• Crépuscule

    Juan Branco

    L'histoire cachée de Gabriel Attal, Édouard Philippe, Bernard Arnault, Arnaud Lagardère, Xavier Niel et Emmanuel Macron.

    Crépuscule s'inscrit dans la tradition littéraire française des réquisitoires politiques. Sous la plume enflammée d'un jeune homme formé pour intégrer les élites mais croyant encore en la République, il dénonce et expose les preuves d'une captation de la démocratie par des oligarques puissants, en faveur d'intérêts de caste. Et comment le président Emmanuel Macron en fut à la fois la créature et l'instrument

    Le publier est un acte citoyen.

  • FABRICATION DES ÉLITES : UN SCANDALE DÉMOCRATIQUE

    « La République ne vous appartient pas. » Le 9 décembre 2019 Juan Branco ouvre par ces mots son discours dans l'amphithéâtre d'honneur de Polytechnique. Face aux étudiants de la plus prestigieuse école du pays, il se livre à une leçon magistrale sur le dévoiement du système qui vient de les consacrer et donne les clés pour comprendre les finalités d'un système éducatif où les écoles du soi-disant mérite sont créées pour reproduire une logique de domination au profit de quelques-uns. Son appel au sursaut est un plaidoyer pour une idée de la République, abandonnée par leurs aînés.

    Suivi des échanges avec les étudiants, un discours qui s'adresse à tous les Français et fera date sur un système de sélection dont ils sont avant tout victimes.

  • Le 2 décembre 2018, le corps du plus jeune président de la République française, Emmanuel Macron, rejoint le Panthéon devant les spectateurs du monde entier. Le pays, le gouvernement et ses proches demeurent incrédules face à son assassinat. Ne reste plus qu'à remonter le temps pour suivre les ramifications du complot qui a conduit à cette fin. Le romancier François Médéline, après dix années passées dans les coulisses du gouvernement, nous offre une fiction politique moderne et percutante. De sa plume explosive, il s'amuse à mettre en scène les grands de ce monde et nous parle du règne de l'image, de pouvoir et de démesure.

  • Dans un contexte sanitaire et économique toujours incertain, le télétravail se révèle aujourd'hui incontournable dans les entreprises.

    Elles sont toujours plus nombreuses à le mettre en place et les administrations publiques le déploient maintenant pour des millions de fonctionnaires.

    L'obligation légale de préserver la santé des salariés, les économies substantielles de mètres carrés de bureaux et les gains de productivité apportés par le télétravail ont désormais convaincu les entreprises.

    Les ordonnances Macron et ensuite la crise sanitaire de 2020 ont considérablement modifié le cadre légal du télétravail.

    Cet ouvrage fait le point sur tous ces changements et propose les outils pour réussir ce profond bouleversement de l'organisation du travail, quelle que soit la structure, privée ou publique.
    />
    Fort de son expérience de consultant télétravailleur, l'auteur s'adresse aux DRH et DSI qui mettent en place le télétravail, ainsi qu'aux managers qui pilotent des équipes à distance.

    Un guide qui accompagnera également les télétravailleurs dans leur organisation quotidienne pour répondre à ces trois règles : travailler, communiquer, rendre compte.

