Le Verger éditeur

  • Nous sommes aux premières années de l'ascension de Charles Martel, grand-père de Charlemagne, au temps des rois francs chevelus et de la christianisation de l'Europe. C'est une époque de saints et de nobles brigands, de foi et de sauvagerie, d'où émergera bientôt un empire et une nouvelle civilisation.
    À l'ombre du monastère que vient de fonder sainte Odile, la découverte d'un corps, rendu par les eaux boueuses du Rhin, va lancer sur les routes un jeune homme blessé, une jeune fille audacieuse et un vieux moine attentif.

    Entre quête initiatique et roman policier, Pierre Marchant nous emmène avec délicatesse et un art maîtrisé du suspense dans une époque excessive, en dureté comme en amour.

  • Le responsable de la sécurité de la centrale nucléaire d'Arschenheim a été enlevé. L'affaire est d'importance : l'homme détient les codes et modes d'accès à un site stratégique qui, bien qu'en voie de démantèlement, demeure extrêmement dangereux. Et on attend à Colmar un regroupement de chefs d'État.
    Cependant, alors que les autorités ont réussi à maintenir le secret sur la situation, ils reçoivent une quinzaine de revendications différentes, toutes plus fantaisistes que les autres.
    Ce n'est certainement pas pour autant une blague de potache, et le capitaine Schneckenbein, vieux flic d'expérience de la PJ de Strasbourg, se voit confier l'affaire en duo avec le lieutenant Glickel, une « petite nouvelle ».

    Un polar drôle, des personnages attachants, une enquête pleine de rebondissements, dans les milieux écolos, altermondialistes... ou très traditionnels.

  • Juillet 1928. Le détective Jules Meyer, qui entre deux enquêtes corrige les épreuves des Neueste Nachrichten de Strasbourg, est intrigué par un sombre faits-divers. Une jeune fille de dix-sept ans s'est jetée du haut de la tour du Climont, dans les Vosges.
    Dès le lendemain, le père de la jeune fille arrive dans le bureau du détective. Pour lui, sa fille ne peut s'être suicidée. Elle a été assassinée.
    Est-ce le déni d'un père ravagé par le chagrin ? Ou le meurtre d'un tueur particulièrement sournois ? Aucune des deux hypothèses ne peut raisonnablement être écartée sans enquête : Jules accepte cette nouvelle affaire.

    Au fil de nombreux rebondissements et retournements de situation, Jules devra jouer de toute sa sagacité face à un adversaire machiavélique et sans pitié.

  • Meurtres païens

    Max Genève

    L'an 2000 a vingt ans. C'était une période agitée. En Europe, la prise de conscience écologique cohabitait avec les premiers grands succès électoraux de l'extrême-droite. En Alsace commençait le projet Stocamine, pour ensevelir des déchets dangereux sous terre, dans les anciennes mines de potasse. Et partout, les sectes les plus étranges annonçaient une sorte de fin du monde. Rien d'étonnant alors que le détective Simon Rose, venu simplement dédicacer un livre à Strasbourg, ait été rapidement mêlé aux crimes violents d'une secte extrémiste internationale. Du bassin potassique au mur païen, de Strasbourg à Mulhouse, Simon Rose a frôlé la mort, avancé de crime en crime, démêlé le vrai du faux, et partagé cette aventure aux multiples rebondissements avec la belle et énigmatique Delphine.
    Un polar de l'an 2000 qui n'a pas pris une ride.

  • Quelque part en Alsace, en 1967. Un chauffard jette une femme sur le bord de la route et l'abat d'une balle dans la tête. Contre toute attente, recueillie par une joyeuse bande de marginaux, elle survit, non sans séquelle pour sa mémoire.
    Pour l'inspecteur général Cédric Mann, l'énigme de cette miraculée sans identité s'annonce complexe. Pour quelle raison a-t-on voulu l'abattre ? À quel milieu est-elle liée ?
    Mais un mystère ne vient jamais seul, et très rapidement les incendies se multiplient à travers Strasbourg. La ville est manifestement la proie d'un pyromane méthodique.
    L'inspecteur et son équipe vont avoir fort à faire...

    Après Meurtre aux Arts déco, la première enquête de Cédric Mann, Emmanuel Honegger mêle avec jubilation la tendresse, l'excentricité artistique et le grondement des flammes, pour notre plus grand bonheur.

