• Yvon Malette choisit ici d'évoquer quelques souvenirs, non pas pour passer à la postérité, ni par nostalgie, mais bien pour faire revivre des époques, celle de son enfance dans un village franco-ontarien, puis celle de sa maturité dans la région d'Ottawa, un parcours mouvementé qui l'a mené à réaliser un rêve un peu fou, risqué à maints égards, soit la fondation d'une maison d'édition en milieu minoritaire.
    Ces deux histoires contiguës, celle de l'auteur et celle des Éditions David, illustrent à merveille cette volonté qui l'a toujours animé, soit de « vivre debout », selon la belle expression de Gilles Vigneault, et de continuer d'affirmer coûte que coûte son identité linguistique et culturelle.
    Entre le risque et le rêve. Une brève histoire des Éditions David, un livre nécessaire qui retrace le parcours d'un Franco-Ontarien fier, frondeur à l'occasion, mais surtout soucieux de réaliser ses rêves malgré les risques et les qu'en dira-t-on.

  • « Elle, Janis. Moi, Sam. Notre enfance. Notre amour. Nos vies soudées par la désespérante recherche du bonheur. Des existences soldées par l'inévitable dénouement dramatique. Et la fin de tout pour nous. C'est ça la vraie déchéance. [...]
    J'ai longtemps pensé que les astres étaient parfaitement alignés. Doc, j'y ai vraiment cru. De tout mon coeur. Je me suis lancé corps et âme dans cette relation, comme un maudit fou, des fois comme un déchaîné ivre de mes illusions. Janis aussi voulait y croire, à l'amour parfait, mais elle était plus réticente. C'était un mirage pour elle. Moi, je poussais vite, elle, elle se hâtait lentement. Elle était plus prudente, la Janis. Moins tête folle que moi en amour.
    Doc, tu te tapotes les lèvres avec ton stylo... »

  • Pas facile d'être le bourgeon d'un arbre déraciné... C'est ce que pense et vit Ganaëlle, dix-sept ans.
    Émigrée d'Afrique subsaharienne et au pays depuis bientôt trois ans, elle tente de devenir une Canadienne à part entière, mais se heurte à l'attitude négative de ses parents. Des parents qui ne lui semblent plus les mêmes depuis que la famille s'est réfugiée à Ottawa. Sa mère, surtout, a changé. De femme autonome, aimante et pleine d'humour, elle est devenue dépendante, renfermée et la colère qui la ronge la porte parfois jusqu'à la violence. Ganaëlle n'a personne à qui se confier. Elle se sent terriblement seule.
    C'est sur les pages lignées de cahiers d'école qu'elle raconte son désarroi, sa rage et la solitude qui la tenaille. Pour ne pas étouffer.
    Déracinement, adaptation et difficultés d'intégration, tels sont les sujets que Michèle Matteau aborde dans ce roman avec beaucoup de finesse et d'émotion, à travers la vie d'une famille d'immigrants révélée du point de vue des enfants.

  • C'est en avril 2017 qu'Andrée Lacelle devenait la première Poète officielle francophone de la Ville d'Ottawa. Ayant conscience de l'importance, non seulement symbolique mais aussi politique, de cette fonction, Andrée se donnait pour mandat de rehausser la place qu'occupe la poésie dans la vie de la Capitale nationale.
    De là est né ce projet, intitulé « Poèmes de la Cité », qui, en 2018 et en 2019, a réuni une vingtaine de poètes et d'artistes visuels invités à exprimer, à leur façon, un point de vue personnel sur la ville qu'ils et elles habitent ou ont autrefois habitée. Rassemblant toutes ces oeuvres, Andrée Lacelle a eu alors l'idée d'en faire un livre qui puisse évoquer, de façon poétique, ce qui fait peut-être l'âme d'Ottawa.
    «Quand j'ai entrepris l'ébauche de cette balade improbable au coeur et autour de la ville, m'est venue cette idée d'Ottawa, telle une cité mémoire : mémoire de l'eau, mémoire de la terre, mémoire du ciel, mémoire de l'esprit. Depuis toujours, je porte l'espoir, qu'en cette ville, capitale du pays, notre présence francophone occupe pleinement sa place historique et contemporaine. Or, que dit avant tout le poème, parole première qui se conjugue au présent de tous les temps, sinon l'élan d'être entière, entier, ici et partout.» - Andrée Lacelle

