Littérature traduite

  • Édition enrichie d'une préface d'Adonis et d'une présentation d'Anne Wade Minkowski.
    Long poème en prose écrit en anglais par un auteur libanais, Le Prophète est un chef-d'oeuvre dont le succès ne s'est jamais démenti depuis sa parution en 1923. Personnage imaginaire, ce prophète livre sa doctrine spirituelle, sous forme de maximes et d'allégories, en répondant aux aspirations profondes de l'homme : connaissance de soi, croyance, distinction du bien et du mal, mais aussi amitié, mariage, plaisir... Entre questions métaphysiques et hymne à la beauté, le texte garde tout son mystère et sa puissance de suggestion. Comme l'écrit le poète syrien Adonis, Gibran a voulu "faire éclore dans l'homme tout ce qui le dépasse et tout ce qui est plus grand que lui : l'amour, la joie, la révolte, la liberté". Un message de sagesse que seule la poésie, dans sa fulgurance, peut faire éclore.

  • La sorcière de Sealsea Nouv.

    Angleterre, 1648. Une époque périlleuse pour toute femme indépendante...

    À la veille du solstice d'été, l'Angleterre est déchirée par une guerre civile entre Charles Ier et le parlement insurgé. Cette lutte fait rage partout dans le royaume, et trouble même l'île de Sealsea, où vit Alinor. Descendant d'une famille de guérisseuses, la jeune femme est tous les jours confrontée à la pauvreté et aux superstitions. Un soir de pleine lune, elle rencontre James Summer, un noble catholique, qui a pour mission de sauver le roi.
    Très vite, tous deux tombent amoureux. Mais l'ambition et la détermination de la jeune femme la distinguent un peu trop de ses voisins. C'est l'ère de la chasse aux sorcières et Alinor, une femme sans mari, qui connaît les plantes et qui s'extirpe soudain de la misère grâce à James, s'attire la jalousie de ses rivaux et éveille l'effroi du village. Tout l'accuse...
    « Un roman percutant qui met en lumière les difficultés des femmes au XVIIe siècle. » - Daily Mirror
    « Un récit sur la condition des femmes au XVIIe siècle... Les lecteurs vont se régaler. » - Daily Express
    « Philippa Gregory raconte avec brio et ne déçoit jamais. Ce roman est le portrait captivant et très fort d'une femme qui se bat pour survivre dans un monde hostile. » - The Times
    « L'autrice travaille les mots avec aisance et naturel. Sa connaissance des moeurs de l'époque est épatante, l'intrigue est vraisemblable et la documentation est, comme toujours, d'un très grand sérieux. » - Daily Mail
    « Saisissant et envoûtant ! Philippa Gregory au sommet de son art. » - woman&home


  • Le Père Noël a été assassiné juste avant le goûter d'enfants organisé par le directeur de l'hôtel de luxe pris d'assaut par les touristes, alors s'il vous plaît, commissaire, pas de vagues. C'est mal connaître Erlendur.

    Le Père Noël était portier et on tolérait qu'il occupe une petite chambre dans les sous-sols depuis 20 ans, mais la veille on lui avait signifié son renvoi. Et puis, sur son bel habit rouge pendait un préservatif usagé. Il n'avait pas toujours été un vieil homme, il avait été Gulli, un jeune chanteur prodige, une voix exceptionnelle, un ange.
    Les interminables fêtes de fin d'année du pays du Père Noël (11 jours) dépriment le commissaire qui s'installe dans une chambre de l'hôtel et mène son enquête à sa manière rude et chaotique.
    Sa fille essaye de ne pas replonger dans la drogue, elle vient le voir souvent, elle a eu de mauvaises fréquentations qu'elle présente à son père, ce qui permet à ce dernier d'avancer dans sa connaissance de la prostitution de luxe, et puis il y a cette jolie technicienne des prélèvements d'adn, tellement séduisante qu'Erlendur lui raconte ses secrets.
    Le 45 tours enregistré par le jeune garçon, cette voix venue d'un autre monde ouvre la porte à des émotions et des souvenirs, à des spéculations de collectionneurs et à la découverte des relations difficiles et cruelles entre les pères et les fils.

    Un roman dense et fort qui émeut profondément.

