• L'Appel de la forêt est un roman de formation. Ou plutôt de dé-formation : La métamorphose d'un étrange chien des terres du Sud en un loup affrontant les déserts blancs du Grand Nord. C'est l'histoire d'un retour aux origines primitives, du réveil des instincts sauvages trop longtemps anesthésiés par la domestication. En s'identifiant au chien-loup, le lecteur éprouve toutes les passions qui se bousculent dans une vie et un coeur d'homme au hasard des rencontres.
    Au-delà d'un grand récit sur la conquête de la liberté individuelle et sur l'amour qui transcende l'hostilité d'un monde cruel, London défend ici l'idée d'une intelligence animale : pour lui, elle se manifeste par des sensations, des émotions et une forme de conscience et de raison rudimentaires. Ce chien sent, aime, comprend, souffre : il est notre frère. En donnant à son héros la dignité d'un membre de la famille 'différent', London anticipe nos débats contemporains sur la place de l'animal dans la société et sur l'acceptation de la différence. Buck, le chien-loup qui voulait vivre parmi les hommes, est à jamais une figure de notre humanité, et l'un des plus grands personnages de notre littérature.

  • Croc-Blanc

    Jack London

    Préface de Philippe Jaworski.

    Dans les bars de Dawson City, Jack London écoute les histoires de bêtes sauvages rencontrées dans les forêts du Grand Nord, que racontent les chercheurs d'or. Il lit Darwin, se passionne pour la théorie de l'évolution. Se nourrissant à toutes les sources, travaillant avec une énergie indomptable, il écrit en 1906 ce conte cruel. Roman de formation, Croc-Blanc fait entrer le lecteur dans la conscience d'un loup : nous partageons ses émotions, nous vivons ses aventures de liberté et de servitude, de souffrance, de combat, d'amour filial. Précurseur, London montre le caractère relatif de la frontière entre les espèces, installe l'hypothèse d'une intelligence animale et fait l'éloge de l'élan vital qui régit l'existence de toute créature vivante.

  • Thor, le grand grizzly, arpente les montagnes du Grand Nord, un vaste et magnifique
    territoire, son royaume. Un royaume que deux êtres mystérieux, des créatures agressives
    à l'odeur étrange et accompagnées de pisteurs enragés à quatre pattes, s'apprêtent
    à lui disputer. Blessé comme s'il avait été foudroyé par le ciel, Thor parvient à
    s'enfuir dans la forêt. Là, il rencontre Muskwa, un ourson orphelin incapable de survivre
    par lui-même, qu'il adopte et auquel il s'attache chaque jour davantage. Mais leurs deux
    ennemis n'ont pas dit leur dernier mot, et la confrontation est inévitable. D'autant plus
    inévitable qu'ils parviennent à capturer Muskwa.

  • Au nord du monde

    Marcel Théroux

    • Zulma
    • 1 Avril 2021

    Roman d'aventures ou dystopie, voici LE western du Grand Nord. Un roman déjà culte.
    Steppes et taïga en lieu et place des plaines du Far West. Une ville fantôme balayée par les vents, dernier vestige de la vie de ces pionniers de Sibérie avant qu'un cataclysme emporte tout. Ou presque.
    Le temps s'est arrêté pour Makepeace. En cavalier solitaire, sans âme qui vive sur qui veiller, elle débarrasse les armes et sauve les livres des décombres. Jusqu'à ce que Ping émerge de la taïga, trahissant une peur sans nom dans une langue inconnue, et qu'un avion les survole, en direction du nord. L'espoir chevillé au corps, Makepeace prend la route. Car on n'est jamais vraiment sûr d'être le dernier.

  • Un homme, parti de Pologne, traverse la Sibérie et ses camps, le Kamtchatka sauvage et achève son périple parmi des chasseurs de phoques ivres, sanguinaires et déments sur la côte de l'Alaska. Ailleurs, Fred Churchill risque sa vie pour rapporter un sac dont il ignore le contenu. Plus loin, un juge navigue sur un fleuve gelé dans un esquif de fortune après avoir condamné un criminel à suivre la même route mortelle. Un orpailleur, enfin, dans des conditions extrêmes, n'a plus qu'une allumette pour lancer le feu qui devra le sauver... Constitué de sept histoires, ce recueil, portant le titre de l'une des nouvelles les plus fameuses de London, est une étonnante évocation du courage et de l'énergie propres aux aventuriers du Grand Nord.
    Une magnifique leçon pour ne pas oublier que, dans ces contrées, il ne faut jamais voyager seul...


