Buchet/Chastel

  • K.O.

    Hector Mathis


    Sitam, jeune homme fou de jazz et de littérature, tombe amoureux de la môme Capu. Elle a un toit temporaire, prêté par un ami d'ami. Lui est fauché comme les blés. Ils vivent quelques premiers jours merveilleux mais un soir, sirènes, explosions, coups de feu, policiers et militaires envahissent la capitale. La ville devient terrifiante...
    Bouleversés, Sitam et Capu décident de déguerpir et montent in extremis dans le dernier train de nuit en partance. Direction la zone - « la grisâtre », le pays natal de Sitam. C'est le début de leur odyssée. Ensemble ils vont traverser la banlieue, l'Europe et la précarité...
    Nerveux, incisif, musical, K.O. est un incroyable voyage au bout de la nuit. Ce premier roman, né d'un sentiment d'urgence radical, traite de thèmes tels que la poésie, la maladie, la mort, l'amitié et l'errance. Il s'y côtoie garçons de café, musiciens sans abris et imprimeurs oulipiens. Splendide et fantastique, enfin, y règne le chaos.
    Né en 1993, Hector Mathis grandit aux environs de Paris entre la littérature et les copains de banlieue. Ecrivant sans cesse, s'orientant d'abord vers la chanson, il finit par se consacrer pleinement au roman. Frappé par la maladie à l'âge de vingt-deux ans, il jette aujourd'hui l'ensemble de ses forces dans l'écriture.

  • Un peu moins de dix ans après sa disparition, le souvenir de Brigitte Engerer est toujours bien vivant dans la mémoire de ses admirateurs. Native de Tunis, elle commence sa carrière en s'enfermant dans la salle de bains de l'appartement familial pour jouer sur un piano jouet. Très vite repérée pour son talent précoce, elle intègre la classe de Lucette Descaves au conservatoire de Paris avant d'être distinguée par le concours Long-Thibaud. Son esprit iconoclaste et aventureux l'enverra en Urss pour étudier aux côtés de Stanislas Neuhaus en 1970. Là, elle devient la plus russe des pianistes françaises, faisant la synthèse entre ces deux écoles que tout opposait. À son retour, Brigitte Engerer prend naturellement sa place parmi les grands interprètes de sa génération. Son infaillibilité, y compris dans les concertos romantiques les plus redoutables, et sa présence rayonnante n'occultent pas un tempérament plus torturé, raffiné et sensible. « Marraine » du piano français, elle a lancé nombre de carrières dont celle de Boris Berezovsky. Nathalie Depadt-Renvoisé livre ici une première biographie à l'image de l'artiste populaire qu'était Brigitte Engerer : émouvante et passionnelle.
    Psychologue et musicienne, Nathalie Depadt-Renvoisé travaille sur la place de la musique et des activités artistiques à l'hôpital. C'est dans ce cadre qu'elle a rencontré Brigitte Engerer auquel elle consacre ce premier livre. Elle a par ailleurs collaboré à plusieurs revues musicales.

  • Itinéraire d'une enfant du rock, le texte de Viv Albertine, guitariste du groupe de punk féminin The Slits, est une évocation candide et franche d'un mouvement musical et social qui allait changer l'histoire de la musique.
    De fringues, de musique et de mecs regorge d'anecdotes sur les Clash, les Sex Pistols, Vivienne Westwood, Johnny Thunders et tant d'autres. Mais ce serait minimiser ce livre féroce et attachant que de le limiter à un énième document rock, car le propos va bien plus loin. En retraçant sans tabou ni biais son parcours de gamine de la classe moyenne anglaise des années 1970 fascinée par la scène musicale et bien décidée à y faire entrer les filles, puis de jeune femme embarquée dans un mouvement aux excès et au nihilisme affichés, et enfin de femme confrontée au grand vide post-punk qui tente de survivre aux excès, à la maladie, et à l'ennui d'une vie rangée, Viv Albertine livre un texte brûlant d'honnêteté et d'engagement.
    Choquant parfois, brutalement émouvant par moments et toujours drôle, ce livre est une ode aux femmes, un texte féministe qui regarde en face ce qu'il en a coûté - et ce qu'il en coûte encore - d'être une femme, d'être irrévérencieuse, et d'être têtue au point de croire à son destin.
    Viv Albertine est une musicienne et parolière britannique, figure du mouvement punk auquel elle participe activement avec son groupe, The Slits. Dans les années 1980, elle mène également une carrière de productrice et de réalisatrice. En 2012, après 25 ans de silence, elle remonte sur scène et sort un album solo. Elle vit aujourd'hui à Londres où elle se consacre à l'écriture.

