• The Nobel Prize and Pulitzer Prize-winning author of Sula presents the story of embittered Korean War veteran Frank Money, who struggles against trauma and racism to rescue his medically abused sister and work through identity-shattering memories. Reprint. 100,000 first printing.

  • Printemps 1951, deux espions de la CIA épient une rencontre de la plus haute importance entre David Ben Gourion, « premier » Premier Ministre de l'État d'Israël, et Albert Einstein. L'objet de leur discussion : l'obtention de l'arme nucléaire par le jeune état juif et l'existence de Dieu.

    Cinquante ans plus tard, Tomas Noronha, expert en cryptologie, est appelé au Caire par une mystérieuse jeune femme. Sa mission : déchiffrer un cryptogramme caché dans un document détenu par le gouvernement de Téhéran. Un manuscrit écrit de la main d'Albert Einstein dont le contenu pourrait bousculer l'ordre mondial.

    Tomas Noronha devient alors un agent double censé collaborer avec les Iraniens pour informer l'Occident. Mais au cours de son enquête, il découvre que le fameux manuscrit contient beaucoup plus de choses que ne l'espéraient ses différents commanditaires. Il serait tout simplement la preuve scientifique de l'existence de Dieu.

  • Oregon, 1851. Dans lAmérique de la Ruée vers lor, les frères Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs à gages, chevauchent vers la Californie, pour accomplir lune de leurs sinistres missions. Mais cette dernière se transforme en une aventure inédite à lépilogue aussi tragique que bouleversant. Hommage picaresque et décalé aux classiques du western et magistrale plongée dans ses entrailles les plus sombres, un roman inventif en forme dexceptionnelle prouesse narrative placé sous le signe de lhumour noir.

  • Gioconda

    Nikos Kokantzis

    Nìkos, un adolescent, et Gioconda, une jeune fille juive, s'aiment d'un amour absolu jusqu'à la déportation de celle-ci à Auschwitz, en 1943. Un récit lumineux d'une initiation amoureuse, vibrant de naturel et de sensualité malgré la haine et la mort.

  • À Bois Sauvage, dans l´État du Mississippi, dix jours avant l´arrivée de l´ouragan Katrina, une famille tente de se mettre à l´abri. Vue à travers les yeux d´une adolescente de quatorze ans qui vient de découvrir qu´elle est enceinte, une chronique familiale à la fois violente et émouvante, portée par une écriture ciselée, couronnée par le National Book Award en 2011.


    À Bois Sauvage, Mississippi, en 2005.



    Depuis que sa mère est morte en couches, Esch, quatorze ans, s´occupe des hommes de sa famille : son père Claude, ses deux aînés, Randall et Skeetah, et Junior, le petit dernier. Esch a du mal à trouver sa place : elle couche avec les copains de ses frères pour leur faire plaisir mais c´est de Manny qu´elle est amoureuse. Et dont elle est enceinte.
    À qui le dire ? Skeetah n´a d´yeux que pour China, son pitbull adoré qui vient d´avoir une portée de chiots ; Randall s´entraîne pour le match de basket qui pourrait lui valoir une bourse sportive et Junior traîne dans ses pattes, en quête d´un peu d´attention. Quant à leur père, il tombe régulièrement dans la bière pour oublier qu´il est seul. Alors Esch se réfugie dans son livre favori, sur la mythologie grecque, et fait des rêves où sa mère prend les traits de Médée.



    Les journaux annoncent l´arrivée imminente d´une tempête. Habituée à la saison des ouragans, la famille fait ce qu´elle fait toujours : consolider la maison, rassembler de la nourriture, quitte à aller en chaparder aux alentours. Mais cette tempête n´est pas comme les autres, elle se nomme Katrina, elle est la mère de tous les ouragans. Et sa violence est sans limites...

  • Le monde à l'endroit

    Ron Rash

    Chaparder des plants de cannabis, rien d'extraordinaire pour Travis Shelton. Cette fois, le père Toomey le prend sur le fait et le lui fait payer. Le gamin ne se came pas ; il n'a pas mauvais fond, juste envie de tailler la route. Fuyant l'humiliation paternelle et un présent étriqué, il croise celle de Leonard. Ce prof aux leçons décalées pourrait l'aider à remettre son monde à l'endroit.

