• Edition enrichie (présentation, notes, appendices, chronologie et biblioggraphie)Lorsque Baudelaire publie Les Paradis artificiels en 1860, l'expérience du hachisch n'a guère été pour lui qu'une curiosité passagère, quand l'opium, au contraire, accompagne depuis longtemps le traitement de ses souffrances. Le Poème du hachisch précède donc, dans les Paradis, Un mangeur d'opium, recomposition assez libre des Confessions d'un opiomane anglais de Thomas De Quincey, où Baudelaire a tenté de fondre ses « sensations personnelles avec les opinions de l'auteur original ».
    Le livre fut jugé extravagant et immoral. On aurait tort pourtant d'y lire une apologie de la drogue - et l'adjectif artificiels a sa pleine valeur de dénigrement. Car s'ils transcrivent des expériences, les Paradis touchent à la quête de l'infini : art poétique dissimulé, traité moral marqué d'anecdotes, ils sont la clef d'un monde où la volonté et la volupté entrent en concurrence pour que finalement triomphe une lumière supérieure qui refuse l'abandon trop facile à de fantasmagoriques jouissances. Et c'est le livre d'une poésie fondatrice.
    Edition de Jean-Luc Steinmetz. 

  • La prévention de l'usage des drogues et la lutte contre leur trafic international doivent être replacées dans le contexte plus vaste de la géopolitique. Gouvernements, groupes insurgés ou organisations criminelles et terroristes se disputent les ressources des zones de culture du pavot, de la coca et du cannabis, ainsi que les routes d'acheminement des substances illicites auxquelles se sont ajoutées les drogues de synthèse.
    Ce livre offre les clés pour déchiffrer ces enjeux économiques et stratégiques et pour comprendre comment « la guerre à la drogue » est elle-même devenue un instrument au service de politiques à visées sécuritaires, commerciales ou expansionnistes.

  • De tout temps, les hommes ont cherché à consommer des « drogues » pour améliorer leurs performances, pour ne pas souffrir ou au contraire avoir du plaisir. Cette réalité complexe exclut le rêve utopique d'une société sans drogues. Cet ouvrage propose une synthèse des données essentielles sur les produits, les usages, leurs effets, les risques, donne des clefs pour comprendre l'histoire des drogues ainsi que les politiques publiques mises en oeuvre aux niveaux mondial, européen et national.

  • Parue en 1930, "Noire idole" s'inscrit dans la littérature sur l'opium. Dans cet essai, Jean Dorsenne s'attache, de façon objective, à renseigner le public sur une substance aussi diversement appréciée afin de dissiper les légendes et les erreurs trop abondamment répandues à propos de la « Noire idole ».C'est une présentation précise qu'il nous offre au sujet de cette drogue, retraçant son historique et sa philosophie, ses dévastations et sa littérature.
    Dans la deuxième partie du livre, Jean Dorsenne reprend de courts extraits de livres sur ce thème. Nous retrouvons ainsi Thomas de Quincey, Charles Baudelaire, Jean Cocteau, Jules Boissière, Albert de Pouvourville ou encore Jules Verne.
    Ce livre de Kailash Éditions, réalisé en coopération avec Les Éditions de Londres, est un inédit numérique.

