• La vérité, toute la vérité, rien que la vérité ? À l'heure où les grands de ce monde usent à tout-va du mensonge assumé et où circulent tant de fausses informations, il était temps de rétablir la vérité : les fake news ne datent pas d'aujourd'hui.
    En 1835, déjà, le New York Sun relatait sans vergogne la découverte d'une vie extraterrestre sur la Lune, l'attribuant au plus grand astronome de l'époque. Quelques décennies auparavant, le meilleur cartographe de son temps, James Rennell, imagina une immense chaîne de montagnes en Afrique, les fameux monts de Kong, que nombre d'explorateurs jureront avoir traversée.
    Réécriture de l'histoire, propagande, approximations, fausses découvertes, omissions, folklore, arnaques en tout genre... Il y a mille façons de mentir et finalement très peu de manières de rester dans le vrai.
    Tom Phillips explore les siècles pour dénicher journalistes peu scrupuleux, escrocs, politiciens et autres explorateurs mythomanes... Un voyage à travers les mensonges les plus spectaculaires et les plus brillants de l'histoire.

  • Le destin de Babel : une histoire européenne Nouv.

    À l'image des constructeurs de la tour de Babel, les populations européennes furent marquées du sceau de la diversité.
    Depuis l'invention de l'Europe par les Anciens, l'histoire du continent a été rythmée par de grandes pulsations entre unité et divisions. Les principes qui pouvaient faire son union portaient souvent en eux les germes de sa désunion  : la chrétienté était grosse de schismes, les «  Lumières  » l'étaient de l'affirmation des nations, et la suprématie de l'Europe des rivalités entre ses puissances. La République des Lettres et l'Europe des Lumières se sont disloquées dans de terribles conflits, jusqu'aux grands massacres du xxe  siècle qui ont fait de l'Europe le continent des ténèbres. Malgré une aspiration à l'unité et des rêves de «  paix perpétuelle  », l'histoire de l'Europe s'est largement écrite «  par le fer et par le sang  ».
    Une réflexion globale sur cette histoire, non seulement politique et sociale mais aussi culturelle, de l'Antiquité à nos jours, permet de comprendre la difficile construction de l'unité de l'Europe et d'une identité européenne, alors même que les identités se fondent généralement sur la démarcation, voire le rejet de l'altérité.

  • Vous passez un concours ? Un examen ? Ou vous souhaitez tout simplement tester vos connaissances sur l'actualité ?
    Pour devenir incollable et faire la différence lors de vos écrits et vos oraux 2021, ce livre vous propose 900 QCM d'entraînement reprenant tous les événements majeurs des années 2019 et 2020. Les QCM sont classés par sous-thèmes :
    - actualité économique et sociale,- actualité française,- actualité internationale,- actualité culturelle et scientifique,- actualité sportive.
    A la fin de chaque partie de ce livre d'entraînement intensif, vous trouverez tous les corrigés pour valider vos réponses.
    Offert en ligne : toute l'actu mois par mois pour ne rien rater de l'actualité 2021 !

  • De 1936 à 1944, Friedrich Reck-Malleczewen a couché dans son journal la haine que lui inspiraient les nazis et la honte ressentie devant ce qu'ils faisaient de l'Allemagne et des Allemands.Fervent nationaliste, conservateur convaincu, nostalgique de la monarchie, Reck-Malleczewen s'est insurgé par amour de l'Allemagne contre Hitler, ce « raté » rencontré à plusieurs reprises. Son témoignage aussi précis qu'implacable est porté par une écriture sans pareille où la colère le dispute à la révolte.Véritable réquisitoire contre le IIIe Reich, document majeur oublié depuis des décennies, La Haine et la honte se révèle ainsi d'une lucidité et d'une prescience troublantes.Une lecture indispensable pour comprendre le nazisme et ceux qui lui ont cédé.

