Christian Bourgois

  • "Dans la grande tradition de la littérature sud-américaine, au réalisme plus réel que magique, avec une volonté de vérité et de réconciliation, Renato Cisneros, né à Lima en 1976, écrit le roman d'une histoire privée : comment admettre la figure d'un père oppresseur qui échappe à toute forme de légalité ? Dilemme d'un fils devant la personnalité d'un géniteur sévère mais aimant au quotidien et celle d'un père dictateur, Luis Cisneros Vizquerra (1926-1995), dit El Gaucho, compagnon de guerre de Videla et Pinochet, que le fils découvre au fil du récit. Renato Cisneros dévoile aussi un séducteur passionné de littérature qui jouissait des plaisirs de la vie.
    ""Un roman impressionnant qui démontre, outre du talent, un grand courage."" Mario Vargas Llosa
    La Distance qui nous sépare intrigue, attache et émeut dès le début. Ces histoires qui semblent tout droit sorties d'un Cent ans de solitude urbain sont toutes véridiques et elles font partie de la longue saga familiale."" El Mundo"

  • Camanchaca

    Diego Zuniga

    De Santiago à Iquique, un jeune garçon sillonne le Chili en voiture aux côtés de son père, qu'il ne voit que rarement. L'objectif étant d'aller rendre visite à son grand-père maternel et de faire soigner, à moindre frais, sa dentition en mauvais état. Entrecoupé de souvenirs, monologues et visions fantasmagoriques, ce road-movie nous convie à une traversée du Chili, dans ses villages, ses déserts et ses villes. Une manière de reconstituer peu à peu l'histoire de cette famille en lambeaux... C'est surtout un texte plein d'humour et de tendresse entre ce père et son fils. « Cela va vous sembler pompeux, mais pour être honnête, Camanchaca a un peu changé ma vie. » Alejandro Zambra

empty