• Qu'on y songe, le monde change, il change d'axe. Ce n'est pas un axe atlantique qui structure et domine le monde, c'est un axe entre les démocraties libérales, qui rencontrent des difficultés, et les régimes autoritaires, en particulier la Chine, en pleine ascension.
    Une ligne de force de laquelle émergent la Russie, la Chine ou encore la Turquie. Trois pays desquels la France se serait inconsidérément éloignée...
    L'Eurasie représenterait-elle la « Nouvelle Frontière » de l'expansion vers l'Est de l'ensemble européen ? Et la prise de conscience de cette évidence pourrait-elle permettre à la France de jouer un rôle moteur dans cette projection d'influence et de puissance ?
    La Russie doit être intégrée à l'espace européen et nous devons faire en sorte qu'elle ne soit plus une menace. L'avenir de l'Europe est eurasiatique, pas euroatlantique. Nous avons, nous Occidentaux, contribué à faire ressurgir la menace russe. Nous avons raté l'après-guerre froide, car nous n'avons pas réussi à réintégrer la Russie dans le jeu des démocraties.
    Tout laisse à penser que nous sommes très probablement dans une période de « point de bascule ».

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d´extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d´une variété de pays et de régions d´Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet par le biais d´un entretien avec l´auteur, le traducteur, ou d´une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d´un photographe asiatique au travers d´un carnet dédié.
    />

    Ce premier numéro, sur le thème "Jeunesse et Identité(s)", est dédié aux rêves, aux aspirations et parfois aux déconvenues des jeunes générations d'Asie, qu'elles vivent dans leur pays d'origine ou loin de chez elles.

  • Ce premier numéro hors-série de la revue Jentayu offre un panorama unique de la littérature taïwanaise contemporaine, une littérature diverse et largement ouverte sur le monde, puisant à toutes les sources. Dix-neuf auteurs différents, pour la plupart traduits pour la première fois en français. Un recueil richement illustré, publié avec le soutien du Centre culturel de Taïwan à Paris et du ministère de la Culture de Taïwan. Textes (nouvelles, essais et poèmes) en traduction française de : Chen Fang-ming, Chen Li, Chen Xue, Chen Yu-chin, Chen Yu-hong, Chu Yu-hsun, Hsia Yu, Lai Hsiang-yin, Liglav A-wu, Lo Chih-cheng, Lo Fu, Lo Yi-chin, Ping Lu, Tong Wei-ger, Walis Nokan, Wang Ting-kuo, Wuhe, Yang Fu-min et Yang Mu. Illustrations de Hsu Hui-lan et Xavier Wei (Taïwan). Avant-propos de Tsai Hsiao-ying (Centre culturel de Taïwan). Préface de Pierre-Yves Baubry (Lettres de Taïwan).

  • Ce soir, mon père est mort et je ne pleure pas. Je répète cela comme une mélopée, une incantation, le refrain d'une chanson triste dont je suis l'auteur, le compositeur et l'interprète, et que je suis la seule à écouter.

    Séparés par la guerre du Viet-Nam, un père et sa fille se retrouvent trente-et-un ans plus tard. Qu'est-ce qui les relie encore, après tant d'années ? Les liens du sang suffiront-ils à rapprocher ces deux êtres aux histoires individuelles si éloignées ?


    Avec la Grand Histoire et les petites en toile de fond, la guerre qui tue et la paix qui assassine, Le sang de l'âme conte la quête d'un père et le chagrin des retrouvailles impossibles. À moins que. Car la vie, si elle nous flanque par terre, nous ramasse aussi à la petite cuiller. Pas tous le temps. Parfois.

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d´extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d´une variété de pays et de régions d´Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet par le biais d´un entretien avec l´auteur, le traducteur, ou d´une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d´un photographe asiatique au travers d´un carnet dédié.
    Ce deuxième numéro, sur le thème "Villes et Violence", est dédié aux diverses représentations de la violence dans les les littératures urbaines d'Asie, de Séoul à Singapour, de Dacca à Surabaya.

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d'extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d'une variété de pays et de régions d'Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ...

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d'extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d'une variété de pays et de régions d'Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet par le biais d'un entretien avec l'auteur, le traducteur, ou d'une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d'un photographe asiatique au travers d'un carnet dédié. Ce quatrième numéro, sur le thème "Cartes et Territoires", est consacré à la géographie, au voyage physique ou spirituel et aux frontières culturelles, mémorielles et sensorielles dans les littératures contemporaines d'Asie. Textes en traduction française de : Gregorio C. Brillantes (Philippines), Dung Kai-cheung (Hong Kong), Faisal Tehrani (Malaisie), Han Song (Chine), Noelle Q. de Jesus (Philippines), Korn Kraylat (Thaïlande), Li Juan (Chine), Liu Ka-shiang (Taiwan), Haruki Murakami (Japon), Prajwal Parajuly (Inde), Rehman Rashid (Malaisie), Tsering Woeser (Chine) et Zakariya Amataya (Thaïlande). Illustrations de Public Child (Taiwan). Photographies de Jannatul Mawa (Bangladesh).

