• Germinal

    Emile Zola

    Édition enrichie (Préface, notes, dossier sur l'oeuvre, lexique des termes techniques de la mine, chronologie et bibliographie)Voici, dans la France moderne et industrielle, les " Misérables " de Zola. Ce roman des mineurs, c'est aussi l'Enfer, dans un monde dantesque, où l'on " voyage au bout de la nuit ". Mais à la fin du prodigieux itinéraire au centre de la terre, du fond du souterrain où il a vécu si longtemps écrasé, l'homme enfin se redresse et surgit dans une révolte pleine d'espoirs.
    C'est la plus belle et la plus grande oeuvre de Zola, le poème de la fraternité dans la misère, et le roman de la condition humaine.
    Préface de Jacques Duquesne.
    Edition établie, commentée et annotée par Auguste Dezalay.

  • On le surnomme « Laitier » parce que sa mère a continué de lui donner le sein en cachette jusqu'à ses trois ou quatre ans. Son vrai nom, c'est Macon Mort, le même que son père. Il vit dans le Nord, dans la région des Grands Lacs. Mû par la recherche d'un trésor enfoui, dit-on, dans une grotte, Laitier entreprend un voyage vers le Sud, d'où est originaire sa famille. C'est là qu'il découvrira son histoire familiale, que seule une comptine chantée par les enfants d'un village a conservée. Une comptine racontant la légende de Salomon qui s'envola pour retourner en Afrique, et qui laissa tomber le bébé qu'il portait dans ses bras.
    Publié en 1977 aux États-Unis et en 1996 en France, Le Chant de Salomon est le troisième roman de Toni Morrison, et celui qui l'a solidement installée sur la scène littéraire américaine. Excellente introduction à son oeuvre selon l'Académie suédoise, qui décerna à son autrice le prix Nobel en 1993, il est réédité augmenté d'une préface de Christiane Taubira.

  • En hiver, la Norvège est plongée dans le noir. Mais est-ce vraiment le cas ? Deux tiers des Norvégiens, comme 80 pour cent des Américains du Nord, ne peuvent plus distinguer la Voie lactée pendant la nuit. Les lampadaires, néons et écrans illuminent le ciel et empêchent de le voir.
    Quels sont les effets de cette lumière artificielle sur les humains, les animaux, et toute chose vivante ?
    Aussi loin que remontent ses souvenirs, Sigri Sandberg a eu peur du noir. Elle entreprend un voyage en solitaire dans les montagnes, en plein hiver, pour éprouver l'obscurité et pour comprendre ce qui se cache derrière sa peur. Au cours de son périple, elle nous fait découvrir une autre femme, Christiane Ritter, qui a passé un hiver entier dans une hutte de trappeur dans le Svalbard en 1934.
    Sigri Sandberg écrit sur ce qui se passe dans le corps pendant la nuit. Elle évoque le sommeil, les étoiles, les trous noirs, les lumières du Nord, mais aussi les lois du trafic aérien et la lutte pour préserver un ciel nocturne. Son livre cherche à donner un sens à l'obscurité.
    Depuis plus de vingt ans, Sigri Sandberg (née en 1975) travaille pour divers journaux norvégiens. Elle a vécu huit années sur une île arctique du Svalbard et a écrit quinze livres sur la nature, la philosophie de la vie sauvage, le climat et les régions polaires.

  • De 800 à 1100, les Vikings, venus du Nord, sèment la terreur dans de nombreuses villes européennes. Ils pillent, s'emparent des trésors des églises et des monastères, enlèvent des habitants qu'ils rançonnent ou vendent comme esclaves.
    Mais on ignore souvent que ces marchands exceptionnels ont ouvert de nouvelles voies commerciales entre le Nord, Bagdad et Byzance. Ils se sont installés en Russie, dans les îles Britanniques, en Irlande, en Islande et au Groenland. Ils ont développé une poésie raffinée, vantant les prouesses des guerriers et les aventures des dieux. Les Vikings ne constituaient pourtant pas un peuple. Il n'était pas nécessaire qu'un sang scandinave coulât dans les veines du guerrier pour qu'il soit reconnu comme Viking.
    L'auteur utilise les plus récentes découvertes archéologiques et les récits des ambassadeurs arabes pour raconter le quotidien des paysans comme des seigneurs de guerre - un monde où règnent magie et fantômes. Loin des barbares sanguinaires souvent décrits, les Vikings ont ainsi été des acteurs économiques de premier plan de la nouvelle Europe, avant de disparaître avec l'évangélisation de la Scandinavie et la création des royaumes de Norvège, de Suède et du Danemark.