  • Des saisies européennes de contrefaçons et d'articles piratés en croissance de 1000 % de 1998 à 2004, 300 000 personnes tuées chaque année par des armes légères illicites, de 13 000 à 30 000 migrants clandestins morts en mer en tentant de rejoindre les côtes européennes de 1998 à 2008, une prise record de 684 kg de cocaïne réalisée en France en 2009, le maire de Nagasaki assassiné par un clan Yakusa, le Vice-président du Conseil régional de Calabre abattu par la Ndrangheta, des services mexicains liquidés pour cause de corruption, une contrebande de cigarettes aux proportions industrielles, un trafic d'espèces protégées aux implications globales, la direction anti-mafia italienne estimant que « l'intérêt suprême de l'État est en jeu » dans le Sud du pays en raison de l'importance des infiltrations mafieuses dans l'administration, une explosion de la consommation européenne de cocaïne, un processus de suivi en matière de corruption et de crime organisé instauré envers la Bulgarie et la Roumanie, le Président mexicain déclarant le crime organisé « hors de contrôle »... Pris isolément, ces témoignages relèvent des faits divers aussi vite annoncés qu'oubliés. Ensemble, ils brossent un portrait pointilliste du degré de magnitude atteint par l'économie criminelle. En filigrane, une vérité se dessine : en certains territoires, il n'est guère que le crime pour être organisé.
    La globalisation du crime est et sera probablement un sujet transversal majeur du XXIe siècle, au même titre que la guerre froide au XXe siècle et la colonisation au XIXe. Faisant souvent l'objet d'études spécifiques et cloisonnées, ces grands trafics et l'économie criminelle qu'ils représentent sont rarement envisagés dans leur ensemble. Pourtant, simplement guidé par un arbitrage en opportunité entre rentabilité d'un trafic et son risque pénal, le crime organisé, d'essence polycriminelle, ne se limite pas à une mono-activité mais embrasse le vaste spectre de l'illicite.
    Fort de ce constat, cet ouvrage propose une mise en perspective globale, couvrant les angles morts constitués par les liens entre différents marchés criminels. En retraçant les contours de ces flux, il expose les rapports symbiotiques entre globalisation du crime, géopolitique de l'illicite et développement économique. Au fil des pages se révèle ce que l'auteur désigne comme « le soleil noir de la mondialisation ». Au-delà de l'écume des faits, force est de reconnaître et d'explorer cette nouvelle sphère de représentation des relations internationales.
    Un ouvrage pénétrant pour comprendre la géopolitique de l'illicite et son influence globale sur la société mondiale.

  • Un bordel chic de Hong-Kong. Comment Morgane a t'elle pu se laisser enfermer dans ce lieu de tous les vices ?
    Initiée par Ming-La aux plaisirs et arts de la maison, Morgane devient bientôt la putain la plus courue de l'établissement. Mais dans les vapeurs d'opium, les souvenirs deviennent flous...
    Chacun son tour messieurs, pas tous en même temps !
    Godefroy de La Mettrie réinvente le roman de gare à l'heure du numérique. Des récits coquins et débridés qui se savourent comme un bonbon acidulé.

  • ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !

    Plus qu'une éphéméride, retrouvez la Chronique d'un jour sur toute l'histoire de l'humanité.
    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l'Histoire.
    Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.

    Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

  • Embarqué en 1866 pour l'Indochine, le fonctionnaire colonial et disciple de Mallarmé Jules Boissière (1863-1897) s'adonne comme ses collègues à l'opium. Ses Propos d'un intoxiqué (1890) sont le journal d'un fumeur tourmenté par "les sensations perfides et douces", le bonheur d'être pris et l'envie de décrocher.

  • Paris, 1958. Just who was it who sent Monsieur Sergent, the quiet and distinguished resident of 11, rue François Ponsart, 16th arrondissement, an air-mailed letter from Hong Kong? wonders Léonie, the caretaker of that exclusive building, when she finds it in her batch of morning mail.
    Curiosity, though, has a well-known consequence for cats and it won't be long before the same result mars the pretty marble floor of a flat close by. One cannot, it seems, disturb the shady past of a remote old French Colony in South China: that of Fort Bayard, with impunity.
    Taking on the role of reluctant private investigator, Léonie attempts to discover the links connecting Monsieur Sergent to this forgotten world, uncovering strange ghosts along the way: Bouillon and Vallée, the railwaymen; Claret-Llobet, the rogue; Wawa, the little devil; and Pah, the touching young girl... while, at the same time, trying to deal with Inspector Fleurus of the Paris CID impeding her progress and with other intruders inviting themselves into the inquiry.

    François Boucher is a French jounalist and writer based in China, where he has been living for more than 20 years.

  • OPIUM

    Sharon Kena

    Si Carrie ne voit pas d'un bon oeil l'amitié qu'Alec entretient avec Léa, elle le garde pour elle. Elle a confiance en son petit ami avec qui elle file le parfait amour depuis deux ans.
    Mais elle n'a aucune confiance en Léa et elle comprendra rapidement qu'elle a eu raison de se méfier de la jeune femme...

