• Une pluie continue épuise les hommes et les bêtes.

    Alors que les éleveurs du clan Balva procèdent à l'abattage annuel des rennes, des ossements humains sont retrouvés dans l'enclos, au pied de la Montagne rouge.
    Or, le clan est opposé à un groupement de forestiers et de fermiers dans un procès exceptionnel à la Cour suprême de Stockholm. L'enjeu - le droit à la terre - est déterminant pour tous les éleveurs de rennes du pays : qui était là le premier ?
    La patrouille P9 de la police des rennes est chargée de l'affaire, mais l'identification du squelette, en l'absence de crâne, est difficile. Klemet et Nina commencent une enquête auprès des musées et des institutions, et découvrent un XIXe siècle collectionneur de types humains et un XXe siècle porté sur les idéologies purificatrices, perdus dans les tréfonds nauséabonds de l'histoire suédoise. Ils se heurtent à l'inertie, à la défiance voire à l'hostilité de l'administration. Ils découvrent aussi une mystérieuse vague de disparition d'ossements et de vestiges sami, autant de preuves potentielles de la présence originelle des Sami.
    Klemet, plus que jamais empêtré dans sa double identité lapone, et Nina, qui le supporte de moins en moins, croisent des personnages souvent ambigus. Des archéologues aux agendas obscurs qui s'affrontent. Petrus, le chef sami, écartelé entre son devoir, son fils et la poursuite des rêves de son père dans les paysages grandioses et désolés des forêts primaires du fin fond de la Laponie. Bertil l'antiquaire au passé politique douteux, et Justina l'octogénaire aux étranges talents de conductrice d'engins et son groupe d'adeptes de la marche nordique et du bilbingo. Sans oublier une masseuse thaïlandaise...
    Ce troisième tome des aventures de la police des rennes est passionnant et troublant, ses héros sont complexes et attachants, le talent de conteur d'histoires d'Olivier Truc se déploie entre suspense, émotion et humour, et prouve une fois de plus que les 22 jurys de lecteurs qui lui ont à ce jour décerné leurs prix ne se sont pas trompés.
    Olivier Truc est né à Dax. Journaliste, il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste.
    Il est l'auteur de L'Imposteur, du Dernier Lapon, pour lequel il a reçu entre autres le prix des lecteurs Quais du Polar et le prix Mystère de la critique, et du Détroit du Loup.

  • La nation arabe existe-t-elle aujourd'hui, malgré un siècle de guerre ? La génération arabe contemporaine n'est-elle pas en révolte contre les idéologies extrémistes d'hier et à la recherche d'une identité perdue ?
    Cet essai richement documenté propose une analyse critique des raisons des conflits du passé et un regard sur l'avenir d'une nation. Coincée entre un nationalisme combattant pour son unité virtuelle et un islamisme extrémiste, noyé dans son rêve d'un empire du mal, peut-elle trouver une troisième voie ?
    Licencié de l'université libre de Bruxelles, Farouk El Moussarih est spécialiste en relations internationales et en politique du monde arabe.

  • La sociocritique est une théorie ouverte en raison de son caractère syncrétique. La variabilité des sociolectes d'un espace à l'autre fait d'elle un lieu d'élaboration d'outils méthodologiques. Ses ressources insuffisamment exploitées, de nombreuses zones d'ombre échappent à la critique. Le projet de cet ouvrage est par conséquent d'entreprendre un travail de réévaluation méthodologique, mais aussi et surtout de lancer un appel à l'élaboration d'une école de sociocritique en Afrique, afin de valoriser la particularité du jeu textuel africain, de montrer sa socialité et son discours historique exceptionnel.

  • Ouvrage inclassable qui nous plonge dans nos mythes ancestraux pour mieux nous ramener à nos mythologies modernes, "La Machine démonologique" décrypte et traque autant de dieux que de démons enfouis. L'auteur nous conduit de cultures en cultures, d'histoires en histoires, d'idéologies en idéologies, de systèmes en systèmes... Et malgré la variété des figures qui défilent sous sa plume, nous y redécouvrons sans cesse la même mécanique : sublime et dangereuse machine que nous ne saurions ni condamner ni encenser. Un essai très documenté, étonnant, déroutant parfois - lorsque l'auteur se prend à adopter les plus divers langages (celui du théologien, de l'historien, du sociologue, du journaliste, de l'économiste) - mais puisqu'il s'agit d'aller au-delà des représentations et des modèles figés, pourquoi ne pas emprunter une voie inexplorée ?

  • Ça y est, Mein Kampf d'Adolf Hitler (1889-1945) vient de tomber domaine public. On va en parler, comme si cette histoire de domaine public changeait tant de choses... En 1977, lors du soixantième anniversaire de la révolution bolcheviste, Mein Kampf était un ouvrage ridicule. En 2017, pour le centenaire de cette dernière, Mein Kampf est désormais un ouvrage dangereux. Il n'y a pas là de quoi pavoiser. Que s'est-il donc passé ? Vers quoi avons-nous tant dérivé ? Il faut en parler, en reparler. Il faut notamment associer ces idées qui traînent à l'auteur hautement suspect dont elles émanent. C'est ce que cet ouvrage se propose de faire.


    Professeur de linguistique au département d'Études françaises de l'Université York de Toronto pendant vingt et un ans, Paul Laurendeau, né en 1958, vit aujourd'hui dans la région des Basses-Laurentides où il se consacre à l'écriture. Il a publié plusieurs nouvelles et romans ainsi que quelques recueils de poésie (en solo ou en collaboration avec Allan Erwan Berger). Docteur ès Lettres de l'Université Denis Diderot (Paris VII), Laurendeau est l'auteur d'une cinquantaine d'articles et de chapitres d'ouvrages en linguistique et en philosophie du langage. Il a collaboré à l'ouvrage collectif Entretien avec quatre philosophes (Éditions Hurtubise HMH, 2005), y pastichant les rôles de Karl Marx et de Socrate. Sa formation de philosophe l'amène aussi à s'intéresser aux phénomènes intellectuels ordinaires, comme les religions et les idéologies politiques. Il a publié L'Islam, et nous les athées (2015) chez ELP. L'essai Lire Mein Kampf est donc son second ouvrage paru dans la collection Essais et témoignages.

  • L'auteur s'attache ici à analyser les différentes facettes de l'anarchisme dont on ne retient souvent que, au pire, les actions terroristes, au mieux, une image de grand désordre.

empty