont nous devons impérativement tenir compte :
    - la Terre est un espace restreint aux ressources limitées ;
    - l'activité de l'Homme peut provoquer un désastre climatique.

    Il est alors apparu que le seul développement qui soit acceptable est durable, c'est-à-dire un développement qui réponde aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs .

    En se focalisant sur la production électrique, l'ouvrage se propose d'analyser les énergies renouvelables - éolien, solaire, hydraulique, biomasse, géothermique - en tant que parties intégrantes du développement durable, et de clarifier leur rôle au sein du mix énergétique.

  • Le plan national d'actions en faveur des énergies renouvelables 2009 - 2020 s'inscrit dans le cadre d'une stratégie globale de transition énergétique comprenant aussi un plan national d'actions en matière d'efficacité énergétique. Il comprend des mesures visant notamment à réaliser 12 millions de tep d'économies d'énérgie à l'horizon 2016. Le développement du bois-énergie doit aussi respecter les exigences du plan national Santé Environnement et notamment le plan Particules.

    La filière biomasse énergie présente de nombreux atouts pour répondre aux objectifs ambitieux qui ont été fixés à l'horizon 2020 pour les énergies renouvelables.

    Avec le Fonds Chaleur qui va être amplifié dans les trois prochaines années, l'ADEME donne aux entreprises et aux collectivités les moyens d'agir pour répondre aux enjeux économiques et environnementaux dans une optique de développement durable :
    o limiter sa dépendance à la hausse du coût des énergies fossiles,
    o garantir ses approvisionnement énergétiques sur le long terme,
    o réduire ses impacts environnementaux,
    o réduire ses coûts de fonctionnement.

    La filière biomasses énergie bénéficie aujourd'hui d'un réseau important de plus de 2 000 installations collectives et industrielles réparties sur l'ensemble du territoire (voir fiches exemples à suivre disponibles sur le site internet de l'ADEME www.ademe.fr/eas).

    Le présent ouvrage aidera les porteurs de projets de chaufferie biomasse à comprendre les points clés depuis la mobilisation de la ressource jusqu'à l'évacuation des cendres en passant par les différentes technologies (combustion, alimentation, traitement des fumées...) et par une synthèse des aspects économiques, juridiques et réglementaires. Ce guide a bénéficié de la collaboration du Comité Interprofessionnel du Bois Energie (www.cibe.fr) qui réalise et diffuse de nombreux travaux sur le sujet.

  • INEVITABLE est le roman que doit lire toute personne soucieuse de l'avenir de ses enfants et petits-enfants. Marc, brillant professeur d'université, enseigne l'économie depuis 25 ans. Un drame personnel a rendu sa vie sans intérêt. Par ailleurs, il regarde la planète avec effarement et ne croit plus à ce qu'il enseigne. Une rencontre lui fait prendre conscience de la médiocrité de son existence dans l'espace inhumain des grandes villes. Il décide de réagir mais avant, il va parler à ses élèves et leur décrire la situation réelle de la planète aujourd'hui et les dangers qui compromettent la survie de l'homme. Ensuite, il mettra en oeuvre ses projets. Le récit est une histoire d'amour dans un monde en perdition, et pose la question de la capacité de l'humain à réagir face à une situation qui s'annonce dramatique. L'auteur analyse la situation objectivement et met en évidence les mensonges d'Etat qui cherchent à protéger un système à bout de souffle. Le chaos est-il inévitable ? 

  • La loi de programmation et d'orientation sur l'énergie donne à la France un nouveau cadre pour la maîtrise de l'énergie et le développement des énergies renouvelables dont les bioénergies. Le développement des investissements en chaufferies bois à alimentation automatiques doit participer aux objectifs d'accroissement de 50 % de la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique français : c'est le plan Biomasse, mis en oeuvre pour permettre de respecter les objectifs et engagement de la France (loi POPE, Protocole de Genève de 1991, protocole de Gôteborg de 1999, protocole de Kyoto, directives européennes GIC IPPC et NEC).

    Mettre en oeuvre une chaufferie bois et son réseau de chaleur suppose des connaissances variées, une méthodologie adaptée ainsi qu'un savoir pragmatique indispensable. Cet ouvrage contient ces éléments et traite notamment : - du choix des combustibles ; - de la logistique d'approvisionnement ; - des technologies de chauffage et de combustion ; - des aspects environnementaux, économiques, réglementaires et sociaux qui se posent lors de la conception et de la réalisation d'un tel projet. Édité une première fois en 1999, ce guide technique a été mis à jour pour tenir compte des évolutions et faire partager l'expérience acquise ces dernières années. Il s'adresse à la fois aux prescripteurs, aux maîtres d'ouvrage, aux maîtres d'oeuvre ainsi qu'aux opérateurs et utilisateurs afin de répondre à leurs interrogations sur l'opportunité de leur projet, leur apporter une méthodologie éprouvée et des connaissances à jour.

empty