• Les grands récits mythologiques dans votre poche ! Orphée et Eurydice, Thésée et le Minotaure, Ulysse et Circée, mais aussi les mythes platoniciens de la Caverne et de l'Atlantide, et enfin l'histoire de Romulus et Remus : tels sont certains récits que vous (re)découvrirez dans ce petit livre ! En grande partie consacré aux grands mythes grecs, peuplés de dieux tout puissants et de héros malheureux, ce petit livre n'entend pas pour autant oublier les quelques récits fondateurs romains, ainsi que les grands mythes platoniciens.

  • Chants populaires conservés par les proscrits et les aventuriers des confins septentrionaux de l'Empire russe, ces bylines ont été recueillies puis retranscrites par les folkloristes du XIXe siècle. Il s'échappe un puissant souffle narratif de ces chants

  • Traduite par Claude Laurens avec une courte préface de Pierre Laurens, la fable politique qu'on va lire dans cette nouvelle issue, remaniée pour adhérer à l'édition la plus récente du texte latin, est à ranger dans la bibliothèque aux côtés des chefs-d'oeuvre de Swift, de Voltaire et de George Orwell. Momus, personnage de la mythologie, mis en scène par Lucien comme le dieu de la critique, devient, entre les mains d'Alberti, qui fait de lui par deux fois une victime injustement persécutée, le premier immoraliste de la littérature moderne. L'exil parmi les hommes aiguise son esprit caustique, le malheur lui enseigne à masquer son caractère, au point que le dieu du franc-parler devient, au rebours de sa nature, le virtuose, mieux : le théoricien de la simulation et de la dissimulation, tel un ingénieux Ulysse égaré dans les cours. Mais surtout, à travers les mésaventures qui le ballottent du ciel à la terre, de la société humaine au parlement de l'univers, il est à chaque instant et partout, comme plus tard le Neveu de Rameau, le génie de la provocation, le grain de levain qui démasque les faiblesses et les hypocrisies, bouscule les idées reçues, désacralise les puissances établies. Mêlant systématiquement le rire au sérieux, irrigués continuellement par la veine imaginative, portés par une phrase d'une incroyable agilité, les épisodes se succèdent dans un rythme effréné, alternant paradoxes éblouissants, pages d'un comique bouffon et osé autant que profond et inventions poétiques. Un régal. Architecte, peintre (et auteur des deux premiers traités modernes d'architecture et de peinture), ingénieur, humaniste, moraliste, écrivain, Alberti (1404-1472) fut, avant Léonard de Vinci, le premier exemple de l'homme « universel », génial et inclassable.

  • Dans les dictionnaires de mythologie, la déesse Héra est une épouse irascible et une mère imparfaite face à un Zeus frivole, peuplant le monde grec de ses « bâtards ». Et, de fait, depuis l'Iliade, l'Olympe retentit des colères d'Héra : bien des traditions narratives mettent en scène la fureur de la déesse, les infidélités de son royal époux et les persécutions auxquelles elle soumet ses rejetons illégitimes comme Héraclès ou Dionysos. Mais comment rapporter cette image à la dimension cultuelle de la déesse souveraine en ses sanctuaires d'Argos, de Samos ou d'ailleurs ? Faut-il y voir la preuve que les mythes et les cultes grecs forment deux ensembles hétérogènes et inconciliables, respectivement la fantaisie de l'imagination et le sérieux des actes de la vie religieuse ? En affrontant ces questions, l'enquête sur l'Héra de Zeus ouvre de nouvelles perspectives pour comprendre la société des dieux, le destin des héros et la vie des hommes. Épouse et reine, Héra partage le trône et le lit du roi. Ennemie intime de Zeus, elle est aussi la farouche gardienne de la légitimité et de l'intégrité de la famille olympienne. En s'abstenant de projeter sur le monde des dieux grecs des lectures moralisantes et des catégories d'interprétation anachroniques, on voit se dessiner l'Héra de Zeus en des traits plus subtils et plus complexes qui donnent à repenser la configuration du pouvoir en Grèce ancienne, avec les tensions qui l'habitent, tout autant que le fonctionnement du polythéisme.

  • Cuba. Amalia gagne sa vie en collectant des canettes d'aluminium qu'elle revend ensuite à des coopératives de recyclage. Un éreintant travail de fourmi.
    Ce soir, sa fille, la prunelle de ses yeux, aura quatre ans et Amalia compte bien lui offrir un beau gâteau. Malheureusement, la fête prévue n'aura pas lieu...
    Franck Carnac est un tueur à gages désabusé et dépressif. Lorsqu'il est envoyé à Cuba pour s'occuper d'une cible, il décide que cela sera son dernier contrat. Mais ce qu'il devra affronter là-bas se révélera bien plus terrible que ses propres démons.