  • Le 14 février 1989, le jour de la Saint Valentin, Salman Rushdie reçut un coup de téléphone d´un journaliste de la BBC : il avait été« condamnéà mort » par l´Ayatollah Khomeiny. C´était la première fois qu´il entendait le mot « fatwa ». Son crime ? Avoir écrit Les Versets sataniques, un roman accusé d´être « contre l´Islam, le Prophète et le Coran ».

    Ainsi commence l´extraordinaire histoire d´un écrivain obligé de devenir un clandestin, changeant sans cesse de domicile, sous la protection permanente d´une équipe de protection policière armée. Quand on lui demande de se choisir un pseudonyme à destination de la police, il songe aux écrivains qu´il aime et essaie des combinaisons de leurs noms ; puis l´idée lui vient : Conrad et Tchekov - Joseph Anton.

    Comment un écrivain et sa famille traversent-ils neuf années sous une menace de meurtre perpétuelle ? Comment continuer àécrire ? À vivre des histoires d´amour ? Quels effets le désespoir a-t-il sur sa pensée et son action, comment et pourquoi flanche-t-il et comment apprend-il à se relever et à se battre ? Telle est l´histoire que Salman Rushdie raconte pour la première fois à travers ces remarquables mémoires - l´histoire d´une des plus importantes batailles pour la liberté d´expression de notre époque. Il dit ici les réalités parfois cruelles, parfois comiques d´un quotidien sous surveillance armée, et les liens très forts qu´il tisse avec ses protecteurs ; il dit aussi sa lutte pour gagner le soutien et la compréhension des gouvernements, des chefs des services de renseignements, des éditeurs, des journalistes et de ses collègues écrivains, il dit encore son combat acharné pour retrouver sa liberté.

    C´est un livre d´une franchise et d´une honnêteté exceptionnelles, saisissant, provocant, émouvant, et d´une importance vitale. Car l'histoire de Salman Rushdie n´est que le premier acte d´un drame qui continue de se dérouler chaque jour quelque part dans le monde.

  • Il y a des vies qui sont des romans qu'aucun romancier n'oserait écrire par crainte d'être taxé d'invraisemblance. Mika, Micaela Feldman de Etchebéhère, a réellement vécu en Patagonie, à Paris, à Berlin, en Espagne, elle a tenu toute sa vie des carnets. À partir de ces notes, des rencontres avec ceux qui l'ont connue, des recoupements de l'Histoire, Elsa Osorio transforme ce qui pourrait n'être qu'une biographie en littérature. participé, avec son mari, au mouvement intellectuel dans les années 30. Puis ils sont allés vivre à Berlin dont les ont chassés le nazisme et les manipulations du mouvement ouvrier par le stalinisme. Enfin ils sont allés rejoindre les milices du poum dans la guerre civile en Espagne. Dans des circonstances dramatiques, elle, qui ne sait rien des armes et des stratégies militaires, se retrouve à la tête d'une milice. Son charisme, son intelligence des autres, sa capacité à prendre les décisions la rendent indispensable et ce sont les miliciens eux-mêmes qui la nomment capitaine. Poursuivie par les fascistes, persécutée par les staliniens, emprisonnée, elle sera sauvée par les hommes qu'elle a commandés. Elle a fini sa vie d'inlassable militante à Paris en 1992. Elsa Osorio, portée par ce personnage hors du commun, écrit un roman d'amour passionné et une quête intellectuelle exigeante en mettant en oeuvre tout son savoir-faire et son talent littéraire pour combler les trous de l'Histoire.

