• « Citoyens !... » L'orateur Jaurès, debout face à l'assistance, marque une courte pause puis s'élance. Sa voix, capable d'emplir les plus vastes édifices, épouse chaque nuance de sa pensée. L'effet d'entraînement
    sur l'auditoire est immédiat : les témoignages abondent, qui décrivent son incomparable éloquence. Mais s'il fut un maître reconnu de la parole, l'élu de Carmaux, fondateur de la SFIO, demeure aussi et surtout, Léon Blum l'a souligné, l'« un des plus hauts penseurs et un des plus grands écrivains dont la France ait pu s'honorer ».
    Qu'il s'agisse de l'homme politique, farouche défenseur de la République et socialiste convaincu, du militant pacifiste, du philosophe ou du poète, ce recueil de discours et de conférences constitue la meilleure approche du « tribun extraordinaire ».

  • À l'heure où le PS est en crise, ce livre exhume les sources contradictoires et embarrassantes de la pensée socialiste. Et si l'impasse était originelle ?
    Qui se souvient que les premiers socialistes furent des défenseurs ardents de la propriété et de la famille, des opposants farouches à l'intervention de l'État, de véritables ennemis de la grève ?
    Tout le monde croit savoir ce qu'est le socialisme ; mais en faisant l'archéologie de ses structures, en relisant ses textes fondateurs, on reste stupéfait de ce que l'on découvre, à rebours de la version officielle, qui livre une représentation très commode et arrangeante du passé.
    Jean-Pierre Deschodt dévoile la vérité dans cette enquête minutieuse. Il montre notamment qu'avant le triomphe majeur du collectivisme, les premiers socialistes exprimaient leur admiration pour Comte et Proudhon - mais qu'ils ignoraient complètement Marx.
    Voici enfin publiée, implacable et documentée, la première contre-histoire du socialisme français.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Aventuriers, hommes politiques, enseignants, entrepreneurs ou meneurs d'hommes, ils s'adressent aux jeunes, souvent à des moments de crise. De conseils bienveillants en anecdotes, ils se remémorent leur propre jeunesse pour en tirer des exhortations à "jouer le jeu", "chercher la joie la plus haute", "subordonner l'intelligence au coeur", "être fidèle à ses rêves", et rester exigeant.
    Vigoureuses, leurs paroles sont un vibrant appel à vivre passionnément.

  • 1919, quelques mois après la der des ders. Au palais de justice de Paris commence le procès de l'assassin de Monsieur J. Quatre ans et demi après les faits, le criminel se tient enfin devant ses juges.
    Dans le prétoire règne une atmosphère étrange. Les plaidoiries sont couvertes par le silence assourdissant qui suit le feu et la mitraille : sur l'autel de la guerre gisent des millions de sacrifiés.
    Marius, compagnon fidèle de Monsieur J., venu de Marseille, assiste médusé aux débats. Éléonore, jeune journaliste chargée d'en rendre compte, n'accepte pas la tournure qu'ils prennent. Fait-on le procès de l'assassin ou de la victime ?
    Le verdict tombe. Pour résister aux barbaries qu'il annonce, Éléonore et Marius vont reprendre autrement le fil de leur existence ébranlée. En l'absence de Monsieur J.
    Pierre Dharréville est né en 1975. Il vit et travaille près de Marseille. En l'absence de Monsieur J. est son premier roman.

  • Le socialisme est-il compatible avec la République ? Que propose le parti face à la crise du monde paysan ? Réformisme ou « classe contre classe » ? Quel rôle les prolétaires ont-ils joué dans l'histoire de France ? Que penser de la laïcité ? Peut-on vraiment être pacifiste en 1914 ?
    Homme de valeurs, Jaurès est un acteur majeur des principaux enjeux pour la République française au tournant du siècle.
    Cet ouvrage rassemble ses discours les plus importants, notamment le discours des deux méthodes, le discours à la jeunesse et le discours de Vaise, prononcé la veille de son assassinat. Des textes fondamentaux pour penser les racines du socialisme.