  • L'agent du Deuxième Bureau Daniel MARSANT continue de traquer le terrible Grand Maître, un génie du crime à la tête d'une tortueuse organisation internationale.
    Lors de sa chasse aux États-Unis, Daniel MARSANT a appris que son ennemi s'apprêtait à mettre en place un trafic d'opium à grande échelle en faisant venir la drogue de Shanghai par voie maritime. Le port de Marseille est une des premières escales.
    Aussi se rend-il dans la Cité phocéenne pensant y retrouver la trace du Grand Maître.
    Aux alentours du Vieux-Port, un établissement sinistre retient son attention, le restaurant chinois le « Paravent Brodé »...
    Daniel MARSANT décide d'infiltrer le milieu interlope du quartier dans l'espoir de découvrir une piste intéressante...

  • Elle est jeune, ravissante, divorcée et ...encore riche. Celle qui jamais n'est ici nommée est prise dans un piège un peu magique.
    Il était une fois à Pondichéry, trois messieurs vieillissants qui firent un pari : obliger à danser la belle qui les a tour à tour éconduits, dans le temple de la danse de Chidambaram.
    "Une nuit de haschich et d'opium" se déroule alors entre rêves et réalités. Un défi que malgré les mauvais présages, elle ne pourra éviter.
    Magre nous apparaît ici comme un cas unique d'écrivain spiritualiste au XXe siècle. Si cela est singulier, et si ce mélange d'érotisme et de spiritualité sent le soufre, pourquoi mépriser son témoignage en une époque où les divers matérialismes, dialectiques ou pas, faisaient des morts par millions ? En effet, chez lui se lit le credo platonicien éternel, que les causes d'un monde visible sont cachées dans une réalité invisible, même si celle-ci n'est visible qu'indirectement, et l'espérance profonde en une autre vie :
    « Je sais qu'autour de moi se déroule la féerie du monde spirituel, où s'élaborent les causes du monde matériel, où la beauté est permanente, où l'amour est l'élément essentiel dans lequel tout se meut. »
    Ce livre de Kailash Éditions, réalisé en coopération avec Les Éditions de Londres, est un inédit numérique.

  • Zodiaque : Ronde de petits animaux "- Dommage! - Tu sais, cette loutre... Quand tu me racontais ton rêve, il me semblait que c'était moi, que j'étais elle... Est-ce que les animaux ont une âme ? - Certains prétendent que non. Autrefois, je leur donnais raison. C'était commode pour la chasse ! Je ne me posais pas de questions. Maintenant que je vois défiler dans mes souvenirs bêtes et gens je pense qu'ils méritent notre respect et parfois plus... - Il ne leur manque que la parole... - Bah! leurs expressions sont souvent plus précises, plus incontestables que les plus justes mots."

  • Ce que nous appelons couramment douleur représente en réalité seulement l'aspect sensoriel et émotif d'un robuste système comportemental de défense, commun à tous les êtres vivants, appelé nociception, qui leur permet de faire face aux agents externes ou internes capables de les blesser. Des terminaisons libres détectent dans divers tissus les stimuli susceptibles d'endommager l'organisme et déclenchent les réponses adaptatives (évitement, retrait, fuite, lutte) à même de mettre fin aux agressions et même de les prévenir. On comprend de mieux en mieux les mécanismes physiologiques d'intégration à l'origine de ces compétences comportementales. On sait, par exemple, que tout au long du trajet nerveux qui conduit les informations nociceptives de la périphérie au centre sont localisées des structures capables de bloquer partiellement la transmission des messages et de réduire ainsi l'intensité des sensations douloureuses : c'est ce qu'on appelle le système de contrôle interne. Mais les êtres humains ont su mettre au point de nombreuses méthodes de contrôle externe de la douleur. Pendant longtemps, ils ont utilisé les propriétés analgésiques de certaines plantes dont la plus célèbre est le pavot, Papaver somniferum, qui contient l'opium. Mais nous avons aujourd'hui à notre disposition, à côté des traitements pharmacologiques, un riche éventail d'autres techniques, comme l'électrothérapie, la relaxation ou encore l'hypnose qui nous aident à mieux supporter nos douleurs et à réduire nos souffrances.