    Arnaldur Indridason est né à Reykjavik en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de 6 romans noirs, dont plusieurs sont des best-sellers internationaux. Il vit à Reykjavik avec sa femme et leurs trois enfants. Il est l'auteur de La Cité des Jarres ainsi que de La Femme en vert, tous deux parus aux Editions Métailié.

  • La célèbre paléographe Patricia Escalona est égorgée en pleine nuit dans la Bibliothèque vaticane, alors qu'elle y étudiait l'un des plus anciens manuscrits détenus par l'Église : le Codex Vaticanus. Près de son corps, le tueur a laissé un message codé.
    La célèbre paléographe Patricia Escalona est égorgée en pleine nuit dans la Bibliothèque vaticane, alors qu'elle y étudiait l'un des plus anciens manuscrits détenus par l'Église : le Codex Vaticanus. Près de son corps, le tueur a laissé un message codé. Tomás Noronha, travaillant sur la restauration des ruines du Forum de Rome, est appelé sur le lieu du crime par la police judiciaire italienne : il a été le dernier contact de la victime. L'historien émérite, expert en cryptologie, réussit à décoder le message du tueur et se laisse embarquer dans une enquête qui va très vite se compliquer. Un nouveau meurtre aux allures rituelles a lieu en Irlande, un autre en Bulgarie, deux nouveaux messages codés et toujours ces allusions aux Saintes Écritures. D'une victime à l'autre, d'un code à l'autre, Noronha est entraîné dans une analyse des textes bibliques particulièrement troublante. Une quête de la vérité qui va le conduire en Israël, sur les traces de la plus grande figure de l'humanité : celles de Jésus-Christ. Au fil d'une enquête haletante, José Rodrigues dos Santos propose d'aborder la vie du Christ sous un angle historique, quasi scientifique. Qui était vraiment celui qui a bouleversé le cours de l'Histoire ? Quels sont les faits que l'on peut considérer comme réellement avérés dans la Bible ? Et quels sont ceux travestis par le temps et les hommes ? Réalité historique et intrigue policière se mêlent avec grande intelligence pour faire de L'Ultime Secret du Christ un thriller qui va bouleverser les certitudes de chacun


  • C'est l'automne.
    Maria, une femme d'une cinquantaine d'années, est retrouvée pendue dans son chalet d'été sur les bords du lac du Thingvellir par Karen, sa meilleure amie. Après autopsie, la police conclut à un suicide.

    Quelques jours plus tard, Erlendur reçoit la visite de Karen qui lui affirme que ce n'était pas le genre de Maria de se suicider. Elle lui remet une cassette contenant l'enregistrement d'une séance chez un médium que Maria est allée consulter afin d'entrer en contact avec sa mère décédée deux ans plus tôt, qui lui avait promis de lui envoyer un signe de l'au-delà.
    Aussi dubitatif que réticent, Erlendur lui promet d'écouter l'enregistrement tout en lui répétant que ni l'enquête ni l'autopsie n'ont décelé le moindre élément suspect. L'audition de la cassette le convainc cependant de reprendre l'investigation à l'insu de tous.
    Il découvre que l'époux de Maria a eu un passé agité, qu'il a une liaison avec l'une de ses anciennes amours, qu'il est endetté et que Maria possédait une vraie fortune.
    Une intrigue parallèle nous raconte l'histoire d'un jeune couple disparu lors d'une promenade sur le lac.
    Et nous avons enfin des informations sur la nature des relations d'Erlendur avec son ex-épouse, Halldora.
    Le thème sous-jacent de ce roman est la question de la validité des histoires de fantômes dont les Islandais, souvent, n'excluent pas l'existence. Il pose aussi la question du deuil, un thème transversal dans l'ouvre d'Arnaldur.
    Arnaldur Indridason est né à Reykjavik en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de 6 romans noirs, dont plusieurs sont des best-sellers internationaux. Il est l'auteur de La Cité des Jarres (2005), Prix Cour noir et Prix Mystère de la critique, de La Femme en vert (2006), Grand Prix des lectrices de Elle, de La Voix (2007), L'Homme du lac (2008), Prix polar européen du Point et Hiver arctique (2009).

  • Chypre, milieu du XIIIe siècle.