  • Poussé par un terrible secret, le jeune Mupagassi entraîne son frère Gassongati sur les chemins de l'exil, fuyant leur pays alors que celui-ci est à la veille d'être ravagé par la violence ethnique. Au camp de réfugiés situé quelque part en Afrique des Grands Lacs, chacun effectuera un choix déterminant : l'un embrassera la lutte armée dans un effort de reconquérir le pays d'origine, alors que l'autre, convaincu qu'il n'y a pas de retour possible, s'établira au Canada où il poursuivra ses études puis fondera une famille. Pour lui, l'exil est définitif.

    Mais les circonstances feront mentir les pronostics et les deux frères seront réunis, après plusieurs années, autour des négociations devant rétablir la paix dans leur pays tourmenté.
    />
    Dans ce récit contemporain aux accents universels, l'amitié, l'amour et la loyauté s'avéreront les derniers remparts d'un monde où le mal et la vertu n'ont ni camp ni parti.

    Depuis près de vingt ans, Melchior Mbonimpa révèle ses talents de conteur et sa connaissance profonde des peuples de l'Afrique des Grands lacs. Dans son septième roman, il explore un de ses thèmes de prédilection, le métissage des cultures, tout en édifiant une passerelle au-dessus de l'Atlantique en vue de concilier mémoire des origines africaines et réalité canadienne contemporaine.

  • Libre mais inquiète, la poésie de Gilles Latour révèle une appréhension devant la dégradation de l'environnement physique, social et politique. Ses Débris du sillage, mots emportés dans les remous d'un vécu, flottent entre mémoire affective et anticipation de l'avenir, dans un ton tour à tour lyrique, ironique et philosophique.

  • Anciennement Eastview, fusionnée depuis 2001 avec Ottawa, Vanier demeure de nos jours le carrefour de la francophonie au sein de la capitale nationale. Lieu de naissance de l'écrivaine et artiste Andrée Christensen, de l'homme politique Bernard Grandmaître, de la porte-étendard du mouvement de résistance S.O.S. Montfort, Gisèle Lalonde, cette pépinière de grands talents a vu les auteurs de ce recueil y vivre leur enfance, y passer des tranches importantes de leur vie, y développer des sentiments d'appartenance ou y faire des rencontres qui ont marqué leur existence.

    Raconter Vanier est le résultat d'un concours d'écriture initié par les Éditions David au printemps 2017 dans le but d'inciter les auteurs amateurs ou professionnels à raconter une rencontre mémorable, une histoire personnelle ou un moment unique dans une communauté franco-ontarienne emblématique. Il s'agit là du premier recueil d'une série qui devrait en compter plusieurs.

  • Depuis qu'elle a rencontré un bel inconnu, Magalie passe ses journées à rêvasser au nouvel élu de son coeur. Son bonheur laisse pourtant place à la frayeur lorsqu'elle commence à recevoir des lettres anonymes. Quelqu'un semble épier ses faits et gestes. Mais qui ? Magalie en vient à soupçonner les membres de son entourage... jusqu'à son meilleur ami, William !

  • Comment décrire Noëlle, héroïne des nouvelles du recueil Grève des anges ? Sachez qu'elle entretient des relations étroites, mais conflictuelles, avec les pommes de laitue en plus de redouter que sa baignoire achève de la rendre agoraphobe.

  • En nous racontant son histoire, Christophe, un adolescent d'origine haïtienne, nous fait pénétrer dans le monde de l'exil et de ses tourments. Un roman empreint d'amour et d'amitié, qui évoque aussi les cruautés de la vie.

  • Un plongeur n'a plus que trois minutes à vivre. Un livre relégué au rayon des soldes raconte son destin tragique. Socrate est apostrophé par Dieu alors qu'il se trouve au petit coin. Un enseignant du futur se rebelle contre le système qui l'écrase. Fruit d'une production qui s'échelonne sur 30 ans, ce recueil de 15 nouvelles inclassables navigue finement entre les situations périlleuses, les relations amoureuses mal en point ainsi que les extases et les agonies du monde littéraire.