  • Au Québec, sur les bords du lac Saint-Jean, en 1928. Pendant  que de nouvelles crues dévastatrices frappent les propriétés  des riverains installés sur le pourtour de cette véritable mer  intérieure, Emma Cloutier est retrouvée noyée près de la  ferme ancestrale.Ce deuil cruel sème la discorde et le mensonge dans la famille  Cloutier, surtout lorsque Jacinthe, la soeur aînée de la victime,  tente de comprendre ce qui s'est réellement passé. Menant sa  propre enquête, elle découvre peu à peu les sombres secrets  que préservait jalousement Emma, institutrice à l'allure si  sage, que tous croyaient bien connaître...
      Après le formidable succès    de la saga  L'Orpheline des neiges, Marie-  Bernadette Dupuy nous entraîne dans un nouveau tourbillon de  passions et d'aventures dans les décors fabuleux du Canada.
     

  • À partir du 22 février 2019, des millions d'Algériens ont occupé des mois durant, chaque vendredi, les villes du pays pour réclamer le départ du régime. Ce hirak (mouvement) est sans précédent historique : on n'a jamais vu la majorité de la population d'un pays manifester ainsi pacifiquement pendant des mois pour exiger une authentique démocratie.
    Réunissant des contributions de journalistes et professionnels algériens ayant participé au mouvement, ainsi que celles de spécialistes du pays, algériens et français, ce livre rend compte de cette extraordinaire ébullition. Il montre en quoi les mots d'ordre du hirak ont révélé la remarquable lucidité du peuple : ils disent comment le régime est dirigé par une coupole mafieuse, réunissant autour du partage des circuits de corruption les chefs de l'armée et de la police politique, cachés derrière une façade politique civile sans aucune autonomie.
    Après avoir rappelé les raisons profondes du soulèvement, les auteurs restituent ses multiples facettes, l'inventivité et l'humour des manifestants et manifestantes, la place essentielle des jeunes et des femmes ou la revendication centrale de parachever la libération nationale de 1962. Sans négliger le rôle de la presse et des réseaux sociaux, ni les réactions à la répression policière. Analysant enfin les effets du hirak au sein du pouvoir, ainsi que les réactions des grandes puissances, cet ouvrage apporte des clés essentielles pour comprendre l'un des plus puissants mouvements sociaux de l'histoire moderne.

  • Entre les discours selon lesquels l'Afrique ne serait pas « entrée dans l'histoire », ceux qui ne se fondent que sur l'orthodoxie économique opposant Nord développé et Sud qui ne le serait pas, et des visions archaïques bien souvent héritées du passé colonial, le continent africain souffre, en Occident, d'une réputation peu enviable. Une réputation aussi fausse que condescendante et que symbolisait déjà, en son temps, la « négrologie » de Stephen Smith.
    À l'opposé de ces visions étriquées, l'ouvrage d'Anne-Cécile Robert repose sur une connaissance profonde des réalités culturelles, économiques et politiques du continent, comme des regards qui sont portés sur lui.
    En posant ouvertement la question « Et si, à l'inverse des croyances les plus diffuses, il était possible que l'Occident ait besoin de l'Afrique et non le contraire ? », Anne-Cécile Robert inverse le champ d'analyse et permet d'interroger nos propres modèles économiques (en crise depuis des années) et auxquels l'Afrique pourrait fournir des réponses, notamment quant à la transition vers un modèle plus harmonieux dans l'équilibre entre les êtres humains et leur environnement.

  • Nunavut, fin des années 1970. Dans ce territoire isolé du nord du Canada, la rudesse de la nature et du froid est redoublée par le mépris dans lequel sont tenus ses habitants, les Inuits.
    Une adolescente grandit. Elle connaît l'amitié, l'amour parental, l'art du camouflage et de la survie. Elle connaît l'ennui et l'intimidation. Les ravages de l'alcool, la violence sourde, la menace des hommes, le courage d'aimer les petites peurs. Elle connaît le pouvoir des esprits. Elle scande en silence la puissance brute, amorale, de la glace et du ciel.
    C'est l'histoire d'une fille qui devient femme, en s'appropriant son corps, sa culture, sa voix.
    Croc fendu chronique les jours terribles d'un village écrasé sous le soleil de minuit. Mêlant descriptions hallucinées et plongées intimistes, ce portrait d'une héroïne inoubliable nous pousse à reconsidérer la différence entre le bon et le mauvais, l'animal et l'humain, le réel et l'imaginaire.

  • " Voilà, j'arrive dans un pays où les vaches se déguisent en chèvres, où l'on vend des flingues à la supérette, où l'on prend l'avion avec des guêtres. Un panneau indique Paris à 4 h 25 et le pôle Nord à 3 h 15. " Le ton est donné. Nouvel invité de la collection Démarches, l'auteur de Touriste s'attaque au Grand Nord, et nous embarque dans un Arctique tragi-comique.
    Une immersion polaire tout en finesse par un écrivain-voyageur au ton unique.
    Ni aventurier, ni ethnologue, ni sportif, ce " Touriste " faussement candide relate un périple au Groenland où l'on croise des chasseurs de baleine et des aurores boréales, des pêcheurs énervés et des dealers fanfarons, des doux rêveurs et surtout des icebergs. Beaucoup d'icebergs.
    En ville, devant les glaciers ou sur les flots, les rencontres incongrues et les panoramas grandioses invitent à la réflexion. Le Groenland est une des destinations les plus prisées des français, et en même temps une des plus mystérieuses. Julien Blanc-Gras est sans conteste un guide remarquable : il nous livre ici une vision de ce pays à la fois pleine d'humour, de sensibilité, et de connaissance.

  • Femmes au bord de la nuit

    Michel Quint

    • Phébus
    • 1 Octobre 2020

    Jacky, c'est un sanguin. Quand il débarque à la Vacquerie, et se rend compte que sa maison a été squattée, transformée en atelier de couture, il prend sa faux et décapite les mannequins en plastique.
    Cela fait des années qu'il n'est pas revenu. Depuis que son épouse, Véronique, s'est jetée d'un quatrième étage. Il vit avec Cécile maintenant, une beauté elle aussi, mais moins tragique que Véro...
    À l'arrivée de Tom, un géant débonnaire, Jacky se calme. Comment pouvait-il savoir que c'était cet ami d'enfance qui occupait sa résidence ? Alors hospitalité par-ci, hospitalité par-là et tout le tralala.
    Mais quelque chose ne tourne pas rond. Le passé ressurgit : une jeunesse faussement dorée, une mère alcoolique, la violence comme un engrenage...
    Des générations d'hommes qui jouent avec les femmes comme le chat avec la souris.
    Né en 1949 dans le Nord-Pas-de-Calais, Michel Quint écrit pour le théâtre avant de se lancer dans le roman noir. En 1989, il obtient le Grand Prix de littérature policière pour Billard à l'étage, et décide de se consacrer pleinement à l'écriture. Paru en 2000, Effroyables jardins est traduit en vingt-cinq langues et vendu à plus d'un million d'exemplaires. Il est l'auteur chez Phébus d'Apaise le temps, de Misérables !, et des Aventuriers du Cilento. Sentinelle de la littérature, il défend un art engagé, en prise avec notre époque.

  • Les héros

    Joe Abercrombie

    Trois hommes. Une bataille. Pas de héros.

    Selon la légende, Dow le Sombre aurait tué plus d'hommes que le pire des hivers et conquis le trône du Nord en semant le chaos derrière lui. Jaloux, son voisin le roi de l'Union lui envoie ses armées : des milliers d'hommes bardés de fer se dirigent ainsi vers un cercle de pierres oublié, sur une colline sans intérêt, dans une vallée sans importance.
    Bremer dan Gorst, fine lame disgraciée, Calder, prince sans couronne, et Curnden Craw, dernier honnête homme du Nord, se retrouvent inexorablement entraînés dans une guerre sans honneur.
    Trois jours de bataille sanglante scelleront le destin du Nord. Cependant, entre les conspirations, les querelles et les jalousies mesquines, il y a peu de chances que ce soient les coeurs les plus nobles, ni même les bras les plus forts, qui l'emportent.
    Malheur aux peuples qui ont besoin de héros.