    Une galère pirate accoste sur le port, menée par des Templiers. À son bord, les inséparables Roç et Yeza, qui ont survécu par miracle au bûcher des Cathares à Montségur.
    Alors qu'une nouvelle croisade initiée par le roi Saint Louis se prépare, l'enjeu politique représenté par ces enfants est plus que jamais convoité par tous. Souverains, émissaires religieux et factions mystiques n'auront de cesse de pourchasser d'un bout à l'autre du Moyen-Orient ceux dont la lignée remonterait à Jésus-Christ lui-même...

  • Que ferait Jésus, s'il était élu président des États-Unis ?
    Alors que sa présidence s'achève sans éclat, George H. Bush, un matin, se trouve possédé par... Jésus ! Le Fils de Dieu, irrité que le nom de son Père soit prononcé en vain pour justifier tout et n'importe quoi, a décidé de descendre sur terre. Le président des États-Unis devient ainsi la marionnette du Christ afin d'établir un monde plus juste et équitable.
    Mais c'était sans compter sur l'administration républicaine qui a porté Bush au pouvoir et voit d'un très mauvais oeil ces étranges idées de partage, de générosité, de paix.
    Dans cette satire faussement innocente, l'auteur de L'Homme-dé montre ce qui sépare l'idéal du réel, l'impuissance du cynisme, la naïveté de l'hypocrisie.
    Luke Rhinehart est né en 1932 à Albany dans l'État de New York. Il est l'auteur de neuf romans dont le plus connu est L'Homme-dé, roman semi-autobiographique racontant l'histoire d'un homme jouant le destin de sa vie aux dés.

  • Avec ce livre-confession, attendu depuis longtemps, le grand spirituel dominicain et auteur best-seller entreprend une tournée planétaire pour délivrer un message d'espérance. Liberté, paradoxe, humour, quotidienneté : du grand Radcliffe.
    " Je mets devant vous la vie et la mort : choisissez la vie ", demande Dieu." Je suis venu pour que les hommes aient la vie et l'aient en abondance ", répond Jésus.Le défi majeur d'aujourd'hui n'est pas la sécularisation mais sa banalité. Comment, dès lors, le christianisme peut-il toucher l'imagination de nos contemporains ? Romanciers, poètes, cinéastes savent dire à la fois la splendeur et la confusion de nos existences. Ils sont nos alliés pour ressaisir autrement l'Évangile.
    Timothy Radcliffe nous entraîne à leur suite. Mais aussi en compagnie de ceux qui, eux-mêmes, luttent pour comprendre l'homme étrange dont ils sont les disciples. Le voilà qui guérit, chasse les démons. Qui embrasse tout ce qui tourmente et tout ce qui écrase l'humanité. Qui offre sans compter le pardon. Face à la mort, il leur enseigne à choisir la vie en Dieu.
    Un livre indispensable afin d'explorer ce que signifie être vivant dans sa réalité physique et spirituelle, sacramentelle et contemplative. Pour accéder au maximum-vie.

  • Dans un Madrid un peu atemporel, les destins de l'innocente Antonia, de Don Lorenzo, de sa soeur Agnès et de Don Raymond croisent celui du Moine Ambrosio que toute la ville vénère pour son inflexibilité à la tentation et sa ferveur fanatique. On vient s'entasser dans l'église pour entendre ses sermons et s'imprégner de cette résistance exemplaire à la faute. Mais la force de ce moine impitoyable ne tient qu'à l'épaisseur des murs de son monastère, barrière fragile que l'amour obsessif d'une femme viendra renverser, le convertissant à l'interdit et initiant la terrible vengeance du prêtre déchu.

    Le moine est un petit bijou de littérature gothique qui fait froid dans le dos. On est loin des peurs un peu enfantines des Mystères d'Udolphe d'Ann Radcliffe. Dans Le Moine, Lewis n'épargne rien ni personne : il dénonce la vie contre-nature des couvents et l'apologie des volontés inflexibles. Il prévient des dangers de cette vie de frustrations, mais aussi de l'ignorance dans lequel on maintenait la femme en nous racontant une histoire d'une incroyable violence dont on ressort secoué.

    Traduction Léon de Wailly, avec une notice bibliographique en fin d'ouvrage.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.




