L'Atalante

  • Cette fois, c'est la fin. Les courants du Flux, qui relient les systèmes stellaires de l'Interdépendance, s'effondrent les uns après les autres. Il n'est plus question de douter de la réalité du problème, aussi les riches et les puissants se trouvent-ils contraints de changer leur fusil d'épaule : au lieu de se réfugier dans le déni, ils font feu de tout bois pour sauver ce qui peut l'être et se réfugier au Bout, la seule planète habitable de l'empire, en abandonnant le bas peuple à une mort lente dans ses stations artificielles.
    Le premier roman de « L'Interdépendance », L'Effondrement de l'empire, a reçu en 2018 le prix Locus de meilleur roman de science-fiction et a été finaliste du prix Hugo.

  • L'Interdépendance : un empire de quarante-huit systèmes stellaires presque tous inhospitaliers, où l'humanité s'est implantée et dont la survie repose sur une étroite collaboration.
    L'Interdépendance : un millénaire de règne des grandes familles marchandes, dont la première occupe le trône de l'emperox.
    L'Interdépendance : le réseau des courants du Flux, seul moyen de voyager plus vite que la lumière, unique lien des mondes de l'empire entre eux.
    Le Flux est éternel mais il n'est pas statique. S'il se déplaçait, réduisant les colonies à l'isolement, l'humanité serait au bord du gouffre.
    Un jeune scientifique, une commandante de vaisseau spatial et la toute nouvelle emperox devront affronter la catastrophe annoncée.

    « L'Interdépendance » : le nouveau space opera de John Scalzi, dont L'Effondrement de l'empire est le premier livre.
    Il a reçu en 2018 le prix Locus de meilleur roman de science-fiction et a été finaliste du prix Hugo.

  • C'était donc vrai : un premier courant du Flux vient de s'effondrer ; d'autres suivront.
    Ces couloirs de voyage interstellaire qui irriguent l'Interdépendance, l'empire de l'humanité, sont appelés à disparaître l'un après l'autre, entraînant la sclérose et la mort des colonies humaines isolées, privées de ressources.
    Passe qu'il reste des sceptiques pour ergoter, mais les dignitaires aux dents longues des grandes maisons commerciales trouvent là encore matière à comploter, et ce ne sont ni l'assassinat ni la guerre civile qui les arrêteront dans leur soif de pouvoir.
    Dans ce contexte, la jeune emperox Griselda II paraît bien vulnérable. Qui est l'ami, qui l'ennemi ?
    Mais à Machiavel Machiavel et demie...
    Au demeurant, il y a une lueur dans le tunnel : des courants du Flux fermés depuis longtemps commenceraient à réapparaître.
    Une expédition s'impose qui pourrait valoir aux hardis aventuriers de stupéfiantes révélations sur l'histoire de l'humanité dans les étoiles avant l'Interdépendance.
    Le premier roman de « L'Interdépendance », L'Effondrement de l'empire, a reçu en 2018 le prix Locus de meilleur roman de science-fiction et a été finaliste du prix Hugo.

  • La voie des furies

    David Weber

    « Tu es en train de mourir, murmura la voix, et j'en ai appris davantage sur la mort que je n'aurais cru possible. Alors dis-moi... es-tu sérieuse ? Serais-tu réellement prête à tout donner pour te venger ?
    - Tout ! hoqueta Alicia.
    - Pèse bien le pour et le contre, petite. Je peux t'offrir ce que tu veux... mais le prix en sera... toi-même. Es-tu disposée à payer aussi cher ? »
    Ainsi le capitaine Alicia DeVries, du Cadre impérial, survit contre toute raison à la destruction de son monde natal et au massacre de sa famille au cours du raid de mystérieux pirates. Et elle ne vivra plus que pour la vengeance.
    Mais qui l'a sauvée ? Pour quelle rétribution ? Dans la longue quête qui doit la mener aux têtes pensantes d'un gigantesque complot contre l'Empire, mise au ban de la Flotte, confrontée à des trafiquants de tout poil, Alicia découvrira ce qu'il en coûte d'emprunter la voie des Furies.

    Un roman complet de David Weber, l'auteur de la saga d'Honor Harrington.

  • Figé dans un immobilisme séculaire derrière sa Grande Muraille, voici l'impénétrable empire agatéen d'Aurient. La tourmente va le saisir par l'effet d'un petit livre révolutionnaire : Ce que j'ai fait pendant mes vacances. Que s'unissent les travailleurs, qui n'ont rien à perdre que leurs buffles d'eau ! Et, tandis que les seigneurs de la guerre s'affrontent pour le pouvoir, l'Armée rouge se dresse (moyenne d'âge : 8 ans), guidée par le Grand Mage Rincevent (vous avez bien lu), de retour en tête d'affiche. Mais la Horde d'Argent s'approche de la Cité interdite où réside l'empereur ; six héros cacochymes, dont un en fauteuil roulant, sous la conduite de Cohen le Barbare (90 ans bien sonnés, 1,50 m avec les semelles orthopédiques). L'affrontement est inévitable.