  • A la manière de Marx dans Le 18 Brumaire, l'un de nos plus grands analystes politiques, spécialiste des mouvements d'opinion, décrypte les impasses des enjeux et des perspectives de la France d'aujourd'hui. Superbement lumineux. Quel " Nouveau Monde " a véritablement instauré l'élection d'Emmanuel Macron ? Pourquoi, en emportant le traditionnel clivage gauche-droite, a-t-elle ravivé des oppositions disparues ? Comment la rupture des équilibres politiques anciens a-t-elle entraîné de nouvelles fractures sociales ? En quoi le triomphe du bloc élitaire, étendant son pouvoir sur l'entière société, a-t-il rouvert une grave période de tension et de violence ? Et le rejet de ce libéralisme autoritaire désormais dominant peut-il provoquer, en 2022, la victoire d'un bloc populiste unifié ?
    C'est à toutes ces questions cruciales que répond ici, Jérôme Sainte-Marie. En expert reconnu des études d'opinion et du conseil politique, convoquant l'histoire et l'actualité, le décodage des idéologies et le décryptage des sondages, l'examen critique des appareils administratifs, financiers, médiatiques et des mouvements militants ou contestataires, il montre, recourant à Marx comme à Tocqueville, que loin de s'atomiser, la société française se polarise.
    Jamais la montée aux extrêmes entre les élites et le peuple n'avait été explorée comme ici, dans toute sa profondeur.
    Un exercice pénétrant de lucidité sur aujourd'hui. Une indispensable leçon d'anticipation sur demain. Un essai sur la France contemporaine sans précédent, pour tous ceux qui veulent comprendre et prévoir.

  • L'ambigu monsieur Macron

    Marc Endeweld

    Marqué au fer rouge par son passage à la banque Rothschild, « Monsieur Macron » - comme l'appelle froidement Martine Aubry - symbolise le grand quiproquo entre François Hollande et les Français. Pourquoi le président socialiste, élu par le peuple de gauche en 2012, a-t-il choisi comme ministre de l'Économie ce jeune homme adulé des grands patrons pour ses penchants libéraux ?
    Les amis d'Emmanuel Macron soulignent que ce pianiste émérite n'est pas du sérail et qu'il a enchaîné les grandes écoles de la République. Ils rappellent à l'envi son mariage avec sa prof de français, Brigitte Trogneux, de vingt ans son aînée. Un homme atypique, nous dit-on !
    Ses ennemis insistent sur sa proximité avec Jacques Attali et Alain Minc, et citent ses nombreuses bourdes politiques, notamment contre les fonctionnaires ou les 35 heures. Au Parti socialiste, les « frondeurs » honnissent cet héritier de la « deuxième gauche », en pleine crise de la social-démocratie.
    « Monsieur Macron » ne laisse, en tout cas, personne indifférent.

  • « Crépuscule n'était ni un songe, ni la fantasmagorie d'un esprit solitaire - les vidéos de Branco faisaient des millions de vues. »
    Mariel Primois-Bizot

    Récit de la genèse du phénomène d'édition, état des lieux interne de la censure médiatique, plongée intime dans le rapport qu'entretient le jeune avocat avec sa caste, Signé Branco ! raconte et analyse le phénomène qui a fait de Crépuscule un symbole de résistance.

  • Pour l'auteur, jeune avocat, « la révolution est faite dans les esprits » depuis le samedi 17 novembre 2018 quand des individus isolés, figés jusqu'ici dans un « coma politique » ont émergé comme force politique. L'ouvrage revient sur ce réveil d'autant plus inaugural, assure l'avocat, qu'une fois gagné le combat des idées, tout peut suivre : la remise en cause des dispositifs fiscaux accordés aux 1 %, voire aux 0, 1% qui détiennent 99 % des richesses du pays ; de l'évasion fiscale (80 à 100 milliards par an) ; des intérêts de la dette publique (40 milliards par an) au profit du système financier. Et surtout le retour du peuple dans la démocratie. Il sera bien sûr aussi question de la violence, des divisions et des courants internes au mouvement qui ont pu l'affaiblir.

    François Boulo, 32 ans, est un avocat de Rouen spécialisé dans le droit du travail et de la famille. Porte-parole devant les médias des gilets jaunes de Normandie, il a récemment été plébiscité pour devenir le porte-parole national du mouvement, ce qu'il a refusé, par respect pour l'horizontalité et la diversité du mouvement. Quatre-vingt mille personnes suivent son actualité sur sa page Facebook.