    « L'humour incisif et la justesse des personnages renforcent cette réflexion sur la race humaine, à la portée universelle. Brillant. »
    The Guardian

    « Le récit superbe et captivant d'une bataille dont la violence rappelle Kurosawa. Elle ne dure que trois jours, mais ne laisse derrière elle aucun héros : seulement des survivants. »
    Time Magazine

  • Le terme « Berbère », qui désigne la population du Maghreb au moment de la conquête islamique, renvoie à l'idée du caractère autochtone de cette dernière. Cette altérité coexiste cependant dans les textes avec la revendication du caractère oriental des Berbères, à travers l'élaboration de généalogies fictives des tribus, qui présente le Maghreb comme orientalisé avant même la conquête. Mais cette construction s'est accompagnée, très vite, d'un discours des auteurs maghrébins qui revendiquait la place originale et éminente des Berbères face aux Orientaux dans le plan divin, par une inversion assumée des polarités de l'Islam et des hiérarchies des peuples musulmans. Les études réunies dans ce volume analysent cette tension permanente dans le discours, entre la revendication d'une origine orientale et celle d'un rôle éminent des populations musulmanes du Maghreb dans le destin de l'Islam.

  • Isabelle Trent, devenue célèbre, n'en a pas fini de déplaire à la bonne société du Scirland (qui doit beaucoup à l'Angleterre victorienne).
    Notre impétueuse naturaliste, après avoir transformé sa demeure en une sorte d'université pour jeunes femmes désireuses de s'instruire, entreprend de monter une expédition afin d'étudier les dragons du monde entier et, l'espère-t-elle, révolutionner leur taxonomie. Comble d'inconvenance, cette fois, Jake, le fils d'Isabelle et de son défunt mari, est du voyage.
    Le voilier Basilic débute son périple dans le Grand Nord où Isabelle étudie (en pantalon) les serpents de mer, puis passe par un pays qui serait peut-être le Mexique, se fait chasser du Yélang et visite enfin les îles volcaniques de l'hémisphère Sud, où elle en apprend davantage sur la civilisation des Draconiens qui ont dominé le monde dans l'antiquité.
    Au cours de ce voyage, le lecteur est aussi témoin d'une nouvelle étape de la vie sentimentale d'Isabelle ; quant à la présence de son fils, elle donne lieu à moult touches ironiques et tendres, car elle découvre que Jake ne s'intéresse qu'à une chose : la mer et tout ce qui s'en rapproche - mais pas aux dragons.
    Le titre du livre rappelle Le Voyage du Beagle, de Charles Darwin, soulignant ce fait rare d'un livre de fantasy qui célèbre la science et son élaboration patiente par des gens qui ont soif de connaissance.
    « Cette série, écrite à la manière des mémoires et des récits des naturalistes du XIXe siècle, est un bijou d'humour pince-sans-rire, qui démontre la culture de Marie Brennan et sa familiarité - étant elle-même spécialisée en archéologie, anthropologie et folklore - avec le style de l'époque. » Jean-Luc Rivera, actusf.com

  • Sur la Côte d'Opale, durant les Années folles, une modeste fille de pêcheurs est prête à tout pour changer de condition. C'est au Royal Picardy, considéré comme le plus bel hôtel du monde, que son destin va basculer...
    La jeune Laurette vit au port d'Etaples, où ses parents sont simples pêcheurs. A quinze ans, affublée d'un physique ingrat, elle est bien décidée à changer le cours de son existence et à côtoyer le beau monde. Non loin, la superbe station du Touquet-Paris-Plage, en pleine extension, attire le gotha du monde entier : souverains britanniques, maharajdas et vedettes de l'époque. Grâce à une rencontre providentielle, Laurette entre comme femme de chambre au prestigieux Royal Picardy, équivalent du Titanic par sa splendeur comme par son destin. Son rêve impossible serait-il enfin à portée de main ?

  • La Grande Guerre terminée, Hélène, infirmière au Val-de-Grâce, se rend au chevet de sa mère, qui lui confie dans un dernier soupir qu'elle n'est pas sa vraie génitrice. Son père, Joseph, lui relate alors l'aventure de sa naissance, d'une mère internée dans un asile et morte dans un incendie. Embauchée à l'hôpital de Douai, Hélène fait la rencontre de Stéphane Lacasse, un copain d'enfance, mineur et tout juste de retour du front : le coup de foudre est réciproque.
    Lors d'une réunion pour la reconstruction des géants de Douai, les Gayant, Hélène, accompagnée de Stéphane, effraie un homme, Auguste Bellecourt, généreux donateur, qui croit voir en la jeune femme une revenante. Piquée au vif après ces deux aventures troublantes, Hélène décide de mener l'enquête...


  • Manuel pour devenir un Ch'ti accompli !

    On va pas vous raconter des carabistoules !

    Connaissez-vous vraiment le Nord ? En route pour une virée en pays ch'ti à la découverte d'une culture de la convivialité et de ses habitants qui n'ont pas la langue dans leur poche ! Vous comprendrez vite que le Nord est the place to ch'ti !
    Tous les dictons enfin expliqués ! « I vaut miu péter in société qué d'mourir tout seu. » Plus on est de fous, plus on rit.
    Les incontournables du ch'ti calendrier : Carnaval de Dunkerque, Bain des givrés, Festival international de la soupe, Fête des Harengs...
    Et bien d'autres outils pour se faire passer pour un ch'ti !
    Techniques de survie dans un pub lillois, les 7 commandements du ch'ti, la prière du ch'ti...
    LA TUT-TUT EXCLU : LA RECETTE TOP SECRÈTE DE LA FRICADELLE ENFIN DÉVOILÉE !

  • À Lille, le commissaire Dezuiver et son équipe sont chargés d'enquêter sur la mort de Redouane Ben Diff, un jeune délinquant au casier judiciaire extrêmement chargé. La piste d'un tueur solitaire en quête de vengeance émerge quand d'anciens complices de la victime sont assassinés à leur tour.

  • Comment l'Algérie qui a défié la puissance coloniale française a-t-elle pu sombrer dans le chaos des années 1990 ? Pour répondre à cette question, il faut remonter le temps pour situer la dérive : celle de la primauté du militaire sur le politique et la confiscation de l'indépendance par l'armée des frontières. Le coup d'État contre le GPRA, durant l'été 1962, ouvre une série de violences dont a été victime la volonté populaire et la véritable légitimité historique.
    L'armée des frontières, qui prendra le pouvoir, étouffe alors la vie politique, fait taire les divergences, écarte les récalcitrants et élimine les opposants. C'est ainsi que les véritables héros de la Révolution algérienne seront emprisonnés, exilés ou assassinés. Leurs noms seront bannis de l'histoire officielle, laquelle sera dédiée à la gloire des nouveaux maîtres d'Alger.
    Mais la société évolue et les contradictions feront éclater le vernis qui cachait la triste réalité algérienne. Le modèle socio-économique et politique n'arrivait plus à contenir les aspirations des masses à plus d'égalité, de liberté et de bien-être social et implosera en octobre 1988.
    La révolte du peuple sera détournée à des fins de luttes de clans et de recomposition du régime, au prix de répression et de privation. Le noyau dur du système, l'armée, fera sombrer le pays dans le chaos et la guerre civile.
    C'est désarmé et résigné que le peuple assiste le 29 juin 1992 à l'exécution en direct sur la télévision du président Mohamed Boudiaf, l'un des pères de la révolution algérienne. Cet assassinat politique finira par enlever tout crédit à l'armée qui prétendait sauver le pays du projet moyenâgeux des islamistes et plongera le pays dans l'épisode le plus sombre de son histoire contemporaine.
    Ce livre expose la généalogie du pouvoir militaire en Algérie en allant vers ses origines historiques, politiques, sociologiques. Les événements seront jugés importants en fonction de leur apport pour expliquer la primauté du militaire sur le politique et la cristallisation d'un noyau dur formé de militaires. Pour ce faire, le livre interroge le peuple, sa mémoire, ses témoins et ses victimes. La structure du livre conduit enfin à diagnostiquer, à analyser, à faire témoigner qu'à chaque étape de l'histoire contemporaine, d'autres manières de penser et d'agir existaient, mais étaient réprimées. Tout cela plaide pour une meilleure compréhension du phénomène de changement politique en Algérie et la nécessité de passer d'un régime militaire à un État civil.

  • En chasse !

    Jess Kaan

    Nord de la France. Le lieutenant Boris Lisziak vient d'arrêter Le Moraliste, un tueur en série manipulateur et retors. À quelques encablures, la capitaine Garance Fazuras piste des barbares « chassant » en groupe, coupables de viols collectifs particulièrement atroces. Le commandant Demeyer rejoint le duo de policiers pour l'épauler dans une traque qui s'annonce impitoyable.
    Une bande de criminels monstrueusement pervers. Des victimes marquées à jamais. Trois flics prêts à tout. En chasse ! est bien plus qu'un roman policier, c'est une tragédie terriblement contemporaine.

    En chasse ! est le deuxième opus des aventures du trio de policiers découvert dans Punk Friction aux Éditions Lajouanie.
    On peut évidemment lire l'un sans avoir lu l'autre.