  • Lorsque la Révolution de 1917 contraignit Rachmaninov à quitter la Russie, le compositeur se lança dans une carrière de concertiste à plein temps. Universellement admiré par ses confrères, exceptionnel dans Chopin, Liszt, Beethoven Schumann et dans sa propre musique, son jeu a marqué tous ceux qui l'ont entendu.
    André Lischke revient dans cet ouvrage sur le parcours et l'art d'un musicien qui aura été à parts égales compositeur, pianiste interprète de ses oeuvres autant que du grand répertoire, ainsi que chef d'orchestre charismatique.
    Il replace sa formation dans le cadre de la vie musicale et culturelle en Russie, montrant la place du piano dans son oeuvre et dans sa vie, et en mettant l'accent sur sa carrière d'interprète et ses choix de répertoire avant et après son émigration. Est également étudié le legs discographique considérable de Rachmaninov pianiste.
    L'ensemble constitue un essai biographique passionnant sur ce phénomène unique dans l'histoire du piano, dont l'écriture pianistique et l'interprétation se répondent, comme les cloches des églises russes dans la mémoire sonore de l'émigré.

    Né à Paris dans une famille de musiciens russes émigrés, André Lischke est maître de conférences à l'Université d'Évry. Il est l'auteur d'ouvrages sur Tchaïkovski, Borodine et Rimski-Korsakov, ainsi que de l'Histoire de la musique russe des origines à la Révolution (Fayard). Son Guide de l'Opéra russe (2017) a reçu plusieurs prix littéraires.

  • « En savourant le livre Un été avec Montaigne d'Antoine Compagnon, je me suis dit sur le mode de la plaisanterie : à condition de passer l'hiver avec Schubert.
    Et je me suis piqué au jeu. Schubert m'est toujours apparu comme une sorte de chaînon entre Mozart et... Proust.
    Une quarantaine de textes ont vu le jour, au moment où les nuits sont longues. Le portrait d'un homme terriblement émouvant m'est apparu. Un coeur pur, un grand esprit, le meilleur des amis. Et toujours seul.
    Premier des romantiques tout en demeurant un classique, Schubert reste le plus mystérieux des compositeurs. Parce que sa musique éprouve la douleur sans cesser de sourire et qu'elle regarde la mort droit dans les yeux tout en nous faisant aimer la vie.
    Cet art subtil répond étonnamment à la crise de notre époque en nous offrant une introspection lucide et courageuse, une mystique tendre pour écouter le monde autrement. Et tellement d'amour. »

  • Dans ses quatuors, le génie de Beethoven apparaît dans ce qu'il a de plus visionnaire. Le compositeur multiplie les innovations compositionnelles et stylistiques, avec un registre sans précédent de sentiments et d'émotions.
    Bernard Fournier invite le lecteur à l'ascension de cet « Himalaya musical », aux contrastes extrêmes, avec ses sommets vertigineux, ses à-pics profonds et ses vastes points de vue.
    Dans un parcours en seize stations, quatuor par quatuor, suivant l'ordre chronologique de leur composition, l'auteur rend compte de l'esprit de chaque oeuvre, de l'inventivité de l'écriture et de la diversité expressive de chaque mouvement, de chaque grande section.
    Un compagnon précieux pour découvrir toute la beauté de ce chef-d'oeuvre.
    Ingénieur de formation, Bernard Fournier a enseigné la musicologie à l'université Paris-VIII. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence sur l'histoire du quatuor à cordes ainsi que sur l'oeuvre de Beethoven.