  • Mars 1847. Floréal Krattz, qui se remet de la traque du redoutable Cogneur, se réjouit de retrouver, à son Casino littéraire, son vieil ami Thomas, devenu instituteur à Bellefontaine, dans les Vosges.
    Thomas a le projet d'écrire un roman historique dont l'action se déroule en 1814, après la désastreuse campagne de Russie. À cette époque les armées hostiles à Napoléon ont passé le Rhin et des Cosaques errent dans les vallées vosgiennes.
    Le roman de Thomas est basé sur une histoire vraie qu'il a recueillie à Bellefontaine. Il invite Floréal à y passer quelques jours avec lui, sur les traces de ce drame ancien.
    Ce séjour sera mouvementé. Les braises couvent toujours sous la cendre...
    Après Les mystères de Strasbourg et Le cadavre dans le canal, Floréal Krattz nous entraîne une nouvelle fois dans le XIXe siècle rhénan haut en couleur, avec toute la finesse de plume de François Hoff.

  • Quel est ce mystérieux géant vert qui s'est introduit dans une riche villa du quartier du Conseil de XV, à Strasbourg ?
    Pourquoi a-t-il assassiné l'énigmatique financier Joachim Thaler et sa compagne ?
    Faut-il mettre en cause la famille du financier ? Creuser ses relations professionnelles ? Ou chercher au coeur de la Cité Rotterdam, qui s'oppose si crûment au luxe des villas avoisinantes ?

    La journaliste Ira Hope enquête sur l'affaire, ainsi que le policier Landrini, passé commandant. C'est un monde en crise qu'ils découvrent, des familles désunies, des individus déboussolés qui ne voient pas d'autre issue que la fuite en avant, la violence, ou le séparatisme.

  • « Mademoiselle Wilhelmina Pierron, institutrice, se rendait à l'école Saint-Thomas, rue des Cordonniers, au petit matin, en longeant le bras de l'Ill sur le chemin de halage.
    En passant sous le pont Saint-Martin, il lui sembla apercevoir, dans l'eau, sortant d'un bouquet d'algues, « à un pied de la berge, quelque chose comme une main ». Elle poussa un cri, mais nul ne l'entendit, car elle était seule. En arrivant à son école, elle informa sa directrice, qui haussa les épaules. »
    En cet hiver 1846, Floréal Krattz, le héros (malgré lui) des Mystères de Strasbourg, va devoir reprendre du service. Pris en étau entre Mina l'institutrice et le commissaire Engelberger, le jeune pion du collège royal va se faire correcteur d'imprimerie pour enquêter sur l'assassinat d'Alphonse Decker, imprimeur d'almanachs. Est-ce un vol commis par des tortionnaires sans vergogne ? Un règlement de compte lié à ce trafic d'almanachs ? Ou, pire encore, cette affaire annonce-t-elle le retour du "Cogneur", ce malfrat de l'ombre qui avait mis sous sa coupe toute la pègre de Strasbourg ?

  • Juillet 2035.
    L'Office départemental du tourisme d'Alsace-Unie organise une randonnée de deux semaines du nord au sud des Vosges : « quinze journées enchanteresses à la découverte du patrimoine naturel et culturel des légendaires montagnes alsaciennes, une randonnée à la fois sportive, culturelle et gastronomique ».
    Dès le départ, les participants de cette belle excursion s'observent, se guettent, s'épient. Plus encore, quand un premier accident emporte l'un d'entre eux. Et quand les décès se multiplient, tout le monde devient extrêmement suspect...
    Entre politique-fiction et personnages rocambolesques, Florence Hugodot nous offre une randonnée littéraire pleine d'humour, de suspens et de second degré.

  • Elle s'appelait Asfaneh et elle débarquait de Téhéran avec une seule idée en tête : faucher le trésor de guerre de son oncle.
    Facile... sauf qu'avant de faire le rentier à Nice, le tonton faisait boucher en Iran pour le compte de sa majesté le Shah et que c'était pas du pognon qu'il planquait sous son bureau...

    Patrick Raynal a été le directeur de la Série Noire.

  • Pourquoi Guillaume II s'est-il pris de passion pour cette vaste ruine qu'est le château du Haut-Koenigsbourg, pourquoi s'acharne-t-il à la relever et pourquoi, depuis que le bâtiment a été inauguré, y reçoit-il secrètement son état-major ?
    Depuis sa victoire finale sur Moriarty, Sherlock Holmes s'était éloigné du crime et de ses mystères. Mais cette affaire autour de la forteresse va l'obliger à reprendre du service.
    Voilà donc le détective le plus célèbre de tous les temps qui débarque en Alsace. Qu'est-ce qui se trame entre l'empereur, l'architecte, le chapelier, le nonce apostolique et la jolie archéologue ? Dans ce territoire devenu un véritable échiquier diplomatique et militaire, qui est un ami, qui est un espion ? Élémentaire ? Pas tant que ça, mon cher Watson...

  • En ce mois de mai 1921, le jeune Jules Meyer a réalisé son rêve : il a fondé sa petite agence de détective à Strasbourg.
    Quand on lui propose d'enquêter sur des cambriolages étranges dans la vallée de Munster, sur le flanc alsacien des Vosges, il ignore encore qu'il va y croiser la route d'une bête sanguinaire...
    Le loup, disparu d'Alsace en 1908, y serait-il revenu ? Dans cette affaire qui va le mener de l'agitation strasbourgeoise aux paisibles lacs vosgiens, et lui faire arpenter une vallée meurtrie par la Première guerre mondiale, Jules va devoir user de toute sa sagacité pour démêler le vrai du faux.
    Il sera aidé par un nouvel ami, un tout jeune militaire en garnison à Strasbourg où il apprend à piloter un avion. Un jeune homme original et séduisant.
    Un certain Antoine de Saint-Exupéry.

  • Hiver 1899.
    Sherlock Holmes et le docteur Watson reçoivent un appel au secours. À Saverne, en Alsace, dans les ruines du château du Haut-Barr, un frère et une soeur sont morts tous les deux, à quinze jours d'intervalle, de la même étonnante manière. Ils sont tombés de la passerelle qui relie deux rochers dans la haute ruine, qu'on appelle le Pont du Diable. Une mystérieuse lettre anonyme affirme qu'ils ont été assassinés.
    Holmes et Watson ne sont pas au bout de leurs surprises. Leur enquête dans la cité alsacienne va les amener à croiser un mystérieux chevalier d'opérette, un séducteur invétéré, un aubergiste plein de ressources, un cordonnier irascible, un industriel, une couturière...
    Les intrigues se multiplient à l'ombre du Pont du Diable pour la plus grande joie du détective, qui prend un évident plaisir à les démêler.

  • Le jour où son client d'un soir meurt dans ses bras, Rolande est condamnée à mort par l'organisation qui a fait d'elle une call-girl... Mais qui se cache derrière cette "Organisation" ?
    Traquée par les tueurs, elle doit laisser derrière elle sa petite fille de six ans, Sylvie. L'enfant et son petit chien deviennent l'enjeu d'une chasse implacable. Les cadavres s'accumulent...

    Un thriller brillant, entre victimes innocentes et flics bourrus, qui nous replonge dans le Strasbourg des années 80.

    « Un autre mérite du roman, et qui n'est pas le moindre : l'humanisme de son auteur. Chaque personnage a sa biographie, parfois tracée en quelques mots ; bon ou méchant, flic ou voyou, chacun a droit à un portrait nuancé, qualités et défauts, souffrances secrètes, ratages, rêves et regrets... Et l'on n'oubliera pas la lumineuse figure de Sylvie et son petit chien Tarzan. » - François Hoff (extrait de l'introduction)

    Publié pour la première fois en 1982, Morte fontaine a été porté au cinéma en 1989 avec notamment Clémentine Célarié.


  • Hunkeler : la série policière la plus lue dans le monde germanophone !



    Dans cet opus, le commissaire Peter Hunkeler enquête sur un meurtre en apparence crapuleux dans les faubourgs de Bâle. Le jour de l'an, un homme est abattu, puis suspendu à un croc de boucher aux solives de son cabanon de jardin, comme un quartier de viande. Au fur et à mesure de l'enquête, la personnalité de la victime se précise. Son passé se révèle même extrêmement noir.
    L'inspecteur Hunkeler est un personnage célèbre en Suisse et en Allemagne. Ses enquêtes figurent régulièrement dans les listes de best-sellers outre-Rhin.
    Hunkeler et l'affaire Livius a été porté à l'écran avec Mathias Gnädinger dans le rôle de l'inspecteur Hunkeler. C'est la première fois que HJ Schneider, le "Simenon suisse" est traduit en français.

  • Soigneuse dans le parc zoologique de Mulhouse, Sonja a vu sa vie détruite par un terrible coup du sort. Elle décide quinze ans après de se venger en incarnant un destin implacable. Car ce n'est pas elle qui choisit de tuer des innocents mais le hasard lui-même à travers les numéros gagnants du loto. Elle va croiser la route d'un jeune commissaire de police dont la vie va se mettre à vaciller.
    «La mort est un jeu de hasard» est un roman noir et à suspense. C'est une histoire cruelle et sombre qui explore les zones d'ombre de l'âme humaine. La question n'y est pas qui a tué qui ? Mais qui va tuer qui ?


  • Un policier historique à suspense, que vous ne quitterez plus avant la dernière page.

    1682 : la République de Strasbourg vient de déposer les armes aux pieds du Roi Soleil. Elle lui livre l'Alsace : une région dévastée par les guerres et les disettes depuis plus d'un siècle, ce "pays des cendres" arraché au Saint-Empire Romain Germanique.
    Dans la petite seigneurie de Barr, Armand Bertaut, chevalier de France et officier du roi, assiste à la découverte du corps sans vie d'un forestier.
    À qui profite le meurtre de cet homme ? Qui est Franz Müller, ce négociant brutal qui ne quitte plus Margarete, l'ancienne compagne du mort ? Que vient faire ce jeune pasteur arrivé de la lointaine Mulhouse ?
    Le chevalier Bertaut aurait eu raison de s'en aller à temps. Mais, pris au piège par la beauté de Margarete, il ne peut désormais plus échapper à l'issue mortelle vers laquelle l'entraîne cette histoire... où il perdra presque tout.
    « Tous les ingrédients d'un bon polar, sans ordinateur, téléphone portable et police scientifique sont réunis : crime, mystère, vengeance, amour et haine » (Dernières Nouvelles d'Alsace)
    « L'écheveau de cette énigme se déroulera patiemment et intelligemment jusqu'aux dernières pages, laissant, à la manière d'Agatha Christie, le champ libre à tous les possibles » (Revue Alsacienne de Littérature)

  • En compagnie du Capitaine Meister, dit le "Cow-Boy", Claude Lemmy, Conseiller Principal d'Education, accourt à Mulhouse, au secours de son ex-femme, Lisa, qui a reçu d'étranges menaces.
    Dès leur arrivée, ils sont confrontés à une mystérieuse série de cadavres qui jalonnent les musées de la ville. Quels liens autres que fortuits y a-t-il entre le cheminot mort sur les rails du Musée du Chemin de Fer, la femme électrocutée à Electropolis, la SDF du Musée du Papier Peint ?.... Et la liste n'est pas terminée. Qui est ce criminel aussi odieux que génial ? Quels sont ses mobiles ? Toute la police de Mulhouse, capitale européenne des musées techniques, est sur les dents. D'autant qu'on est à la veille de l'ouverture du 7e Festival Automobile et qu'on attend de voir défiler la Rolls de Lénine.

  • Vendredi 2 octobre 1846. Minuit.

    « J'allais souffler ma chandelle et me coucher. J'ai jeté un dernier regard par la fenêtre avant de la fermer. La lumière lointaine brillait toujours. La jeune fille a réapparu.

    Elle se protège le visage du bras gauche, et tend l'autre en avant. Elle recule. Un homme surgit à gauche, noir, le bras levé. Il lui prend le poignet d'une main. Il lève l'autre bras. Un éclair d'acier. Une sorte de couperet. Il la frappe sur le bras ; la lame se relève, sanglante, puis s'abat sur la tête. La lampe tombe et s'éteint. La nuit.

    J'en suis atterré. Je ne rêve pas, mais je suis dans un cauchemar. Que puis-je y faire ? À cette heure ? »

    Floréal Krattz, le doux poète, devient enquêteur malgré lui, à la poursuite d'un tueur fou. Le commissaire Engelberger, Théophile le carabin, Massiot le détective, Helmuth l'ancien bagnard et sa compagne Barbara lui offrent leur aide.

    Ce thriller historique nous replonge avec brio dans les bas-fonds du Strasbourg du XIXe siècle. Un hommage aux grands romans de crime et de mystère de cette période fameuse, à Balzac, Sue, Féval, Dumas...

  • Que se passe-t-il quand un privé très conservateur est embauché par une sorcière ? Suspens et humour garantis !
    Nicolas Talberg est détective privé à Strasbourg. Il aime le whisky et les jolies femmes, partage le lit de sa secrétaire et semble tout droit sorti d'un roman de Chandler.
    Un vendredi soir, il est engagé par une cliente particulière : une vieille dame qui sait tout de lui, et se présente comme... une sorcière ! Pour 1000 euros par jour (plus les frais), elle le lance à la poursuite des assassins d'un certain Thaddée Misowski.
    Sa cliente l'a-t-elle envoûté ? Cette enquête de plus en plus risquée va le mener d'une secte d'illuminés jusqu'aux abattoirs chevalins du nord de Strasbourg. Autour de lui, les meurtres s'accumulent, les mystères s'épaississent, les menaces de mort deviennent pressantes et de curieuses douleurs le prennent dès qu'il s'éloigne de son devoir.

    Ce polar efficace mêle une intrigue bien menée, une galerie de personnages étonnants et un féroce sens de l'humour.
    Il vous ensorcellera !

  • Juliette Witzel quitte Paris après une rupture sentimentale. De retour en Alsace, la jeune détective privée retrouve rapidement un travail dans une agence strasbourgeoise.
    On lui confie l'enquête sur la disparition d'Olympe Adler, prof de lettres à la retraite, qui s'est littéralement évaporée dans la nature.
    Juliette s'installe au domicile de l'enseignante et commence à fouiller sa vie apparemment respectable et rangée. De découverte en découverte, elle soulèvera beaucoup plus de questions que de réponses...

    La part d'ombre des Lumières est un court roman dont l'apparente légèreté permet à Sylvie de Mathuisieulx d'explorer les dessous des dérives sectaires, le respect de la femme, l'éducation, la justice privée...

  • Le commissaire Yacine Belkala - que ses collègues appellent toujours "Pénélope" - enquête avec ses adjoints Bernard et Bérangère sur la disparition d'une jeune femme quand leur hiérarchie les interrompt pour une mission ultra prioritaire : des indics fiables ont annoncé que deux caïds de la pègre lyonnaise ont pris la route de Strasbourg pour une raison inconnue. L'objectif de Pénélope et de ses "Berbères" : découvrir ce qu'ils sont venus faire dans la capitale européenne, et bien entendu les en empêcher.
    Contrariés de devoir abandonner leur travail en cours, le commissaire et son équipe doivent chaperonner deux malabars dangereux et armés qui semblent passer toutes leurs journées dans les nombreux musées de la ville entre deux repas au Mac-Do.

    C'est le point de départ de cette nouvelle aventure de Pénélope, où Joël Henry nous régale de situations drôles et décalées, de personnages attachants, et de son sens aigu de l'observation. Sans perdre le rythme du polar, il alterne légèreté et gravité, et pointe du doigt nos petits et grands travers.

  • Cordes sensibles

    Max Genève

    La violoniste américaine Nelly Tielmann vient de se faire voler son stradivarius, un instrument historique de 1724, d'une valeur inestimable, baptisé le Sarasate. Parce qu'elle ne fait pas plus confiance à la police qu'à ses proches, la belle virtuose fait appel au détective Simon Rose.
    Pour Rose, qui vient de perdre sa mère, commence une enquête mouvementée qui va le mener de Bâle à Mulhouse, de Zurich à Paris.
    Instrument de vengeance, de deuil, d'argent, d'amour, le Sarasate va jouer des cordes les plus sensibles, et semer bien des cadavres et des regrets...

  • Comment naît un serial killer ? Comment un homme à qui tout semble réussir peut-il d'un coup sombrer dans une folie assassine ?
    Quand le passé de Petit-Zob, qu'il pensait révolu, resurgit soudainement devant lui, tout bascule.
    Pour l'inspecteur Alex Troudunowicz, cette affaire va devenir un poison. Car ce serial killer qui laisse sans complexe traîner empreintes et ADN se révèle insaisissable. Et aussi parce que le nouveau commissaire principal, un apprenti politicien complètement ridicule, est un véritable abruti.
    De son enfance extraordinairement sordide à sa cavale meurtrière, l'histoire de Petit-Zob fait froid dans le dos...

empty