  • Des jardins d'Adonis aux tiroirs des apothicaires et aux boutiques des commerçants, les herbes, drogues et épices ont toujours nourri les rêves et entretenu les comptes. Elles furent l'objet d'une curiosité particulière puis d'un engouement et d'un commerce aussi actif que lucratif ; la cause aussi de grandes rivalités entre marchands. Ainsi les retrouvons-nous dans les livres de commerçants juifs, dans les souks du Caire, dans les entrepôts de Smyrne, dans les cales des clippers américains ou dans les containers du port de Marseille. Mythes et réalités se côtoient dans cet ouvrage comme ils furent toujours liés dans le quotidien à travers les siècles et les continents. Par les aspects économiques mais aussi botaniques, sociaux et culturels de leur histoire, se précise le rôle important qu'ont tenu et que tiennent encore les Herbes, Drogues et Epices dans les sociétés méditerranéennes. L'Institut de Recherches Méditerranéennes d'Aix-en- Provence et la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille ont entrepris depuis une décennie l'étude des grands produits de consommation tels le café, l'huile d'olive, le sucre, les céréales, qui, malgré leur usage quotidien, restent finalement peu ou mal connus du public.

  • Ce recueil kaléidoscopique est cousu de rêveries poétiques adroitement réalistes. Indignés et nostalgiques, ces aphorismes plurivoques sont tous porteurs d'une même lueur : la foi. Enivrant, son lyrisme va au-delà de la poésie, en ce qu'il rejoint l'universelle histoire humaine.


  • Et si Les paradis artificiels, dans l'oeuvre de Baudelaire, en était le seul roman, le centre et le secret ?
    Des limites intérieures de l'être, et comment les franchir. De l'énigme du cerveau et des hallucinations.
    À preuve le dispositif narratif : non pas traduire De Quincey, mais partir de son histoire réelle (et écrite) pour en faire un personnage de l'ombre et de la nuit.
    Bien sûr, le goût de l'interdit : Baudelaire, qui défend les peintres maudits dans ses Salons, mais bien en amont de la part la plus subversive des Fleurs du mal, a trouvé une figure équivalente à celle de Poe. Et c'est leurs propres expériences de poëtes, ici amplifiées, par le dérèglement des sens.
    Alors c'est bien plus que le roman du haschisch : c'est la question posée du rapport à l'excès.
    Fascinante déambulation dans la nuit de Londres et d'Oxford, fascinante analyse de l'ivresse dans la drogue, comme des tristes lendemains et de l'asservissement. Et fascinante question posée à ces phrases qui semblent, depuis l'expérience intérieure poussée à ses limites, surgir elles-mêmes de l'ombre la plus opaque.
    Et tout cela par ce prodige de conteur, jouant des personnages et des voix, des livres, dans une des constructions en prose les plus hallucinatoires de tout le XIXe siècle.

    FB

  • Maurice Magre (1877-1941)


    "Une petite femme d'un bar de Marseille est devenue intelligente. Elle ne sait pas du tout comment cela s'est fait. C'est aussi mystérieux que la venue des maladies, mais c'est bien plus douloureux.


    Un bizarre pouvoir de sentir et de comprendre s'est emparé d'elle, et cela s'est manifesté, un jour, tout d'un coup, de même que ces vomissements et ces vertiges qu'elle avait eus jadis, lorsque sa fièvre typhoïde se déclara, après avoir mangé des huîtres.


    Les livres sont à la pensée ce que sont à l'organisme les huîtres qui ont trop reposé dans un parc aux eaux corrompues. Et il vaut bien mieux brûler de fièvre dans un hôpital, boire des tisanes écoeurantes, être plongée dans des bains glacés, que d'avoir la connaissance des rapports des êtres entre eux et de mesurer la misère de sa vie."


    Réflexions sur l'amour, la vie, les femmes, l'opium...


    "La tendre camarade" a fait scandale lors de sa parution, en 1918. Un livre en avance sur son époque ?

empty