    Préface de Kenneth White


    Né en 1876 à San Francisco, Jack London connaît le succès après des années de pauvreté, de vagabondage et d'aventures. Auteur prolifique, ses nouvelles et ses romans sont souvent des récits de voyage où la nature représente un idéal de pureté face à l'injustice de la société. À sa mort, en 1916, il laisse une cinquantaine d'ouvrages parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903) et Croc-Blanc (1906).

  • « Buck ne lisait pas les journaux, sinon il aurait su que cela risquait de barder, pas seulement pour lui, mais pour tous les chiens de la côte, à forte musculature et à longs poils chauds, du détroit de Puget à San Diego. Des hommes, qui cherchaient à l'aveuglette dans les ténèbres arctiques, avaient découvert un métal jaune, et des compagnies de paquebots et de navigation claironnaient la trouvaille : voilà pourquoi des milliers d'êtres humains se ruaient vers les terres du Nord. Or ces hommes voulaient des chiens... »
    L'Appel sauvage, plus connu sous le titre de L'Appel de la Forêt, est non seulement le livre le plus emblématique de London sur le Grand Nord, mais bien davantage encore : par delà l'aventure du chien Buck, entraîné dans la terrifiante ruée vers l'or du Klondike en 1897, rudoyé et humilié par la chiennerie humaine, c'est un extraordinaire hymne à la gloire - ambigüe - du monde sauvage.


    Préface de Michel Le Bris


    Né en 1876 à San Francisco, Jack London connaît le succès après des années de pauvreté, de vagabondage et d'aventures. Auteur prolifique, ses nouvelles et ses romans sont souvent des récits de voyage où la nature représente un idéal de pureté face à l'injustice de la société. À sa mort, en 1916, il laisse une cinquantaine d'ouvrages parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903) et Croc-Blanc (1906).

  • Quelque part au nord du monde. Le froid, la faim. Un campement attaqué, des chiens éventrés. Un ours devenu fou. L'expédition punitive tourne mal, le sang rougit la banquise. Un jeune chasseur armé d'un simple harpon se retrouve seul à suivre les traces du redoutable carnassier. Mais en vérité, qui traque qui ?

    Rédigé dans une langue sobre, d'une rare intensité, Kamik est l'histoire cruelle de cette chasse au long cours, à la fois haletant récit d'aventures et quête initiatique. C'est aussi le tout premier roman écrit par un Inuit du Canada, un geste d'une portée historique et sociale considérable. Traduit fidèlement depuis l'inuktitut, Kamik est un classique de la littérature autochtone nord-américaine.

    Markoosie Patsauq est un écrivain inuit du Canada, né en 1941 dans la toundra près d'Inukjuak (Nunavik), au sein d'une famille semi-nomade, à une époque où le mode de vie traditionnel est encore possible. Il devient pilote d'avion, se fait connaître dans le monde entier par ses textes de fiction et ses autres écrits, puis joue un rôle politique en tant que leader communautaire. Il est décédé en mars 2020.

  • 1964. Aux confins de la taïga, des ouvriers construisent le chemin de fer du Grand-Lac-des-Esclaves dans les Territoires du Nord-Ouest. C'est une véritable ruée vers l'or. Et l'occasion de s'en mettre plein les poches, pour quelques-uns. Sortis des asiles ou des prisons, coupés de la civilisation, ces esclaves de l'ère moderne peinent et suent sous la férule d'un contremaître véreux que Martin Bishop, le jeune contrôleur, osera défier au péril de sa vie quand sonnera l'heure de vérité. Ce roman mené à un train d'enfer est une vertigineuse plongée dans un monde rude et halluciné où la crainte des lois ne balise plus la conduite des hommes.

    (Première édition de TRAIN D'ENFER : 1998. Nouvelle édition : 2009.)