  • Courage, loyauté, fierté et endurance, l'explorateur polaire Hjalmar Johansen réunissait toutes ces qualités. Et pourtant, son nom et la mémoire de ses exploits ont été effacés au profit des deux géants, Fridtjof Nansen et Roald Amundsen, dont il a été successivement le fidèle partenaire et qu'il a accompagnés lors de leurs expéditions polaires au tournant du XXe siècle. Johansen était lui aussi un héros : il s'était lancé sans hésiter, seul avec Nansen et une poignée de chiens de traîneau, à l'assaut du désert de glace de l'Arctique. Quelques années plus tard, au pôle Sud, il avait refusé d'abandonner à une mort certaine un homme épuisé, contrecarrant les ordres d'Amundsen. Autant d'actes de bravoure qui auraient dû lui assurer gloire et reconnaissance, et pourtant il n'en fut rien. Comment cet athlète converti en explorateur polaire a-t-il pu se faire si facilement évincer de la scène ? Dans ce récit plein d'humanité, Reinhold Messner donne une voix à cet explorateur méconnu et porte un regard sans concession sur les temps légendaires de la conquête polaire, cette fabuleuse épopée des temps modernes dont il loue la grandeur, mais dévoile aussi la face plus obscure.

  • 10 mars 1906. 6 h 34. L'explosion qui vient de retentir dans l'ensemble des galeries de la mine va donner lieu à une terrible catastrophe, celle de Courrières. Lorsque, quarante ans plus tard, son petit-fils l'interroge sur le sujet, Oriane replonge dans ses souvenirs. Le demi-siècle qu'elle vient de traverser n'a été qu'une succession de tragédies, mais cet événement reste pour elle le pire de tous. Le jour où tout a basculé. Le jour où son fiancé, Louis, a gagné la fosse 4 pour descendre à la place de son meilleur ami. Une décision de dernière minute qui a donné à la vie d'Oriane une tout autre destinée...

  • La joie de vivre, c'est le soleil des gens du Nord ! Elle se manifeste dans leur sens de la fête, mais aussi dans la musique de leurs mots, l'usage qu'ils font du français et la malice qu'ils expriment en picard. Comme disait André Stil : « C'est un pays haut en couleur humaine » ! Il est bien loin le temps de Germinal de Zola, de la courée dans laquelle grandit Van der Meersch, et de la ville « où, sans fin, vomissant le charbon, l'usine en feu dévore un peuple moribond... ! » (Albert Samain). Ces auteurs importants s'écartent aujourd'hui de l'imaginaire du pays et laissent éclore une littérature du Nord, joyeuse et optimiste comme ses habitants.
    « Cette région est comme le bonheur, s'exclame Jacques Duquesne : on ne sait son prix que lorsqu'on l'a perdu. »

  • Des esclaves convertis à l'islam devenant maîtres de musulmans : c'est à travers ce paradoxe que furent pendant longtemps perçus les mamelouks appelés à exercer de hautes charges administratives et militaires dans le monde arabe, de leur émergence dans l'entourage des califes omeyyades puis abbassides au viie siècle jusqu'à leur disparition plus d'un millénaire plus tard dans la seconde moitié du xixe siècle. Le livre de M'hamed Oualdi présente ce corps mamelouk, vu dans son hétérogénéité sociale - tout à la fois vizirs et gardes, généraux et pages -, au sein de l'Empire ottoman, dans la province de Tunis, aux côtés des beys gouvernant cette province, de la première dynastie des beys au début des années 1630 à l'établissement du Protectorat français sur la Tunisie au début des années 1880. Nourri de chroniques, de correspondances et de registres administratifs en langues arabe, française et anglaise, cet ouvrage va à l'encontre de certaines études qui ont présenté les mamelouks comme de simples esclaves étrangers servant des pouvoirs musulmans en manque de légitimité et qui préféraient s'appuyer sur ces recrues plus que sur leurs sujets « autochtones ». Les mamelouks ne coupaient pas les beys de Tunis de leurs sujets. Détachés de leurs foyers, mariés à des descendantes des beys et parfois liés aux intérêts de notables du pays, les dignitaires mamelouks permettaient à la fois de distinguer et d'associer leurs maîtres aux différents groupes sociaux de la province qu'ils étaient amenés à gouverner. Mais cet usage dynastique des mamelouks par les beys de Tunis prit fin avec l'interdiction de la traite des esclaves et la promotion de serviteurs tunisiens aux plus hautes fonctions administratives dans la seconde moitié du xixe siècle.

empty