  • À vingt ans, beau comme un demi-dieu, Brahms fait une rencontre qui va changer sa vie et le cours de l'histoire de la musique. Schumann célèbre son génie, tandis que le jeune homme tombe amoureux de Clara Schumann - la femme du compositeur et la plus grand pianiste de ces années.
    Une tragédie succède à cette épiphanie : Schumann est enfermé, il meurt, et le destin de la musique allemande échoit entre les mains de Brahms.
    Alors que le monde de l'art ne jure plus que par l'innovation et le progrès, Brahms va se lever, seul contre tous, et démontrer qu'on peut aller encore plus loin en regardant derrière soi. Chantant les beautés de la nature et puisant au plus profond de lui-même, il écrira la musique la plus parfaite et la plus originale qui soit.
    Après Un hiver avec Schubert, Olivier Bellamy guide le lecteur dans l'oeuvre et l'histoire de Brahms en 44 textes ciselés, documentés et sensibles. Le compositeur le plus secret de son époque nous devient aussi proche qu'un membre aimé de notre propre famille...
    Né à Marseille en 1961, Olivier Bellamy anime chaque jour Passion classique sur Radio classique. Il est aussi l'auteur de plusieurs documentaires à la télévision dont la série À Contretemps sur France 3 et possède un blog sur le Huffington Post.

  • Beethoven par lui-même est un florilège d'écrits de la main même du compositeur, depuis la première lettre connue de Ludwig enfant disant son amour de la musique, jusqu'aux dernières, rédigées juste avant sa mort, dans lesquelles il implore des subsides pour se nourrir.
    Composée d'extraits de lettres et nourrie des célèbres cahiers de conversation (auxquels recourait Beethoven devenu sourd), cette anthologie, réalisée et commentée par Nathalie Krafft, dessine une passionnante autobiographie.
    En pénétrant dans le plus intime de sa vie, elle redonne chair au musicien sans doute le plus statufié de l'histoire, et fait apparaître un Beethoven complexe, excessif, profondément humain, très drôle, et toujours génial.
    La nouvelle traduction de Sofiane Boussahel apporte à ces textes une saveur inédite.
    Journaliste, Nathalie Krafft a été rédactrice en chef du Monde de la musique pendant quinze ans. Elle est l'auteur, entre autres, de la nouvelle édition des Cahiers de conversation de Beethoven (2015), et Écouter Sibelius avec Éric Tanguy (2017), chez Buchet/Chastel.

  • Dès leur accession au pouvoir, les nazis ont développé une politique culturelle agressive, qui se poursuivit par des saisies et des pillages en France et dans tous les territoires occupés. L'organisation Rosenberg (ERR) fut notamment créée en 1940 dans le but d'éliminer la vie culturelle juive dans toute l'Europe, à travers la confiscation des oeuvres d'art et des bibliothèques.
    C'est dans ce cadre qu'une cellule consacrée à la musique a vu le jour, le Sonderstab Musik (commando « musique »), composée d'éminents musicologues allemands, chargés de localiser des instruments, des partitions, des manuscrits.
    Dans cet ouvrage, qui a nécessité plus de dix ans de recherches, Willem de Vries révèle pour la première fois l'organisation de ce commando qui, entre 1940 et 1944, fit « transférer » vers l'Allemagne plusieurs centaines de milliers d'ouvrages et plusieurs dizaines de milliers d'instruments et de partitions.
    Le compositeur Darius Milhaud, les pianistes Wanda Landowska et Artur Rubinstein, le critique musical Arno Poldès, le violoncelliste Gregor Piatigorsky furent parmi les victimes de ces spoliations massives, dont les acteurs, le fonctionnement et l'ampleur sont enfin mis au jour.
    Né à Amsterdam en 1939, Willem de Vries est docteur en musicologie. C'est au cours de la rédaction de sa thèse sur « Darius Milhaud et le jazz », entre 1984 et 1991, qu'il a découvert l'existence du commando « musique », auquel il consacra ensuite ses recherches.

  • Cet ouvrage rassemble une vingtaine de textes de Sergueï Rachmaninov constitués de souvenirs et de réflexions qui ont, pour beaucoup, fait l'objet d'une publication dans des journaux du vivant du compositeur.
    Rachmaninov y évoque notamment sa carrière, ses débuts avec le fameux Prélude en do dièse mineur, le soutien si précieux de Tchaïkovski ou la douleur d'avoir dû quitter la Russie.
    Ses réflexions sur la musique abordent des questions aussi diverses que passionnantes telles que le modernisme ; la musique russe et la musique européenne ; le « beau jeu » de piano et la façon d'y parvenir ; l'importance de la technique ; l'arrivée du disque et l'expérience particulière d'être l'interprète de sa propre musique.
    Sergueï Rachmaninov (Semionovo, 1873 - Beverly Hills, 1943) est un compositeur russe, mais aussi un immense pianiste et un chef d'orchestre. Son oeuvre, qui reste sous l'influence de Tchaïkovski, a été écrite majoritairement pour piano. Elle est attachée à la tradition romantique.

  • Préface de Brigitte François-Sappey
    Introduction de Marcel Brion de l'Académie française
    Vers l'âge de seize ans, Robert Schumann (1810-1856) commença à tenir son journal intime, suivant en cela une vieille tradition chère aux artistes et aux écrivains allemands. Après son mariage avec Clara Wieck (1819-1896), c'est à deux qu'ils le rédigeront tour à tour, chacun prenant la plume pendant une semaine, pour en faire le miroir de leur bonheur, de leurs efforts et de leurs progrès.
    Dans ce dialogue de deux âmes musiciennes, il est bien sûr beaucoup question de musique : nous apprenons ainsi quelles oeuvres nouvelles Robert va composer, quels amis viennent jouer chez eux, mais aussi quelle discipline artistique le mari impose à sa jeune épouse et quelles pièces il lui fait travailler.
    De part et d'autre de ce « Journal de raison » tenu de 1840 à 1843 par Robert et Clara a été réuni un choix de documents, de journaux, de lettres et de souvenirs, dont l'ensemble permet de faire revivre, le plus authentiquement possible, la personnalité des deux musiciens en les replaçant dans leur temps, leur milieu et leur famille. Ces textes sont regroupés par époques et précédés d'un commentaire, dessinant ainsi une passionnante biographie.
    Robert Schumann (1810-1856) et sa femme Clara Wieck (1819-1896) forment sans doute le couple de musiciens le plus célèbre de l'histoire de la musique. Lui comme compositeur de génie, elle comme la première femme virtuose de l'histoire du piano.


  • Le livre

    En 1936, commence l'une des purges staliniennes les plus sanglantes de l'histoire bolchévique. C'est le moment que choisit Serge Prokofiev pour revenir en URSS et s'y installer avec sa famille. C'est le moment aussi où il écrit et compose Pierre et le Loup, son célèbre conte musical pour enfants. Le Mozart russe s'est jeté "dans la gueule du loup". Il n'en sortira plus jamais jusqu'à sa mort.
    Dans ce roman drôle et cruel, l'auteur imagine les circonstances et les conséquences tragiques de cette décision. A travers le destin d'un homme, c'est l'histoire de la première moitié du XXe siècle que nous revivons. Le Paris brillant et cosmopolite, la guerre, l'implacable machine soviétique. C'est aussi le portrait saisissant d'un compositeur de génie qui traverse les flammes de l'enfer pour tutoyer le divin. Et celui d'une femme libre qui paiera cher le prix de son amour absolu.

    L'auteur

    Né à Marseille en 1961, Olivier Bellamy anime chaque jour "Passion classique" sur Radio Classique. Sa biographie de la pianiste Martha Argerich (Buchet/Chastel) est traduite dans de nombreux pays. Il est aussi l'auteur de plusieurs documentaires à la télévision dont la série "A Contretemps" sur France 3. Il possède un blog sur le Huffington Post.

  • Après Les Cantates de Jean-Sébastien Bach et J. S. Bach, Passions, Messes et Motets, le présent volume, consacré à la musique instrumentale, vient clore la série d'analyses de Gilles Cantagrel sur la musique de Jean-Sébastien Bach.
    Admirable connaisseur des outils de la musique, Jean-Sébastien Bach manifestait envers leurs ressources sonores et expressives une acuité auditive exceptionnelle. Il s'entendait parfaitement à la construction des orgues, et dialoguait avec les facteurs et les luthiers. Il maîtrisait à merveille le jeu de la plupart des instruments. Au fil de ses oeuvres, il utilisa le patrimoine hérité du passé comme les découvertes les plus neuves.
    Paradoxe du génie de cet extraordinaire orchestrateur : la puissance de son discours musical est telle qu'il puisse en arriver à se détacher de toute incarnation instrumentale.
    Musicologue, ancien directeur de France Musique, Gilles Cantagrel a publié de nombreux ouvrages sur la musique, parmi lesquels Dietrich Buxtehude (2006) et Bach en son temps (1997). Il a également dirigé le Guide de la musique d'orgue (1994) et le Guide de la mélodie et du lied (1991).

  • L'orgue, héritier d'une tradition plus de deux fois millénaire, est un instrument central, à la fois familier et méconnu du grand public. Cet ouvrage retrace son histoire et sa pratique, à travers le portrait de quarante-deux interprètes fondamentaux ayant laissé une trace enregistrée de leur art. Parmi eux, des représentants de l'orgue Hammond, très utilisé dans le jazz, de l'orgue de cinéma et même de l'orgue de barbarie.
    Livre enrchi de quatre heures de musique (inédits puisés pour l'essentiel dans les riches collections radiophoniques de l'Institut national de l'audiovisuel)
    Version enrichie lisible exclusivement sur iPhone et iPad
    Renaud Machart, musicien de formation, est journaliste au quotidien Le Monde et producteur de radio sur France Musique (Radio France). Il est l'auteur de nombreux essais musicaux (sur Francis Poulenc, John Adams, Leonard Bernstein, Stephen Sondheim).

  • Il ne vient à l'idée de personne d'établir une différence entre la musique qu'on écoute et celle qu'on joue. Il est pourtant frappant de constater qu'elle est seule parmi tous les arts à permettre ces deux pratiques bien différentes. Seule aussi à échapper au réel : elle n'exprime rien, n'est pas un langage, et avec elle deux fois deux ne font pas quatre. Le musicien, lui, est seul à pénétrer dans cet autre monde où les lois universelles n'ont pas cours.

  • Nouvelle édition augmentée
    Aretha Franklin a surgi dans notre quotidien, au coeur d'un été 1967 empreint de violence dans les ghettos de l'Amérique noire, en exigeant le RESPECT alors que résonnaient les premiers échos de la Black Pride et du féminisme. La suite de sa carrière l'a vue se métamorphoser en diva internationale tout en conservant sa couronne de Queen of Soul.
    Déjà mère lorsqu'elle se trouve jetée dans l'arène du spectacle à l'âge de douze ans avant d'accéder au rang de superstar à vingt-cinq, Aretha Franklin est bien davantage qu'une grande chanteuse. Son histoire illustre l'évolution de la société afro-américaine dont elle restera une figure historique et politique, aux côtés de Martin Luther King et de Rosa Parks.
    Cette biographie de Sebastian Danchin retrace le parcours en ligne brisée d'une artiste engagée et fière, d'une natural woman qui a fait du culte de la simplicité et du naturel l'instrument de l'émancipation sociale de sa communauté.

  • En 1979, le groupe The Clash sortait l'album London Calling.
    Dix-neuf auteurs de polar français lui rendent hommage à travers autant de nouvelles inédites, chacune inspirée par l'un des titres de ce disque mythique. Des histoires tour à tour sarcastiques, haletantes, burlesques, tragiques, engagées, toujours noires - et toujours rock.
    Mouloud Akkouche - José-Louis Bocquet - Thierry Crifo - Caryl Férey - Thierry Gatinet - Jean-Noël Levavasseur - Michel Leydier - Jean-Luc Manet - Olivier Mau - Pierre Mikaïloff - Max Obione - Jean-Hugues Oppel - Jean-Bernard Pouy - Frédéric Prilleux - Sylvie Rouch - Annelise Roux - Christian Roux - Jan Thirion - Marc Villard
    Bonus : 1 nouvelle de Jean-Philippe Blondel.
    Avec des dessins de Serge Clerc.

  • De Boris Belkin à Sergey Khachatryan, ce second volume des Grands Violonistes du XXe siècle, dans la continuité du premier, est consacré à trente-cinq interprètes nés au cours de la deuxième moitié du siècle, entre 1948 et 1985.
    Dans chacun des portraits qui composent cet ouvrage sont retracés la vie et la carrière du violoniste, en même temps que son répertoire, la spécificité de son jeu et les principaux éléments de sa discographie. Parfois, un entretien avec l'artiste est intégré au portrait, permettant au mélomane de se faire une idée précise de la personnalité et de l'art de chacun.
    Le portrait est à chaque fois accompagné d'une photographie, et trente-cinq extraits musicaux donnent à entendre chaque violoniste dans une oeuvre particulièrement représentative de son art.

    Retrouvez les violonistes suivants :

    Boris Belkin - Kyung- wha Chung - Pinchas Zukerman - Augustin Dumay - Pierre Amoyal - Dmitry Sitkovetsky - Nigel Kennedy - Shlomo Mintz - Viktoria Mullova - Cho- Liang Lin - Thomas Zehetmair - Anne-Sophie Mutter - Frank Peter Zimmermann - Christian Tetzlaff - Kyoko Takezawa - Leonidas Kavakos - Joshua Bell - Benjamin Schmid - Anne Akiko Meyers - Gil Shaham - Vadim Repin - Midori - Isabelle Faust - Vadim Gluzman - Maxim Vengerov - Julian Rachlin - Nicolaj Znaider - Renaud Capuçon - James Ehnes- Leila Josefowicz- Janine Jansen - Hilary Hahn - Sarah Chang - Julia Fischer - Sergey Khachatryan
    Les Grands violonistes du XXe siècle. Version enrichie est lisible sur iPhone et iPad.
    Violoniste depuis l'enfance, Jean-Michel Molkhou partage sa vie entre son métier de chirurgien et sa passion pour les cordes. Critique musical pour la revue Diapason depuis trente ans, il a publié le premier tome des Grands violonistes du XXe siècle en 2011.

  • Barytons, basses, ténors, contre-ténors : toutes les voix masculines sont rassemblées dans l'ouvrage de Richard Martet, qui présente cinquante chanteurs lyriques parmi les plus marquants du XXe siècle.
    Pour chacun, un long portrait retrace les étapes de sa carrière, analyse les spécificités de son art, et permet de connaître les caractères de son répertoire et de sa discographie.
    Remarquablement documenté et accompagné d'une iconographie riche et originale, l'ensemble constitue une précieuse introduction à l'intelligence de l'art lyrique.
    D'Enrico Caruso à José Carreras et de Fiodor Chaliapine à Samuel Ramey, près de huit heures de musique donne à entendre chaque interprète dans un ou plusieurs airs particulièrement représentatifs de son art.
    100 morceaux de musique sont inclus dans ce livre numérique enrichi
    Les Grands Chanteurs du XXe siècle. Version enrichie lisible exclusivement sur iPhone et iPad

  • Pour quoi est-ce que je me battais au juste ? Je n'en suis toujours pas certaine aujourd'hui. C'est si profond, si ancien, que ça n'a pas de mots, pas de forme, pas de logique.
    Nous sommes en 2012, Viv Albertine prépare le lancement de De fringues, de musique et de mecs. Assagie - les années punk sont loin derrière -, elle se consacre désormais à sa fille, à sa mère malade, à l'écriture et, presque à regret, à des mecs qui en valent rarement la peine. Pourtant elle n'a rien perdu de sa rage, ni de sa soif de vérité : Viv est une femme en colère, prête à en découdre, y compris avec elle-même.
    Lorsque de douloureuses circonstances la replongent dans les blessures de l'enfance et la complexe dynamique familiale, elle n'hésite pas : elle prend à bras-le-corps les chagrins et les secrets enfouis, les triture, les confronte.
    C'est cette plongée à vif et par à-coups dans la mémoire qui tisse la trame d'À jeter sans ouvrir. Un texte profond et terrible qui mêle une riche réflexion sur la place des femmes grandies dans les années soixante-dix à un récit passionnant, truffé d'anecdotes et d'une ironie mordante.
    « Féroce, direct, sans retenue. Viv ne nous épargne rien... elle fait voler en éclats les mythes, les détours, les fioritures pour atteindre les histoires riches et souvent assez différentes qui se cachent derrière les apparences. »
    The Sunday Times
    « Une chronique de la marginalité... déconcertant d'honnêteté... une dissection minutieuse et douloureuse d'un naufrage familial. »
    The Observer
    « À jeter, sans ouvrir est joyeusement chaotique... »
    The New York Times
    Viv Albertine est une musicienne et parolière britannique, figure du mouvement punk auquel elle participe activement avec son groupe, The Slits. Dans les années 1980, elle mène également une carrière de productrice et de réalisatrice. En 2012, après 25 ans de silence, elle remonte sur scène et sort un album solo. Elle vit aujourd'hui à Londres où elle se consacre à l'écriture.