    Quand on s'abandonne à un auteur d'expérience... Place aux aventures d'un soir fougueuses et amusantes !

  • Hanté par le souvenir de son père emprisonné et torturé au Congo, Emmanuel, jeune étudiant en lettres modernes à Paris, trouve par hasard le portefeuille d'un certain Georges Boudarel... Serait-ce LE George Boudarel, célèbre accusé de crimes contre l'humanité qu'il aurait perpétrés durant la guerre d'Indochine? Si oui, Emmanuel y voit l'occasion de répondre à la question qui lui taraude l'esprit depuis toujours : comment se rend-on aussi loin dans l'horreur?

  • Corsé, généreux, vif... Dans ce recueil enivrant de vingt nouvelles, Laurent Fadanni, poète et vigneron, laisse Bacchus lui inspirer des personnages savoureux et hauts en couleur. Ainsi, un vin frais et léger tel qu'un muscadet donnera naissance à Pierrot, petit garçon espiègle et timide ramassant des coquillages sur la plage en compagnie de son grand-père ; un barbaresco d'Italie, parfumé et tannique, se transformera en Maria, « vieille jeune fille » balayant l'église du village en attendant le retour de son fiancé disparu soixante ans plus tôt.

    Vingt crus délicats et raffinés, en bouche comme sur papier, à lire sans modération !

  • À Vanier, un quartier pauvre d'Ottawa, un adolescent de 13 ans, abandonné par sa mère et vivant avec un père qui dépend du bien-être social, rêve de « traverser la rue », c'est-à-dire de passer de Vanier à Parc Rockcliffe, le quartier riche d'Ottawa. Il lui faudra faire bien des kilomètres et des rencontres avant de pouvoir franchir cette frontière symbolique.

  • Tout le monde sait ce que c'est que de prendre un Uber. Mais bien peu de gens savent ce que l'expérience représente de l'autre côté de la transaction. Pendant plus d'un an, Brigitte Pellerin a été conductrice pour Uber. Ce qu'elle y a appris en dit long sur notre société.

  • Camille Pissarro, né à Charlotte-Amélie, sur l'île de Saint-Thomas, dans les Antilles danoises - aujourd'hui Îles Vierges des États-Unis -, le 10 juillet 1830 et mort à Paris le 13 novembre 1903, est un peintre impressionniste puis néo-impressionniste franco-danois.le plus sage des artistes impressionnistes. Peut être son âge, plus avancé que celui de ses camarades Monet, Sisley, Bazille et Renoir, ou plutot sa maturité, lui firent créer des oeuvres sereines et sobres tant dans leur sujet que dans leur composition. Homme au goûts simples, il se plut à peindre des paysans sur les chemins, bien qu'il dut sa tardive notoriété à ses paysages urbains, traités avec la même passion que celle que faisaient jaillir en lui les ciels orageux et les matins blanchis par le givre.

  • Ottawa

    Collectif

    • Ulysse
    • 6 Février 2020

    Ce chapitre numérique est extrait du guide Ulysse Ontario. Découvrez le Canal Rideau, la colline du Parlement, les bonnes adresses et tous les attraits de la capitale fédérale !
    Ce chapitre numérique est extrait du guide Ulysse Ontario.C'est la situation géographique de la future Ottawa, au bord de la rivière des Outaouais et à proximité de la chute des Chaudières, qui a d'abord séduit les explorateurs européens. Les autorités britanniques, considérant sa position stratégique, ont choisi par la suite d'y creuser un canal et d'y construire un hameau. Mais c'est en 1857 qu'Ottawa devient la capitale fédérale du Canada, et c'est à partir de 1937, sous l'égide de l'architecte et urbaniste français Charles Greber, que le centre-ville d'Ottawa se transforme et prend véritablement fière allure.Aujourd'hui, les magnifiques bâtiments de la colline du Parlement, surplombant le Canal Rideau, et les larges avenues bordées de splendides demeures victoriennes témoignent de la réussite de cet aménagement, qui a permis d'élever Ottawa au rang des belles villes canadiennes.Une sélection de bonnes adresses complète ce chapitre numérique - restaurants, hébergements, sorties et achats.

  • Ce chapitre est un extrait tiré du guide Escale à Ottawa-Gatineau. Il s'agit d'une solide introduction qui vous prépare à découvrir les charmantes villes canadiennes que sont Ottawa et Gatineau.
    Ce chapitre intitulé " Ottawa-Gatineau - Introduction Pratique " est un extrait tiré du guide " Escale à Ottawa-Gatineau ". Il s'agit d'une solide introduction qui vous prépare à découvrir les villes canadiennes d'Ottawa et de Gatineau. Il met en lumière

  • Vous trouverez dans cet extrait tous les articles du dossier "Que conservent les conservateurs?", paru dans le No 297 de la revue Liberté.
    Ce dossier s'intéresse à l'inquiétant gouvernement de Stephen Harper. Les textes qui le composent cherchent à comprendre ce que ces conservateurs nouveau genre tentent réellement de conserver (Jean Pichette), leur utilisation des médias (Éric Martin), leur conception de la culture (Pierre Lefebvre), les raisons des commémorations et des célébrations des symboles canadiens (Jonathan Livernois).

  • Faux conservateur, terrifiant avant-gardiste, Stephen Harper est l'architecte d'une révolution visant à purger la société de sa dimension politique. Déconstruction d'un projet en cinq étapes.
    Article extrait du dossier "Que conservent les Conservateurs?", paru dans le No 297 de Liberté

  • Dans "Fin de cycle", Mathieu Bock-Côté, pamphlétaire du nationalisme conservateur, montre des affinités surprenantes avec un vieil adversaire.
    Article issu du No 297 de la revue Liberté, "Que conservent les conservateurs?"

  • Ces contes proviennent des quatre coins de l'Ontario : Spanish, Sudbury, Azilda, Ottawa, Clarence Creek, Kapuskasing, Mattawa, Alban, New Liskeard, La Salle et Astorville. Ils présentent une ribambelle de personnages tous plus drôles les uns que les autres. Récits anciens et savoureux, ils sont l'expression de la plus belle tradition française au Canada. Des contes à rire, à lire près du feu, à relire encore aux jeunes comme aux vieux. « Les voleurs de poules » a été coédité par le Centre franco-ontarien de ressources en alphabétisation, en collaboration avec le Centre franco-ontarien de folklore. Illustrations : Luc Robert.

  • Un fait divers de la petite histoire d´Ottawa connaît dans ce roman une suite imaginée. / En 1929, Louis Mathias Auger, jeune et fier député fédéral du comté de Prescott, est accusé d´avoir violé Laurence Martel, une jeune femme de 17 ans venue demander son aide pour obtenir un emploi dans la fonction publique. Après pas moins de cinq procès, Auger est innocenté du viol, mais condamné pour séduction et incarcéré pour deux ans. / Qu´advient-il de Louis et de Laurence après ce drame ? Les historiens n´en savent rien. Mais c´est ici que Marguerite Andersen s´approprie l´histoire. Nous saurons comment chacun a pu refaire sa vie, en puisant dans son nouvel état « déchu » les forces du dépassement de soi. / Ce riche portrait psychologique est aussi un riche portrait d´époque où revivent les ambiances des années trente en des lieux divers : Hawkesbury, Ottawa, Kingston, Toronto, Montréal, Paris, Londres, Berlin, et Biddeford Pool, en Nouvelle-Angleterre.

  • « Bête du pouvoir. Bête tout court.
    Entre l´étreinte de la rue et la fièvre des cafés, à écrire, à lire, à peindre, à marcher, à vadrouiller, à parler avec mes enfants, mes amis, les corneilles et les petites bêtes autour de moi, j´ai espoir qu´un jour toute cette beauté l´emportera sur le pouvoir de la bêtise, en commençant par la mienne.
    Bras-dessus, bras-dessous, je respire mieux à nicher dans le maquis.

    [...] Sans autre exutoire que la marche, je parcours à pied les rues quiètes ou en retrait, les chemins de travers, les ruelles par lesquelles se succèdent les dérives vers d´autres cieux plus dégagés.
    Pas à pas, je marche à me narrer, à m´égarer, à m´ignorer, à me rapprocher du prochain jour à marcher.
    Je gîte en moi à marcher. »

empty