  • Appartement 16

    Adam Nevill

    « Jamais depuis Stephen King un livre ne m'avait procuré un tel sentiment de peur et d'inquiétude. » - Fantasy Book Review
    Certaines portes devraient toujours rester fermées...
    À Barrington House, un immeuble de grand standing dans un quartier chic de Londres, un appartement est inoccupé. Personne n'y entre, personne n'en sort. Et c'est comme ça depuis cinquante ans.
    Jusqu'au jour où Apryl, une jeune Américaine, débarque à Barrington House pour visiter l'appartement que lui a légué une mystérieuse grand-tante. Cette dernière, morte dans d'étranges circonstances, a laissé un journal intime où elle révèle avoir été impliquée dans des événements atroces et inexplicables, plusieurs décennies auparavant.
    Résolue à découvrir la vérité sur ce qui est arrivé à sa tante, Apryl commence à reconstituer l'histoire secrète de Barrington House. Une force maléfique habite l'immeuble et l'entrée de l'appartement seize donne sur quelque chose de terrifiant et d'inimaginable...
    « Pour essayer de percer ce secret j'ai lu sans m'arrêter jusque tard dans la nuit. » - Speculative Horizons
    « Appartement 16 est un excellent roman d'angoisse paranormale, très bien conçu, doté de deux personnages centraux forts, d'une intrigue réellement prenante. L'un des nouveaux maîtres de l'horreur anglo-saxonne. » - eMaginarock


  • Quo Vadis ?


    Henryk Sienkiewicz


    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.

    Quo vadis ? est un roman historique de l'écrivain publié en feuilleton dans la Gazeta Polska à partir de mars 1895. Quo vadis ? (qui signifie en latin « Où vas-tu ? ») dépeint les persécutions que les chrétiens ont subies sous Néron au Ier siècle en racontant l'histoire des amours d'un patricien, Marcus Vinicius, et d'une jeune femme chrétienne, Callina, surnommée Lygie. Le titre évoque la question qu'aurait posée saint Pierre fuyant Rome et rencontrant Jésus-Christ portant sa croix : « Quo vadis, Domine ? » (« Où vas-tu, Seigneur ? »). Sienkiewicz transpose en fait l'oppression russe sur la Pologne alors divisée, le tsar représenté par Néron. Sienkiewicz, lors de ses séjours en Italie, se réunissait en effet avec des résistants polonais à Rome dans une chapelle sur la via Appia, lieu où aurait été prononcé le « Quo vadis... ? » .
    Quo vadis ? vaudra à Sienkiewicz de recevoir en 1905 le prix Nobel de littérature. Source : Wikipédia

    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/


  • Un garage au milieu de nulle part, dans le nord de l'Argentine.

    La chaleur est étouffante, les carcasses de voiture rôtissent au soleil, les chiens tournent en rond. Le révérend Pearson et sa fille Leni, seize ans, sont tombés en panne ; ils sont bloqués là, le temps que la voiture soit réparée. El Gringo Brauer s'échine sur le moteur tandis que son jeune protégé Tapioca le ravitaille en bières fraîches et maté.
    Dans ce huis clos en plein air, le temps est suspendu, entre deux, l'instant est crucial : les personnages se rencontrent, se toisent, s'affrontent. C'est peut-être toute leur vie qui se joue là, sur cette route poussiéreuse, dans ce paysage hostile et désolé, alors que l'orage approche.
    Selva Almada signe ici un premier roman époustouflant de maîtrise, dans une prose sobre, cinématographique, éminemment poétique.

  • Les trois nouvelles de ce recueil procèdent de l'inspiration mystique, qu'elle provienne de la tradition juive ("le Chandelier enterré", "Rachel contre Dieu") ou des légendes hindoues ("Virata"). Zweig, conteur, historien et penseur a écrit une apologie de l'humilité.

  • Mon fils s'était laissé capturer. Au cours des heures que j'ai passées dans cette maison avec ses disciples, j'ai bien vu que, pour eux, c'était dans l'ordre des choses. Son arrestation faisait partie des étapes nécessaires de la grande délivrance qui surviendrait dans le monde. J'ai failli leur demander si cette délivrance signifiait qu'il ne serait pas crucifié, mais libéré au contraire. Je me suis ravisée. Tous ces gens ne parlaient que par énigmes, et j'ai compris qu'aucune de mes questions ne recevrait de réponse claire. J'étais revenue dans le monde des idiots, des bègues, des contorsionnés et des malcontents. Ils sont deux à la surveiller, à l'interroger pour lui faire dire ce qu'elle n'a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas, et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu'elle refuse. Seule, elle tente de s'opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. " Tóibín est un écrivain merveilleux : sa prose, lyrique et émouvante, est un vrai miracle. " The Observer

  • « Regarder le passé avec reconnaissance, vivre le présent avec passion, embrasser l'avenir avec espérance. », tel est le fil conducteur de ce livre-entretien.
    Dans un dialogue simple et spontané, le Pape aborde les grands thèmes et les défis qui touchent à la vie consacrée dans le chemin de renouveau conciliaire qu'elle vit depuis Vatican II : discernement sur la manière de vivre la fidélité au charisme fondateur, interculturalité, mission partagée avec des laïcs, insertion ecclésiale, formation des vocations, équilibre entre mémoire et prophétie.
    Le Pape répond aux questions de son interlocuteur en donnant des exemples et anecdotes tirés de sa propre vie et de son expérience. C'est ainsi son âme de consacré qui se révèle. Il invite ses frères et soeurs à vivre la joie de la consécration où, affirme-t-il, ils trouveront leur force.

  • Jésus enseigna à ses disciples qu'il était plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume des cieux. Or, à l'époque de la chute de Rome, l'Église était devenue démesurément riche. À travers un trou d'aiguille est l'histoire intellectuelle et sociale du problème épineux que cette richesse posa au christianisme dans un empire en train d'imploser sous l'effet d'une crise majeure.
    Peter Brown, spécialiste mondial de l'Antiquité tardive, analyse, avec une humanité pleine de sagesse, les défis posés par l'argent à une institution qui épousait la vertu de pauvreté. Puisant dans les écrits d'immenses penseurs chrétiens comme Augustin, Ambroise et Jérôme, Brown examine les controverses et les changements d'attitude que provoqua l'afflux de la nouvelle richesse dans les coffres des églises. Il décrit les actes spectaculaires par lesquels de riches donateurs se dépouillèrent de leur fortune, et comment les gens ordinaires renoncèrent à leurs biens dans l'espoir de disposer d'un trésor dans le ciel. Le soin des pauvres rivalisa avec des formes de philanthropie civique plus anciennes, profondément enracinées dans le monde romain. Cet usage de la richesse à des fins religieuses altéra peu à peu la texture même du christianisme.
    En établissant que l'Église de l'Antiquité tardive réussit à s'imposer grâce aux ressources dont elle bénéficia, Brown en renouvelle radicalement l'histoire. Exploitant l'archéologie, la circulation des monnaies, les inscriptions funéraires ou le décor des villas autant que les textes, À travers un trou d'aiguille apporte un éclairage fondamental sur la question toujours brûlante des rapports entre richesse et pauvreté, pouvoir et argent.

  • Orthodoxie

    Gilbert Keith Chesterton

    • Climats
    • 17 Mars 2010

    Histoire d'une âme, « autobiographie débraillée », cet essai inclassable n'a d'autre prédécesseur que son livre-frère, Hérétiques, paru trois ans plus tôt.
    Découvert par Paul Claudel, qui en traduisit l'un des chapitres, célébré par Charles Péguy, Orthodoxie est un livre touffu, foisonnant d'images et d'idées, dans lequel Chesterton expose la vigueur de sa foi à coups de paradoxes et de fantaisies. Car le christianisme excentrique de Chesterton est une quête qui conduit à l'émerveillement de l'enfance, c'est-à-dire au royaume des fées. Dénonçant l'injustice capitaliste, les thèses matérialistes et déterministes (à commencer par la théorie de l'évolution), Chesterton leur oppose une faculté irréductible de l'homme, qu'aucune machine ne pourra jamais remplacer : son rire et sa joie.

  • L'Europe de la paix peut-elle être un lieu vide de toute spiritualité ? Loin de la fausse querelle sur ses " racines chrétiennes ", l'un des grands théologiens d'aujourd'hui montre comment le Vieux Continent a besoin d'un christianisme réinventé pour trouver une nouvelle jeunesse. Dans ses discours devant le Parlement européen et le Conseil de l'Europe, le pape François n'a pas hésité à esquisser l'image d'une Europe blessée, qui traverse une profonde crise de confiance et d'espérance. Le christianisme est, lui aussi, concerné par cette crise : sa force d'inspiration semble être affaiblie.
    Comme l'Europe, il se trouve devant l'alternative : dissolution ou réforme. Christoph Theobald relève ce défi, le prenant pour point de départ d'une traduction contemporaine du croire, espérer et aimer, offert par la tradition biblique et chrétienne. Il se laisse guider par la question : comment témoigner aujourd'hui d'une espérance commune et comment laisser advenir une confiance mutuelle ? Ses réflexions le conduisent à comprendre l'être chrétien comme une manière de vivre selon une sainte hospitalité, susceptible de produire de la confiance, d'engendrer de l'espérance et d'offrir à une Europe blessée une nouvelle force de vie.

  • Dans ce récit très personnel sur sa propre genèse spirituelle, le fondateur de Sant' Eggidio raconte la rencontre entre le patriarche Athénagoras et Olivier Clément et l'importance de leurs dialogues pour l'esprit de Vatican II.
    1968 Au coeur de l'ancienne Constantinople, la " seconde Rome ", aujourd'hui Istanbul, le professeur Olivier Clément va au-devant du patriarche Athénagoras. Le plus créatif des théologiens orthodoxes rencontre le plus libre primat qu'a jamais connu l'orthodoxie. En sortiront des Dialogues promis à un retentissement universel. Au même moment, à la périphérie de la " première Rome ", à deux pas du Vatican, Andrea Riccardi fonde la communauté de Sant'Egidio, appelée à redynamiser le catholicisme au nom de la catholicité. L'amitié qui liera bientôt les deux théologiens et intellectuels, le Français et l'Italien, illustrera l'esprit de charité recouvré entre l'Orient et l'Occident chrétien.
    Explorant les carnets inédits d'Olivier Clément, Andrea Riccardi éclaire les défis de demain à la lumière des intuitions d'hier. Qu'il s'agisse des mouvements oecuméniques ou interreligieux, de la tradition et de la sécularisation, de la prédication et du martyre, de la mondialisation et des cultures, des guerres et de la paix, ce plaidoyer, à rebours de la tentation identitaire, montre comment, en se conformant à l'évangile de la liberté, la foi ne fait que commencer.
    Un rendez-vous avec un triple témoignage vivant à ne pas manquer.

  • Matrice occultée à la source des Amants de Byzance, ce roman publié deux ans après la mort de Mika Waltari, composé dès les années cinquante, a été comparé à sa sortie à L'OEuvre au Noir de Marguerite Yourcenar. Au XVe siècle, Johannes, jeune théologien malmené par la brutalité de son temps, tenaillé entre la chair et l'esprit, entre l'Orient et l'Occident, s'engage dans l'armée chrétienne qui veut sauver Byzance des Turcs. Tombé entre les mains du sultan ennemi, puis entre celles de son fils, futur conquérant de Constantinople, le jeune homme est le témoin de la fin d'un monde, tandis que s'annonce une ère nouvelle assujettie à une violence jusqu'alors inconnue...

    « Un roman historique au sommet du genre. » Jean-Maurice de Montremy. Lire.

    Né le 19 septembre 1908 à Helsinki, fils d'un pasteur luthérien et formé à la théologie, Mika Waltari est l'auteur de romans, nouvelles, pièces de théâtre et scénarios. Il fut aussi traducteur et écrivit des centaines d'articles pour les journaux. Traduit en quarante langues, il est l'écrivain le plus prolifique et le plus célèbre de la littérature finlandaise. Il est par ailleurs considéré par le quotidien Le Monde comme « le maître absolu du roman historique », genre dans lequel il développe un pessimisme teinté de mélancolie. Érudit scrupuleux habité par un étrange esprit d'insoumission - on l'a souvent comparé à Marguerite Yourcenar -, il avoua n'avoir exploré les méandres du passé que pour pouvoir éclairer, avec un maximum de distance désillusionnée, les incompréhensibles soubresauts de l'aventure humaine - et particulièrement ceux de son siècle. Mika Waltari publia en 1945 Sinouhé l'Égyptien, vaste fresque épique ayant la Méditerranée antique pour arrière-plan. Il est mort le 26 août 1979.

  • Jésus le premier a montré la voie de l'accompagnement spirituel. Dans l'Évangile, on le voit rejoindre son interlocuteur au point même où il en est de son chemin vers le Père, de son désir de Dieu. De là, il lui permet d'accomplir un pas de plus.
    Ce chemin est long et passe par des étapes spirituelles différentes. À partir des récits évangéliques, Franz Jalics en distingue quatre, qui se reconnaissent à des comportements et des formes de prière spécifiques. La première réponse à l'appel du Seigneur consiste à suivre les commandements donnés dans l'Écriture. La spiritualité de la mission en découle alors. Mais rien ne peut se faire sans un approfondissement de notre ancrage en Jésus Christ : le contempler dans le silence est le préalable à l'unification à Dieu, vers laquelle nous oriente notre condition de baptisés.
    À chaque stade de cet itinéraire escarpé, l'auteur donne de précieux conseils aux accompagnateurs spirituels pour imiter Jésus dans leur vocation à conduire celui qu'ils accompagnent vers Dieu notre Père. Il offre en outre à tout lecteur des moyens pour laisser Jésus occuper une place de plus en plus centrale dans sa vie, de la méditation des textes évangéliques à l'abandon dans la prière contemplative.


  • L'histoire de la vie de Jésus que nous connaissons tous ne fut peut-être pas seulement celle de l'avènement d'une nouvelle religion. Le royaume des cieux étant aussi terrestre, l'épopée du Christ fut tout autant mystique que politique, marquée par le conflit pour l'accession au trône du royaume de Judée et la lutte contre l'occupant romain.
    C'est cette version controversée, qui marie christianisme et paganisme, que nous propose le grand écrivain Robert Graves dans ce roman historique et érudit où la relecture des grands mythes originels s'unit au climat des tragédies antiques pour nous offrir une expérience littéraire unique.

    Robert Graves (1895-1985) était un poète et romancier Britannique. Après avoir combattu sur le front de la Première Guerre mondiale, il vécut jusqu'à sa mort à Majorque. Il connut le succès avec sa trilogie romanesque sur l'Empire romain Moi, Claude, empereur et son récit Les Mythes Grecs.

    Traduit par Claude Seban

  • Qui était Maître Eckhart ? Pourquoi sa prédication et son enseignement résonnèrent-ils si puissamment et suscitèrent-ils tant de controverses ? Quel était le rapport entre Eckhart " maître de savoir " (lesemeister) et Eckhart " maître de vie " (lebemeiste


  • « Ne te soucie pas de demain, vis l'instant présent ! »

    C'est dans une étonnante proximité de pensée que Jésus et Bouddha ont formulé cette maxime qui encourage comme elle questionne. Elle encourage à avoir confiance en la vie et en sa générosité. Elle questionne l'homme trop agité, centré sur soi, ses besoins et ses manques, en quête d'un bonheur qu'il a tendance à projeter très loin hors de soi. En (se) projetant ainsi, ne court-il pas le risque de passer à côté de sa « vraie vie » ?
    Cette maxime figure au coeur du Sermon sur la montagne, texte fondateur du christianisme, où Jésus appelle à renoncer à l'égoïsme, à l'esprit de concurrence, pour cultiver la confiance, l'amour et la paix.
    Le présent livre propose une lecture bouddhiste du sermon, en vue de montrer que les préceptes du Christ visent, bien au-delà d'un code moral abstrait et tout comme ceux du Bouddha, à une transformation libératrice de la pensée et de l'action de l'homme, à même de lui donner accès à sa nature profonde et à le libérer de ses souffrances.
    Au fil de l'analyse, il apparaît que Jésus comme Bouddha entendent nous guider vers notre source intérieure par l'expérience et la pratique personnelles plus que par le culte et les rituels. Leur projet commun est notre salut ici et maintenant !
    « La tradition bouddhiste appelle pleine conscience l'attitude préconisée par Jésus.» - Katharina Ceming
    Katharina Ceming, née en 1970, enseigne la théologie fondamentale à la faculté de Théologie catholique de l'université d'Augsbourg, en Allemagne. Spécialiste de la mystique et des enseignements chrétiens et bouddhistes, elle est l'auteure de nombreuses publications et s'est fait connaître notamment par son ouvrage sur les Évangiles apocryphes.

empty