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d'extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d'une variété de pays et de régions d'Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet de Jentayu par le biais d'un entretien avec l'auteur, le traducteur, ou d'une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d'un photographe asiatique au travers d'un carnet dédié.
    Ce dixième numéro, sur le thème "L'Avenir", est consacré au(x) monde(s) de demain dans les littératures contemporaines d'Asie. Futur immédiat ou lointain, paradis fantasmés ou dérives cauchemardesques : quand réalité et imaginaire s'entremêlent et élargissent le champ des possibles. Textes en traduction française de : Hang Achariya (Cambodge), Rofel G. Brion (Philippines), Chang Hui-ching (Taïwan), Chart Korbjitti (Thaïlande), Lo Ch'ing (Taïwan), Saras Manickam (Malaisie), Anil Menon (Inde), Pan Haitian (Chine), Vina Jie-Min Prasad (Singapour), Tang Fei (Chine), Ak Welsapar (Turkménistan), Xia Jia (Chine) et Zhang Xinxin (Chine). Photographies de Harikrishna Katragadda (Inde). Illustrations de Hsu Hui-lan (Taïwan).

  • « Sans pays, sans famille, des projets réduits à néant, un avenir laminé par les tanks et mouliné par les rotors, que me reste-t-il ? Le vide que je ressens est absolu, terrifiant. Je n´ai que vingt-deux ans », ainsi parle Tuyêt ce 30 avril 1975, date de la victoire communiste clôturant vingt ans de lutte fratricide au Viêt-Nam. Une semaine plus tard, le pays sombre dans la dictature.


    Roman sur le chagrin de la guerre et l´utopie égalitaire, entre révolutions sanguinaires et histoires d´amour sublimes, Soleil fané s´inscrit dans la continuité du Journaliste français, un premier titre salué par la critique et couronné par le Prix Soroptimist 2008 et le Prix des Lycéens 2009.

  • The strict prohibition on the representation of the human form has channeled artistic creation into architecture and architectural decoration. This book is a magical tour through Central Asia - Khirgizia, Tadjikistan, Turkmenia, and Uzbekistan - a cradle of Ancient civilisations and are pository of the Oriental arts inspired by Buddhism and Islam. There are magnificent, full-colour photographs of the abandoned cities of Mervand Urgench, Khiva, the capital of the Kharezm, with its mausoleum of Sheikh Seid Allahuddin,and, the Golden Road to Samarkand, the Blue City, a center of civilisation for 2,500 years.
    form has channeled artistic creation into architecture and
    architectural decoration. This book is a magical tour
    through Central Asia - Khirgizia, Tadjikistan, Turkmenia,
    and Uzbekistan - a cradle of Ancient civilisations and a
    repository of the Oriental arts inspired by Buddhism and
    Islam. There are magnificent, full-colour photographs of the
    abandoned cities of Mervand Urgench, Khiva, the capital of
    the Kharezm, with its mausoleum of Sheikh Seid Allahuddin,
    and, the Golden Road to Samarkand, the Blue City, a
    center of civilisation for 2,500 years.

  • Fumeurs d'opium

    Jules Boissière

    « Fumeurs d'opium » est un recueil de sept nouvelles qui se déroulent en Indochine à la fin du XIXème siècle, et dont le principal personnage est l'opium. L'opium qui rythme les journées, plus qu'une échappatoire, est un mode de vie pour les colons et les annamites. Le cadre de ces nouvelles est une nature hostile mais enchanteresse, les montagnes, les rivières, les forêts sont une grande source d'inspiration pour Jules Boissière et la France n'est plus tout à fait dans ses projets d'avenir : « Là où tu es bien, là est ta patrie » (Carnet d'un troupier).

  • 47

    Alexandre Bocquier

    Présentation de la nouvelle "47" En 1701, le seigneur Asano, accusé d'avoir blessé le maître des cérémonies de la maison du shogun, est condamné à mort. Les serviteurs d´Asano deviennent alors des rônins, des samouraïs sans chef, dont l´unique dessein est de rétablir la justice en vengeant la mort de leur seigneur. Ces 47 rônins passeront deux ans à planifier minutieusement une attaque suicide du palais du shogun...

    Le récit des 47 rônins est décrit comme une « légende nationale » dans les manuels d´histoire japonais.



    Présentation de la nouvelle "Gaijin" Au xixe siècle, à la fin de l´ère Edo, le Japon demeure replié sur lui-même, refusant la « perversion » du monde, malgré la pression de plusieurs pays. C´est dans ce contexte tendu que naît Sanyo, un garçon métis. À 10 ans, il assiste, impuissant, au massacre de ses parents par trois samouraïs xénophobes. Rongé par la tristesse et la colère, il se met en quête de ces trois hommes dans la grande cité de Kyoto. Par chance, il rencontre Nobunaga, un autre samouraï qui l´entraînera des années durant, jusqu´à ce que l´enfant devenu homme soit capable d´assouvir son désir de vengeance.

  • 13 fables et légendes du Japon enrichies de 42 superbes illustrations qui appuient le texte.
    1. Ourashima Taro et la déesse de l'Océan
    2. La petite voleuse
    3. La vengeance du lièvre
    4. Le monstre Yatama
    5. L'unique parapluie
    6. Les huit chevreaux
    7. Les aventures de Benké
    8. Le vase de Kompéito
    9. Les rats au temple
    10. Les fraises de décembre
    11. Le moineau sans langue
    12. Les deux loupes
    13. Une ruse de Jiro
    Claudius Ferrand est un prêtre français né en 1868 et décédé en 1930. Il a été missionnaire au Japon puis en Corée.

  • The strict prohibition on the representation of the human form has channeled artistic creation into architecture and architectural decoration. This book is a magical tour through Central Asia - Khirgizia, Tadjikistan, Turkmenia, and Uzbekistan - a cradle of Ancient civilisations and a repository of the Oriental arts inspired by Buddhism and Islam. There are magnificent, full-colour photographs of the abandoned cities of Mervand Urgench, Khiva, the capital of the Kharezm, with its mausoleum of Sheikh Seid Allahuddin, and, the Golden Road to Samarkand, the Blue City, a center of civilisation for 2,500 years.

  • Das strikte Verbot, die menschliche Form darzustellen, das viele historische islamische Rechtsschulen aus dem Koran abzuleiten versuchten, hat das kreative Kunstschaffen islamisch geprägter Zivilisationen auf Architektur und architektonische Dekoration gelenkt. Dieses Buch ist eine magische Reise durch Zentralasien - Kirgisistan, Tadschikistan, Turkmenistan und Usbekistan -, der Wiege antiker Zivilisationen und einer Schatzkammer orientalischer, vom Islam und dem Buddhismus inspirierter Kunst. Von den verlassenen Städten Merw und Urganch über Xiva, der alten Hauptstadt von Xorazm, bis hin zur Goldstraße nach Samarkand werden in diesem Bildband viele vergessene Juwelen Zentralasiens mit prächtigen Abbildungen und Fotografien detailliert.

  • Das strikte Verbot, die menschliche Form darzustellen, das viele historische islamische Rechtsschulen aus dem Koran abzuleiten versuchten, hat das kreative Kunstschaffen islamisch geprägter Zivilisationen auf Architektur und architektonische Dekoration gelenkt. Dieses Buch ist eine magische Reise durch Zentralasien - Kirgisistan, Tadschikistan, Turkmenistan und Usbekistan -, der Wiege antiker Zivilisationen und einer Schatzkammer orientalischer, vom Islam und dem Buddhismus inspirierter Kunst. Von den verlassenen Städten Merw und Urganch über Xiva, der alten Hauptstadt von Xorazm, bis hin zur Goldstraße nach Samarkand werden in diesem Bildband viele vergessene Juwelen Zentralasiens mit prächtigen Abbildungen und Fotografien detailliert.

  • With their festivals and traditional industries, their commun halls, pagodas, temples, and vernacular buildings, the villages around Hà Ni possess a rich body of cultural, architectural and craft heritage. Less than one hour from the capital are over 500 specialist craft villages, producing an array of religious or artistic objects, as well as food products, industrial goods, textiles, basketware and much more. Despite the trials and tribulations Vietnam has endured, these traditions have remained alive; today they consti­tute the basis of material, social and spiritual culture among the village communities of the Red River delta. The artisans themselves, and their local institutions, see cultural tourism as a way of further improving the fortunes of the craft village communities and bringing their heritage to wider attention. Until recently, few guides or tourists had forayed into these settle­ments, some of which are lost in the maze of routes and tracks that criss-cross the rice paddies of the Hà Ni hinterland. The history and skills they harbour have been inaccessible to all but a few specialists. Few of the villages are signposted, yet between them they are home to three quarters of the architectural, religious and craft heritage of the upper delta. This book, the fruit of several years' research by specialists working in northern Vietnam, comprises ten itineraries, blending potted histories, legends, descriptions of craft techniques, signposted walks and maps, designed to introduce travellers and lovers of Vietnamese culture to forty or so villages around Hà Ni. Many of us have seen their wares on sale in shops in and around the 36 streets of Hà Ni Old Quarter or in other cities in West. This book is about the true lives and enduring skills of the nameless artisans who made them.

empty