  • En 1991, Mariusz Wilk s'est retire sur les îles Solovki, archipel isolé de la mer blanche, véritable microcosme des dépouilles de I'empire soviétique. De là, il observe et tente d'expliquer le quotidien de la vaste Russie, ses contradictions, sa misère et ses grandeurs.
    À Solovki, se reflète I'histoire tumultueuse et complexe de la Russie avec ses hauts et ses bas. L'île abrite en effet depuis des siècles un monastère centre de I'orthodoxie, mais aussi les restes du SLON, premier camp de travail force d'Union soviétique, véritable laboratoire du goulag établi au lendemain de la révolution de 1917. Pendant les six ans de son séjour, Wilk a connu chacun des mille habitants de Solovki, évoqué avec eux leurs destins broyés, pittoresques ou cocasses, affronte avec eux un environnement hostile, mais aussi partagé leur fascination pour I'étrange beauté des paysages du Grand Nord.
    Wilk nous offre là un document d'une rare valeur, une véritable mine de renseignements servis par un style image et lyrique. S'il s'inscrit dans la lignée des écrivains-reporters célèbres en Pologne tels que Kapuscinski ou Krall, son regard original a la fois décalé, fascine et complice fera date dans le genre particulier du reportage littéraire.
    Mariusz Wilk (né en 1955) vit en Russie depuis plus de vingt ans. Opposant politique en Pologne, il y a été emprisonné pendant « l'état de guerre ». En 1989, il quitte la civilisation pour aller vivre dans les îles Solovki et, dix ans plus tard, en Carélie. Il a publié aux Éditions Noir sur Blanc : Le Journal d'un loup (1999), La Maison au bord de l'Oniégo (2006), Dans les pas du renne (2009), Portage (2010) et Dans le sillage des oies sauvages (2013).

  • Suivant le rythme des douze mois de l'année, ces contes présentent des figures de princesses très variées : riches ou pauvres, tour à tour sages ou espiègles, guerrières ou bergères. Originaires du Grand Nord, ces récits sont remplis de chaleur, de tendresse, et montrent que les plus beaux palais ne sont pas toujours les plus richement ornés.

  • Une fresque viking, terrible et majestueuse.Aux confins nordiques de l'Europe, dans le Royaume d'Alstavik, la menace est partout. Les Centaures, ennemis mortels des Vikings, s'apprêtent à franchir la muraille d'enceinte qui les protège depuis la dernière invasion. Du côté de la mer, les Celtes du royaume de Moh Ruith se font pressants, alors que le Royaume est toujours en proie à une guerre civile effroyable. Car depuis le décès du roi, ses deux fils Rildrig et Sigvald se disputent le trône. Contraints par le péril qui gronde partout, les frères ennemis s'associent pour faire face aux menaces extérieures.Retrouvez le bruit de l'épée et l'odeur du sang dans le froid du grand Nord, avec ce premier triptyque emmené par le passionné Sylvain Runberg et le virtuose Juzhen.

  • Une fresque viking, terrible et majestueuseAffaibli par la rivalité fratricide des deux princes héritiers Sigvald et Rildrig, menacé par les hordes de centaures et les navires barbares de Mog Ruith, le royaume d'Astavik doit maintenant faire face à ses propres hommes. Ensorcelés par Hilmar, les soldats tombés au combat se sont réincarnés en « berzerkers », affamés de chair humaine qui ravagent tout sur leur passage ! Les Dieux auraient-ils abandonné Astavik ? Car cette fois c'est bel et bien la fin du royaume qui se profile...Suite et fin de la grande saga viking emmenée par le passionné Sylvain Runberg - scénariste de Millenium et des Héros secrets de l'Histoire de France - et le virtuose Juzhen. Retrouvez le bruit de l'épée et l'odeur du sang dans le froid du Grand Nord !

  • La petite sirène, Le vilain petit canard, Les habits neufs de l'empereur, La petite fille aux allumettes, L'inébranlable petit soldat d'étain, Poucette, La princesse sur le petit pois, La bergère et le ramoneur, La reine des neiges, Les cygnes sauvages. Les plus célèbres contes de Hans Christian Andersen, dans un univers teinté de poésie, de drôlerie mais aussi d'ironie et de tragédie.

  • Des officiers sont chargés de fonder un fort au-delà du cercle polaire, dans le grand nord canadien. Le Cap Bathurst semble être le lieu parfait, mais ils découvrent trop tard qu'il n'est pas fait de terre, mais de glace ! Après une éruption volcanique, tout le cap se détache du continent et part à la dérive, emportant les officiers et leur famille. Que va t-il leur arriver quand la glace va commencer à fondre au printemps ?

    Jules Verne ne cesse pas de surprendre avec ce voyage d'expédition dans un paysage glacial.



    Jules Verne (1828-1905) est un écrivain français connu pour ses romans d'aventures et de science-fiction évoquant les progrès scientifiques de son époque. Il a écrit aussi des nombreuses pièces de théâtres, des nouvelles, des poésies, des chansons et des études scientifiques, artistiques et littéraires. Depuis sa publication, le célèbre recueil de ses romans et nouvelles « Voyages Extraordinaires » n'a jamais cessé d'être apprécié par les lecteurs des différents âges.

    Son oeuvre a été traduite dans plusieurs langues et a connu des nombreuses adaptations au cinéma, à l'opéra, en bande dessinée, en musique et au théâtre. Plusieurs des adaptations cinématographiques sont considérés comme référence pour les différents médias occidentaux, notamment le film français « Le Voyage dans la Lune » (1902), réalisé par le notable Georges Méliès, et les films américains « Le Tour du monde en quatre-vingts jours » (1956) de Michael Anderson (1956) et « Voyage au centre de la Terre » (1959) d'Henry Levin.

  • Une fresque viking, terrible et majestueuseCe sont des heures sombres pour le Royaume d'Alstavik. Les camps de Sigvald et Rildrig ont dû s'allier pour combattre les Centaures. Mais l'entente entre les armées est bien fragile : impossible d'effacer aussi facilement des années de luttes fratricides. On ne sait toujours pas pour quelle raison les Centaures ont rompu l'accord qui les liait aux Hommes, depuis la Grande Victoire, menée par Ragnulf le Bienfaisant... Les trahisons et les fantômes du passé n'ont de cesse d'empêcher les combattants d'envisager la victoire. Pourtant, aux portes du Royaume, l'Enfer menace de se déverser...Retrouvez le bruit de l'épée et l'odeur du sang dans le froid du grand Nord, avec la suite du premier triptyque emmené par le passionné Sylvain Runberg et le virtuose Juzhen.

  • Lorsque Tom s'envole pour le Grand Nord pour passer quelque temps avec son père qui s'y est installé, il ne se doute pas de l'aventure qui l'attend. Son père est bloqué quelque part à cause d'un blizzard, et Tom décide de partir à sa recherche, au péril de sa propre vie. Comment pourra-t-il survivre, au coeur de la tourmente, dans ce grand désert blanc qui lui est étranger ?

  • Nanuktalva

    Gilles Dubois

    Après une vie d'aventures, Nanuktalva, un vieil Inuit, se retire à Timmins, dans le nord de l'Ontario. Il s'y lie d'amitié avec une petite fille de cinq ans, à qui il apprend tout ce qu'il sait sur la vie nordique, ses défis, ses mystères et ses loups. Au passage, il l'initie aux coutumes de son peuple, à sa langue et à ses légendes. Il va même l'entraîner à des formes de combat nordique.
    Mais ce bonheur ne durera pas. À l'aube de ses 17 ans, la vie de Gaïa connaît un tournant inattendu. Elle est recueillie à Vancouver par une tante qui nourrit des projets crapuleux à son endroit. Le vieux Nanuktalva ne la laissera pas faire et se battra de toutes ses forces pour protéger Gaïa, cette enfant qu'il aime comme sa propre fille.
    Ardent défenseur des animaux et passionné du Grand Nord, Gilles Dubois puise dans sa vaste expérience de la vie pour nous offrir une histoire inspirante, remplie d'actions et d'enseignements.

  • Chorbacks

    Jean Desy

    Le chorback est une étendue d'eau libre, plus ou moins grande, ouverte dans le glaciel, champ de glaces flottantes. D'inspiration nordique, Jean Désy communique l'immensité et la grandeur de la terre. Transe poétique et traversée du paysage. Le souffle est modulé en plusieurs tons, tantôt cassant et abrupt, tantôt doux et tendre, comme la nature. Chorbacks est un livre qui nomme et exalte la nordicité, cartographie du territoire dans ses principaux éléments (flore et faune). Ouvrage lumineux qui donne à réfléchir sur la meilleure manière d'habiter la terre. Un rythme sauvage et fou.

