• Demain la planète : quatre scénarios de déglobalisation Nouv.

    À partir d'une analyse minutieuse des tendances de l'économie et de la société globales, le livre opère une distinction entre déglobalisation et démondialisation : la déglobalisation désigne une reprise en main de l'économie par des acteurs appartenant à la sphère politique, au nom d'intérêts parfois opposés. La déglobalisation est une altermondialisation, mais le processus en cours est confus et peut déboucher sur quatre scénarios, suivant que l'emporteront les tendances à la coopération ou à l'hostilité d'une part, la quête de croissance des consommations d'énergie et de matière ou le désir de viabilité d'autre part. Pour chaque scénario, la position des principaux acteurs et leurs stratégies sont finement décrites et analysées. Le livre opte pour le scénario de « l'habiter terrestre » et propose une stratégie (notamment française, mais qui pourrait inspirer d'autres pays) pour le faire prévaloir sur les autres.
    Quatre nouvelles littéraires, écrites pour donner à voir chacun des quatre scénarios, complètent l'ouvrage. Elles sont disponibles en libre lecture sur la page ouvrage de notre site www.puf.com.

  • D'« Abstention » à « Zone économique exclusive » en passant par « Droits de l'homme », « Génocide », « Guerre », « Immunités », « Règlement des différends », « Responsabilité » ou « Veto », le professeur Denis Alland fournit un exposé concis, parfois critique, de cent notions parmi les plus centrales du droit international public. Donnant à voir, au-delà de simples définitions, les défis qui se profilent derrière les mots, son abécédaire permet un premier accès rapide à une discipline absolument centrale pour la compréhension du monde contemporain. Sont abordés les aspects formels, tels que la formation des règles (« Coutume », « Principes généraux », « Traité »...), autant que les éléments structurants de la société internationale (« État », « Frontière », « Organisation internationale », « Sujet », « Territoire »...), ou bien encore les termes déterminants de la pratique internationale et des débats auxquels elle donne lieu (« Annexion », « Communauté internationale », « Négociation », « Légitime défense », « Sanctions »...). Un index détaillé et de nombreux renvois facilitent les lectures transversales.

  • ÉDITORIAL

    Le vaccin comme bien commun - François Euvé


    INTERNATIONAL

    Le renouveau religieux en Corée du Nord - Juliette Morillot
    Du franc CFA à l'éco en Afrique de l'Ouest - Kako Nubukpo


    SOCIÉTÉ

    Précarité étudiante : vers l'autonomie sociale des jeunes ? - Benjamin Sèze
    Le capitalisme est-il réformable ? - Débat entre Gaël Giraud et Thomas Piketty
    L'éducation à l'heure de l'Anthropocène - Renaud Hétier et Nathanaël Wallenhorst


    RELIGION

    La messe en temps de confinement - Louis-Marie Chauvet
    Vers une Église synodale - Michael Czerny


    CULTURE

    George Orwell, l'homme qui aimait la surface de la Terre - Sylvie Koller

    Sans oublier les chroniques, expos, films, livres...

  • Ce que l´État social nous donne à voir, c´est tout à la fois l´armature de solidarités qui en un siècle ont profondément transformé nos manières de vivre ensemble, et le jeu de forces puissantes qui ébranlent cet édifice institutionnel et menacent de le mettre à bas. Ce sont ces forces qu´il s´agira d´essayer de comprendre, ainsi que leur impact prévisible. Mais avant d´analyser les maux qui assaillent l´État social on commencera par prendre la mesure de sa grandeur historique et institutionnelle. Partant du témoignage de Franz Kafka, qui consacra sa vie professionnelle à la mise en oeuvre de la loi sur les accidents du travail en Autriche-Hongrie, Alain Supiot nous propose un diagnostic de l´État social en Europe et nous aide ainsi à réfléchir aux solutions qui pourraient permettre de le réformer.

  • Mise à jour d'un petit livre déjà écoulé à plus de 30 000 ex (GFK) 2,99 €
    La naissance de l'empire du Japon ? 660 ! La découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb ? 1492 ! Les premiers pas de l'Homme sur la Lune ? 1969 ! La chute du Mur de Berlin ? 1989 !
    Découvrez 500 événements incontournables pour remonter le temps et s'approprier les pages les plus belles et les plus fortes de notre Histoire !