  • Avec ses carrières courtes et ses créations multiples, l'univers de la danse est à la fois éphémère et extraordinairement intense. Tout se joue dans le moment précis où le corps du danseur bouge, l'interprète ayant ce double rôle d'héritier et de créateur permanent.
    De l'époque des ballets Russes aux créations les plus contemporaines, Gérard Mannoni campe les portraits de cinquante étoiles qui ont fait l'histoire de la danse au XXe siècle. Pour chacune, il retrace les principales étapes de sa vie et de sa carrière, tout en analysant les spécificités de son art.
    Une formidable introduction à l'histoire de la danse, illustrée par une sélection de photographies originales.
    Gérard Mannoni est critique musical et chorégraphique depuis plus de quarante ans, pour la presse écrite et pour la radio. Il a publié un certain nombre d'ouvrages de référence sur la danse et les danseurs.

  • Une vie à l'opéra

    Gérard Mannoni

    Ce livre est le récit ébloui des souvenirs d'un spectateur de huit ans devenu critique musical. Soixante années de soirées passées dans les salles de concerts et les opéras. Soixante années de rencontres, au fil des interviews, des tournées avec les orchestres ou les compagnies de danse, où des liens très forts se sont créés avec des danseurs, des chorégraphes, des musiciens extraordinaires : Roland Petit et Zizi Jeanmaire, Noureev, Rosella Hightower, Carlo Maria Giulini, Montserrat Caballé Germaine Lubin, Jonas Kaufmann, pour n'en citer que quelques-uns.
    Dans ce récit généreux, Gérard Mannoni parvient à communiquer au lecteur la fascination qu'exerce toujours sur lui ce monde fabuleux, dont toutes les forces physiques et intellectuelles, tous les talents s'unissent avec un seul but : que le rideau se lève le soir à la seconde voulue sur le meilleur spectacle possible.

  • Convaincu qu'un orchestre existe d'abord par ses membres, Christian Merlin entreprend ici la biographie des légendaires « Wiener Philharmoniker ».
    Son ouvrage explore ainsi les spécificités qui font de cet orchestre un phénomène unique au monde : le mode de recrutement des musiciens, leur origine nationale ou ethnique, leur forte dimension familiale, pour ne pas dire dynastique, la place des femmes dans cette communauté longtemps exclusivement masculine, la manière dont ils défendent leur autonomie artistique et renversent le rapport traditionnel au chef d'orchestre, qu'ils élisent et peuvent révoquer, tous ces aspects sont mis sans cesse en parallèle avec la grande histoire, celle de l'Autriche et celle de l'Europe.
    En fil rouge de ce récit, émaillé d'innombrables anecdotes dues aux fortes personnalités des musiciens, se pose la question de l'existence et de la persistance de ce fameux « style viennois ».
    Universitaire, docteur en études germaniques et titulaire de l'habilitation à diriger des recherches en musicologie, Christian Merlin est aussi critique musical au Figaro et chroniqueur sur France Musique. Il est notamment l'auteur d'Au coeur de l'orchestre (Fayard, 2012) et des Grands Chefs d'orchestre du xxe siècle (Buchet/Chastel, 2013).

  • Il est question ici de deux éléments fondamentaux dans la musique de jazz : le blues qui lui a fourni une grande part de sa thématique ; le swing qui en distingue la singularité rythmique. Partant de quatre big bands reconnus comme les plus exemplaires (ceux de Fletcher Henderson, Duke Ellington, Jimmie Lunceford, Count Basie), Jacques Réda analyse les rapports que ces orchestres entretiennent avec le Temps - le bond du rythme étant peut-être un point commun aux forces naturelles, à la poésie, et au principe incarné par ce que Duke Ellington appelait « la grande musique noire américaine » à son zénith. Le livre s'accompagne d'un CD regroupant une grande part des oeuvres qui s'y trouvent commentées.
    Né en 1929, Jacques Réda s'est consacré à deux activités principales : écrire ; écouter beaucoup de musique, et spécialement du jazz. En pratique, il a été rédacteur en chef de La Nouvelle Revue française durant huit ans, et, à compter de 1963, un collaborateur assidu de Jazz Magazine.

empty