Tallandier

  • Napoléon croyait-il en Dieu ? Avait-il peur de la mort ? Pourquoi portait-il un uniforme de colonel alors qu'il était général ? Fut-il le fossoyeur de la Révolution ? Comment a-t-il géré la dette publique ? Son armée était-elle la meilleure du monde ? A-t-il ruiné la France ? Napoléon est l'un des personnages préférés des Français. Malgré la profusion de biographies, il demeure un mystère. En cent questions à la fois simples et insolites, évidentes comme inattendues, qui explorent le Napoléon intime et s'interrogent sur le bilan de son action, Thierry Lentz fait le point sur cet empereur fascinant. Son ouvrage n'est pas une biographie de plus, mais un puzzle en cent pièces, où il s'est attaché à apporter le maximum d'informations, à nourrir ses réponses d'anecdotes nouvelles, qui s'adressent à l'étudiant, au professeur, à l'amateur d'Histoire ou au passionné.

  • Julien dit l'apostat

    Lucien Jerphagnon

    On avait exterminé sa famille entière. On l'avait relégué dans un lointain palais truffé de mouchards. On méditait même d'en faire un prêtre. Bref, le très chrétien Constance glorieusement régnant n'avait rien négligé pour évincer Julien de la pourpre de ses ancêtres. Et voilà qu'il était devenu empereur de Rome ! Et qu'entre-temps il s'était converti en secret aux dieux qu'on croyait morts. Et alors...
    La noire saga d'une dynastie, hantée de monstres froids, de prélats doubles, de barbouzes et de philosophes arrivistes est racontée ici jour après jour, au plus près des textes.
    Extraordinairement informé, Lucien Jerphagnon joint à l'érudition un rare talent d'évocation. En entreprenant cette réhabilitation de l'empereur Julien, il réussit avec ce livre un modèle de biographie.

  • Don Juan d'Autriche

    Jean-Pierre Bois

    Le 7 octobre 1571, la flotte de la Sainte Ligue (Espagne, Venise et papauté) remporta sur les Turcs la victoire de Lépante, mère des batailles entre l'Occident et l'Orient, entre la Chrétienté et l'Islam. De son chef, Don Juan d'Autriche, Voltaire écrira plus tard que, « comme vengeur du Christ, il était le héros de toutes les nations ».
    Le fils naturel de Charles Quint, alors âgé de 24 ans seulement, avait déjà à son actif la répression de la révolte des morisques en Espagne, et fut nommé cinq ans plus tard, par son demi-frère Philippe II, gouverneur des Pays-Bas soulevés contre la souveraineté espagnole. Charmant, généreux, de tous les talents, mais portant comme une croix sa bâtardise impériale, il a, durant sa courte existence, irradié le sombre éclat du Siècle d'Or d'un éclair étincelant. Aussi sa figure attachante et superbe n'a-t-elle pas cessé de fasciner.

  • Bernard Germain Étienne de Laville, comte de Lacépède (1756-1825) est l'un des personnages les plus fascinants de la fin de l'Ancien Régime et de l'Empire, une époque qui n'a pourtant pas manqué d'hommes exceptionnels. Ce pur représentant des Lumières, aristocrate de bonne souche originaire d'Agen, acquiert une culture encyclopédique. Disciple favori et continuateur du grand Buffon, il occupe longtemps, y compris durant les troubles révolutionnaires, l'une des cinq chaires du Muséum d'histoire naturelle. Féru de physique, de géologie, de minéralogie et de zoologie, il rédige de véritables sommes (vertébrés, poissons, etc.) qui sont souvent les premières du genre. Membre de l'Académie des sciences dès la création de l'Institut, il sera le «- savant de Napoléon- ». Musicien de haute stature (il a appris à composer avec le célèbre Glück), poète et même romancier, c'est enfin un artiste et un créateur. Ardent propagateur des idées nouvelles tout en se gardant énergiquement des excès, ami du genre humain, il lutte sans relâche pour la liberté et se dépense pour soulager les misères de ses semblables. Il sera d'ailleurs le seul dignitaire de l'Empire à mourir pauvre... Les honneurs accumulés - grand chancelier de la Légion d'honneur dès la création de cet ordre, sénateur, comte de l'Empire, haut dignitaire de la franc-maçonnerie, etc. - n'ont jamais altéré ni sa curiosité d'esprit, ni sa passion de servir, ni sa générosité. Homme universel, Lacépède incarne ce que l'être humain peut donner de meilleur.

  • Peu de femmes artistes ont connu une renommée aussi éclatante que celle d'Elisabeth Vigée le Brun (1755-1842). Douée de charme, de beauté et d'esprit, considérée comme une portraitiste de talent alors qu'elle n'a que vingt ans, elle répond aux attentes de la société aristocratique qui se reconnaît dans l'image qu'elle lui prête. Marie-Antoinette la choisit pour peintre officiel. Elisabeth poursuit ainsi sa fulgurante carrière en France jusqu'à la Révolution. Très liée à la noblesse de cour, elle juge plus prudent d'émigrer dès 1789. Elle parcourt alors l'Europe jusqu'en Russie. Partout où elle passe, elle est reçue et fêtée dans la meilleure société. Les commandes affluent. A son retour en France, en 1800, elle découvre un monde nouveau dans lequel elle demeurera une nostalgique de l'Ancien Régime, dont elle était l'une des égéries. Cependant, jusqu'à sa mort, en 1842, elle poursuit son oeuvre et tente de maintenir les habitudes de la vie mondaine d'autrefois.

  • Comme manoeuvrier et comme navigateur, mais aussi comme théoricien de la marine, Philibert Willaumez, né à Belle-Île en 1761, mort à Suresnes en 1841, occupe une place de premier plan parmi les marins de la Révolution et de l'Empire. Mousse puis matelot en 1771, il est promu capitaine de vaisseau en 1795, contre-amiral par Napoléon, vice-amiral en 1819. Il prend part à la guerre d'Indépendance américaine, participe comme chef de route à l'expédition d'Entrecasteaux, à la recherche de Lapérouse, dans le Pacifique, en 1793-1794, puis effectue de nombreuses campagnes de "course" et "d'observation" sur toutes les mers du monde, de Pondichéry à Chesapeake. Le prince Jérôme fut, sous ses ordres, en 1806, un officier difficile et fantasque, au cours d'une expédition qui, ironie de l'Histoire, le fit passer par Sainte-Hélène. Sous la Monarchie de Juillet, le prince de Joinville fut l'un de ses élèves les plus attentifs. Son histoire est celle de la marine, du règne de Louis XVI à celui de Louis-Philippe, florissante à la fin de l'Ancien Régime, en pleine décadence sous la Révolution, convalescente sous l'Empire et la Restauration, mais aussi celle de l'évolution des techniques de la mer, de la construction des bateaux à l'observation et à la navigation.

empty