  • Zoé, une adolescente, à la fois métisse et franco-ontarienne, est mal dans sa peau. Pour affronter ses démons et vaincre la culpabilité qui la tenaille, elle s'enfuit et se réfugie chez son cousin, Christophe, à Churchill au nord du Manitoba. Dans cet environnement glacial aux paysages envoûtants et à la nature sauvage peuplée d'ours polaires, elle va à la découverte d'elle-même. Accompagnée de son ami Ludo, un jeune Belge qui séjourne lui aussi là-bas, elle s'imprégnera de la riche histoire de Churchill et de celle de Thanadelthur, cette jeune héroïne du 18e siècle qui a risqué sa vie pour négocier la paix entre Dénés et Cris.
    Micheline Marchand aborde ici, avec finesse, le sujet délicat de l'automutilation dans une histoire touchante où l'amitié, la résilience et la solidarité des habitants du Nord canadien mènent une jeune fille à l'acceptation d'elle-même.

  • Saorge est son nom. Ce n'est pas un jeune homme comme les autres : pour son plus grand malheur, il lit dans le cerveau des humains et déchiffre leurs pensées secrètes. Un milliardaire fou de science, et fasciné par l'usage qu'il pourrait faire de ce pouvoir, lance à ses trousses un commando chargé de le kidnapper. La cupidité et la folie des hommes vont se déchaîner. C'est le début d'une traque implacable qui conduira Saorge jusqu'aux confins du Grand Nord et des mers gelées avec pour compagnon le harfang, l'oiseau roi de cet immense désert blanc. Là, il tentera de retrouver la paix et le silence. Mais on ne quitte pas impunément la compagnie des hommes. A la recherche de l'amour, Saorge croisera la mort. Saura-t-il y échapper ?

  • Panik

    Geneviève Drolet

    Dehors, toundra. Blanche. Toute blanche. La terre, le ciel. Pas d'horizon. Impossible de fixer quoi que ce soit. Les muscles oculaires ne savent plus. L'aveuglement, le grand. Le blanc.

    Dans le Grand Nord du nord, dans le froid et le blanc de partout, Dorothée va vivre avec le Yéti, rencontrer des enfants et des adultes, des Inuit et des Blancs du Sud. Sa vie deviendra un long crissement de bottes dans la neige, quand les pierres veulent fendre et les doigts tomber. Dorothée va devoir se trouver et s'apprendre. Entre le western nordique et le roman d'intrigue, Panik est une fable polaire qui met en scène le Nunavut, une contrée méconnue, un endroit où la réalité dépasse la fiction. Geneviève Drolet signe ici son oeuvre la plus achevée, un des plus beaux romans du Nord et du Froid qu'il nous ait été donnée de lire. Avec ce roman d'une beauté et d'une force inouïes, elle nous montre l'étendue de son immense talent.

  • Caractéristique de la littérature populaire, ce roman d'Alexandre Huot, d'abord publié aux Éditions Édouard Garand en 1927, constitue une étonnante oeuvre utopique de réconciliation autochtone dans lequel percent des expressions (« maîtres chez nous »,« souveraineté économique »),des préoccupations sociales et environnementales et des projets qui rejoignent le lecteur d'aujourd'hui.


  • Maria Chapdelaine


    Louis Hémon


    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.

    Maria Chapdelaine est un roman rédigé par l'écrivain français Louis Hémon, alors résident au Québec qui raconte la vie d'une famille qui tente de s'établir en milieu rural. Maria a dix-huit ans et vit sur une terre de colonisation au Lac Saint-Jean. Trois hommes la courtisent, trois destins s'offrent à Maria : François Paradis, Loranzo Surprenant et Eutrope Gagnon. Le premier est un bucheron épris de liberté, le second est citadin aux États-Unis et le troisième est, comme le père de Maria, un colon. La mort de la mère de Maria, les qualités qu'on lui trouve, oriente Maria vers un rôle semblable. Le roman le plus célèbre, encore à ce jour, du Canada français, a été victime de son succès. Insistant sur ce côté « roman de la terre », il a été considéré parfois comme un modèle si parfait du genre que l'on a pu y voir un pastiche inégalé de la littérature « terroiriste » du Québec. Le pastiche dépasserait si largement ses modèles qu'il aurait pris valeur universelle. Comme la mort l'emporte au moment où il quitte le Québec, et avant même de publier en volume son roman, paru en feuilleton à Paris, en 1913, Louis Hémon ignore le grand intérêt que suscite son roman. Source : Wikipédia

    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty