• De 1939 à 1944, à la maternité d'Elne, dans les Pyrénées-Orientales, le combat exceptionnel d'une jeune bénévole suisse pour sauver des enfants d'une mort certaine0500 0300Elisabeth, jeune infirmière suisse, arpente inlassablement les camps d´Argeles, Rivesaltes et Barcarès pour sauver des vies : celles des femmes enceintes et de leur enfant à naître afin de les protéger du chaos des guerres. Elle les accueille ensuite à la Maternité d´Elne, dans un château, qui mettra au monde plus de cinq cent vies en péril... Ainsi en 1939 avec des milliers de ses compatriotes espagnols, Teresa a suivi les terribles chemins de l´exode pour passer la frontière française dans les Pyrénées-Orientales. Là, dans un camp, elle rencontre Elisabeth. Sa vie en est bouleversée. Comme le sera la fragile Esther, jeune Juive enceinte, terrorisée, seule et démunie, alors que, en 1942, l´étau de la menace nazie se referme peu à peu sur la France...

  •  0500En 1807, dans les Pyrénées ariégeoises, deux chasseurs aperçoivent et traquent une femme nue, accompagnée d´un ourson. Capturée, hurlant comme une démente ? on l´appellera désormais la Folle du Montcalm ?, elle est conduite chez le curé du village. L´inconnue ne prononce que ces mots : « Robespierre a tué ma famille », et s´échappe dans la nuit. Elle passera encore deux années dans la montagne avant d´être reprise et jetée en prison, à Foix. Pour y mourir peu après. Qui était cette femme ? Comment a-t-elle pu survivre ? Est-elle vraiment morte en prison comme on l´a dit ? Pourquoi le redoutable Fouché, ministre de la Police de Napoléon, s´intéressa-t-il tant à elle ? Et pour quelles curieuses raisons le préfet de l´Ariège tenta de la sauver ?C´est cette incroyable mais authentique histoire qu´a reconstituée Michel Gardère, secondé par Anne-Charlotte Delangle. Palpitant comme un polar et admirablement documenté,La Femme sauvagenous raconte une extraordinaire aventure humaine.0300« Une femme nue au milieu des ours ! » Telle est la rumeur qui circule, en cet été 1807, dans la haute vallée ariégeoise. Au terme d´une enquête minutieuse, l´auteur Michel Gardère raconte et met en scène cette incroyable histoire.A Suc (Suc-et-Sentenac aujourd´hui), village de métayers miséreux où l´on ne parle que l´occitan ariégeois, deux chasseurs en quête d´isards découvrent une femme nue en compagnie d´un ourson. Une battue est organisée alors pour traquer la « Nue ». Capturée, hurlant comme une folle - on l´appellera désormais la « Folle du Montcalm » - elle est conduite chez monsieur le curé qui sera chargé de l´interroger. Mais elle ne parle pas. D´où vient-elle ? Comment est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu survivre dans l´environnement hostile des montagnes où, l´hiver, il peut faire jusqu´à moins trente ? La femme qui, selon certains témoins, n´appartient pas au peuple, ne parle pas. Cependant le père Dandine, qui, lui, parle le français, parvient à lui faire dire ces mots : « Robespierre a tué mes parents »... La « Nue », l´héroïne de cet incroyable fait divers, réussira à s´échapper, sera rattrapée, s´évadera encore pour, enfin, être mise en prison à Foix où elle meurt le 29 octobre 1808, victime de la lenteur et de l'incurie administratives, emportant dans la tombe le secret de sa naissance et de sa destinée tragique.

  •  0500 0300Un homme fortuné acquiert un village abandonné dans les gorges du Tarn. Il veut le reconstruire à l'identique et lui redonner vie.Constantin Méliès a bâti sa fortune dans le monde de la publicité mais souffre de ne pas avoir donné un but à son existence. En 2000, sous le charme du village, il acquiert Peyreméjean, commune caussenarde, sans communication aucune. A sa surprise, un habitant, irréductible ermite du nom d´Eusèbe Flahaut y vit encore. Cet original aux multiples facettes, est le dernier témoin de l'histoire compliquée des familles qui ont fait prospérer le village jusqu'à son déclin. Mais Eusèbe se révèle surtout être un vieil hibou taciturne difficile à apprivoiser. Un jour, pourtant, le déclic s'opèrera. Et Constantin comprendra alors qu'il n'est guère aisé de porter sur ses épaules la mémoire de Peyreméjean et de ses fantômes...

empty