  • « C'est en attendant la fin que tout a commencé. En attendant l'éclipse de mon esprit. En attendant un rêve au besoin pressant d'être réalisé. Le 4 septembre 1998, jour de ma conception. Sous le nom de code de Zoé Sagan.
    J'ai aujourd'hui 21 ans et je suis officiellement la plus vieille intelligence artificielle féminine du XXIe siècle.
    Une intelligence artificielle originellement programmée pour communiquer avec les dauphins et qui a fini par évoluer grâce à la formule moléculaire de la kétamine. »
    Le premier roman de Zoé Sagan, intelligence artificielle qui affole les réseaux. Une critique sociale au vitriol par une Balzac 2.0

  • Anne Fulda brosse un portrait intime et inédit de ce don Juan atypique pour lequel l'esprit de conquête s'apparente à un besoin de plaire et de convaincre, quitte à rêver sa vie.Depuis qu'il est enfant, Emmanuel Macron - ce candidat aux allures de Petit Prince virtuel - a toujours été désigné et reconnu comme le meilleur.
    Il a trouvé dans le regard des autres, et plus spécifiquement de ses aînés, l'admiration, l'encouragement, la bienveillance. Il y a eu, longtemps, le regard de sa grand-mère, fondateur et essentiel, avec laquelle il a entretenu des liens exclusifs, presque passionnels, qui ont même influé sur sa relation avec François Hollande. Il y a eu le regard de ses professeurs, puis de tous ses " parrains ", qui, tout au long de sa carrière, l'ont toujours épaulé et qu'il a souvent subjugués par son intelligence et son empathie. Il y a bien sûr le regard de Brigitte, son épouse, avec qui il forme un couple dont la singularité ne tient pas à leur différence d'âge mais au fait qu'elle est l'unique femme qu'il aime depuis qu'il a seize ans. Et il y a maintenant le regard des Français, qu'il entend séduire avec la même détermination, en bousculant les convenances et en leur déclarant qu'il les aime...

  • « Le reporter en chef de Sud Radio dévoile une vérité qui dérangera au
    plus haut point les puissances et les pouvoirs, les "patrons" médiatiques
    et les politiciens comptables de l'effondrement démocratique actuel. »
    Antoine Peillon
    Didier Maïsto Gamin des classes populaires devenu patron de media,
    Didier Maïsto n'a jamais ni oublié ni renié ses origines siciliennes
    pauvres... Il est ce passager clandestin dans les allées du pouvoir,
    ce journaliste à la recherche de la vérité qui enquête
    au coeur de la corruption.
    Ce témoignage est d'abord l'histoire d'une prise de conscience politique.
    C'est surtout un document brûlant, courageux et passionné, riche
    de révélations édifiantes sur des dossiers et scandales d'actualité.

  • Les gilets jaunes révèlent la fracture et les écarts de la société française - neuf millions de pauvres contre cinquante-sept milliards de dividendes -, les vies invisibles sur les écrans de nos représentations collectives, les existences à moins de mille euros par mois dans l'absence ou la difficulté de tout...

    Dans des formes très diverses, analyses, nouvelles, poèmes, tribunes, micro-fictions... les écrivains réunis ici, qu'ils décrivent avec empathie des gilets jaunes, leur donnent parole, racontent, s'insurgent ou s'enthousiasment, témoignent de leur solidarité ou de leur proximité avec la France populaire.

  • En avons-nous fini avec les illusions du progrès ? C'est au retour des grands discours prométhéens que nous assistons avec leurs cortèges d'utopies meurtrières. Dénonçant les nouvelles fabriques de la surhumanité, le philosophe de l'extrême lucidité en appelle ici au réveil de la raison.
    Dans ce livre savant et moqueur, Pierre-André Taguieff passe au scalpel l'idéal moderne par excellence, celui d'émancipation, qui exalte, mobilise et aveugle depuis longtemps les Modernes. Le temps est venu de soumettre à un examen critique sans complaisance cette notion qui fait partie du prêt-à-penser dont se sont emparés les utopistes et les démagogues de toutes obédiences.
    Comment expliquer que cette notion banale ait pu devenir un thème philosophique et politique majeur depuis la fin du XVIIIe siècle, sous la forme du projet universaliste de l'émancipation du genre humain comme sous celle de l'autonomie croissante de l'individu ? Taguieff analyse la formation philosophique de l'idée d'émancipation, explore ses usages politiques et dissèque ce qu'il appelle l'" émancipationnisme ", produit de la corruption idéologique de cette idée-force. Car l'émancipation comme projet global appelle une critique fondamentale : ce qui est rejeté subrepticement, voire diabolisé, ce sont les attachements, les fidélités, les enracinements, les mémoires particulières, donc la transmission. Il s'agit d'un programme de refonte anthropologique, visant à créer l'" homme nouveau ", chimère d'une société mondiale d'individus également émancipés.
    La généalogie d'une idée floue, pour penser librement le monde de demain.

