Publie.net

  • Il y a ces récits qu'on croise dans l'enfance comme des nuits ouvertes.
    On y revient. On a l'impression d'entrer dans un jardin ou une maison où on reconnaît tout d'avance et pourtant : elle est où, la trappe à mystère ?
    Peut-être simplement tient-elle à la ville. Andersen, le voyageur, les connaissait toutes. Alors il amplifie la nuit de Copenhague en y insérant tous les mystères de Londres ou de Paris.
    Et la magie tient en bonne partie à cet objet si humble, ces chaussures pour la pluie, qu'on laisse à l'entrée des maisons - symbole même de ce qui circule dans la ville, et l'anonymat dès que franchie la porte.
    Reste le trouble : le souhait à volonté existe de tout temps dans l'univers fantastique du conte.
    Andersen le détourne - par la ville, par les humbles qui la font.
    Et dites aussi qu'on y serait indifférent, à cette école du bonheur ?
    FB


  • Pour qui d'entre nous la figure de Hans Christian Andersen n'est-elle pas le signe même de l'initiation au merveilleux ?
    On pleure et on rêve, on rit aussi (le petit Claus et le grand Claus), on le suit dans d'improbables labyrinthes (les épreuves de Poucette ou de l'héroïne des Cygnes sauvages).
    Mais Andersen, ce grand arpenteur de l'Europe littéraire, empoigne d'abord son coin de mer et de brouillard pour en faire son château d'imaginaire. La petite Sirène, bien sûr, mais il lui suffit d'une console de marbre avec quelques figurines de porcelaine (la Bergère et le Ramoneur).
    Il aurait été grand, immense, avec ces trésors qu'il nous abandonne, en si belle osmose avec la langue d'un de leurs premiers traducteurs, en 1876 - langue belle et fluide, noble et précise. On l'oublie, l'histoire file.
    Mais Andersen est aussi un manieur d'humanité : capable de l'embrasser à pleins bras en 10 pages, et de tout extorquer de notre destin dans sa plus haute dureté, ou son tragique - parce que même ici fait de rêve. Et c'est pour cela que ces neuf contes, qu'on relira à chaque étape de sa vie, se rassemblent derrière La petite Fille aux allumettes.
    FB

empty