  • Italie, été 1978. L´été le plus chaud du siècle. Dans un petit hameau de la région des Pouilles, alors que leurs parents s´enferment toute la journée pour se protéger des assauts du soleil, un groupe d´enfants en vadrouille s´amuse dehors, jouant à se donner des gages. Au cours d´un de ces jeux, dans une maison abandonnée, Michele tombe accidentellement dans un trou creusé dans le sol. Le petit garçon de neuf ans fait alors une découverte sinistre qui va bouleverser sa vie : il se retrouve nez à nez avec un enfant nu, à l´air malade et faible, enchaîné là comme un animal. Des milliers de questions et de craintes assaillent le petit Michele. Pourtant, il ne dit rien à personne et organise en secret des expéditions solitaires pour rendre visite au prisonnier mystérieux et le nourrir. Coup de théâtre, Michele finit par découvrir que ses propres parents, aidés de leurs amis, ont kidnappé cet enfant dans un but terrible... Cette révélation va changer pour toujours sa vision des adultes.

  • Léon et Louise nont pas vingt ans lorsquils se rencontrent dans un petit village français vers la fin de la Première Guerre mondiale. Connus, reconnus, perdus de vue, séparés par les hasards de lHistoire et les vents contraires du destin, les deux jeunes gens ne soublieront jamais. En explorant la vie secrète de son propre grand-père sur plus de quarante ans, Alex Capus signe le roman dun amour plus fort que le tourbillon de la vie, une irrésistible épopée intime et ample qui a déjà séduit plus de 200 000 lecteurs outre-Rhin.

  • À quarante ans, Antonio Yammara dresse le bilan de sa vie et revient sur sa relation, brève mais lourde de conséquences, avec Ricardo Laverde, un homme laconique et secret qu'il a autrefois fréquenté dans une salle de billard du centre de Bogota. Un soir

  • Relevé de terre

    José Saramago

    Le soleil embrase le latifundium, l'ombre de la garde nationale plane sur sa glèbe. João Mau-Tempo découvre que la solidarité unit plus fortement les fourmis laborieuses que les paysans. Il mesure alors l'aliénation des siens. Entré dans la clandestinité, qualifié de dangereux perturbateur, il est emprisonné et torturé. Son combat n'est pas vain : une jeune femme libre marche sur ses traces.

  • Une place à prendre

    J. K. Rowling

    • Grasset
    • 28 Septembre 2012

    Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre...
    Comédie de moeurs, tragédie teintée d´humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

  • L'ange rouge

    Nedim Gürsel

    Le biographe turc de Nâzim Hikmet se rend à Berlin, où un mystérieux personnage lui a donné rendez-vous afin de lui remettre des dossiers très importants concernant le poète. A leur lecture, il comprend qu'il s'agit de documents de police concernant la vie privée et l'engagement de Hikmet, alors réfugié en Europe de l'Est après avoir connu la prison dans son pays, et que son interlocuteur, qui se fait appeler « Ange », n'est autre qu'un ancien agent de la Stasi.Celui-ci, homosexuel et « vieux fusil » avait été amoureux du poète et de sa cause. Dans une longue évocation de Berlin avant et après la chute du mur, le biographe s'interroge sur ce personnage ambigu et sur les tragédies du 20ème siècle et se souvient aussi de son grand amour, une chanteuse de cabaret dont il ignore qu'elle travaille désormais dans un lupanar sordide de la capitale de l'Allemagne unifiée.
    Construit en trois parties à la jonction d'Istanbul, Moscou et Berlin, ce roman rassemble tout ce qui traverse l'oeuvre de Nedim Gürsel: sa passion pour les villes et leur littérature, pour la Turquie et son histoire, pour l'errance et la poésie.

  • Libraire intermittent et écrivain inaccompli dont la vie sentimentale est un fiasco, Marc-Antoine Cianfarani vit en reclus dans un hameau de la montagne corse doù, réfractaire à lattitude de ses contemporains qui, sur la côte, rivalisent de compromissions pour assouvir un matérialisme dévorant, il assiste à linexorable pillage dune île livrée à toutes les formes de dénaturation.

    Né dune île, la Corse, et de la langue qui sy parle, Murtoriu convoque les forces de la subversion dans un texte flamboyant, inspiré et douloureux, et assume son droit universel à la singularité pour que résonne à nouveau, sur cette terre, le chant perdu du monde.

