Littérature générale

  • "Il n'y a pas de philosophie de Wittgenstein. Il y a l'histoire d'un homme qui lutta pied à pied contre la folie et le suicide avec pour seules armes la logique et l'éthique. Cet homme , on l'a dépeint tantôt comme un monstre, tantôt comme un saint, tantôt comme un génie, tantôt comme un détraqué sexuel. A Vienne où il a passé sa jeunesse, comme à Cambridge où il a enseigné, il est vite devenu une légende. Les rumeurs les plus extravagantes ont circulé sur son compte : on prétendit même que sa grande oeuvre n'était pas le "Tractacus logico-philosophicus" mais le suicide de son ancien camarade de classe Adolf Hitler et de sa compagne, Eva Braun, dans leur bunker berlinois. Ce qui demeure certain, c'est qu'aucun philosophe n'aura mené avec un tel acharnement son enquête sur "le monde tel qu'il l'a trouvé", ni sur les fins ultimes de l'existence. Dans ce bref essai, R. J. tente "à la manière de Stefan Zweig parlant de Montaigne, de Nietzsche, de Freud, " de cerner la personnalité de Wittgenstein et de faire quelques pas en sa compagnie."

  • Le propos de N. Grimaldi est de montrer qu'il existe une imagination philosophique comme il existe une imagination romanesque. Pour lui la philosophie de Descartes est le meilleur exemple pour examiner la part que l'imagination prend sur la raison. Ce livre montre comment Descartes a construit sa doctrine en "imaginant" les effets que cette doctrine rendrait possibles. Selon N. Grimaldi la logique de Descartes ne fait qu'établir les conditions de possibilité pour que ce qu'il avait rêvé puisse devenir la réalité. Un essai original, une vision nouvelle sur un Descartes inconnu : la reconstitution de la création d'une doctrine philosophique.

empty