    Couverture : création Studio J'ai lu

  • « Moins qu'une oeuvre, Barrès nous offre une vie, qui s'est développée, comme toute existence humaine, sur le terreau des possibles manqués, mais une vie riche, faite d'équilibre entre l'intellect et l'affectivité, à la fois une et diverse, qui a prolongé sa ferveur jusqu'à l'instant de mourir ; si, dans sa vie publique, Barrès est resté en-deçà de ce qu'il aurait pu accomplir, le meilleur de son oeuvre est une quête constante du Moi profond. « L'histoire, plus généreuse aux morts que les vivants, reconnaîtra en Barrès l'un de nos écrivains les plus attachants, sinon peut-être l'un des plus grands. » Il était important, nous a-t-il semblé, de republier aujourd'hui ce premier livre de Pierre de Boisdeffre, dont le dessein, selon le mot de l'auteur, n'est « ni de condamner ni d'absoudre, mais simplement d'appeler Barrès à siéger de nouveau parmi nous ». C'est pourquoi figurent, à la fin du volume, des témoignages sur Barrès récemment demandés à des écrivains, représentatifs de la jeune génération, parmi lesquels : Béatrice Beck, Jean-Louis Curtis, Julien Gracq, J.-M.-G. Le Clézio, François Nourissier, René de Obaldia, Michel de Saint-Pierre...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Citation (début du texte)
    « Je ne pourrai pas, en une heure, entrer dans le détail cependant si intéressant des idées politiques et sociales de J.-J. Rousseau. Je serai même obligé, faute de temps, de laisser de côté une partie essentielle de son oeuvre, celle qu'E. Quinet considérait comme vitale, celle qui a trait aux rapports de la religion et de l'État, l'institution d'une religion civile. Je dois me borner à indiquer les grands traits des conceptions politiques et sociales de Rousseau, à marquer surtout quel était son état d'esprit et d'âme dans cet ordre de questions. Ce n'est peut-être pas entièrement inutile à notre époque, car l'homme extraordinaire que L. Blanc et G. Sand admiraient, n'est pas très pratiqué par la nouvelle génération politique et littéraire. Il n'en reste guère dans les esprits qu'une vague idée, une notion confuse de républicanisme théorique, de brillants mais dangereux paradoxes, d'incurable misanthropie. » (J. Jaurès)

    Jaurès rend hommage au génie de Rousseau, en nous éclairant sur les aspects humanistes de sa politique.


    Format professionnel électronique © Ink Book édition.


  • L'Europe s'est toujours écrite au pluriel. Elle est le creuset des idéologies, des mouvements populaires et des révolutions politiques et sociales. Ses sociétés et ses peuples ont été chrétiens et laïques, rationnels et utopiques, monarchiques et libéraux, bourgeois et socialistes. Mais aujourd'hui elle s'est brisée en deux morceaux qui se font face et s'épient quotidiennement depuis plus de trente ans au nom de la liberté et du socialisme. L'Ouest a pourtant oublié le socialisme et dévoyé la liberté, et l'Est n'a jamais connu ni la liberté ni le socialisme. Les Européens retrouveront-ils un jour l'éclatante richesse de leurs contradictions ? À la place du système actuel, développeront-ils la détente, le renouveau des nationalités, la renaissance du socialisme ? Les peuples sont-ils prêts à changer le système Est-Ouest ?

  • ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !

    Plus qu'une éphéméride, retrouvez la Chronique d'un jour sur toute l'histoire de l'humanité.
    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l'Histoire.
    Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.

    Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • NÉE SUR LES DÉCOMBRES DE L'EMPIRE EN 1870, engloutie par la Seconde Guerre Mondiale en 1940, la Troisième République a été longtemps un régime décrié, parfois même honni. Elle fut pourtant le cadre d'événements majeurs, tels que la Commune, l'affaire Dreyfus, la Première Guerre Mondiale, le Front Populaire ou encore la montée des fascismes. Avec une érudition impeccable, servie par un style limpide, Jean-Pierre Azéma et Michel Winock nous proposent ici une synthèse de référence sur ce moment clé de notre histoire politique

  • « L'Ennemi du peuple, extraits choisis » est un recueil d'articles tirés de la plume de Georges Darien et publiés dans l'éphémère « L'Ennemi du peuple » en 1904. "L'Ennemi du peuple" est un journal anarchiste ou libertaire créé et dirigé par Emile Janvion et dont le nom, inspiré de la pièce de Ibsen, fut l'idée de Georges Darien. «L'Ennemi du peuple » était un bimensuel qui parut du 1er août 1903 jusqu'au 1er octobre 1904, sauf pour les numéros 2, 16 et 18. « L'Ennemi du peuple » mit fin à sa publication après 28 numéros. Lorsqu'on lit certains des articles écrits par Darien, on ne peut s'empêcher de conclure que les lois contre la diffamation protègent peut-être davantage les individus mais limitent la liberté d'expression. Après, tout est naturellement une question d'équilibre.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pour qui écrit l'histoire du socialisme de 1920 à 1924, deux choses sont possibles. Ou bien englober la variété communiste, ou bien se limiter à la variété qu'on a tendance aujourd'hui à appeler social-démocrate. Dans cet ouvrage, l'auteur a résolument choisi la seconde solution. D'abord parce que le Congrès de Tours avait affirmé une volonté de rupture qui aboutissait à toute une série d'innovations. Ensuite parce que la matière qu'il avait pu recueillir sur la vie de la SFIO, contrainte à combattre sur plusieurs fronts, était suffisamment abondante. On verra donc ici comment les socialistes ont reconstruit un Parti rapidement plus fort que le Parti communiste. Comment ensuite, pendant dix ans, ils ont hésité sur la route à suivre. Comment enfin ils ont eu la charge redoutable de conduire l'expérience du Front Populaire. Ces années sont dominées par la figure de Léon Blum.