  • « Je te vois, Traquemort. Tu auras beau te débattre, la destinée te tient entre ses griffes. Tu abattras un empire et tu verras la fin de ce en quoi tu crois, tout cela pour un amour que tu ne connaîtras jamais. Au dernier jour, tu mourras seul, loin de tout secours, loin de tes amis. » Depuis sa capitale de Golgotha, l'impératrice Lionnepierre, « la Garce de fer », fait ployer sous son joug l'empire interstellaire des hommes. Du plus humble de ses sujets jusqu'aux maîtres des grandes familles, tous redoutent ses décrets. Ainsi commence la saga d'Owen Traquemort : son fief lui est ôté, sa vie est mise à prix, son nom même est proscrit. Et lui, davantage porté vers l'étude et les plaisirs que la vie politique d'un grand seigneur, doit s'enfuir vers Brumonde, seule planète rebelle à la loi de l'Empire. C'est là, en compagnie de hors-la-loi et d'exclus, qu'il fera le premier pas vers la destinée qui lui est promise depuis toujours. Premier roman traduit de Simon Green, TRAQUEMORT est un grand opéra de l'espace, roman d'aventures, de cape et d'épée, où tous les thèmes de la science-fiction s'entrecroisent en un cocktail éblouissant.

  • L'Empire se putréfie. Depuis le Trône de Fer, entourée d'une aristocratie dépravée, Lionnepierre XIV gouverne mille planètes où règnent l'arbitraire, l'injustice et la corruption. Les temps sont mûrs pour la rébellion, et nombreux en seront les acteurs. Tandis que la résistance clandestine des parias de la société impériale se renforce dans les souterrains de la capitale Golgotha, une alliance hétéroclite scellée sur un monde lointain se prépare à frapper. À sa tête, désormais figure emblématique, héros malgré lui, Owen Traquemort le proscrit et ses compagnons d'aventure, irrémédiablement changés depuis qu'ils ont traversé le Labyrinthe de la folie. Leur objectif : aller de monde en monde organiser la révolte et saper les forces de l'Empire. Mais la route est longue vers la liberté, et d'autres menaces guettent l'humanité, des IA malveillantes de Shub aux agressions d'extraterrestres surgis d'au-delà des ténèbres. L'univers n'est pas l'ami de l'homme. Et au sein même de la rébellion... Voici la deuxième époque de la geste Traquemort, faisant suite au Proscrit et précédant La Guerre.

  • « Je te vois, Traquemort. Tu auras beau te débattre, la destinée te tient entre ses griffes. » Et cette destinée a fait d'Owen Traquemort un proscrit dans un empire interstellaire où règne la tyrannie, l'injustice et la corruption. Mais la rébellion s'est levée dont il est aujourd'hui la figure emblématique. Les forces de la révolution sont en marche. L'heure est venue de frapper. Et le chemin se dessine qui conduit de la planète rebelle de Brumonde à la capitale Golgotha, noyau de l'Empire, où se terre l'impératrice Lionnepierre au coeur de son palais souterrain. C'est un chemin de sang. Armes terrifiantes, pièges malicieux, trahisons et revirements, il ne sera rien épargné au Traquemort et ses compagnons pour aboutir à l'ultime affrontement contre la « Garce de fer ». Allumer le feu d'une révolte est une chose, gagner la guerre en est une autre. Voici la troisième époque de la geste Traquemort.

  • 21 janvier 2315. Par ordre de l'amiral « Tape-Dur » Hornmeyer, le lieutenant Max Robichaux, promu capitaine de corvette, reçoit le commandement du Cumberland, un destroyer de classe Khyber, moderne et puissant. Sa mission : arpenter furtivement le Libre Corridor et frapper le commerce krag afin de saper son effort de guerre. Son handicap : un équipage sans moral et sans efficacité qui a fait du Cumberland la risée de la flotte.
    L'Union de la Terre et des Mondes colonisés est en guerre contre les Krags, une guerre sans merci dont l'issue peut conduire à l'anéantissement de l'espèce humaine. Son bouclier : la Spatiale de l'Union, coeurs d'acier ses vaisseaux, coeurs d'acier ses matelots et ses officiers.
    Dans la tradition du roman de la marine à voile, la trilogie « De haut bord » s'inscrit au plus haut de ses prédécesseurs : Honor Harrington et la Flotte perdue, David Weber et Jack Campbell.

  • Sans le ralliement des autres nations de l'humanité dans les étoiles, la Terre est condamnée à disparaître sous les assauts de l'Hégémonie krag, trop puissante, trop peuplée. C'est pourquoi, à côté de l'effort de guerre, l'activité diplomatique est décisive. Ainsi Max Robichaux, commandant du destroyer Cumberland, doit-il accompagner le docteur Ibrahim Sahin à la rencontre des dirigeants du Royaume unifié de Rashid...
    Encore faudrait-il que les Krags les laissent faire et que les traîtres soient neutralisés. Encore faudrait-il que l'incompétence de certains officiers de la Spatiale ne compromette pas les nouveaux espoirs d'alliance. Encore faudrait-il aussi que les Vaaachs, cette espèce brutale à la technologie supérieure, ne se mêlent pas d'intervenir inopportunément.
    Et peut-être faudrait-il comprendre enfin ce qui nourrit la haine destructrice des Krags.
    Faisant suite à Coeurs d'acier, voici le deuxième roman de la trilogie « De haut bord », dans la grande tradition des space operas militaires.

empty