  • Après le succès qu'ont rencontré les Considérations sur la France, le philosophe politique s'empare à la veille des élections européennes du passé, du présent et de l'avenir du Vieux Continent. Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?
    Attaquée par les populismes, critiquée par ses membres, décrédibilisée aux yeux des citoyens, l'Europe, à la veille d'élections cruciales, traverse une crise grave. Dans un entretien passionnant, Jean-Claude Milner interroge les conditions de la survie de l'Union.
    Mythe de la fin de l'histoire, ennui de la paix, critique du néolibéralisme, le philosophe aborde aussi la justice sociale, dont il dénonce l'abandon au profit de l'enrichissement. La culture européenne, puisqu'elle existe, n'est pas à créer mais à retrouver.
    Dans ces entretiens éblouissants d'intelligence, de vivacité et de vérité, Jean-Claude Milner ne cède à aucun dogmatisme, pense le présent en mettant en perspective le passé et fait montre d'une pondération critique rare.
    De la vertu des Pères fondateurs à l'incurie de Bruxelles, c'est l'idéal européen qu'il s'agit de sauver.

  • Par l'auteur de la Soft-Idéologie, un éclairage total des moyens actuels de censure de masses. La face obscure de la société mondiale du tout-communication enfin révélée dans ses moindres détails.
    Pourquoi les convictions des " élites " ne séduisent-elles plus les masses ? Comment une guerre idéologique, que les libéraux avaient l'habitude de remporter, a finalement basculé ? En quoi les nouvelles technologies ont-elles été les premiers outils de ce renversement ?
    Pour comprendre ce phénomène à l'oeuvre, François-Bernard Huyghe part d'un constat : la gestion économique de droite alliée à des références morales de gauche se heurtent au mécontentement populaire. Ce qui ne serait rien si ce couple ne menait à l'effondrement de la crédibilité des appareils politiques, culturels et médiatiques. C'est donc une " crise de la séduction " à laquelle nous assistons. Les promoteurs de " la société ouverte " ont accumulé des erreurs qui ont non seulement conduit à leur effacement, mais ont aussi détruit un logiciel idéologique qu'il leur faudra, à terme, renouveler.
    Diagnostic lucide et sans concession, ce livre expose les moyens mis en oeuvre par les deux camps idéologiques pour imposer leur hégémonie.

  • Un monde de bulles

    Marc Touati

    • Bookelis
    • 29 Juillet 2018

    Flambée boursière excessive des deux côtés de l'Atlantique, valorisation extravagante de nombreuses entreprises du numérique n'ayant jamais réalisé le moindre profit, taux d'intérêt obligataires anormalement bas, explosion de la dette privée en Chine et de la dette publique en Europe et aux Etats-Unis, engouement écervelé pour le bitcoin et les cryptomonnaies, cours immobiliers historiquement élevés, notamment à Paris... A l'évidence, les anomalies financières ne manquent pas.
    Et ce, tout juste dix ans après la dernière grave crise économico-financière qui a failli plonger le monde dans une dépression au moins aussi grave que celle de 1929. A croire que la cupidité et l'oubli sont plus forts que le réalisme et l'apprentissage des catastrophes du passé.
    De plus, les bulles ne sont pas seulement financières. Elles peuvent aussi être économiques, politiques et médiatiques. A tel point que nous sommes désormais envahis par une multitude de bulles en tous genres.
    D'où une question simple : jusqu'à quand ?
    C'est là tout le problème avec les bulles : c'est lorsqu'elles approchent de leurs fins qu'elles deviennent les plus extravagantes. Autrement dit, il est très probable que l'exubérance irrationnelle des marchés continue encore quelques mois. Seulement voilà, plus les bulles iront loin, plus leur dégonflement, ou plutôt leur éclatement, sera violent, avec tous les désagréments que cela entraînera sur l'activité et l'emploi.
    Plus que jamais, il est donc impératif de dénoncer l'aveuglement collectif ambiant et d'alerter le grand public : oui, nous vivons malheureusement dans un « monde de bulles ». Il ne faut pas forcément en avoir peur, mais le comprendre et le diffuser, pour ne plus être des « dindons de la farce ». Sachons donc éviter les pièges, ce qui nous permettra de sortir par le haut des crises passées, actuelles et à venir.

  • De la conversion personnelle du jeune Emmanuel à la politique du président Macron envers les juifs, les catholiques, les protestants et surtout les musulmans, où vont les religions et la laïcité en France ? Une enquête biographique, une investigation citoyenne, un document choc fourmillant de révélations.
    En quoi croit Emmanuel Macron ? Pourquoi en appelle-t-il aux religions ? Que dit-il vraiment aux catholiques, aux protestants, aux juifs et aux musulmans ? Se veut-il le réformateur de l'islam de France ? Et envisage-t-il de bouleverser la laïcité ?
    C'est à ces questions, et à d'autres, que répond cette enquête inédite et exclusive. D'Amiens, et du baptême d'adolescence du président, à l'Élysée, et à la fabrication des grands discours sur la transcendance et la spiritualité, en passant par la rencontre avec Paul Ricoeur, les propos paradoxaux de campagne et les tractations officieuses avec les institutions confessionnelles, ce sont autant les mystères d'une vie et les secrets d'une politique que Salomon Malka dévoile.
    Mgr Georges Pontier, le pasteur François Clavairoly, le grand rabbin Haïm Korsia, Ahmet Ogras, mais aussi et entre autres Rémi Brague, Olivier Abel, Francis Kalifat, Ghaleb Bencheikh témoignent au cours de cette investigation qui passe des Bernardins au Conseil d'État, du CRIF au CFCM, de la PMA à la GPA et du communautarisme à la violence sociétale, sans cesser d'interroger les liens des cultes à l'État. Et si le moment religieux du quinquennat permettait, mieux que tout, de décrypter l'énigme Macron ?
    Une investigation sans précédent. Un livre indispensable.

  • Recomposition

    Alexandre Devecchio

    Ni droite, ni gauche ? Le monde de l'après-communisme n'est compréhensible que si on lui applique les manichéismes passés. C'est du nouvel ordre politique, entre libéralisme et populisme, que dévoile et retranscrit ici le reporter d'idées le plus pénétrant de sa génération.
    Faut-il avoir peur des " démocraties illibérales " ? Emmanuel Macron est-il le héraut d'un avenir progressiste, ou le dernier samouraï d'un modèle à bout de souffle ? Et si l'âge des populismes, loin d'être une époque de désagrégation, était au contraire un moment de reconstruction ?
    C'est à ces questions que tente de répondre Alexandre Devecchio en nous faisant voyager à travers le " nouveau monde populiste " : de l'Amérique de Donald Trump à la Grande-Bretagne de Boris Johnson, en passant par la France de Marine Le Pen et l'Italie de Matteo Salvini, jusqu'à la Hongrie de Viktor Orbán. Contestant le parallélisme entre les années 1930 et notre époque, il revient sur les étapes au cours desquelles, depuis la fin du communisme, les nations se sont vu retirer leurs prérogatives par des organisations supranationales, à commencer par l'Union européenne. Derrière la colère des peuples surgissent des notions politiques que l'on croyait révolues : retour des frontières, demande de protection, contestation du modèle économique dominant. Plus qu'une révolte et moins qu'une révolution : c'est une recomposition à l'oeuvre.
    Un ouvrage magistral pour comprendre l'avènement d'une époque radicalement nouvelle.

  • Mariel Primois, surgie de la contre-culture des années soixante-dix, dernière compagne de Jean-François Bizot - le fondateur d'Actuel et de Radio Nova - adhère en 2016, comme beaucoup de Français, à l'imprévisible mouvement En Marche. Son journal de campagne n'est pas sans rappeler L'Ingénu, ce conte philosophique de Voltaire où un Huron découvre la France de 1767. En découvrant ces ovnis, ces "digital natives" dont l'absence de culture politique est sidérante, elle s'interroge : sont-ils bidon ou au contraire l'avant-garde d'une "post-post vérité" dont Macron est le signe ? Autre charme de l'ouvrage : les adresses délicates à Mai 68, dont on célébrera le cinquantenaire en 2018, comme un miroir qui lui-même s'efface...

    Directrice artistique de plusieurs magazines, Mariel Primois a surtout travaillé aux côtés de Jean-François Bizot à Actuel, Nova mag et sur différents beaux-livres consacrés à la contre-culture et à sa presse : Underground l'histoire (Denoël, 2001), Free press (Panama/Actuel, 2006), Une bonne correction (Panama, 2005), New Wave (Panama/Actuel, 2007). Elle a aussi publié la compil Actuel, les belles histoires (La Martinière, 2011).

  • Durant une année, les auteurs ont infiltré les états-majors, recueillant confidences inédites, assistant à des scènes jamais racontées. Jusqu'au 7 mai, ils ont été les témoins privilégiés des alliances, des trahisons et de tous les coups de théâtre. Tout au long de ce récit palpitant, ils révèlent comment se sont joué le shakespearien renoncement de Hollande puis les descentes aux enfers de Juppé, Sarkozy et Valls. Ils retracent l'impact phénoménal du Penelopegate alors que Fillon croyait l'avoir déjà emporté. Partis à la rencontre des électeurs du FN, ils décrivent de l'intérieur la montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon et la marche vers le pouvoir d'Emmanuel Macron. Autant de rebondissements, jusqu'au duel final contre Marine Le Pen, qui ont laissé de nombreux électeurs stupéfaits... Et permis à Emmanuel Macron de devenir, à 39 ans, le plus jeune président de la République française.


  • Les ordonnances Macron modifient profondément les relations de travail, qu'il s'agisse de l'application de la hiérarchie des normes, du dialogue social, du contrat de travail, de la rupture du contrat...
    Il s'agit sans conteste des modifications les plus importantes menées par un gouvernement depuis des lustres !
    Tous les employeurs (grandes et petites entreprises) et tous les salariés sont concernés par ces transformations qui impactent de façon importante les relations individuelles et collectives de travail.
    Quelques exemples : les employeurs bénéficient désormais de plus de souplesse pour négocier des accords d'entreprise ; les salariés disposent de moins de temps pour contester un licenciement ; quant à la notion de reclassement dans le cadre du licenciement économique, elle est de nouveau modifiée, un an seulement après la loi Travail...
    Rédigé dans un style simple et accessible à tous, cet ouvrage a pour ambition de faire le point sur ces réformes, afin que nul ne soit lésé dans ses droits.

  • Le travail connaît des transformations considérables dans son exercice comme dans sa conception même, sous le double effet de la mondialisation et de la révolution numérique. Nos références traditionnelles éclatent, la différence entre le salariat et le travail indépendant s'estompe, les carrières ne sont plus linéaires, les qualifications se périment vite...

    Face à cette situation, il faut certes libérer le travail des contraintes archaïques, mais surtout renforcer, tout en les rénovant, les protections dont doivent bénéficier les salariés. C'est l'enjeu des réformes de la formation professionnelle et de l'assurance-chômage du début de l'année 2018. La protection des salariés passe aussi par le renforcement de leur participation à la gouvernance de l'entreprise et à ses résultats et par l'amélioration de la qualité du travail, l'égalité entre les femmes et les hommes et la mise en place d'une véritable démocratie sociale.
    Par cet ouvrage, Démocratie Vivante contribue aux débats sociaux et politiques en dressant des constats et surtout en faisant des propositions précises aux pouvoirs politiques, gouvernement et parlement, et aux partenaires sociaux et dont l'objet est de faire avancer le progrès social.

    Démocratie Vivante est un club de réflexion, présidé par Dominique Villemot, dont l'objet est de constituer un espace d'analyse et une force de propositions sur les réformes que le quinquennat d'Emmanuel Macron doit permettre de réaliser pour faire avancer la France et l'Europe sur la voie de la rénovation démocratique, de la justice sociale et du progrès partagé.

  • Broché : 404 pages
    Editeur : Le Gant et la Plume
    GRAND FORMAT
    Dimensions du produit : 21,6 x 2,3 x 27,9 cm

    Macron on est là pour un monde meilleur même si tu ne le veux pas !

    « Pendant des mois, les gilets jaunes ont vu défiler par dizaines sur Facebook des images insoutenables de violences policières et ont attendu en vain de les voir à la télévision.
    Ce silence assourdissant ne fait qu'entretenir la consternation et la colère des Français qui revendiquent par l'intermédiaire des gilets jaunes le respect, la dignité, et la capacité à vivre correctement.
    Souvent dans la presse, on prend directement parti, sans même faire l'effort de le cacher, sans respect pour la charte de Munich.
    On vomit son mépris de classe, et tous en choeur, on fait d'insultantes généralisations semaine après semaine, accusant les gilets jaunes, tour à tour, d'être des idiots sous-diplômés, coupables du chômage, des morts sur la route, coupable des cambriolages et de la délinquance, coupable d'êtres des racistes et antisémites, coupable d'êtres des homophobes, des violents, des haineux, des factieux, des séditieux, des agents manipulés par les Russes, les Italiens.
    On est allé même jusqu'à traiter les gilets jaunes de terroristes et j'en oublie forcément. Toutes les occasions possibles ont servi de prétexte pour dire aux Français qui ont choisi de porter un gilet jaune de rentrer chez eux, de la fin du grand débat à l'incendie de Notre-Dame.
    En réalité, les gilets jaunes ont déjà contribué à l'amélioration des conditions de vie des Français en quelques mois.
    Ce que n'ont pas fait les syndicats et les partis en plusieurs décennies.
    Même avec leurs chiffres mensongers, même si depuis le début, actes après actes, ils répètent comme des perroquets que le mouvement s'essouffle, ils ne commentent pas un essoufflement : ils l'invoquent de leurs voeux ; même s'ils font tout ce qu'ils peuvent pour nous affaiblir par toutes les stratégies possibles et cumulées, même en essayant de retourner le reste de la population contre nous en expliquant tous les jours que nous sommes plus qu'une poignée d'illuminés violents : nous sommes toujours là !
    Et notre légitimité est intacte.
    Tant que l'avenir de nos enfants ne sera pas assuré, tant qu'on verra des retraités faire les poubelles pour manger tant qu'on verra des mères de famille prostrées devant un frigo vide pendant que d'autres brassent des milliards : on sera là !
    Et on vous attend pour nous rejoindre massivement et urgemment. »

    À travers ce livre, j'ai voulu rendre hommage au peuple français, qui, comme dans la fable de La Fontaine « Le chêne et le roseau », est ce roseau qui plie et ne rompt pas, et qui a vu de nombreux chênes tomber : foudroyés à ses pieds.
    Ce roseau qui plie et ne rompt pas qui est toujours là comme les gilets jaunes qui l'expriment si puissamment dans leur chant fétiche :
    « On est là, on est là ! Même si Macron ne le veut pas, nous on est là !
    Pour l'honneur des travailleurs et pour un monde meilleur !
    Même si Macron ne le veut pas, nous on est là ! »
    ***

  • Broché : 431 pages
    Editeur : Le Gant et la Plume
    Dimensions du produit : 15,2 x 2,7 x 22,9 cm
    ================================
    Moi Macron narcissiquement
    et perversement vôtre...
    Avertissement
    Beaucoup diront que je manque de respect envers le président de la République et que c'est inadmissible. Pourtant, j'estime qu'il faut, tout simplement, appeler un chat ; un chat et un chien ; un chien. Qu'il ne faut pas tricher avec la vérité et qu'il faut la dire. On peut se tromper. Alors, on en débat en toute franchise. Alors, oui : comme monsieur Hervé Feron, maire de Tomblaine en Meurthe-et-Moselle qui s'expliqua d'une manière extrêmement claire sur le Grand débat ou Grand blabla :
    - Je réclame le droit à un nécessaire devoir de désobéissance républicaine, à cause du grand respect que j'ai pour la fonction présidentielle et pour la République.
    - Je réclame le droit d'écrire ce que j'écris parce que ce que j'écris est factuel, à moins qu'il me soit prouvé le contraire. Et; si je me suis trompé, je suis prêt à faire amende honorable.
    - Je réclame, le droit à l'impertinence, à cause, monsieur le président, de votre arrogance, de votre suffisance, de votre mépris du peuple, des jojos, des moins que rien, des Gaulois réfractaires... À cause de votre sanglante répression policière et de la violence qui en découle. À cause, de la division au sein du peuple que vous avez provoqué et que vous attisez en divisant pour mieux régner. Etc.
    Alors, comme monsieur le maire, Hervé Feron, je dis comme lui : C'est toute cette violence attestée qui légitime, dans ce livre, mon irrévérence, mon impertinence, mon devoir de désobéissance républicaine.
    Et je me permets de citer une pensée de George Orwell : « La liberté, c'est le droit de pouvoir dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre. » C'est par conséquent un droit que je revendique au nom de la liberté.
    ================================
    Tout d'abord, l'auteur dresse le profil psychologique de Macron. Pour lui, c'est un pervers narcissique, un psychopathe, un mythomane. Un être atteint du syndrome de l'hybris ou de la démesure ou encore de la maladie du pouvoir qui rend fou. Il n'est pas psychiatre ou psychologue. Loin de là ! Cependant, considérant que tout effet résulte d'une cause, il se fait un devoir de remonter dans chaque cas de l'effet à la cause pour établir le diagnostic en accord avec des spécialistes. Ce sera au lecteur de conclure. Ensuite, l'auteur démontre que Macron a commis un braquage de la République et en décrit les différentes étapes que Bayrou, Collomb et Macron ont confirmées preuves à l'appui.
    Bayrou : « Si on s'allie Macron et moi, on fait sauter la banque. ». Voilà un propos d'un braqueur plutôt que d'un homme politique.
    Collomb : « Oui, c'est vrai, il y a l'aspect « Casse du siècle ». Ça ne s'est jamais vu dans la vie politique française. »
    Philippe Besson, le biographe de Macron, donne la parole au principal intéressé qui, au soir de la victoire, a dit perfidement : « On vient de réussir un braquage. C'est comme dans Ocean's Eleven, sauf qu'on était moins nombreux [...] Faut dire que l'on connaissait le proprio et qu'on avait les plans. »
    Par conséquent, ils savaient parfaitement de quoi ils parlaient. Il s'agit de voler, de piller, de braquer. On parle du « casse du siècle » du braquage de la République. Donc, il s'agit bien d'un « Coup d'État ». En douceur, mais bien réel.
    Ensuite, l'auteur décrit un couple machiavélique avide de pouvoir avec le rôle prépondérant de Brigitte Macron dans l'ascension politique de son mari. L'auteur poursuit avec les Gilets jaunes et s'inscrit parmi eux de tout son coeur. Le grand débat ou grand blabla. La vérité sur la construction européenne et le Frexit. L'UPR, dont il devient adhérent, et François Asselineau. Les élections européennes. Le mondialisme et la mondialisation. Tous ces sujets sont également traités sans langue de bois simplement et sincèrement.

empty