• "A douze ans, je perds toute ma famille en quelques semaines. Mon grand frère, parti seul à pied vers notre maison de Phnom Penh. Mon beau-frère médecin, exécuté au bord de la route. Mon père, qui décide de ne plus s'alimenter. Ma mère, qui s'allonge à l'hôpital de Mong, dans le lit où vient de mourir une de ses filles. Mes nièces et mes neveux. Tous emportés par la cruauté et la folie khmère rouge. J'étais sans famille. J'étais sans nom. J'étais sans visage. Ainsi je suis resté vivant, car je n'étais plus rien."Trente ans après la fin du régime de Pol Pot, qui fit 1.7 millions de morts, l'enfant est devenu un cinéaste réputé. Il décide de questionner un des grands responsables de ce génocide : Duch, qui n'est ni un homme banal ni un démon, mais un organisateur éduqué, un bourreau qui parle, oublie, ment, explique, travaille sa légende.L'élimination est le récit de cette confrontation hors du commun. Un grand livre sur notre histoire, sur la question du mal, dans la lignée de Si c'est un homme de Primo Levi, et de La nuit d'Elie Wiesel.

  • Tu vivras, mon fils

    Pin Yathay

    « Tu vivras, mon fils » : sans ces paroles, prononcées par son père sur son lit de mort, peut-être Pin Yathay n'aurait-il jamais survécu à l'enfer khmer rouge. En avril 1975, l'évacuation de Phnom Penh, tombée aux mains des troupes de Pol Pot, aura été, pour cet ingénieur que tout destinait à une brillante carrière au service de son pays, le point de départ d'un périple aux confins de la folie. Avec sa femme, leurs enfants et les membres de sa famille, Pin Yathay connaît la déportation, les travaux forcés, la faim, la peur, les séances de « rééducation » où le moindre prétexte peut entraîner une mort immédiate. Plus de deux ans durant, il vit l'enfer, luttant pour ne pas sombrer tandis qu'autour de lui, un à un, ses proches disparaissent. Jusqu'au jour où, démasqué en tant qu'intellectuel, il décide de fuir et de gagner la Thaïlande. Depuis plus de vingt ans, il n'a eu de cesse de le retrouver le fils qu'il a laissé derrière lui. En vain.
    Un livre salué par la critique : "Le compte-rendu bouleversant de la désintégration d'une société, sous les coups de la paranoïa des Khmers rouges " (The Christian Science Monitor) ; " Un prix hallucinant payé à la liberté " (Sunday Express).
    La première édition de ce livre a paru en 2000 à l'Archipel.

  • Quand Nicolas Bouvier et Bruce Chatwin réinventent la littérature de voyage, un autre vagabond sillonne lAsie en un itinéraire expiatoire. Trente après sa parution, voici réédité son chef duvre. Par son ampleur, son lyrisme et son humanité, Le Long Eté évoque LOdyssée autant que Le Livre des merveilles. Mais si Homère et Marco Polo ouvrent pour nous le monde, Pestelli y décrypte profanation et agonie.

  •            Le procès Douch (S-21) à Phnom PenhDans le procès des Khmers rouges qui se déroule actuellement à Phnom Penh, les familles de victimes, invitées à y participer sans limite en tant que parties civiles - une première en droit pénal international - sont largement absentes : moins d´une centaine. Pourtant le génocide, entre 1975 et 1979, a tué près de deux millions d´hommes (un tiers de la population). Pourquoi donc les enfants et les petits-enfants des victimes fuient-ils une justice qui n´a que trop tardé ? A la fois témoin et acteur en tant qu´avocat des parties civiles, Pierre-Olivier Sur tente de décortiquer l´anatomie de leur silence et de comprendre pourquoi le banc des victimes reste à moitié vide tandis que le bourreau paraît plus fort que jamais.  Une succession de courts chapitres raconte le procès et ses mécanismes, l´accusé et sa psychologie, la cohabitation qui s´est installée entre victimes et tortionnaires depuis 1979. Pierre-Olivier Sur raconte sa rencontre avec un homme, le fils d´une victime, qui ne reconnaît pas la légitimité du procès et refuse donc de s´y rendre. Au fur et à mesure de leurs échanges, qui constituent le fil rouge de l´ouvrage, victime et avocat finissent par ne plus faire qu´un et c´est ensemble, d´une seule voix, qu´ils conçoivent la plaidoirie finale.  S´entremêlent dans ce récit, sur le bord du Mékong, la vérité brute des procès-verbaux d´audience et l´émotion retenue d´un peuple qui retrouve sa mémoire.