  • La question du renouvellement du socialisme et de son adaptation aux problèmes d'aujourd'hui provoque des discussions passionnées dans de nombreux pays. Elle est à l'ordre du jour en France, en particulier depuis la fondation du Parti Socialiste Unifié, à la suite d'une fusion du P.S.A., de l'U.G.S. (Union de la Gauche Socialiste) et de communistes dissidents groupés autour du journal « Tribune du communisme ». Édouard Depreux, ancien ministre de l'Intérieur et de l'Éducation nationale, a adhéré à la S.F.I.O. à l'âge de 20 ans, en 1918 après avoir été démobilisé ; à deux reprises président du groupe parlementaire socialiste il a quitté en septembre 1958 la S.F.I.O.pour devenir Secrétaire général du P.S.A. Il est aujourd'hui le Secrétaire national du P.S.U. Dans ce livre, Édouard Depreux précise son attitude face aux questions d'actualité (crise paysanne, constitution de la Ve République, guerre d'Algérie) mais il définit en même temps les principes, traditionnels et toujours neufs, à partir desquels doit se rénover le socialisme, grâce à la planification dans la liberté. Doctrinal et polémique à la fois, l'ouvrage d'Édouard Depreux est appelé à avoir un grand retentissement dans tous les milieux politiques.

  • Le mouvement révolutionnaire, vers un monde où l'homme cesse d'être « un loup pour l'homme », ne s'arrête évidemment pas avec la fin de l'expérience soviétique. Dans cette perspective, la pensée de Jaurès excède largement ce qui en est ordinairement retenu.

  • Nous sommes le 22 janvier 1923, le secrétaire général de l'Action Française, Marius Plateau est assassiné dans son bureau. Mais il ne le fut que par défaut ; Germaine Berton, alors âgée de 20 ans voulait éliminer celui qu'elle tenait pour responsable des évènements de la politique nationale mais aussi internationale, Léon Daudet. Son absence l'a sauvée tandis qu'elle condamnait son collaborateur. Ce n'est pas un fait divers, c'est le résultat d'une volonté déterminée. Militante à gauche depuis son plus jeune âge, l'action plus que la réflexion guide chaque moment de sa vie. Sacrifiant tout, sa famille comme ses amis, ses engagements la font vivre souvent dans le dénuement le plus extrême. « L'histoire jugera », cette déclaration apparemment innocente, sert lorsqu'un responsable politique veut défendre un projet. Avec ce récit on voit bien, justement la difficulté qu'il peut y avoir à juger des faits sortis de leur contexte ambiant. Oscillant de l'admiration à la stupéfaction, le lecteur découvrira avec avidité toutes les archives attenantes au procès.

  • Un siècle et demi à peine nous sépare de la naissance de Jaurès, le 3 septembre 1859 à Castres. Sa grande voix résonne encore aux oreilles des citoyens du XXIe siècle. Il reste comme le porte-parole du monde ouvrier et l'unificateur du socialisme français, le défenseur de la justice et de la vérité à travers sa campagne pour Dreyfus, l'apôtre de la paix au prix de son existence, brutalement arrêtée le 31 juillet 1914.
    Pourtant, une part importante de sa vie personnelle, mais aussi de son engagement et de sa façon d'appréhender les problèmes de son temps ont été sinon complètement occultés, du moins fortement minimisés. Il s'agit de son appartenance au monde paysan. Lui-même se définissait comme un paysan cultivé.
    Analyser aujourd'hui cette particularité n'est pas seulement faire oeuvre d'érudition et de mise à jour. C'est en effet montrer également l'engagement résolu de Jaurès au moment où disparaissent les derniers authentiques paysans, et où s'installent les pires inquiétudes à propos de l'environnement et du développement économique. Sa lutte pour transformer sans détruire les campagnes - dont il percevait quel instrument irremplaçable d'équilibre et de progrès elles pouvaient devenir dans le monde industriel - constitue une leçon et un exemple.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty