Rue des Promenades

  • Addictives, les nouvelles de Monique Debruxelles plongent le lecteur dans des situations étranges dont les protagonistes viennent à bout comme ils peuvent : durs et ingénus, ils envisagent les choses à leur façon. Si le climat qui s'installe évoque immédiatement les nouvelles fantastiques du XIXe, les personnages, au fond, ne sont pas si loin de nous ressembler. On les déteste et on en raffole.
    Neuf nouvelles composent le recueil : La nuit tango -Tous les hommes qu'on aime... - Le beau débit de l'Oise - Fête nationale - Le kiosque aux chimères - La chasse aux revenants - Nuit d'orage - Soirée au cirque À l'envers - La rouille n'a que faire de novembre

    Sur le papier kraft était écrit mon nom : Valentine Turandeau, en belles anglaises à l'ancienne. Il y avait deux mois que je me terrais au fin fond d'une campagne vallonnée, au sud de la France. J'avais trouvé l'annonce de cette location dans un journal, tout s'était réglé très vite, par courrier en poste restante. Personne ne savait où j'étais. Indécise, j'observai longuement l'objet sans oser l'ouvrir. Qui me l'envoyait ? Malgré tous les moyens dont il disposait dans son ministère, José n'avait pas encore découvert ma trace, sinon il serait venu et aurait exigé mon retour immédiat.

empty