  • Récits californiens

    Bret Harte

    A l'endroit où la Sierra-Nevada commence à s'abaisser en ondulations plus douces, où les rivières deviennent moins rapides et moins jaunes, sur la pente d'une grande montagne rouge, se dresse « Smith's Pocket » (la poche de Smith). Vues de la route rougeâtre au coucher du soleil, à travers la rouge lumière et la poussière rouge, ses maisons blanches ressemblent aux affleurements de quartz qui tachent le flanc de la montagne. On perd de vue la diligence rouge, couronnée de voyageurs à chemises rouges, une demi-douzaine de fois durant la descente tortueuse ; après les détours les plus imprévus, elle disparaît tout à fait à deux cents pas de la ville.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Mis à part le récit qu'en a fait Homère, on ne sait presque rien de la guerre de Troie, moment fondateur de notre civilisation... A-t-elle seulement eu lieu ?Stéphane Foucart répond à cette question en reconstituant, indice après indice, les événements à la manière d'un puzzle historique. Et perce le mystère des raisons de cette guerre mythique.Récit fascinant fondé sur les découvertes les plus récentes, La guerre de Troie a-t-elle eu lieu ? nous plonge dans un monde antique fait de complots, de massacres et de conquêtes finalement guère différent du nôtre.

  • Sans sa soeur aînée Bronia, Marie Curie serait restée gouvernante d'enfants. Elle n'aurait jamais gagné Paris pour s'inscrire à la Sorbonne, ni épousé Pierre Curie, sans doute pas découvert la radioactivité et encore moins obtenu deux prix Nobel.Sans Marie, Bronia Dluska ne serait pas devenue l'une des premières femmes médecins, elle n'aurait pas ouvert le meilleur sanatorium de Pologne ni dévoué autant d'énergie à ses engagements, côtoyant les esprits les plus brillants de son temps.Entre la Pologne et Paris, de 1867 à 1934, les deux femmes ont tout partagé, ambitions professionnelles, douleurs de l'histoire, joies et drames privés. Toujours présentes l'une pour l'autre, travailleuses acharnées, Bronia et Marie étaient intimement convaincues que le progrès scientifique apporterait le bonheur à leurs semblables. Mais pour elles la famille passait avant tout.C'est le portrait croisé de ces pionnières, aux destins indissociables, que raconte Natacha Henry pour la première fois.

  • Les livres peuplent nos bibliothèques pourtant nous savons bien peu de choses sur eux, sur leurs vies, leurs excès, leurs appas, leur génie, leur mort...Depuis les scandales qui ont émaillé la vie littéraire jusqu'à la gloire éternelle des écrivains maudits, sans oublier les autodafés et autres tentatives de censure, il faut explorer Les 1001 vies des livres pour comprendre leur pouvoir de fascination.Éric Dussert et Éric Walbecq partagent ici leur amour des livres, qu'ils soient brochure, opuscule, somme ou recueil, en relatant les moments les plus réjouissants de leur riche histoire.Des récits saugrenus, édifiants, des anecdotes curieuses ou bien tragiques - et parfois mortelles -, de celles qui ne peuvent survenir que dans la vie d'un bibliomane.

  • Les historiens de l'avenir auront de la peine à faire croire ce qui, pour être ridicule, n'en est pas moins constaté. Dans ce XIXe siècle que l'on croit si positif, les plus grandes affaires du monde, celles qui faisaient son destin, ont été livrées aux jeux de la pure imagination, discutées, négociées sur des bases fantastiques, dignes des Mille et une nuits. La plus grave politique, à son moment le plus grave, a flotté entre les mines romanesques du Mexique et les mirages du Rhin.

  • On croyait jadis dans la province de Tarente que la piqûre d'une araignée réveillait les chagrins d'amour et pouvait se guérir par une transe musicale, les maux de l'âme trouvant un remède dans la frénésie du corps.
    De tels comportements surgissent à des époques et des lieux divers ; au XIXe siècle, les médecins ont réuni ces phénomènes sous l'appellation d'hystéries collectives.
    Elles surviennent parfois dans des villages de montagne troublés par les migrations saisonnières des jeunes hommes. Certaines crises sont devenues célèbres et scandaleuses par leur ampleur et leur durée, comme les convulsions jansénistes à Paris au XVIIIe siècle ou les délires des femmes de Morzine dans les années 1860.
    En fait, ces épisodes prennent place dans une perspective d'histoire très ancienne et qui n'a pas de fin. Dans chaque cas se dessine un théâtre dont les modèles de personnages sont en quête d'acteurs ; ce sont des drames prêts à jouer, que certains milieux et traditions proposent à leurs névrosés, une sorte d'asile convenu sous le regard pitoyable des parents et spectateurs.
    Leurs récits continuent d'offenser la raison, de révéler des forces étranges et de poser des énigmes aux historiens.
     
    Yves-Marie Bercé est professeur émérite d'histoire moderne à la Sorbonne.

  • Henri IV

    Alexandre Dumas

    Henri IV et Dumas, c'est une vieille histoire. Le plus populaire de nos rois apparaît dans plusieurs romans de l'écrivain, dont La Reine Margot. Le pouvoir, la mort et l'amour : la vie du Vert-Galant rassemble tous les ingrédients d'un bon roman d'aventures, Dumas ne pouvait passer à côté d'un tel sujet. Entre ses démêlés avec la belle-famille et ses innombrables aventures féminines (il était prêt à prendre tous les risques pour une femme), Henri IV avait toujours le temps d'intriguer et de traîner son panache blanc sur les champs de bataille - jusqu'au jour où Ravaillac eut raison de lui...Dumas s'empare du personnage, croquant un homme truculent, jouet consentant de ses passions auxquelles il se révélait incapable de résister.Une biographie, donc, mais une biographie à la Dumas, c'est-à-dire joyeuse et amicale, menée tambour battant. Les ventre-saint-gris et les répliques assassines fusent, les rebondissements se succèdent et les personnages prennent vie en trois coups de plume habiles.

  • Alors que le sort de l'Europe se joue à Waterloo, Joachim Murat, soupçonné de trahison par Napoléon, est contraint à l'exil. Dans un dernier et pathétique sursaut, il tente avec quelques fidèles de reconquérir son royaume de Naples. Embarqué à bord d'une barque de fortune, accueilli en Corse sous les vivats, il croit en sa bonne étoile. Mais, à son tour trahi, il tombe dans une embuscade sur une plage de la côte calabraise...Vingt ans après, Alexandre Dumas s'empare du destin de ce héros, personnage dumasien par excellence, pris dans l'étau de l'Histoire. Fils d'aubergiste élevé au rang de maréchal d'Empire, Murat connaîtra une fin tragique, mais jamais, jusqu'à ses ultimes instants, il ne se départira de son panache.Voici, racontées par Dumas, « les dernières heures d'une des plus cruelles agonies dont le faste de l'Histoire ait conservé le souvenir ».

  • À en croire notre imaginaire, bière et vin coulaient à flots dans les abbayes de jadis et on y dégustait les meilleurs fromages. Mais les disciples de l'austère saint Benoît ou de saint Bernard passaient-ils vraiment leur temps à faire bombance ?Les clichés ont la vie dure, et il aura fallu l'étude précise de Fabienne Henryot pour mettre au jour, pour la première fois, les usages de la table chez les moines. Son livre nous ouvre les portes des réfectoires, cuisines et jardins des innombrables couvents et monastères qui parsèment la France, de Sénanque à Cluny, de la Trappe à la Grande-Chartreuse.Elle nous fait voir avec quel soin les moines organisaient leur alimentation et cultivaient leurs terroirs, mais aussi tous les accommodements consentis au sein des cloîtres pour satisfaire l'appétit sans tomber dans le mortel péché de gourmandise : par-delà les doctrines et les rituels, elle écrit là une nouvelle page de l'histoire du corps.

  • Octobre 1813, la Grande Armée est défaite à Leipzig. En quelques semaines, l'empire bâti par Napoléon va s'écrouler. Bientôt, Paris sera occupé.Vaincu, destitué, l'Empereur est condamné à l'exil. En chemin vers l'île d'Elbe, il traverse la France sous bonne garde et découvre un pays déchiré. Ballotté entre les vivats de la foule et ses lazzis haineux, il manque plus d'une fois de se faire tuer, se déguise pour ne pas être reconnu, change d'itinéraire...De Leipzig à Paris, puis de Fontainebleau à Saint-Raphaël, nous suivons, pas à pas, un homme aux ambitions brisées. Tandis qu'il s'achemine vers la terre de son exil, le sort de la France bascule, l'impératrice Marie-Louise s'en retourne en Autriche, anéantissant les rêves dynastiques de son époux, et Louis XVIII débarque à Calais pour relever le trône de ses ancêtres.À travers ce récit vivant et surprenant, Thierry Nélias brosse le tableau d'un Empire à son crépuscule. Celui de la France qui refuse de renoncer à sa grandeur.

  • En janvier 1939, la guerre civile espagnole touche à sa fin et les troupes rebelles du général Franco se dirigent vers Barcelone. Craignant la répression, un demi-million de civils et de militaires fuient la Catalogne pour rejoindre la France. Dans cet exode se trouve l'écrivain A. de Orriols qui témoigne de cet événement.

  • La Résistance est plus qu'une page d'histoire. Le combat contre l'occupant a pris valeur de mythe et a forgé notre mémoire collective. Et pourtant, soixante-dix ans après les faits, il reste largement méconnu.
    Par exemple, que s'est-il vraiment passé le 18 juin 1940 ? Le plus grand maquis français, le Vercors, a-t-il été sacrifié ? Comment Frédéric Joliot-Curie a-t-il dissimulé les secrets de la bombe atomique à l'occupant ? Qui a trahi Jean Moulin en 1943 ? Qu'est-il advenu, à la Libération, du « Lion du 17e », seul résistant noir de Paris ?
    Il fallait le regard rigoureux d'un historien spécialiste de la Résistance pour la libérer de tout ce qui a fini par la rendre opaque. À la lueur d'archives récemment ouvertes, Robert Belot réinterroge quelques-uns des grands faits d'armes de la Résistance, aussi bien en France qu'en Afrique ou à Londres, affronte les controverses qu'alimentent encore ces années sombres tout en redonnant vie à des héros injustement oubliés. Le résultat est un tableau renouvelé de ce moment fondateur de notre identité républicaine.

  • Juin 1940 : la France est défaite. Pour le Lorrain Hermann Bickler, le Corse Petru Rocca, le Breton Olier Mordrel et tous ceux qui voulaient mettre à bas la République « jacobine » au profit de leur vision d'une « Europe des peuples », cet effondrement est l'occasion de faire avancer leurs idées. Ayant en commun une idéologie fasciste qui fédère les mécontentements à travers des identités locales fantasmées, ils se compromettront avec l'ennemi jusqu'à l'irréparable, allant parfois jusqu'à une collaboration active au rêve nazi de Grand Reich.Par le portrait de personnages jusqu'alors méconnus, Francis Arzalier reconstitue ce puzzle aux multiples pièces. Il jette ainsi un éclairage précieux sur tout un courant politique qui prend ses racines au début du XXe siècle et étend ses ramifications jusqu'à nos jours. Des hommes au destin étonnant que ces perdants de 1945, au coeur des tempêtes du XXe siècle.

  • Sait-on que Brown-Séquard, éminent médecin français, a prétendu produire un élixir de jeunesse à partir de testicules de cochons d'Inde ? que Descartes ne voyait dans les animaux que des machines dépourvues de toute sensibilité ? que le célèbre inventeur Thomas Edison est aussi celui à qui l'on doit la sinistre chaise électrique ? que l'Américain John Keely a affirmé avoir mis au point un « moteur perpétuel » avec pour seul carburant quelques mesures d'eau ?Non, décidément, le progrès n'est pas un long fleuve tranquille ! Entre les Géo Trouvetout de génie qui ont eu raison avant tout le monde, les savants fous qui se sont fourvoyés avec des théories fantaisistes et les imposteurs pseudoscientifiques qui ont marqué des générations de chercheurs, l'histoire des sciences recèle quelques trajectoires hallucinantes que Didier Chirat se fait une joie de raconter.Ce sont eux, aussi, qui ont fait la science...

  • La sanglante victoire de Magenta avait ouvert la ville de Milan à l'armée française, et porté l'enthousiasme des Italiens à son plus haut paroxysme ; Pavie, Lodi, Crémone avaient vu apparaître des libérateurs, et les accueillaient avec transport ; les lignes de l'Adda, de l'Oglio, de la Chiese avaient été abandonnées par les Autrichiens qui, voulant enfin prendre une revanche éclatante de leurs défaites précédentes, avaient accumulé sur les bords du Mincio des forces considérables, à la tête desquelles se mettait résolument le jeune et vaillant empereur d'Autriche.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Malgré le dernier congrès de la paix, depuis quelque temps des questions brûlantes ou chimériques préoccupent vivement les esprits en Europe : 1° La continuation de l'ambition insatiable d'une grande puissance ; sa jactance ; sa politique réprouvée, ainsi que celle de quelques autres pays ; 2° la nouvelle situation de la France ; la crainte d'un envahissement de sa part ; et 3° la position palpitante de l'Italie qui étouffe ; des îles Ioniennes qui gémissent ; de l'Inde qu'on extermine et de la Turquie qui se suicide.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La glorieuse épopée d'un obscur lieutenant corse devenu, en quelques années, le bâtisseur d'un empire immense a de quoi fasciner les esprits les plus récalcitrants. Cependant, malgré les sommes qui lui ont été consacrées, Napoléon reste, à plus d'un titre, une énigme. Qui était-il vraiment ?Grâce à Pierre Branda, derrière le mythe perce l'homme - avec ses intuitions et ses contradictions. Le fardeau de rumeurs malveillantes quant à l'identité de son père ; la misogynie maladive d'un amoureux transi et faible ; un souci permanent du détail qui virait à l'obsession dès qu'il s'agissait de la gestion du quotidien de sa Maison ; son art consommé de la manipulation et du secret, qui en fit un chef à la fois adulé et redouté...Flamboyant, secret, impétueux, paranoïaque... Pierre Branda nous invite à découvrir les multiples facettes d'un Napoléon intime. Les manies et les défauts d'un homme d'exception peuvent-ils être ordinaires?
    Pierre Branda est historien et directeur du Patrimoine à la Fondation Napoléon. Il a consacré de nombreux ouvrages à l'empereur, dont Napoléon et ses hommes. La Maison de l'empereur (2011).