  • ÉDITORIAL

    Le scandale de la pauvreté - Véronique Fayet

    INTERNATIONAL

    La Bosnie-Herzégovine dans l'impasse ? - Jean-Arnault Dérens
    Zeev Sternhell, sioniste assumé, Israélien contrarié - Didier Leschi


    SOCIÉTÉ

    Qu'est-ce qu'informer aujourd'hui ? - Didier Pourquery
    Confessions d'un explorateur - Entretien avec Jean-Louis Étienne
    Le revenu de base dans un monde fini - Gaël Giraud


    RELIGION

    Fratelli tutti - François Euvé et Elena Lasida
    Responsabiliser l'espérance - Jean-Luc Rolland


    CULTURE

    L'heureuse ambivalence de l'intime - Entretien avec Alice Ferney

    Sans oublier les chroniques, expos, films, livres...

  • « Le développement de la crise actuelle présente est caractérisé par une incertitude fondamentale, rarement observée, qui renforce les thèmes de la résilience économique nécessaire et du développement économique durable au niveau national comme au niveau mondial. Développement durable, résilience économique en toutes circonstances et à tous les niveaux : nous sommes là au coeur du ''patriotisme économique'' ».

    Jean-Claude Trichet, extrait de la Préface

    La remise en cause du libéralisme économique et du multilatéralisme avait commencé bien avant la crise de la Covid-19. Un début de fragmentation de l'économie mondiale, certains diraient de « démondialisation », est apparu avec la guerre commerciale à épisodes multiples entre les Etats-Unis et la Chine, l'essor d'initiatives protectionnistes, la « guerre des changes », le Brexit...Toutes ces tendances, antérieures à 2020, ont été et sont encore aujourd'hui accentuées par la crise sanitaire.
    L'objet de ce livre, qui rassemble des auteurs venant d'horizons différents, est de prendre la mesure des processus en cours dans presque tous les pays : retour des frontières, désir des Etats de recouvrer un peu plus de souveraineté, volonté des opinions publiques de mieux contrôler le destin collectif. Le retour des stratégies industrielles, les volontés de relocalisation de certaines filières et de réindustrialisation sont au coeur des politiques publiques qui, face aux dégâts économiques et sociaux de la Covid-19, après avoir cherché à limiter ces dégâts, financent des relances massives en s'efforçant de marier économie et écologie.

    Quel est le bon niveau de conception et de mise en oeuvre : l'échelon national ou l'échelle européenne ? Faut-il espérer des progrès dans la gouvernance mondiale dans un monde qui, malgré tout, va rester pour l'essentiel globalisé ?

  • L'intelligence économique est depuis sa naissance officielle il y a plus de 25 ans, une dynamique désormais bien ancrée dans les pratiques des entreprises. Chaque année, des centaines de nouveaux professionnels viennent renforcer les dispositifs existants ou en créer de nouveaux.
    De nombreux ouvrages ont ainsi été publiés sur le sujet. Il était donc devenu nécessaire - avec le recul approprié - de proposer une bibliothèque de 100 cas structurés. En proposant une revue d'histoires vécues dans tous les champs de l'intelligence économique (veille, protection de l'information, influence, management des connaissances), cet ouvrage offre une mine de savoirs qui intéresseront aussi bien les praticiens que les chercheurs ou les étudiants. Chaque cas relate les faits puis propose des enseignements avant de proposer des références pour aller plus loin. Mais c'est surtout la variété des cas qui fait la richesse de ce qui devrait devenir un ouvrage de référence des spécialistes de l'intelligence économique.

  • La normalisation de la comptabilité des entreprises est un phénomène particulièrement complexe qui a suscité de nombreux travaux de recherche.
    Ce recueil réunit des articles et des chapitres d'ouvrages publiés par des chercheurs francophones autour de la normalisation. Ces chercheurs ont en commun de considérer la normalisation comptable non pas d'un point de vue strictement technique mais d'un point de vue institutionnel, social et politique.
    L'ensemble des textes choisis couvre une période de vingt années, de 1998 à 2018, au cours de laquelle la normalisation comptable française s'est profondément transformée ; en même temps, la normalisation comptable internationale, avec ses IFRS, montait en puissance.
    Il est divisé en trois parties.
    Dans une première partie, sont présentés des articles qui traitent des organismes au sein desquels se fabrique la norme comptable.
    Dans une deuxième partie, sont présentés des articles consacrés au processus social d'élaboration des normes et au fonctionnement des organismes de normalisation.
    Dans une troisième partie, sont présentés des articles qui questionnent la fabrication de la norme comptable en termes de pouvoir, de légitimité et d'idéologie.

    Textes choisis et présentés par Rouba Chantiri et Bernard Colasse


    Les auteur.e.s : Véronique Blum, Alain Burlaud, Rouba Chantiri, Ève Chiapello, Bernard Colasse, Yannis Constantinidès, Louise Côté, Sylvain Durocher, Anne Fortin, Anouar Kahloul, Hervé Kohler, Anne Le Manh, Karim Medjad, Christine Noël, Christine Pochet, Brigitte Raybaud-Turrillo, Peter Standish.

  • Cet ouvrage constitue le deuxième opus d'une trilogie consacrée à la guerre économique mondiale.
    Dans une précédente contribution (PENSER LA GUERRE ÉCONOMIQUE. BRÉVIAIRE STRATÉGIQUE, VA Editions, 2018), l'auteur s'était attelé à théoriser les concepts des conflictualités économiques contemporaines, avant d'extraire les leçons héritées de grands auteurs, sous forme de maximes dûment compilées et chapitrées.
    Après ce premier exercice théorique, ce manuel de survie à la guerre économique - qui en constitue le tome 2 - se veut être radicalement une approche pratique, car si la guerre économique est la lutte des grands de ce monde, elle affecte cependant un tissu économique territorial, constitué de TPE, PME et ETI.
    Il est donc davantage orienté praxis que doxa.
    Mais aussi parce que la guerre économique emprunte de nombreux ressorts tirés des lois de la guerre, elle-même largement héritée des armées et des grands penseurs militaires, Von Clausewitz ayant été un précurseur en matière de grande stratégie, il convient d'être en mesure de tirer les enseignements nécessaires, adaptés au terrain économique, pour des conflits parfois davantage localisés, de moindre intensité. Une deuxième partie est donc consacrée à la théorie et la pratique des contre-mesures en matière de guérilla économique.


  • Préface d'Alexandre Ziegler, ambassadeur de France en Inde.

    "Quoique l'on dise de l'Inde, on aura toujours raison, d'une manière ou d'une autre." C'est le paradoxe sur lequel s'ouvre ce guide de la négociation. Un paradoxe qui résume, à lui se

  • L'école des nouveaux « espions », première partie des Sentiers de la guerre économique est le récit d'abord personnel d'une aventure collective entre mythes et réalités, faux-semblants et non-dits. Il propose un voyage initiatique, tire des enseignements de nombreux cas vécus ou observés et propose des pistes de réflexion sur l'économie et l'éthique des affaires dans un contexte de guerre économique. Il présente des affaires connues ou inédites mais aussi des portraits de ces soldats de l'ombre qui oeuvrent ou manoeuvrent dans l'antichambre de la guerre économique : des chefs d'entreprise, intellectuels, journalistes d'investigation ou politiques, des espions anonymes, des étudiants en intelligence économique, des patriotes spécialisés dans la guerre de l'information...
    En pleine expansion, le côté noir de l'économie a disqualifié tous ces intellectuels qui l'ont (volontairement ou non) ignoré. Mais il ne doit pas faire oublier que l'homme est capable du pire mais aussi du meilleur. Alors, bon voyage...

  • Aux côtés de 25 autres candidats, Joe Biden s'est lancé à son tour dans la bataille des primaires démocrates. Dès le 1er jour de sa campagne, il a écrasé celle-ci et s'est annoncé comme le leader en assurant qu'il allait battre Donald Trump en 2020.
    Cette campagne a tout de suite été placée sous le signe du retour à la morale politique et à l'espoir pour l'avenir : on y retrouve donc les éléments qui ont fait le succès de Barack Obama. Joe Biden a visiblement décidé de jouer à plein la nostalgie ressentie par le peuple démocrate pour le 1er Noir de l'histoire du pays. C'est donc sa vice-présidence qu'il va tenter de sublimer pendant la campagne, parce qu'elle le lie indéniablement à l'ancien président : le but est que les électeurs votent à nouveau pour Barack Obama, même si c'est Joe Biden qui est écrit sur le bulletin de vote.
    Après une remise en contexte des parcours politiques de Barack Obama et de Joe Biden, l'ouvrage aborde le mandat qui a été celui de ce duo hors-norme : Rien ne les rassemblait, mais c'est justement leur complémentarité qui a fait le succès de cette présidence.
    1. Deux hommes si différents
    2. En route vers la Maison-Blanche
    3. Économie
    4. Politique sociale
    5. Défense de l'environnement
    6. Politique étrangère
    7. Leadership moral
    8. En route vers la Maison-Blanche (bis repetita)
    À travers le parcours de ces deux hommes, les nombreuses facettes de leurs réalisations communes sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020.


  • Éditorial

    Synode sur l'Amazonie : un modèle pour l'Église - François Euvé


    International

    Turquie : les ressorts de la crise - Dorothée Schmid
    Les nouvelles routes de la soie - Jean-Pierre Cabestan


    Société

    La virilité en partage - Mariette Darrigrand
    L'homme est-il le seul animal moral ? - Entretien avec Alain Prochiantz
    Le visage de l'animal - Laurence Devillairs


    Religion

    La fécondité dans la Bible - Marion Muller-Colard
    Les rivalités entre Moscou et Constantinople - Céline Marangé


    Culture

    Un peintre jésuite à la cour de Chine - Hsiyun Ho

    Sans oublier les chroniques, expos, films, livres...

  • Originaire de Brooklyn, Bernard Sanders obtient son diplôme de sciences politiques à l'Université de Chicago où il milite activement pour l'égalité raciale. Après un court séjour dans un kibboutz en Israël, il part pour les pâturages verdoyants du Vermont et rejoint Liberty Union, le parti alternatif local qui s'oppose à la guerre du Vietnam.
    Sans jamais cacher ses convictions anticapitalistes, Sanders finit en tant que candidat indépendant par être élu maire de Burlington, la plus grande ville du Vermont. « L'unique maire communiste des États-Unis » évolue vers le socialisme. Il conquiert la Chambre et le Sénat fédéral, clamant à qui veut l'entendre que les États-Unis feraient bien de s'inspirer de ce qui se fait au Danemark.
    En 2016, Bernie Sanders entre en guerre ouverte avec le Parti démocrate en défiant Hillary Clinton. Quasi ex aequo avec l'ex-secrétaire d'État en Iowa, battant celle-ci par plus de vingt points au New Hampshire, Sanders dépassera tous les pronostics. Il parlera devant des stades entiers et lèvera des fonds auprès de deux millions de jeunes Américains engagés.
    Aujourd'hui, Bernie Sanders est incontestablement le fer de lance du progressisme aux USA. Avec Alexandria Ocasio-Cortez, il est l'icône d'une gauche qui s'affirme et démontre qu'elle peut gagner. À 78 ans, le politicien « le plus populaire des États-Unis » peut-il triompher de son rival Joe Biden et remporter la présidentielle en 2020 face à Donald Trump ? A-t-il gagné son pari : refaire du Parti démocrate le parti des travailleurs ?
    La première partie du livre retrace l'enfance de Bernie Sanders à Brooklyn pour ensuite emmener le lecteur à l'Université de Chicago où, étudiant, « Bernie » manifeste pour les droits civiques des Noirs américains. L'ouvrage se prolonge au Vermont. Sanders conquiert la mairie Burlington, la plus grande ville de l'État, et devient le seul maire communiste des USA. La troisième partie de l'ouvrage raconte l'ascension politique de Sanders et ses deux campagnes présidentielles en tant que candidat démocrate aux convictions socialistes pleinement revendiquées.

  • L'ONU, coquille vide ou agence humanitaire ? Créée en 1945 dans le contexte de l'après-guerre afin de préserver la paix, cette organisation a aujourd'hui mauvaise presse, d'autant que, sur le terrain, sa puissance s'affaiblit.

    Qui est responsable de cette déliquescence ? Les membres permanents du Conseil de sécurité, qui ont préféré préserver leurs intérêts au sein des directoires du G7 et du G20 ? Les partisans de l'ultralibéralisme et du profit ? Ou encore les dirigeants médiocres, sans envergure et sans vision, qui accèdent aux plus hautes responsabilités de démocraties moribondes ?

    Pourtant, il faut sauver l'ONU, seule institution capable d'organiser un monde en plein bouleversement où menace la guerre. Mais comment ? C'est à ces questions sensibles que deux spécialistes, Romuald Sciora et Anne-Cécile Robert, tentent de répondre dans un essai documenté, bâti sur quinze ans de recherches et d'enquêtes auprès des instances onusiennes.