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d´extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d´une variété de pays et de régions d´Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet par le biais d´un entretien avec l´auteur, le traducteur, ou d´une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d´un photographe asiatique au travers d´un carnet dédié.
    />

    Ce premier numéro, sur le thème "Jeunesse et Identité(s)", est dédié aux rêves, aux aspirations et parfois aux déconvenues des jeunes générations d'Asie, qu'elles vivent dans leur pays d'origine ou loin de chez elles.

  • Dans les dernières années du XVIe siècle, à l'initiative de deux hardis aventuriers, Diego Belloso et Blas Ruis, les Espagnols des Philippines tentèrent de conquérir le Cambodge. Ce fut un fiasco lamentable.
    Ce récit édifiant relate les déroutes des derniers conquistadores, invariablement massacrés, noyés dans des naufrages ou dispersés par les vents aux quatre coins de la mer de Chine. À cinq siècles de distance, cet épisode oublié de l'histoire coloniale devient, à l'insu de son auteur, un savoureux et drolatique moment de littérature picaresque, qui expose sur le mode triomphal les aventures de grotesques fiers-à-bras.

  • Miroir du monde, le temple « indien » est d'abord celui de l'Inde qui l'a créé et celui du cosmos où vivent ses dieux. À travers lui, architectes et sculpteurs inspirés par les théologiens ont su réinventer l'Espace et le Temps, les conjuguant dans un spectacle continu où la création toujours recommencée de l'univers est sans cesse réitérée par les cérémonies quotidiennes et les fêtes solennelles. Pour garantir la permanence du spectacle, ils l'ont pétrifié dans le décor du temple comme ils ont inscrit le cosmos et son agencement dans son architecture et le panthéon et sa mythologie dans les images de ses murs.
    Ce temple indien, comme l'église, la mosquée ou même le temple grec qu'il a parfois croisés d'ailleurs, a essaimé à travers le monde à la suite des doctrines qui l'ont suscité. Il est ainsi devenu le miroir des multiples cultures qui l'ont interprété chacune selon son génie mais toujours en lui conservant fidèlement ses traits essentiels qui, définis dans des traités d'architecture, permettent de retrouver son unité.
    À date ancienne, le temple, après s'être épanoui en Inde, passe en Asie du sud-est, en particulier au Cambodge et en Indonésie où il connaît certaines de ses plus somptueuses manifestations, ainsi Angkor Vat. Plus récemment, depuis près de deux siècles, c'est sur tous les continents que des Indiens le construisent.
    Le présent ouvrage veut réunir dans un même discours ces temples « indiens » de toutes origines et de toutes dates. S'attachant à cerner les apports réciproques des cultures en présence dans leur élaboration, il s'appuie sur une constante mise en parallèle des données théoriques et des monuments bien réels, des plus anciens à ceux d'aujourd'hui, dans la continuité et la vivacité des traditions indiennes dont ils témoignent.

  • Retourner sur ses pas comme on fait une danse, visiter un pays entre terreur et beauté, retrouver le chemin de tableaux énigmatiques qui sont des merveilles, Pierre Lartigue poursuit son voyage singulier. Cette Birmanie, ce Cambodge, ces Nymphéas dont il ne veut pas perdre une miette, ces pays que l'histoire menace et qui sont comme une phrase musicale non encore recouverte par le bruit. Après L'Inde au pied nu et Le Ciel dans l'eau Angkor...

  • Les pays en transition vers l'économie de marché que sont le Cambodge, le Laos et le Vietnam n'échappent pas au mouvement d'urbanisation accélérée que connaît actuellement l'ensemble de l'Asie du Sud-Est. Ils rencontrent cependant des problèmes particuliers, tant sur le plan du fonctionnement que des modes de développement urbain, du fait même de l'ambiguïté de leurs structures politico-administratives. L'ouvrage met ainsi en évidence la spécificité des processus d'urbanisation en cours, les logiques d'action qui les portent et les solutions originales proposées par les pouvoirs publics dans des villes telles que Phnom Penh, Vientiane, Hanoi et Hô Chi Minh-Ville. À travers les exemples de Bangkok et de Chiang Mai, le modèle d'urbanisation thaïlandais, emblématique du libéralisme économique, est examiné en contrepoint. Pour chaque pays, les processus et dispositifs opérationnels sont analysés selon trois entrées, qui définissent l'organisation de l'ouvrage : la gouvernance et la planification urbaine et territoriale ; les questions foncières ; les enjeux environnementaux et de conservation du patrimoine dans la mutation urbaine. En reconnaissant la transition urbaine comme un vecteur majeur de la transformation économique et sociale, l'ouvrage propose une lecture inédite de la reconfiguration des liens entre société et territoire à l'oeuvre dans les pays anciennement sous économie administrée.

