Éditions de l´IHEAL

  • Basé sur des enquêtes menées dans les Andes quechuas d'Ayacucho, cet ouvrage interroge les séquelles du conflit fratricide qui endeuilla le Pérou à la fin du XXe siècle. Cet épisode opposa l'État aux maoïstes du Sentier lumineux et creusa de profondes fractures ethniques, socioéconomiques et politiques. Les violentes disputes qui entourent l'usage des termes terroriste, victime ou héros exercent toujours - à vingt ans de la fin officielle du conflit - un pouvoir performatif sur l'identité et le destin de nombreux individus. Dans ce contexte, comment se construisent de nos jours les mémoires de la guerre ? Pour le comprendre, Valérie Robin Azevedo s'est intéressée aux bricolages sémiotiques qui permettent aux communautés quechuas, les plus éprouvées par la guerre, d'évoquer la violence. Influencées à la fois par un discours hérité de la Commission de la vérité, mais aussi par l'imaginaire culturel andin, ces configurations inédites forment autant de chemins de traverses dans la quête d'un vivre ensemble apaisé. Décalées par rapport au modèle prôné par la justice transitionnelle, les dynamiques mémorielles analysées sont peu visibles dans l'espace public national. Pourtant, elles révèlent la valeur symbolique et sociale des procédés alternatifs de gestion du passé en contexte post-conflit. Sur les sentiers de la violence constitue à ce titre un essai original d'anthropologie des mémoires de guerres civiles.

  • Cet ouvrage est un essai sur le Pérou des années soixante, vu sous un éclairage géographique. Il s'agit d'abord d'une description des milieux géographiques et des problèmes qu'affrontent les habitants dans l'aménagement des différents espaces qui composent le pays. Cet essai s'inscrit dans le cadre national péruvien. Il n'a malheureusement pas été possible de présenter une géographie régionale de l'ensemble du Pérou. Trop d'éléments font défaut. Les uns sont dûs à la carence de la documentation, les autres sont liés à la rapidité des changements que subit actuellement le pays ; il est difficile de cerner les relations de complémentarité qui tissent une trame régionale au moment où de larges secteurs du Pérou sont en pleine évolution, par suite de la croissance démographique et des migrations intérieures, du développement de certaines régions, de l'affaissement d'autres, et de la mise en place de nouveaux réseaux susceptibles de modifier durablement la physionomie du pays. Cependant, il m'a paru nécessaire d'offrir un bref panorama des caractéristiques des grands ensembles géographiques et de décrire quelques aspects des croissances, de la croissance économique comme de la croissance démographique. Enfin, il m'a semblé utile de dresser un tableau des projets d'aménagement en cours, de les situer dans leur contexte régional ; ces aménagements pourront peut-être constituer le canevas des futures grandes régions du Pérou, appuyées sur les ressources complémentaires de la côte, des Andes et de la forêt.

  • Le Parti Apriste Péruvien (PAP) est traditionnellement considéré comme la plus importante organisation politique au Pérou et comme l´un des plus anciens partis latino-américains. Son nom est associé à l´Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (APRA) dont il constitue une émanation depuis sa fondation en 1930. Son passé anti-impérialiste, son programme d´intégration latino-américaine ou le rayonnement de son chef historique, Victor Raúl Haya de la Torre, sont autant d´éléments qui lui confèrent une place de choix dans l´histoire du xxe siècle. Perçu comme une formation hiérarchisée et disciplinée, le PAP a fabriqué tout au long de son histoire une série de mythes fondateurs qui lui ont permis de faire face à de nombreux aléas (coups d´État, exils, répression, désengagements militants, décès de ses principales figures, rivalités internes). À partir des perspectives ouvertes par la sociohistoire du politique et par l´histoire des partis politiques comme entreprises culturelles, l´étude des origines du PAP (révolution mexicaine de 1910, réforme universitaire de 1919, trajectoire personnelle de Haya de la Torre, émergence de l´APRA, etc.) sert de révélateur à un processus complexe de construction militante. Les témoignages et les récits de ses principaux dirigeants, tout comme leurs correspondances dans le temps de l´exil, offrent de nombreuses sources pour l´analyse de la fabrication d´une politisation partisane destinée à la légitimation de l´aprisme au niveau national et international. L´étude des mythes politiques apristes permet alors de comprendre la diversité des répertoires mobilisés par le parti et les stratégies employées pour s´adapter continûment aux transformations successives du champ politique péruvien au xxe siècle.

  • Pour des raisons fortuites, nous avons été amenés à choisir la région de PUNO comme terrain de recherches. Très vite, il nous est apparu qu'elle ne constituait pas un monde à part : au fur et à mesure que nous progressions, nous nous rendions compte que les propriétés de l'organisation sociale que nous mettions en lumière s'interprétaient seulement par rapport à un ensemble beaucoup plus vaste, par rapport à une « zone de cotradition ». Si notre travail peut prétendre à quelque mérite, le seul que nous revendiquerions pour lui serait de préparer l'exploration méthodique de ce fond commun qui affleure sous les singularités d'une situation régionale.

  • Les articles réunis dans cet ouvrage sont le résultat des travaux menés au cours des dernières années par un groupe de géographes du Laboratoire associé au C.N.R.S. no 111. Les missions de terrain réalisées grâce aux subventions du C.N.R.S. et à l'appui de l'Université de Paris III et de l'École Normale Supérieure, ont été complétées par la réunion d'une importante documentation et par des discussions auxquelles ont participé des chercheurs ethnologues et historiens. On a groupé dans une première partie les études qui, effectuées sous l'impulsion de Claude Collin-Delavaud, portent sur l'Amazonie péruvienne. Les contributions consacrées au Brésil occupent la seconde partie et elles concernent essentiellement le secteur sud de l'Amazonie "légale".

empty