Presses de la cité

  • Moscou, mai 1876. Par un superbe après-midi de printemps, les promeneurs du parc Alexandre sont témoins d'un incident surprenant : un jeune homme se précipite aux pieds d'une demoiselle et lui demande abruptement de l'épouser, menaçant de mettre fin à ses jours sous ses yeux en cas de refus...
    Quand l'intéressée se réfugie dans les jupes de sa duègne, l'inconnu sort un revolver de sa redingote et se brûle la cervelle. La police moscovite découvre très vite qu'il ne s'agit là que du premier acte d'une série de disparitions aussi sanglantes qu'inexplicables. Un jeune fonctionnaire débutant du nom d'Eraste Fandorine est inopinément chargé de l'affaire. Sa première enquête le conduira à l'autre bout de l'Europe et seule sa perspicacité lui permettra de mettre au jour, au péril de sa vie, une conspiration internationale.

  • Mais qui est donc cet Arsène Lupin russe qui ridiculise de richissimes notables en signant ses ingénieuses escroqueries "Le Valet de Pique " ? Et qui peut bien être l'auteur, surnommé " Le Décorateur " de ces crimes en série monstrueusement mis en scène qui terrorisent Moscou ? La police est aux abois, ses meilleurs limiers avouent leur impuissance. Eraste Fandorine se voit alors donner carte blanche pour mettre un terme aux méfaits de ces criminels qui ont pour seul point commun d'être hors normes : le premier est un seigneur de l'arnaque, le second un génie du mal. Fandorine va devoir faire appel à toutes les ressources de son intelligence - sagacité, puissance de déduction, intuition - pour commencer à cerner leur profil. Mais ces qualités suffiront-elles à les mettre hors d'état de nuire ?

  • Le petit prince Michaïl, cousin du tsar Nicolas II dont le sacre doit être célébré dans sept jours à Moscou, en cet an de grâce 1895, est enlevé en plein jour lors d'une promenade.L'événement menace de tourner à l'affaire d'Etat si l'empereur refuse de se soumettre aux exigences de l'auteur du rapt, le mystérieux docteur Lind : celui-ci réclame en effet, en guise de rançon, le fameux Orlov, diamant d'une grosseur prodigieuse qui orne le sceptre impérial. A défaut, le prince sera exécuté. Sauver l'enfant, sauver le trône, telle est la double mission que Fandorine, secondé par son fidèle serviteur japonais, s'est juré de mener à bien. S'engage alors une enquête en forme de course contre la montre, qui mènera le lecteur des bas-fonds moscovites jusqu'aux alcôves de la haute société.

  • Fin août 1900. De retour incognito à Moscou, Eraste Fandorine s'apprête à participer, au volant d'une automobile de son invention, au grand raid motorisé Moscou-Paris, symbole de la nouvelle ère qui s'ouvre à la Russie, grâce aux progrès des sciences et à l'essor de l'industrie. Cependant, bien des obstacles barrent encore la route à la modernité : l'obscurantisme, le crime, l'autoritarisme aveugle, qui semblent se liguer pour empêcher le départ de l'ancien conseiller d'Etat, fleuron de la police secrète du tsar. Vingt jours avant le début de la course, Fandorine doit ainsi se résoudre à régler une fois de plus des comptes avec sa vieille compagne : la Mort, en tous ses masques.Alors qu'il s'est mis en devoir de résoudre le mystère d'une terrible épidémie de suicides qui endeuille la ville depuis quelque temps (voir La Maîtresse de la Mort), Eraste Fandorine se voit entraîné dans les bas-fonds de Moscou, à la recherche d'un garnement qui lui a dérobé son précieux chapelet de jade. Or cette course-poursuite prend bien vite allure de descente aux Enfers, avec pour guide un jeune orphelin tout droit évadé d'un roman de Dickens, et pour carte des lieux celle d'une chasse au trésor. Trésor enfoui depuis des siècles dans les sombres souterrains du quartier de la Khitrovka, cette cour des Miracles où trouvent refuge tout ce que Moscou compte de malfaiteurs et de réprouvés, mais aussi trésor des mots et du langage dont l'adolescent, grâce au détective, découvrira qu'ils peuvent être la clef du rêve et de la liberté. Pressé par le temps, menant de front deux affaires à la fois, Fandorine, secondé par son fidèle Massa, n'a guère le loisir de finasser : il sème les cadavres sur son passage, et ne laisse derrière lui que des ruines comme si, décidément, la Mort l'avait élu pour fiancé.