  • Ce témoignage recueilli par Anne Givaudan et Daniel Meurois est plus que jamais d'actualité puisqu'il nous fait plonger au coeur de la signification spirituelle des secousses qui agitent notre monde.
    Chacun de ses chapitres relate l'enseignement d'un maître de sagesse ayant connu l'Éveil au Cambodge et nous fournit une méthode afin de mieux nous connaître et nous pacifier. On y découvre aussi les racines d'une conspiration mondiale visant à asservir la conscience humaine et à laquelle chacun participe sans le savoir.
    À la fois reportage, instrument de réflexion, outil de travail sur soi et aussi d'action, « Celui qui Vient » offrira un souffle nouveau à ceux qui veulent libérer leur « Christ intérieur ».

  • À la fin du XIXe siècle, une riche Américaine, Miss Bennett, part en exploration au Cambodge. Accompagnée d'une jeune interprète, Tevy, de l'aventurier belge Valbelle et du moine défroqué Chamroeun, elle souhaite photographier les trésors encore jamais vus de l'art khmer dans les temples d'Angkor. Le climat politique est instable : sous la menace des canonnières, la France a imposé des réformes brutales au roi Norodom. Celui-ci, fin stratège, a fait mine de s'incliner mais soutient dans le plus grand secret la guerre contre les Français préparée par son frère, Si Votha. Le voyage va mener l'expédition vers ce prince rebelle dans le sanctuaire secret du temple aux Mille Lotus. Là, les rêves d'aventures seront durement confrontés aux réalités de la guerre et Tevy va être amenée à jouer les messagères entre les deux frères. Elle sera envoyée au palais royal où elle partagera le quotidien des danseuses sacrées. S'interrogeant sur son passé et sur le mystère de sa naissance, Tevy comprend peu à peu que sa rencontre avec Chamroeun et Valbelle ne doit rien au hasard...
    Entre intrigues de cour, batailles fratricides et histoire d'amour sulfureuse, Loïc Barrière nous propose un roman d'aventure aux multiples péripéties avec en toile de fond l'histoire du Cambodge du XIXe siècle.

  •     Ravagé par un génocide, convoité par des voisins puissants et prédateurs, mis en coupe réglée par une nomenklatura corrompue, asphyxié par un régime néoféodal, le Cambodge est un pays martyr. Nul ne le sait mieux que Sam Rainsy. Né dans une famille patricienne de Phnom Penh proche du roi Norrodom Sihanouk, le jeune Rainsy connaît l´opulence, puis la déchéance lorsque son père, un homme politique de premier plan, est brutalement limogé et doit passer dans la clandestinité avant de finir assassiné.    Réfugiés à Paris, les Sam vont se résigner à une vie d´immigrés pauvres. Mais jamais ils ne perdront l´espoir ni la dignité. Élève surdoué, Rainsy fera des études brillantes qui lui permettront de devenir un financier de haut vol, spécialiste des fusions-acquisitions dans l´industrie du luxe...    Mais comment se contenter de gagner de l´argent et d´en faire gagner, quand son pays s´enfonce dans la barbarie aux mains d´un régime qui pratique le meurtre de masse ? De l´action humanitaire à Paris en faveur des victimes des Khmers rouges aux campagnes électorales sur le terrain après la chute du régime communiste, Rainsy et sa femme Saumura se lancent dans l´action politique, reprenant ainsi le flambeau de leurs pères respectifs : ceux-ci n´étaient-ils pas cosignataires des accords de Genève sur l´Indochine en 1954 ?     Pour ce couple de Cambodgiens occidentalisés, le retour au pays est rude. Ministre de l´Économie du premier gouvernement de l´après-guerre, Sam Rainsy met de l´ordre dans les finances de l´État, combat la corruption, ce qui lui vaut  un soutien populaire mais aussi de nouvelles inimitiés. Il passe alors dans l´opposition et crée un parti démocrate et libéral,  le PSR, une provocation que ne lui pardonnent pas ses adversaires. Il est la cible de plusieurs attentats qui tuent nombre des ses partisans. Aux agressions, Rainsy oppose un pacifisme d'essence bouddhique et maintient le cap, impavide et inébranlable, à 'image de ces arbres qui poussent dans la pierre des temples d'Angkor.