    Sac au dos, Christophe Sémont a parcouru le monde en long, en large et en travers. Il en a tiré un goût immodéré pour les histoires, orales ou écrites, réalistes ou fantastiques.
    Depuis, il s'est marié, a posé ses valises en Bretagne et eu deux enfants.
    Avec Les Enfants de Chango, son troisième roman, il nous plonge dans les mythes séculaires de Cuba et ses légendes les plus sombres.

  • Un livre de référence complet, accessible et vivant Ce guide dresse un panorama historique et culturel de toutes les grandes civilisations qui ont fait l'humanité. Il s'ouvre avec l'apparition de l'homme sur terre et court jusqu'au début du XXe siècle.

    Toutes les ères géographiques sont couvertes, depuis la Mésopotamie et la Méditerranée jusqu'à l'Océanie, en passant par l'Asie, l'Afrique et les Amériques.

    Pour chaque civilisation, l'auteur présente :


    Les données géographiques essentielles ;

    Les aspects culturels et sociaux les plus marquants ;

    Les religions et les mythes ;

    Les principaux événements historiques ;

    Les grands personnages ;

    Des cartes et des illustrations.

  • Baignant depuis sa prime jeunesse dans la littérature grecque ancienne, archaïque et classique, Bernard Deforge s'est toujours amusé à dire qu'il était un Grec ancien dans le monde d'aujourd'hui. Mais voici qu'il s'est tout récemment demandé ce qu'il entendait par là. Était-ce une simple formule, une boutade, un clin d'oeil ? Était-ce une vérité ? L'objet de ce livre est de répondre à cette question. Pour y parvenir il a revisité quelques grands textes qui vivent en lui, et singulièrement les oeuvres d'Homère, d'Hésiode, des Tragiques, de Pindare, de Platon, mais aussi d'Aristophane. Ce faisant il les a confrontés aux grandes questions d'aujourd'hui qui, comme ses contemporains, le taraudent. Le lecteur aura dans ces pages non seulement le plaisir de retrouver la beauté de ces grands textes, mais il constatera aussi la permanente pertinence des questionnements des vieux Grecs. Quant aux réponses qui leur sont données à travers le regard foncièrement iconoclaste et politiquement incorrect de l'auteur, il jugera par lui-même et réagira in petto. Pensera-t-il que Bernard Deforge est effectivement un ancien Grec ? un égaré dans le monde d'aujourd'hui, passant à côté du modernisme ? ou au contraire, muni du bâton des inspirés et d'un jeu de clefs antiques, un pèlerin de son temps ?

  • Certains mythes sur les femmes entrepreneures sont encore largement répandus : elles seraient moins ambitieuses, moins audacieuses dans leurs actions, moins tournées vers l'international, etc. Ces affirmations appellent à des nuances dans notre société qui valorise principalement un entrepreneuriat de croissance, créateur de richesse et générant des « fleurons ». Cette vision de l'entrepreneuriat est incomplète et trompeuse, car elle ne reflète qu'une infime partie du phénomène entrepreneurial. Afin de s'attaquer aux stéréotypes, les auteures proposent une réflexion critique sur l'entrepreneuriat des femmes, au moyen de l'exploration de dix mythes liés à la création d'entreprises. Il est ainsi possible d'approfondir ces croyances populaires sur la base de résultats de recherche pour les nuancer et fournir un portrait plus juste de la réalité. Les auteures offrent également des recommandations et des pistes d'actions concrètes pour contrer cette tendance au modèle unique et reconnaître une plus grande diversité, dans le but ultime d'accompagner et de soutenir de façon plus efficace les femmes, mais aussi l'ensemble des entrepreneurs.

  • Qu´ont donc en commun la littérature classique américaine et la littérature québécoise contemporaine ? Sans doute une même conception de la destinée de l´homme dans le Nouveau Monde. Cette conception, qui s´exprime suivant des modalités parfois divergentes, voire contradictoires, s´appuie sur le grand mythe américain fondé sur l´idée de la métamorphose et du recommencement. L´essai de Jean Morency met en lumière la présence obsédante de ce mythe dans les romans et les récits de Washington Irving, James Fenimore Cooper, Nathaniel Hawthorne, Herman Melville, Louis Hémon, Félix-Antoine Savard, Germaine Guèvremont, Gabrielle Roy, André Langevin, Jean-Yves Soucy, Robert Lalonde, Julien Bigras et Jacques Poulin. Tous ces écrivains, malgré leur apparent éloignement, sont habités par un continent problématique qui en arrive à constituer, bien plus qu´un simple motif littéraire, une façon originale d´être au monde, et de ne pas y être en même temps.

empty