  • Qu'ont donc de si particulier les écrivains pour que nous soyons pris de cette irrésistible envie de pousser la porte de leur cabinet secret ?Dans ces pages, on découvrira :o les poèmes que s'échangeaient deux collégiens liés par une indéfectible amitié, les jeunes Albert Cohen et Marcel Pagnol... Des textes encore inédits à ce jour.o dans quelle étonnante posture le poète-diplomate brésilien Vinicius de Moraes aimait composer ses oeuvres.o comment Cervantès, condamné à avoir la main droite tranchée, perdit l'usage de la main gauche en combattant les troupes d'Ali Pacha.o ce qui a poussé Tolkien à prendre la plume du Père Noël pour répondre à des lettres d'enfants.o pourquoi Pablo Neruda n'est pas Pablo Neruda...Florient Azoulay, touche-à-tout à l'érudition pétillante, aime les écrivains. Il traque leurs manies inavouables, s'amuse de leurs ego chatouilleux et de leurs mesquineries charmantes... mais, surtout, rend hommage à leur génie. Voici un fantastique bréviaire des bizarreries qui font, sinon la grandeur, la vie de la littérature.

  • Seattle, 1933, Joe Rantz est l'un des éléments les plus prometteurs du programme d'aviron de l'université. Il se donne d'autant plus au sport que sa participation à l'équipe est le seul moyen pour lui de poursuivre ses études. Abandonné par sa famille, malmené par la vie, miné par les doutes, Joe s'accroche à ses rêves de victoire. Course après course, il devient un adulte en se fondant dans l'effort collectif au point de ne faire qu'un avec le bateau.Sous l'impulsion d'un entraîneur aussi secret que déterminé et grâce aux conseils d'un Anglais excentrique, les neuf rameurs de l'équipe surmonteront tous les obstacles jusqu'à la consécration aux jeux Olympiques de 1936, sous les yeux mêmes d'Hitler et devant les caméras de Leni Riefenstahl.Cette histoire vraie d'un pauvre gamin qui trouve un sens à sa vie est aussi une fantastique évocation de l'époque. Avec un souffl e qui rappelle les romans de Steinbeck, Daniel James Brown évoque la crise avec force détails concrets et dresse un tableau savoureux de l'Ouest américain encore sauvage.Récit époustouflant mené d'une main de maître, Ils étaient un seul homme n'est pas sans évoquer Les Chariots de feu par son ampleur et sa tension dramatique.

  • L'histoire du château de Versailles, théâtre du triomphe de la monarchie française, a connu des détours insoupçonnés. Sait-on par exemple que, derrière les portes infranchissables des appartements privés du roi, Louis XIV mena une lutte acharnée contre la maladie ? Que, dans les allées du premier parc de Le Nôtre, Molière et sa troupe se produisirent devant la Cour ? Qu'en forçant les grilles de la cour d'honneur, les Parisiennes firent basculer le cours de la Révolution ? Que sous les ors de la galerie des Glaces le chancelier Bismarck proclama l'Empire allemand ? Bien loin de la légende d'un palais empesé, c'est un Versailles méconnu qui surgit au fil de ces pages.Et si un autre Versailles vous était conté ? Entre futilités de la vie de Cour et hauts faits de l'Histoire, Pascal Torres fait revivre un monde disparu. Le parcours initiatique auquel il nous convie dévoile l'âme de ces lieux où, tant de fois, s'est joué le destin de la France et du monde.

empty