  • Chaque année l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l'ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des principaux événements de l'année 2011, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux de l'année 2012 dans une région de près de 600 millions d'habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d'interface entre les grands pôles asiatiques. Grâce au travail de terrain tout au long de l'année d'une vingtaine de chercheurs, Asie du Sud-Est 2012 offre un décryptage pertinent et contemporain d'une actualité asiatique complexe, dense et dynamique. Outre une analyse claire, détaillée et passionnante, Asie du Sud-Est 2012 propose de nombreux outils pratiques sur l'Asie du Sud-Est : une chronologie détaillée de l'année, les adresses des différents centres de recherche francophones et internationaux, une liste des formations et des centres de documentation relatifs à l'Asie du Sud-Est, une bibliographie des principaux ouvrages publiés au cours de l'année, ainsi qu'un référencement des meilleurs sites Internet institutionnels et communautaires sur la région.

  • 17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu'alors non acquises aux Khmers rouges, vont être déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse... Dans ce désastre qui s'annonce, où plus du tiers de la population sera exterminé, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l'une d'entre elles. Celle d'une femme, prise dans la tourmente d'événements qui lui échappent et l'emprisonnent ; elle puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d'une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l'instant suivant... Richard Rechtman est psychiatre, psychanalyste et anthropologue, directeur d'études à l'EHESS. Il a créé et dirige depuis 1990 le dispositif de consultations psychiatriques spécialisées pour réfugiés cambodgiens au sein du Centre Philippe-Paumelle de Paris. Il est membre du Centre de ressources audiovisuelles du Cambodge, le Centre Bophana, fondé par le cinéaste cambodgien Rithy Panh. Il a publié L'Empire du traumatisme chez Flammarion (2007), en collaboration avec Didier Fassin.

  • La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts ou d'extraits de roman. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d'une variété de pays et de régions d'Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet de Jentayu par le biais d'un entretien avec l'auteur, le traducteur, ou d'une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d'un photographe asiatique au travers d'un carnet dédié.
    Ce neuvième numéro, sur le thème "Exil", est consacré au concept d'exil, qu'il soit volontaire ou forcé, personnel ou collectif, physique ou métaphorique. Migration, éloignement, séparation... : des questions d'une actualité toujours brûlante dans les littératures contemporaines d'Asie. Textes en traduction française de : Pramoedya Ananta Toer (Indonésie), Bai Ren (Chine), Eileen Chang (Chine), Grace Chia (Singapour), Hamid Ismaïlov (Ouzbékistan), Kao Yi-feng (Taïwan), Bilge Karasu (Turquie), Perumal Murugan (Inde), Soth Polin (Cambodge), Preeta Samarasan (Malaisie), Tsering Wangmo Dhompa (Tibet), Xue Yiwei (Chine) et Yin Ling (Vietnam-Taïwan). Photographies de Samsul Said (Malaisie). Illustrations d'Odelia Tang (Singapour).

  • Chaque année l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l'ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des faits majeurs de l'année 2012, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l'année 2013 dans une région de près de 600 millions d'habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d'interface entre les grands pôles asiatiques et l'Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l'année d'une vingtaine de chercheurs et d'experts, Asie du Sud-Est 2013 offre un décryptage d'une actualité asiatique complexe, dense et dynamique. Outre une analyse claire et détaillée, Asie du Sud-Est 2013 propose de nombreux outils pratiques sur l'Asie du Sud-Est : une chronologie des événements de l'année, les adresses des différents centres de recherche francophones et internationaux, une liste des formations et des centres de documentation relatifs à l'Asie du Sud-Est, une liste des principaux ouvrages publiés au cours de l'année, ainsi qu'un référencement des sites Internet institutionnels et communautaires sur la région.

  • Chaque année l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l'ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des faits majeurs de l'année 2015, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l'année 2016 dans une région de près de 600 millions d'habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d'interface entre les grands pôles asiatiques et l'Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l'année d'une vingtaine de chercheurs et d'experts, L'Asie du Sud-Est 2016 offre un décryptage d'une actualité asiatique complexe, dense et dynamique. Outre une analyse claire et détaillée sur chacun des onze pays de la région, L'Asie du Sud-Est 2016 propose quatre dossiers et un débat sur des sujets d'actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l'Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois et un inventaire des principaux partis politiques en Asie du Sud-Est.

  • L'indépendance du royaume du Cambodge est acquise sans heurt en 1953 sous la houlette de Norodom Sihanouk, prince, puis roi, puis Premier ministre. Jusqu'à sa retraite en 2004. Mais les interminables guerres d'Indochine, française (1945-1954) et américaine (1961-1973), atteignent le Cambodge, et la décolonisation suivie de l'expansion du communisme nourrissent l'un des génocides les plus violents du 20e siècle.
    Quatre ans durant (1975-1979), une clique dirigée par Pol Pot, Ieng Sary, Khieu Samphân et autres Douch, massacre plus du quart de la population cambodgienne. L'intervention armée du Vietnam y met fin. mais annonce une occupation doublée d'une guerre civile de plus de dix ans (1979-1991). Jusqu''au jour où les puissances, sous l'égide de l'ONU, finissent par s'entendre et mettre un terme à la situation.
    Le drame fut trop meurtrier pour ne pas laisser de traces sévères. Entamée avec une aide importante de la communauté internationale, la reconstruction, dirigée par Hun Sen, Premier ministre et véritable homme fort, se heurte à maints obstacles : déforestation, drogue, exploitation de la main-d'oeuvre. et corruption.
    Un espoir apparaît. La découverte et la production de pétrole en mer constituent une source de richesse pour un pays dépourvu de ressources minérales. Des richesses, mais pour qui ? Pour ce peuple qui a attendu trente ans avant que ne commence en 2009 le procès des survivants de l'ancienne direction khmère rouge ?
    Une synthèse de l'histoire récente du Cambodge par un spécialiste de l'Asie contemporaine.

  • Chaque année l'institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l'ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des faits majeurs de l'année 2013, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l'année 2014 dans une région de près de 600 millions d'habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d'interface entre les grands pôles asiatiques et l'Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l'année d'une vingtaine de chercheurs et d'experts, Asie du Sud-Est 2014 offre un décryptage d'une actualité asiatique complexe, dense et dynamique. Outre une analyse claire et détaillée, Asie du Sud-Est 2014 propose trois dossiers et un débat sur des sujets d'actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l'Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois ainsi qu'une liste des principaux ouvrages publiés au cours de l'année. Il est augmenté pour la première fois d'un très utile inventaire des principaux think tanks en Asie du Sud-Est.

  • Chaque année l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l'ensemble du sous-continent asiatique. L'Asie du Sud-Est en 2009 n'aura pas été épargnée par la crise économique et financière qui, partie des États-Unis, a fini par toucher l'ensemble de la planète et dont les effets se font encore sentir aujourd'hui. Si toutes les économies de la région ont ressenti l'onde de choc, certaines ont mieux résisté que d'autres et des signes de reprises sont apparus dès le dernier trimestre de l'année dernière. Si l'économie semble repartir cahin-caha, il n'en va pas de même de l'intégration politique. Les tensions qui sont remontées à la surface au cours de ces derniers mois et les soubresauts politiques qu'ont connus la plupart des pays de la zone ont bien souvent des racines plus profondes que ne laisse supposer une lecture rapide de l'actualité. Établissant une rétrospective des principaux événements de l'année 2009, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux de l'année 2010 dans une région de près de 600 millions d'habitants coincés entre la Chine et l'Inde. Grâce au travail de terrain tout au long de l'année d'une quinzaine de chercheurs et d'experts européens et asiatiques, Asie du Sud-Est 2010 offre un décryptage pertinent et contemporain d'une actualité asiatique complexe, dense et dynamique. Outre une analyse passionnante, cet ouvrage coordonné propose de nombreux outils pratiques tels qu'une chronologie détaillée de l'année, les adresses des différents centres de recherche francophones et européens travaillant sur l'Asie du Sud-Est, une bibliographie rassemblant les ouvrages publiés l'année dernière, une liste des centres de documentation et des formations relatives à l'Asie du Sud-Est, les adresses de librairies spécialisées ainsi qu'un référencement des meilleurs sites internet communautaires et institutionnels.

  • Comment peut-on être vietnamien sans être vit ; être cambodgien sans être khmer ? C'est la question qui se pose aux Jaraï, Brou, Mnong et autres Stieng, populations autochtones des hauts plateaux, à la frontière entre les deux pays. Ces peuples, longtemps indépendants sur les hautes terres de la chaîne Anamitique, doivent aujourd'hui faire face à des mouvements migratoires sans précédent. Les nouveaux venus, colons des plaines, fonctionnaires, forestiers, commerçants, planteurs de café, gagnent peu à peu sur leurs terres, bouleversant fondamentalement leur mode de vie. Contraints à l'intégration, les habitants des hauts plateaux se battent pour éviter une assimilation pure et simple ; pour que leurs cultures ne soient pas sacrifiées sur l'autel du développement national. Ce livre fait émerger les enjeux de leurs revendications et des réponses qui leur sont apportées par les gouvernements du Cambodge et du Viêt Nam.

  • Chaque année l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l'ensemble du sous-continent asiatique. Établissant une rétrospective des faits majeurs de l'année 2014, ce livre aide à mieux comprendre les grands enjeux et les perspectives de l'année 2015 dans une région de près de 600 millions d'habitants qui, plus que jamais, joue un rôle d'interface entre les grands pôles asiatiques et l'Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l'année d'une vingtaine de chercheurs et d'experts, L'Asie du Sud-Est 2015 offre un décryptage d'une actualité asiatique complexe, dense et dynamique. Outre une analyse claire et détaillée sur chacun des onze pays de la région, L'Asie du Sud-Est 2015 propose quatre dossiers et un débat sur des sujets d'actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l'Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois. Il est augmenté pour la première fois d'un très utile inventaire des principales ONG françaises en Asie du Sud-Est.

  • Chaque année l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, mobilise une vingtaine de chercheurs et d'experts pour décrypter l'actualité régionale. L'Asie du Sud-Est - véritable carrefour économique, culturel et religieux - constitue un espace unique d'articulation des diversités sur la longue durée et le demeure plus que jamais aujourd'hui. Cette collection permet de suivre au fil des ans l'évolution des grands enjeux contemporains de cette région continentale et insulaire de plus de 620 millions et d'en comprendre les dynamiques d'intégration régionale et de connectivités avec le reste du monde. L'Asie du Sud-Est 2017 propose une analyse synthétique et détaillée des principaux événements politiques, économiques et sociaux survenus en 2016 dans chacun des onze pays de la région, complétée par des focus sur des personnalités et une actualité marquantes. L'ouvrage présente également quatre dossiers sur des thématiques régionales portant cette année sur le spectre de Daech, la cybersécurité, l'accord commercial de libre échange transpacifique (TPP) et la question du changement climatique à travers l'impact de la COP 21. Des outils pratiques sont également disponibles, dont une chronologie et une fiche de données socioéconomiques par pays et un inventaire régional des mouvements et politiques altermondialistes.

  • Pour la première fois, un haut cadre khmer rouge, Suong Sikoeun, livre son témoignage sur un engagement révolutionnaire de plus de soixante années, et sur la dérive totalitaire du régime communiste le plus criminel et le plus secret du XXe siècle. Fils de paysan entré à 16 ans, en 1952, dans le mouvement révolutionnaire, initié au marxisme-léninisme par son mentor Ieng Sary et par Saloth Sar le futur Pol Pot , Suong Sikoeun est imprégné de culture française colonisation oblige et grand admirateur de Robespierre et de la Révolution. Étudiant à la Sorbonne, il devient à partir de 1957 leader des étudiants cambodgiens en France, tout en appartenant clandestinement à un cercle marxiste-léniniste et à une cellule du Parti communiste français. En 1970, il rejoint le prince Sihanouk à Pékin et devient membre du Parti communiste du Kampuchéa clandestin. Le 17 avril 1975, les Khmers rouges s'emparent de Phnom Penh et entament la partie la plus sanglante de leur sinistre trajectoire : en trois ans et demi, le régime tuera près de 2 millions de Cambodgiens, soit le quart de la population. Pour la première fois, ce régime alors encensé par le PCF et nombre d'intellectuels français est décrit de l'intérieur. On y découvre la «rééducation prolétarienne», les purges dans le Parti, la délation et la peur d'être catalogué comme traître, les permanentes autocritiques publiques et l'omniprésent secret qui couvre la terreur d'une chape de silence. En aout 2012, Suong Sikoeun a donné son témoignage devant le Tribunal pénal international qui, à Phnom Penh, juge les dirigeants khmers rouges pour crime contre l'humanité. Il a raconté toutes ses illusions de jeunesse, toute son horreur du régime qu'il a contribué à ériger et tous ses remords pour les innombrables victimes. Un témoignage qui n'aurait pu voir le jour sans la patience et la ténacité d'Henri Locard, ce spécialiste du Kampuchéa démocratique, qui a accompagné Suong Sikoeun durant tout son chemin de repentance et publie ici une importante annexe biographique : «Les acteurs du drame».

empty