  • Après Azazel et Le Gambit turc, on retrouve ici une intrigue enlevée et l'humour omniprésent de Boris Akounine. Un divertissement de première qualité !


    Paris, le 15 mars 1878. La police découvre rue de Grenelle, dans l'hôtel particulier de lord Littleby, les corps sans vie du propriétaire des lieux, dont la tête a été fracassée par un objet contondant, et de ses neuf domestiques, tués, semble-t-il, par injection d'une dose mortelle de morphine. Le commissaire Gauche, vieux limier de la police parisienne, ne dispose que d'un indice. On a trouvé dans la main de lord Littleby un insigne en or représentant une baleine : l'emblème du Léviathan, un paquebot géant qui doit quitter Southampton le 19 mars pour son voyage inaugural, à destination de Calcutta. L'insigne en or n'ayant été distribué qu'aux passagers de première classe et aux officiers supérieurs, le policier décide d'embarquer : celui des passagers qui n'aura pas son insigne sera à coup sûr l'assassin. L'affaire se complique lorsqu'il découvre qu'ils sont plusieurs à ne pas porter le fameux insigne. En particulier, un curieux diplomate russe, un certain Eraste Fandorine...

  • 1877, pendant la guerre entre la Russie et l'Empire ottoman.


    La guerre fait rage entre la Russie et l'Empire ottoman. Décidée, intrépide, féministe avant l'heure, la jeune Varvara Souvorova décide de rejoindre sur le front son fiancé, employé dans l'armée russe. Le jour de son arrivée au campement, un ordre du haut état-major est mystérieusement modifié à la dernière minute et, au lieu de s'emparer de Plevna, l'armée est envoyée dans une direction qui ne présente aucun intérêt. L'adversaire trouvant alors la possibilité de réorganiser ses forces, la guerre voit son issue retardée. Il faudra aux Russes plusieurs batailles et de très lourdes pertes pour reprendre l'avantage et aller vers la victoire. Qui a trafiqué le télégramme chiffré ? Le fiancé de Varvara est arrêté, mais Eraste Fandorine, ce jeune policier d'une perspicacité et d'une intelligence hors du commun dont on a suivi les débuts dans Azazel, n'est pas convaincu de sa culpabilité. Il entreprend une longue et délicate enquête...

  •  0300Eraste Fandorine signe son grand retour dans ce premier recueil de nouvelles, dédiées respectivement à Edgar Allan Poe, Georges Simenon et Maurice Leblanc.IntituléeLa Prisonnière de la tour, la longue nouvelle qui donne son titre à ce premier recueil est dédiée à Maurice Leblanc.Tout commence à la fin du XIXe siècle, très précisément la veille du premier jour du siècle nouveau. Arrive à Saint-Malo un navire en provenance de Portsmouth, avec à son bord deux illustres personnages qui ont noms Watson et Sherlock Holmes. Le plus grand détective privé du monde a été embauché à prix d´or par un riche hobereau malouin, victime d´une arnaque de haut vol qui met en péril la vie de sa fille. Accueillis sur le quai par leur commanditaire, Watson et Holmes ont la surprise de voir celui-ci filer aussitôt à la gare pour aller y chercher un autre détective, venu lui d´Amérique. Un certain Eraste Fandorine...Indigné, Watson est prêt à rebrousser aussitôt chemin, mais Holmes l´en dissuade, mettant en valeur les immenses talents de son confrère et rival : d´une part la confrontation avec ce dernier le réjouit (« Que le meilleur gagne ! »), d´autre part ils ne seront sans doute pas trop de deux pour démasquer d´abord, arrêter ensuite l´auteur de ce coup monté de main de maître. Et qui ne peut être que le meilleur spécialiste en la matière : Arsène Lupin !

  • On retrouve dans ce quatrième volet des aventures d'Eraste Fandorine les mêmes qualités - intrigue aux multiples ramifications, clins d'oeil discrets à l'actualité - que dans les volumes précédents.


    De retour du Japon, Eraste Fandorine revient à Moscou accompagné de Massa, son truculent serviteur nippon, un virtuose des arts martiaux qui lui a plusieurs fois sauvé la vie. Poursuivant sa carrière dans la police, il a été nommé responsable des missions spéciales auprès du général gouverneur de Moscou, le prince Dolgoroukoï. Le jour de l'arrivée du jeune homme, le général Sobolev, surnommé "Achille" par ses camarades de combat, gloire nationale depuis ses hauts faits dans les Balkans, est retrouvé mort. Il s'agit de toute évidence d'une crise cardiaque, survenue dans l'hôtel où est descendu Fandorine. D'emblée, pourtant, ce dernier a des doutes : l'homme était un hercule, dans la force de l'âge, et certains indices lui donnent à penser que l'affaire, moins simple qu'il n'y paraît, est peut-être même une affaire d'Etat...

  • Le sixième volet des aventures d'Eraste Pétrovitch Fandorine, qui ont fait de leur auteur un phénomène d'édition en Russie et que le monde entier découvre avec ravissement.



    1891. Depuis quelques années, en Russie, la chasse à l'homme d'Etat est ouverte. Les groupuscules révolutionnaires fleurissent, les attentats se multiplient. Le général Khrapov, proche collaborateur du tsar, ancien chef de la police politique, récemment promu gouverneur-général de la Sibérie vient d'être assassiné dans le train qui le conduisait à Moscou. Suspect numéro un : le conseiller d'Etat Eraste Fandorine en personne ! A qui se fier dans un monde à la dérive où semble régner la plus grande confusion, où la police collabore avec des assassins et où les assassins se réclament de la justice et de la moralité ? Piqué au vif, Fandorine se lance dans l'enquête, bien décidé à prendre de vitesse le déplaisant mais efficace colonel Pojarski, dépêché par la capitale pour résoudre l'affaire. Rude besogne en perspective : qui est le chef du mystérieux "Groupe de combat " qui a signé le crime ? Qui est le traître qui informe les terroristes des moindres mouvements de la police ? Quel rôle joue dans tout cela la séduisante Esther, fille du banquier Litvinov ? Secrets et raison d'Etat, provocations policières, innocents sacrifiés au nom de l'ordre moral ou du bonheur de l'humanité, tel est l'univers dans lequel le détective se retrouve plongé... et dont il aura bien du mal à ressortir indemne.

  • Alors qu'une enquête l'entraîne dans les bas-fonds de Moscou, Eraste Fandorine doit résoudre simultanément le mystère d'une série de suicides qui endeuille la ville. Toutes les victimes semblent avoir fréquenté un cercle de poètes s'affirmant " Amants de la Mort "...



    Avec L'Amant de la Mort, son livre-compagnon, La Maîtresse de la Mort est l'aboutissement d'une expérience littéraire inédite. " Quoique absolument distincts, ces deux romans créent, ensemble, un effet stéréo que seul le lecteur qui les lira tous les deux, dans l'ordre qu'il souhaite, entendra ", indique l'auteur. Ces deux enquêtes en miroir, double reflet de la Russie au début du XXe siècle, confirment en tout cas que Boris Akounine est bien le maître incontesté de la littérature russe contemporaine.

empty