    Avec un préface de Pascal Boniface

  • L'année 2009 a donné naissance à un nouveau cadre pour le droit international de la propriété intellectuelle avec l'entrée en application du règlement européen " Rome 1 " sur la loi applicable aux obligations contractuelles et du règlement européen " Rome II " sur la loi applicable aux obligations extracontractuelles se traduisant, par exemple, par l'abandon par le règlement " Rome II " de la lex loci commissi au profit de la lex loci damni.
    Parallèlement, est à l'oeuvre le processus de révision du règlement " Bruxelles 1 " sur la compétence, la reconnaissance et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale avec, notamment, comme préoccupation le sort d'actions hautement sensibles et bien connues de la pratique : les " actions torpille ", " contre torpille " et " super torpille "... Ces évolutions majeures qui marquent le droit international privé touchent, au premier chef, la propriété intellectuelle, discipline très fortement internationalisée par la mondialisation des échanges et, aussi, par le développement d'Internet.
    D'exceptionnelle, l'internationalité devient de principe. Loin de constituer une difficulté supplémentaire pour l'entreprise ou son conseil, ces nouveaux instruments doivent, au contraire, s'envisager comme un gisement de stratégies inédites, tant au stade de la loi applicable que lors du contentieux. L'ouvrage se propose donc d'analyser le cadre et de penser les stratégies, en privilégiant le dialogue entre universitaires et praticiens.
    Et afin de faire partager par tous le fruit des réflexions contenues, les contributions ici rassemblées sont publiées tant en français qu'en anglais. La présente publication fait suite au colloque qui s'est déroulé à l'Université Jean Moulin - Lyon 3, le 4 juin 2009. Ce colloque n'aurait pu se tenir sans le soutien des institutions suivantes : Groupe de Recherches en Droit Privé Européen (GRDPE) de l'Université Jean Moulin - Lyon 3, Groupe Français de l'Association Internationale pour la Protection de la Propriété Intellectuelle (GFAIPPI), Groupe Rhône-Alpes pour la Protection de la Propriété intellectuelle (GRAPI), Centre Paul Roubier.

  • A lheure où nous sommes bombardés dinformation, L'Eléphant propose chaque trimestre de grands dossiers de Culture Générale, permettant de simprégner durablement dune connaissance précise, hiérarchisée et validée, avec un vrai plaisir de lecture.

    La revue joue sur la diversité des sujets dans sept grands domaines :
    Arts et Littérature, Sciences et Environnement, Histoire, International, Politique et Société, Philosophie et Religion, Bien-être et Santé.

    Les sujets sont abordables par tous, à partir de 15 ans.
    Chaque dossier se conclut par des quizz et des énigmes, pour jouer et mémoriser.

    La revue est relayée par un service dentrainement personnalisé sur Internet et tablettes, le lecteur sélectionnant les matières quil souhaite approfondir à son rythme.


  • De Médecins Sans Frontières au prix Nobel de la paix, le parcours engagé de l'un des dirigeants de Handicap International !

    « Médecins du Monde, Aide Médicale Internationale et Handicap International ont été les enfants prodigieux d'un nouvel élan humanitaire dont Philippe Chabasse est l'un des héritiers mais aussi l'un de ces hommes créatifs, fondateurs, par son professionnalisme, sa passion et son engagement dans cette culture de l'humanitaire qui a marqué le dernier tiers du XXe siècle. » - Xavier Emmanuelli

    Ce livre est le récit de son parcours, un hommage aux hommes et aux femmes qui furent ses compagnons de route autant qu'un témoignage inspirant à l'engagement.
    Médecin de formation, Philippe Chabasse a mené la quasi-totalité de sa carrière dans l'action humanitaire internationale.
    Il prend part, à partir de 1983, à l'aventure Handicap International dont il restera l'un des trois codirecteurs durant 20 ans. À partir de 1992, il participe à la Campagne internationale pour l'interdiction des mines, qui obtient le prix Nobel de la paix en 1997. Il est aujourd'hui Secrétaire Général de la Fédération Handicap International et collabore avec l'association Habitat et Humanisme.

