Les éditions Pulsio

  • L'histoire commence dans une étude d'avoué où six clercs font des plaisanteries pendant qu'ils travaillent. Puis un vieil homme arrive et tous se moquent de lui parce qu'il porte des vêtements très anciens. Le vieil homme dit qu'il doit parler avec le patron de l'étude, M. Derville. Les clercs lui jouent un tour et disent que Maître Derville ne voit ses clients qu'à minuit. Alors le vieil homme sort et déclare être le colonel Chabert qui était mort dans la bataille d'Eylau, à la suite de la question d'un saute-ruisseau. Le colonel Chabert revient la nuit au bureau de M. Derville et l'avoué lui accorde une entrevue. Chabert lui raconte alors son histoire : Hyacinthe Chabert, enfant trouvé, a gagné ses galons de colonel dans la Garde impériale en participant à l'expédition d'Égypte de Napoléon Ier, a épousé Rose Chapotel, une fille de joie qu'il a installée dans un luxueux hôtel particulier. Blessé en participant, au cours de la bataille d'Eylau en 1807, à la charge monumentale donnée par Joachim Murat qui force l'ennemi à la retraite, il est déclaré mort. Mais il est resté vivant sous une montagne de cadavres. Le colonel a cependant réussi à faire reconnaître son identité de l'autre côté du Rhin et, après de longs détours, revient à Paris en 1817 pour découvrir que Rose Chapotel, remariée à un homme avide de pouvoir dont elle a deux enfants, porte maintenant le nom de « comtesse Ferraud ». Elle a d'autre part liquidé tous les biens du colonel Chabert en minimisant sa succession.

  • Jean Macquart, déjà personnage principal de La Terre, a repris du service dans l'armée après ses désillusions dans le monde paysan. Incorporé dans le 106e de ligne, il est caporal, et ses hommes le respectent pour son bon sens, son dévouement et sa saine conception de l'autorité. Il assiste impuissant à l'effondrement de l'Empire et à la déroute de ses armées, que Zola attribue à l'incompétence de l'état-major, au manque de préparation des troupes et au rôle néfaste joué par l'impératrice Eugénie auprès de Napoléon III. C'est aussi l'histoire d'une amitié qui finira en drame entre Jean Macquart et l'un de ses soldats, l'intellectuel Maurice Levasseur. Le premier veut une France où règnent l'ordre et la sagesse ; le second souhaite mettre fin aux injustices et rêve de révolution. Ces divergences idéologiques ne les empêchent pas de s'aimer et de se respecter, chacun sauvant la vie de l'autre. Une fois la guerre finie, tous deux participent à la Commune, mais dans des camps différents.

  • Commentaires sur la Guerre des Gaules (en latin Commentarii de Bello Gallico), ou simplement La Guerre des Gaules (Bellum Gallicum ou De Bello Gallico), est un ouvrage d'histoire en sept livres de Jules César, constitué de notes rédigées au fur et à mesure de la guerre et rassemblées vers 52-51 av. J.-C., dans lequel il relate ses opérations militaires (pour une bonne part c'est en fait la collation des rapports qu'il rédigeait, en partie avec ses lieutenants, pour les envoyer au Sénat qui surveillait l'activité des proconsuls tels que César) lors de la Guerre des Gaules qui se déroula de 58 à 52 av. J.-C. et dont il fut le généralissime victorieux. Un huitième livre, écrit plus tard par Aulus Hirtius, décrit les derniers combats de 51 av. J.-C. et la situation en Gaule en 50 av. J.-C.

empty