  • Les Quatre Livres - dont le titre évoque à la fois les quatre « canons » du confucianisme et les quatre Evangiles - est une oeuvre forte, violente, bouleversante, pour dire à voix alternées le récit de la création d'un monde, ce cauchemar que furent, de 19

  • Gains

    Richard Powers

    À travers l´aventure de Clare Inc., une petite entreprise familiale américaine de savon créée en 1830 à Boston et devenue au fil des années une multinationale de la chimie, Richard Powers retrace un siècle et demi de capitalisme, évoquant au passage la mentalité des premiers pionniers, l´évolution du syndicalisme, du management, de la publicité et de la communication.



    En parallèle, il nous entraîne dans la vie de Laura Brodey, mère de deux enfants, travaillant dans l´immobilier à Lacewood, Illinois, ville dont le destin est marqué par la présence des usines de Clare Inc.. L´existence de Laura et celle de la multinationale vont bientôt converger d´une façon inattendue.





    Avec ce dialogue entre une personne morale et une personne physique, Richard Powers interroge une nouvelle fois la modernité. Il s´intéresse aussi ici à l´influence du libéralisme sur l´environnement, la vie quotidienne et les destins individuels. Faisant à la fois preuve d´une vision globale et d´une puissance d´émotion rare, il s´attache aux conséquences, heureuses et malheureuses, du développement de la société de consommation sur les individus, aux gains et aux pertes, au prix à payer.


    «À la fois subtil, provocateur et d´une rare puissance littéraire, Richard Powers nous lance un avertissement de façon beaucoup plus efficace que quiconque depuis très longtemps : Consommateurs, méfiez-vous ! » Rick Moody

  • Moi et toi

    Niccolò Ammaniti

    Depuis toujours, Lorenzo est l´un de ces enfants que l´on dit « différent ». Selon le professeur Masburger, le psychiatre auquel il a été confié tout jeune, il souffre d´un sentiment hypertrophique de soi, un dérèglement narcissique, un « ego grandiose ». Conséquence logique : il est en perpétuelle inadéquation avec le groupe, et ce depuis son entrée à l´école. Ses parents s´en trouvent totalement démunis. Les années passant, de peur de chagriner une maman qu´il aime plus que tout, Lorenzo choisit alors la fiction. À quatorze ans, il fait semblant d´avoir des amis, de s´intégrer, de jouer dans l´équipe de football de son collège. Ainsi il parvient à la fois à la rassurer et à se prémunir de la violence que les adolescents testent sur les plus faibles.

    Le jour où il monte tout un stratagème pour faire croire qu´il a été invitéà partir skier à Cortina avec trois camarades de classe, il vise au pur chef-d´oeuvre mythomane. Mais, s´il s´est montréà la hauteur du défi - en préparant méthodiquement de quoi tenir un siège au fond d´une cave abandonnée -, il n´a pu cependant imaginer qu´une lointaine demi-soeur bousculerait tous ses plans. Émaciée, épuisée, en pleine crise de manque, elle pense, elle aussi, se dérober au regard des autres en se réfugiant justement dans cette cave. Cette cohabitation forcée, ce refuge de fortune qu´ils vont partager dans des conditions difficiles, fera voler en éclats les faux-semblants dont ils ont chacun paré leurs vies. Lorenzo apprendra qu´être nécessaire à la vie des autres donne le sentiment d´exister. Et, confrontée au regard de ce demi-frère inconnu, Olivia devra elle aussi se livrer à un examen de conscience pour se dévoiler. Entre eux, qui ont triomphé secrètement d´une terrible épreuve, se crée un lien indéfectible et se noue la promesse mutuelle d´un retour à la vie. Oui, mais...

  • Le lynx

    Silvia Avallone

    Piero aime les belles voitures. Volées de préférence. L'espace d'un instant, voler lui permet de fuir un quotidien morne et lui donne l'agilité et la puissance d'un lynx. Une nuit de brouillard, quelque part dans la plaine du Pô, Piero stoppe son Alfa Romeo rutilante sur une aire de repos, entre dans un restoroute et s'apprête à braquer la caisse lorsqu'il tombe sur un adolescent paumé dont l'assurance et l'étrange beauté le foudroient... Une rencontre improbable qui changera le cours de sa vie. Dans ce récit intense comme une brûlure, Silvia Avallone confirme son immense talent.

  • En Libye la révolte gronde. La guerre éclate. Dans un pays en proie à la violence, en pleine déroute, certains n´ont plus le choix. Il leur faut partir avant d´être tués, comme Omar, le mari de Jamila. La jeune femme part donc avec son petit garçon, Farid, trop jeune pour comprendre la violence des hommes. Farid ne connaît que le désert. La terre de ses ancêtres bédouins. Il n´a jamais vu la mer. Mais Jamila sait que le salut est là, que leur unique chance de survie est d´embarquer sur l´un de ces bateaux qui promettent de les mener en Sicile.

    Jamila a donné tout son argent au passeur, elle n´a plus rien, plus rien que cette dérisoire amulette qu´elle a nouée autour du cou de Farid, plus rien que son châle qui le protégera du soleil et du sel, plus rien qu´un peu d´eau qu´elle lui donne goutte à goutte, pour qu´il ne meure pas. Et cette force que le désespoir donne aux mères.

    De l´autre côté de la mer, vit un autre garçon, Vito, qui ne sait que faire de ses dix-huit ans. Vito est né en Sicile mais sa mère, Angelina, a vu le jour à Tripoli. Pendant onze ans, elle a été arabe. Avant qu´en 1970, Kadhafi, ayant pris le pouvoir, chasse les colons italiens de cette « quatrième rive » de l´Italie où la faim les avait poussés àémigrer. Elle est partie avec ses parents, qui n´ont jamais pu se sentir chez eux en Italie. Un jour, Angelina a su que les Italiens pouvaient revenir en Libye. Faire du tourisme. Kadhafi était l´ami de Berlusconi. Alors Angelina est retournée à Tripoli avec son fils, Vito, et sa mère, Santa. Angelina a marché sur les traces de son passé, de celui de tous ces Italiens qui ont travaillé la terre de Libye, de ses parents qui avaient repris une petite fabrique de bougies. Elle a même retrouvé Ali, son ami d´enfance. Mais la Libye n´est plus le pays de ses jeunes années, et Ali n´est plus le garçon d´autrefois.

    L´été n´en finit pas de s´achever. Vito traîne sur les plages son mal de vivre. Sur la grève, la mer dépose les débris d´un naufrage, les débris d´une histoire. Celle de tous ceux qui ont voulu fuir leur pays mais qui n´accosteront jamais aux rives de l´Italie. Vito ramasse ces vestiges sur la plage. Il sait, il sent qu´il lui faut préserver la mémoire de ces jours terribles. Il colle ses trouvailles sur un immense tableau bleu. Au centre, une de ces amulettes porte-bonheur que les mères arabes mettent au cou de leurs enfants pour les protéger du mauvais sort.

  • Michael a 11 ans quand il quitte son Sri Lanka natal pour rejoindre sa mère en Angleterre à bord du paquebot l'Oronsay. 21 jours hors le monde, entre l'océan Indien, la mer d'Arabie, la mer Rouge, le canal de Suez et la Méditerranée, à peine surveillé par sa cousine Emily... À lui l'aventure et la liberté ! Avec deux autres garçons de son âge, Cassius et Ramadhin, ils visitent le navire des cales jusqu'aux premières classes. Ce monde en vase clos est leur terrain de jeux.

  • Le château du village de Bellingford, au coeur de la campagne anglaise, vient d´être vendu. Ses mystérieux acquéreurs sont deux messieurs de la ville, sans lien de parenté... De quoi exciter la curiosité des habitants de cette bourgade sans histoires. Lorsqu´ils réalisent que Richard, riche producteur de théâtre de soixante-dix ans, et Bless, son jeune amant, ont choisi cet écrin de verdure pour vivre leur histoire d´amour, ils sont tous embarqués dans un tourbillon de situations inattendues et cocasses. Selon certains habitants hostiles à tout ce qui sort de l´ordinaire, comme le général Jerrold, les nouveaux occupants du château ont des moeurs « contre nature » et côtoient des personnages étranges et pour le moins extravagants. Un vent de folie souffle alors sur le village jusqu´alors tranquille, et les malentendus, quiproquos et situations absurdes se succèdent à une allure vertigineuse. C´est sur le mode de l´humour joyeux et bon enfant que William Corlett choisit de raconter la confrontation entre deux univers que tout oppose. Mais ce roman drôle et vaudevillesque est aussi bourré de tendresse. Les différences s´estompent peu à peu, et parfois même les masques tombent...

  • Molly Howe ne s´attache à personne. Elle traverse l´existence telle une ombre, fuyante et insaisissable, son propre pouvoir de fascination lui échappe. Trop à l´étroit dans un monde étriqué, elle s´enfuit à Berkeley où elle rencontre John Wheelwright, étudiant en histoire de l´art, prêt à tout pour elle. Jusqu´à ce qu´elle disparaisse.
    À dix années de là, New York. John est devenu un jeune homme brillant, sa carrière dans la publicité démarre en flèche, il vient d´être repéré par le gourou visionnaire Mal Osbourne et s´apprête à le suivre dans un défi exaltant et révolutionnaire : tuer la publicité et sauver la création. Absorbé tout entier par l´aventure, il a presque oublié cette béance dans son passé, jusqu´à ce que Molly rejaillisse de l´ombre.

    Chassé-croisé narratif de génie,La Fabrique des illusions entremêle les trajectoires de ses créatures et dresse le portrait d´une gigantesque machine à rêves : l´Amérique des années 1980-1990.



    Jonathan Dee écrit pour leNew York Times Magazine, la revueHarper´set laParis Review. Il enseigne à l´université de Columbia. Les Privilèges, son premier roman publié en France en 2011, a reçu le prix Fitzgerald. Il a également été désigné comme la découverte étrangère de l´année par le magazine Lireet l´un des vingt-cinq meilleurs livres de l´année par Le Point. AvecLa Fabrique des illusions, Jonathan Dee continue de dévoiler la palette de ses talents. À rebours de la vogue des romans d´anticipation, il revient sur les pas du monde d´images qui a accouché des désillusions d´aujourd´hui. Cette Amérique-là est la sienne, cette culture est son patrimoine, celle qui baigne toute une génération d´auteurs, de Jeffrey Eugenides à Don DeLillo et Richard Russo.



    « Un grand roman, très impressionnant. Jonathan Dee livre ici une chronique culturelle intense et foisonnante. » New York Times Book Review

  • Ville des anges

    Christa Wolf

    Los Angeles, la ville des anges.La narratrice doit y séjourner neuf mois, au début des années 1990, après avoir obtenu une bourse de recherche. Il s'agit pour elle de percer un secret : dans quel but Emma, sa chère amie, lui a-t-elle remis avant de mourir une liasse de lettres qu'une certaine L., allemande comme elle, mais émigrée aux États-Unis, lui avait écrites ?À la recherche de L. dans la ville des anges, donc. Là où trouvèrent refuge beaucoup d'émigrés allemands fuyant le nazisme. Brecht, Thomas Mann. Là où Christa Wolf elle-même s'installa deux ans après la réunification de l'Allemagne pour se protéger des incriminations qu'eurent alors à subir nombre de ceux qui étaient nés de l'autre côté du Mur.La découverte de l'Amérique, anges et enfers, au moment même où l'Histoire ne laisse plus le choix et vous contraint à entreprendre un douloureux travail sur soi que l'éloignement permet enfin.Christa Wolf, née en 1929 en Prusse, est l'un des plus grands écrivains de langue allemande. Son oeuvre, traduite dans le monde entier, a été largement distinguée en Allemagne par les prix les plus prestigieux : Prix national de la RDA, prix Georg Büchner, prix Thomas Mann et prix Uwe Johnson, parmi d'autres. Elle est décédée le 1er décembre 2011.Traduit de l'allemand par Alain Lance et Renate Lance-OtterbeinRenate Lance-Otterbein et Alain Lance ont traduit Christa Wolf, Volker Braun et Ingo Schulze. Elle a été chercheuse au CNRS. Il a dirigé la Maison des écrivains et publié plusieurs livres de poésie.

empty