  • En finir avec la monnaie CFA est un désir de plus en plus vivace en Afrique francophone. On assiste aujourd'hui à une véritable sédition monétaire. Une révolte populaire où le passionnel, sinon l'irrationnel l'emporte sur l'analyse avantages-coûts de la monnaie CFA. Sans que nul ne sache par ailleurs, comment quitter le Franc CFA.
    Cet ouvrage apporte au continent africain dans son ensemble, le modus operandi d'une monnaie commune africaine, fonctionnant comme monnaie unique vis-à-vis du reste du monde. La monnaie unique africaine ici présentée est donc un objet monétaire tout à fait neuf, dans le système monétaire international. Une fois mise en oeuvre par les Afriques anglophones, lusophones, etc., elle agira comme un pôle magnétique qui videra la zone Franc de ses membres. Il est aujourd'hui difficile de quitter le franc CFA, en solo ou à l'échelle des 15 pays concernés, parce qu'il n'existe pas d'alternative. Lorsque la monnaie unique africaine existera comme rival systémique du Franc CFA sur le continent, l'Afrique francophone va enfin réussir à saborder la dernière monnaie coloniale au monde. Sans la peur du saut dans l'inconnu; le vertige du saut dans le vide.

  • Bolivie, le rêve brisé du narcocalero MORALES
    Lorsqu'en juillet 2010, Valentin MEJILLONES, le grand prêtre Aymara ayant "couronné" le Président Evo MORALES, sur le site précolombien de Tiwanaku, tombe avec 240 kgs de cocaïne à son domicile, cela sonne comme un coup de tonnerre au sein de la société bolivienne. Mais une fois le "narco-amauta" rapidement libéré, le ménage sera fait au plus haut niveau de la FELCN, la Brigade des stupéfiants !
    Cette anecdote judiciaire symbolise à elle seule, la nouvelle Bolivie de l'ère MORALES, qui durant 14 années est (re)devenue un narco-État aux mains d'une partie des producteurs de la petite "feuille sacrée", ceux qui alimentent la fabrication et le trafic de cocaïne : les "narcocaleros" du Chapare.
    /> Comment en est-on arrivé là ? Comment et pourquoi la guerre menée par la DEA et les Américains au début des années 2000 a-t-elle accouché d'un tel revirement de situation.
    -----------------
    Jean-François BARBIERI, ex-policier antidrogue à Marseille, un temps attaché de Sécurité Intérieure en poste à l' Ambassade de France de La Paz, et désormais passionné par ce pays, nous livre son analyse. Il décortique le processus politico-sécuritaire lié à problématique de la feuille de coca, et de son dérivé diabolique : la cocaïne.
    Il a été le témoin privilégié de la dérive d'un Pouvoir toujours plus corrompu, qui sous couvert d'une idéologie indianiste et un pachamamisme d'État, a bafoué tous les principes de la démocratie, avant de sombrer en cette fin d'année 2019.

  • Cet ouvrage tente d'examiner la spécificité et la complexité de la mondialisation contemporaine ainsi que les formes nouvelles de responsabilité qu'elle implique et les engagements qu'elle demande d'inventer. Pour éviter de réduire la mondialisation à sa dimension économique, à l'universel marchand, la globalisation de la finance et des industries, les auteurs ont choisi de s'atteler non seulement aux déplacements économiques mais aussi politiques, juridiques, sociaux et culturels engendrés par les développements de la science, des techniques, des moyens de communication et de marché.

  • « Peut-on parler d'une culture mondiale ? À première vue la réponse est positive. La mondialisation repose sur une universalisation économique accompagnée d'une universalisation politique. Le système de l'économie monde repose sur l'expansion des marchés et sur la généralisation de l'entreprise comme institution totale. Ce système a pour forme politique la démocratie régime appelée à se répandre partout avec ses droits de l'homme et du citoyen. »

    Extrait de: André Tosel. « Du retour du religieux. » iBooks.

  • Où la mondialisation conduit-elle l´économie ? Pour tenter de répondre à cette question, les auteurs prolongent ici les intuitions de l´économiste Charles-Albert Michalet en analysant les espaces de la mondialisation : la finance globale, les bourses de valeurs, le commerce mondial - cet « impérialisme à l´envers » -, les pressions protectionnistes européennes ainsi que la globalisation de la propriété intellectuelle. Il s´agit de comprendre également comment les principaux acteurs de la mondialisation, les États et les Firmes, dépassent et entretiennent la crise. En effet, la concurrence que se font les États pour attirer les investisseurs étrangers nourrit cette crise malgré les politiques nationales d´innovation. De leur côté, les Firmes qui inscrivent désormais leurs stratégies dans une recomposition mondiale de l´industrie et des services, accentuent les flux de délocalisation et de relocalisation des activités. Dans un même temps, de nouvelles Firmes originaires du « Sud » font irruption dans l´espace mondial. La force de travail doit ainsi s´adapter à une nouvelle donne qui va de la financiarisation des Firmes à l´individualisation des rémunérations.

empty