• " Voici le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près). "" Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre " roman noir " et " roman policier ". Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d'accord, ce sera ma première licence : je parle d'un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du " polar " que du " noir ".
    S'agissant d'un univers " littéraire ", il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
    Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d'excellents ouvrages (j'en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C'est à un écrivain que l'éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C'est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c'est le dictionnaire de ce que j'aime (à quelques oublis près).
    Lorsque je lis un Dictionnaire amoureux, rien ne me fait plus plaisir que de découvrir des choses que je sais déjà. C'est un peu comme pour le Nobel de littérature : le jour de la proclamation, quand il s'agit de quelqu'un dont je connais déjà le nom, j'ai l'impression d'être cultivé. J'espère que ce Dictionnaire amoureux réservera au lecteur quelques-unes de ces satisfactions mais aussi quelques surprises, quelques découvertes. Et l'envie de lire et de relire encore cette littérature majeure qui, quoiqu'on en dise, reste durablement marquée par le prosaïsme de ses origines.
    Alphabétique (de " s'abîmer " à " vouloir-saisir "), totalement subjectif (" on a rendu à ce discours sa personne fondamentale qui est le JE "), sans prétention à l'exhaustivité..., je crois que les
    Fragments d'un discours amoureux (1977) peut être considéré comme l'ancêtre des Dictionnaires amoureux. Puisqu'il correspond très exactement à mon projet, je reprends donc ici, à la lettre, l'exergue de Roland Barthes :
    C'est donc un amoureux qui parle et qui dit : "


  • Immersion agitée en mer d'Iroise pour le commissaire Dupin, qui, de Douarnenez, à la découverte de l'histoire de la cité sardinière, jusqu'à l'île de Sein, mène l'enquête.

    Trois cadavres en trois lieux de crime, et le commissaire Dupin est sur le pont ! Le premier corps est retrouvé au petit matin dans un local de la criée de Douarnenez ; la victime est une pêcheuse professionnelle. Sur l'île de Sein, une jeune chercheuse spécialiste des dauphins gît dans le cimetière dit " des cholériques ". Le troisième cadavre, enfin, sur la presqu'île de Crozon, est celui d'un professeur de biologie à la retraite, passionné d'histoire. Ces trois meurtres sont liés, cela ne fait aucun doute... Mais qui pourrait être le coupable parmi les travailleurs de la mer ?
    Périls et mystères en mer d'Iroise sont au coeur de cette cinquième enquête de Dupin, forte en iode !

  • Meurtres à Guérande... et troisième enquête pour le commissaire Dupin, contraint de mettre son grain de sel pour résoudre ce nouveau mystère au coeur des marais salants, un mystère où chimie et biologie ne riment pas avec écologie... Sur les indications de son amie Lilou Breval, journaliste à Ouest-France, notre " caféinodépendant " commissaire Dupin, en repérage le long des canaux, est la cible d'une fusillade. Le lendemain, un cadavre flotte entre deux eaux : Lilou a payé sa curiosité de sa vie. Dupin enquête alors sur de mystérieux tonneaux en plastique bleu aperçus par la journaliste. Que cachent-ils ? Interrogatoires de témoins et de professionnels se succèdent. Céline Corbier, responsable de la vérification de la qualité du sel et de l'eau des marais, est missionnée pour faire des analyses. Peut-être y a-t-on ajouté des substances illicites... afin de porter préjudice au sel de Guérande ? A qui ce préjudice profiterait-il ? Et dans quel but ?

  • Quatrième enquête du commissaire Dupin, qui nous plonge dans le milieu des ostréiculteurs, de Riec-sur-Bélon à l'Ecosse avec un détour par les monts d'Arrée. Un nouvel hymne à la Bretagne signé Jean-Luc Bannalec ! Port Bélon, perle de Bretagne, célèbre dans le monde entier pour ses huîtres... Et théâtre de nouveaux mystères pour le commissaire Dupin appelé à la rescousse après la découverte d'un corps, inerte, ensanglanté. Aussitôt signalé, celui-ci a disparu. Volatilisé ? Dans les monts d'Arrée, on trouve un second cadavre Il s'agirait d'un Ecossais, modeste pêcheur et saisonnier dans les parcs à huîtres. Sur son bras gauche était gravé le Tribann, symbole d'une association druidique... De l'Ecosse aux monts d'Arrée jusqu'à Port Bélon, y a-t-il un lien entre les deux affaires ? Pour le découvrir, Dupin plonge en eaux troubles au coeur du milieu, très concurrentiel, des ostréiculteurs...

  • Pont-Aven. Pierre-Louis Pennec, propriétaire du Central, l'un des hôtels imposants du centre-ville, a été retrouvé assassiné dans son établissement. Le commissaire Georges Dupin, muté dans le Finistère quelques années auparavant, et très attaché à sa région d'adoption, est chargé de l'enquête. A première vue, les témoignages de tous convergent, lisses, sans faille. Pourtant, Dupin flaire une piste lorsqu'il apprend que Pennec savait ses jours comptés. Qui sont les héritiers de ce dernier, et que lègue-t-il au-delà de son prestigieux hôtel ? Depuis le début, il est par ailleurs intrigué par l'aménagement fort sophistiqué du bar du Central : à quoi sert une climatisation aussi perfectionnée, au fin fond de la Bretagne, si ce n'est pour protéger des tableaux ? En effet, Pennec était en possession d'un Gauguin inconnu à ce jour, d'une valeur estimée à quarante millions d'euros. Seulement voilà : le tableau n'est plus là, remplacé par une copie d'excellente facture mais qui ne leurre pas la charmante experte que Dupin appelle à la rescousse...

  • Les Glénan, au large du Finistère. Comment croire que dans cet archipel paradisiaque, où la mer est bleu lagon, on découvrirait en ce matin de mai trois cadavres, échoués sur le rivage ? A-t-on affaire à un naufrage dû à la tempête de la veille ? Dur, dur, pour le commissaire Dupin : lui qui déteste le bateau, le voilà sur le pont dès le petit matin, sans avoir pu siroter son premier café de la journée. Tout prête à croire que les victimes se sont simplement noyées. Mais l'une d'elles se révèle être un sombre entrepreneur et acteur non négligeable de la politique locale, et une autre, un navigateur hors pair collectionnant les ennemis. Dupin flaire l'embrouille. L'enquête l'entraînera au plus profond de l'histoire de l'archipel et de ses inénarrables habitants - chercheurs d'or, biologistes militants, belles plongeuses et nombreux intrigants - et révélera au grand jour une réalité aussi complexe que dramatique.
    Avec le retour du commissaire Dupin égal à lui-même : ronchon, imprévisible, caféinodépendant, mais diablement efficace !

  • Un panorama passionnant de l'histoire du polar, de Edgar Allan Poe à Stephen King, en passant par Agatha Christie et Stieg Larson. Le Polar pour les Nuls vous invite à un voyage dans le monde tout à la fois captivant et effrayant du roman noir.
    On y découvrira les multiples formes du genre : roman noir, roman policier, roman d'angoisse, suspense psychologique, techno-thriller, thriller, mais aussi les adaptations cinématographiques et télévisées des grands classiques. Les auteures nous livreront par ailleurs leurs coups de coeur et dénicheront pour nous les perles du genre... Frissons garantis !

  • La vie romanesque de la Reine du crime.Comme c'est le cas pour beaucoup d'écrivains, l'oeuvre de la " reine du crime " a éclipsé sa vie (1890-1976). Or, celle-ci se révèle passionnante. La jeune Agatha écrit son premier roman policier à la suite d'un pari avec sa soeur et conquiert vite le succès et la notoriété. La romantique miss Miller n'aspirait qu'à rencontrer le prince charmant. L'échec de son mariage avec un séduisant aviateur l'affecte au point qu'en 1926, elle se cache pendant dix jours sous une fausse identité, mettant toute l'Angleterre en alerte. Elle en gardera une blessure jamais refermée mais surtout une volonté sans faille d'aller de l'avant. Son remariage avec un archéologue de quatorze ans son cadet décide de sa nouvelle existence, entre les champs de fouilles d'Irak et de Syrie, ses maisons de Londres et son Devon natal, sans oublier l'écriture de nombreux best-sellers comme
    Dix petits nègres. Devenue une véritable institution, à la tête du premier empire multimédia mondial, elle génère une fabuleuse fortune dont la plus grande partie lui échappe, happée par le fisc ou par des montages financiers qui profitent davantage aux siens qu'à elle-même. Éternelle optimiste, consacrant de plus en plus de temps au théâtre - sa véritable passion -, elle demeure " la patronne " en toutes circonstances.
    Captivée depuis longtemps par l'univers d'Hercule Poirot et de Miss Marple, Marie-Hélène Baylac raconte le roman d'une vie riche en mystères et décrypte les secrets de fabrication d'une oeuvre exceptionnelle, matrice de toute la littérature policière contemporaine.

  • Douze enquêtes du plus déroutant des enquêteurs de la fiction policière : le Père Brown.

    Le père Brown est un des personnages les plus célèbres - et le plus déroutant - de la fiction policière. Ce prêtre catholique d'une petite paroisse de l'Essex, pet


  • Nouvelle édition revue et augmentée
    à l'occasion du vingtième anniversaire de la mort de Frédéric Dard

    Frédéric Dard, le romancier français le plus lu de la seconde moitié du XXe siècle, demeure un créateur mal connu de ses contemporains. La faute en incombe sans nul doute à San-Antonio, son double littéraire au succès phénoménal.
    Pour éclairer les diverses facettes de l'oeuvre et comprendre l'homme en profondeur, il fallait remonter aux sources. Embrasser l'enfance dauphinoise d'un garçon modeste introduit à la littérature par une grand-mère excentrique. Suivre les premières réussites du jeune Frédéric encouragé par Simenon, puis son nouveau départ à Paris comme dramaturge aux côtés de Robert Hossein, et sa collaboration comme scénariste avec les cinéastes Gérard Oury, Édouard Molinaro ou Yves Allégret. Enfin, revenir sur la naissance hasardeuse du commissaire San-Antonio en 1949 et la consécration de ce personnage de fiction devenu en quelque sorte auteur de la saga trépidante que l'on sait.
    À travers ce portrait en action, on partagera les émois, les coups durs et les temps forts de la vie de Frédéric Dard. Celui qui, grâce à son tempérament hors du commun, a été, sans conteste, l'homme de lettres le plus libre de son époque.

  • Son nom : Dick Lapelouse.
    Son métier : Tueur à gages.
    Son créneau : Le discount !
    Gens du peuple, réjouissez-vous, voici son catalogue (non exhaustif) : trépanation à 56 euro; TTC, accident de voiture à 79,99 euro; (véhicule non fourni), enterrement en forêt à 100 euro; tout rond (hors frais de déplacement et de teinturerie) !
    Forcément, dans la profession, ça ne va pas plaire à tout le monde...
    " Il faut toujours montrer au con qu'il est un con plein de bon sens. Je suis une nécessité pour la collectivité, au même niveau que la grande distribution ou l'accès au crédit. " Dick Lapelouse

  • C´est entre l´Esplanade et les ruelles du Vieux Lille que Sébastien Arnoux, espoir du LOSC (Lille Olympique Sporting Club), a été aperçu pour la dernière fois une nuit de printemps bâtard. Le corps du gamin sera repêché quelques jours plus tard dans la Deûle. Les enquêteurs excluent la piste criminelle. Pourtant, Lisa, la soeur de la victime, à la beauté diaphane et au sourire pastel, ne croit pas à la thèse de l´accident. Elle entraîne dans son enquête Jules, 32 ans, dégaine de voyou, regard chocolat noir charbon et coeur de beurre. Bientôt Emma, lesbienne trash, se joint à eux. Leurs doutes se renforcent lorsqu´un second corps, celui de Gianni Olbia, étudiant italien et ami de Seb, est retrouvé entre deux péniches. Leur intérêt pour la corruption qui gangrène le milieu footballistique les aurait-il mis en péril ? Auraient-ils fait de mauvaises rencontres dans le milieu interlope de la nuit lilloise ?



    Dans ce roman noir coron, au scénario implacable, Michel Quint nous conduit d´estaminets en « drunk parties », de clubs branchés en friches industrielles, de Roubaix à Tourcoing, sur les pistes des coupables. Entre parties fines, prostitution et réseau mafieux, En dépit des étoiles est un suspense puissant et poétique qui touche au coeur de la terre du Nord.

  • La Rochelle, coup de coeur de Simenon, cité de la mer et d'atmosphère... Trajets de vie essentiels du créateur de Maigret entre 1927 et 1940. Cité de mer et d'atmosphères, La Rochelle, ce fut pour Georges Simenon un immense bonheur, une fascination picturale et gourmande, des amitiés, des prédilections féminines, une société plurielle qu'il a auscultée, mais aussi des lieux connus ou secrets qui lui ont inspiré une trentaine d'ouvrages.
    Michel Carly, grand spécialiste de Simenon, a tenu aussi à explorer l'autre face de l'homme et du romancier durant ces années rochelaises, de 1927 à 1940. Il rend compte de l'incroyable rituel dont Simenon s'entoure pour écrire à La Richardière à Marsilly, de sa première paternité, de la fêlure de son couple, sans oublier son engagement pour les réfugiés belges en 1940.
    Michel Carly détaille enfin la création des romans et l'élaboration des personnages de Simenon qui s'ancrent à jamais à La Rochelle, du
    Testament Donadieu à
    La Vérité sur Bébé Donge, du tueur en série des
    Fantômes du chapelier au couple lumineux du
    Train...
    Sur les pas du créateur de Maigret, une déambulation littéraire passionnante émaillée de révélations que Michel Carly a collectées dans des sources inédites - archives, collections épistolaires - ou auprès de ceux qui ont connu Georges Simenon en Charente.

  • En Provence, la découverte d´une caisse en bois marquée de l´emblème nazi réveille les vieux démons des habitants de Saint-Ambrose et sème la panique...


    "Je meurs". L'homme n'eut pas le temps de penser à autre chose. Il a senti la balle pénétrer ses chairs, une douleur atroce. Par réflexe il a porté sa main à la poitrine, senti son sang couler entre ses doigts. Il ne s'effondra pas dans la barque mais bascula et fut happé par les eaux noires du lac.
    La lune le regarda une dernière fois, tremblante sous l'effet de l'onde.
    Comme elle l'avait regardé au tout début de son périple...



    Près d´Aix-en-Provence...

    Un photographe en repérage découvre par hasard sur un îlot au beau milieu d´un lac une caisse en bois marquée de l´emblème nazi.

    Ce vestige de la Seconde Guerre mondiale va réveiller tout le village de Saint-Ambrose et faire revenir sur place des personnes qui y ont vécu les années sombres de l´Occupation. Quelques jours plus tard, un des anciens du village est retrouvé assassiné chez lui. Dans sa main un bout de papier sur lequel figure la mention : Victor Kobolsian, capitaine de police.

    Victor Kobolsian est un flic fatigué et stressé : sa femme est dans le coma après un accident de la route. Il ne connaît pas ce village, ni l´homme assassiné, Que cherche l´assassin en faisant venir ici un flic que personne ne connaît ?

    Et si cette simple caisse recelait un secret bien plus noir ?





    .

  • Monsieur Y., tueur à gages de son métier, n´a plus qu´un jour à vivre... Deux, maximum. En réalité, M. Y. se réveille chaque matin :

    1) persuadé qu´il s´agit du dernier jour de sa vie, 2) déterminé à tuer Eduardo Blaisten, qu´il poursuit depuis un an et deux mois exactement.

    Mais, en plus d´être atteint de maladies toutes plus rares et/ou imaginaires les unes que les autres, M. Y. souffre d´une malchance chronique. Si seulement il ne s´était pas endormi dans le métro la fois où il aurait pu pousser Blaisten sur les rails !

    Au fil de ses tentatives d´homicide, M. Y. établit des liens évidents entre ses propres symptômes et les grands maux qui torturèrent Proust, Voltaire, Tolstoï, Molière, entre autres grands hypocondriaques de l´histoire. Et lui, arrivera-t-il à accomplir sa dernière grande oeuvre ?

  • La décade prodigieuse !
    Le nouveau témoignage de Philippe Durant Le polar français a souvent eu des complexes par rapport au polar américain. Écoutons Lino Ventura : " Les Américains disposent d'atouts que nous n'avons pas. En France, si on fait un film on ne peut pas échapper au " pin-pon, pin-pon " de la petite 4L qui arrive ventre à terre. Les agents qui vont tenir leur képi de la main gauche et le bâton de la main droite pour courir !... Je veux dire que cela a souvent un côté opérette à Mogador. Les bagnoles américaines, leurs avertisseurs, les flics en manteau de cuir, les lunettes cerclées d'or, les cartouchières ; ça a quand même une autre gueule ! " Complexe d'infériorité qui, à la lecture de cet ouvrage, va faire long feu. Philippe Durant nous retrace en effet ici la passionnante histoire du polar français des années soixante-dix. Flics aux méthodes peu orthodoxes, voyous d'un nouveau genre, notables pompidoliens, partis politiques corrompus... Du Clan des Siciliens à Série Noire, en passant par Adieu Poulet, Dupont Lajoie, ou Police Python, c'est en effet une époque d'une richesse incroyable que l'auteur retrace ici.

  • Rouge comme les rideaux d'un théâtre...
    Rouge comme la robe d'un bon beaujolais...
    Et rouge comme les yeux d'Archibald Sirauton. Ce dernier voit doublement rouge ! Tout Saint-Vincent-des-Vignes, son village - jamais tranquille - niché au creux des coteaux du Brouilly, est sens dessus dessous : un corbeau distille via Village en folies, " journal électronique sans concession ", des horreurs sur chacun ou presque de ses administrés. En plus, Xa, comédienne de son coeur, se voit accusée de meurtres sur son lieu de travail, en pleine répétition d'une pièce de Molière, à Lyon.
    En tant que maire de Saint-Vincent-des-Vignes, ancien magistrat, amant de la belle Xa, Archibald Sirauton, reconverti en viticulteur, se sent investi d'une double mission...

  • Dans les années 1960, Collioure connaît une série de meurtres inexpliqués. Seule contre tous, l'imprévisible Luce Colomine va tenter de résoudre leur mystère?
    Un soir de service, Luce Colomine, femme de ménage dans une usine de salaison d'anchois, découvre le cadavre de son patron, près d'une lanterne éteinte? Trois corps d'hommes morts sont ensuite retrouvés, placés près d'un objet : un harpon, une lance, une échelle, une bourse de cuir.  Arrivent la semaine sainte et la procession de la Sanch. Lorsque Luce lève les yeux sur la Creu dels Improperis, la Croix des outrages, qui porte les instruments de la Passion et elle voit alignés sous ses yeux, une lanterne, une lance, une échelle, une bourse. C'est sûr, il y a un lien entre les quatre morts. Mais personne ne veut la croire sauf un jeune inspecteur stagiaire. A ses côtés, Luce va se lancer sur les traces du tueur et découvrir le terrible secret que partageaient les victimes, jusqu'à l'incroyable révélation finale?

  • La petite ville d'Echo Bay est, dit-on, touchée par une malédiction. A plusieurs reprises, des jeunes filles sont décédées lors du Festival d'été.
    Sydney est un peu marginale, passionnée de photographie. Caitlin est très populaire et appréciée par tous les élèves du lycée. Tenley, la reine du lycée et meilleure amie de Caitlin, est de retour à Echo Bay après plusieurs années d'absence. Les trois jeunes filles commencent à recevoir des défis anonymes : le mystérieux expéditeur les menace de révéler leurs secrets si elles ne se plient pas au jeu. Aucune n'a envie de voir sa part d'ombre honteuse dévoilée au lycée et le Festival approche à grand pas...
    " Une série à suspense pour les filles très réussie ! " Kirkus Reviews " Un roman qui vous tient en haleine et qui vous donnera la chair de poule ! " School Library Journal

  • Comment écrire un best-seller? Dans Mes Secrets d'écrivain, Elizabeth George - auteure renommée qu'il n'est plus la peine de présenter - offre à tous ceux qui tentent l'aventure de l'écriture l'essentiel de ce qu'ils doivent savoir sur la façon de construire un roman. Elle fournit une foule d'informations précieuses sur tous les éléments du récit de fiction, de la façon de planter un décor à la méthode, en passant par toutes sortes d'aspects techniques. Illustré par de nombreux extraits de ses propres romans, mais aussi de ceux d'une vingtaine d'auteurs de tous les genres littéraires (Dickens, P. D. James, Shakespeare, Edgar Poe, Caroline Quine...), Mes Secrets d'écrivain est destinée à devenir un ouvrage de référence pour tous les écrivains en devenir...Sans fard, l'auteur nous livre ses astuces d'écriture, son emploi du temps quotidien, ses recettes pour créer des personnages, ses trucs pour repérer des décors et les retranscrire en leur donnant une âme. Comment créer le suspense ? Et d'ailleurs, qu'est-ce que le suspense? Comment "accrocher" le lecteur, comment surmonter l'angoisse de la page blanche, telles sont les promesses de cet ouvrage qui réjouira les fans - et ils sont nombreux ! - d'Elizabeth George, les apprentis écrivains et tous les curieux que l'art de l'écriture intéresse.

  • " Des bars coloniaux de la rue de Lappe aux établissements de bains de la rue Saint-Lazare, des promenoirs du Gaumont, sur les Grands Boulevards, aux pissotières de la gare du Nord, des michetonneurs de la porte Saint-Martin aux masseurs de la Folie-Méricourt, tout ce que Paris comptait de vénalité mâle connaissait les ciseaux de ses grandes jambes et la manière singulière que Blèche avait de fondre sur ses proies pour les interroger, en les fixant avec intensité. Ses collègues de la Mondaine étaient réputés pour leur habitude de jouer aux idiots avec les tauliers, de finasser, d'insinuer qu'ils en savaient plus qu'ils paraissaient en dire, à croire qu'on leur avait enseigné que les menaces sont plus lourdes et les dégelées plus terrorisantes quand elles sont pratiquées par des flics à l'air bonasse. Blèche, lui, posait des questions brèves et tranchantes, qui sortaient à une vitesse stupéfiante de sa bouche sans que cela fît vaciller ses moustaches noires. " Une nuit de 1934, un inconnu pénètre dans le zoo de Vincennes, abat et émascule deux fauves avant de prendre la fuite. Les autorités sont convaincues que les pénis tranchés vont alimenter un trafic d'aphrodisiaques destiné aux homosexuels parisiens. L'affaire est confiée à l'inspecteur Blèche. Cet homme glacé, doté d'une intelligence supérieure, est chargé à la Brigade mondaine de surveiller les " invertis ". Son enquête le conduira à exhumer de dangereux secrets dans le " gay Paris " des années 1930, monde extraordinaire à jamais disparu.

  • Dans la région du Beaujolais, une nouvelle enquête pleine d'humour et de cadavres menée par Archibald Sirauton, ancien juge d'instruction reconverti en viticulteur.

    A Saint-Vincent-des-Vignes, village niché au centre de Brouilly, de Beaujeu et de Morgon, la vie suit son cours, jamais tranquille. Ainsi, promu maire de sa commune, Archibald Sirauton doit se coltiner tous les tracas de l'hiver de ses administrés. Et il y en a pléthore. D'autant que plusieurs affaires lui tombent dessus : le cadavre d'une inconnue trouvée dans le vignoble du vieux Pipelette, la disparition inexplicable du duc du Beaujolais, Eric Pillorget, fondateur richissime de Les Chais Pillorget... Mais Archi (pour les intimes) a de la bouteille. Ancien juge d'instruction reconverti en viticulteur heureux et en président d'un syndicat viticole par amour du vin et par savoir-vivre, il n'a rien perdu de son flair, de ses réparties cinglantes et de sa connaissance encyclopédique du Code.
    C'est donc sous cette triple étiquette qu'il va traîner ses guêtres et son humour chez les héritiers Pillorget, aussi retors les uns que les autres, avides et opportunistes pour la plupart, prêts à céder leur juteuse entreprise au capitalisme chinois, et dont on a tôt fait de rebaptiser les fameux chais " les chais des ambitieux "...

  • En 1816, l´affaire des revenants - des migrants assassinés - agite la police de Strasbourg. Au coeur du mystère, un château, celui du Haut-Barr, qui renfermerait un précieux trésor convoité par un homme sans scrupules...

    «- Tout se déroule comme prévu. J´ai vu des plans, pas d´une maison, des plans en longueur, comme ceux d´une route, ou d´un passage. Ainsi qu´une gravure...
    Les yeux écarquillés, elle désigna ce qui se trouvait juste sur le mur qui lui faisait face.
    - Qu´est-ce ?
    - Le château du Haut-Barr. Il domine la ville.
    Elle eut un moment de flottement. Sans doute en trouvait-on autant dans presque chaque maison.
    - Dites-lui que j´ai vu une gravure du Haut-Barr, non pas accrochée au mur mais posée sur une table, appuyée contre une pile de livres et de documents. » Le commissaire Pernon de Strasbourg envoie plusieurs de ses émissaires, parmi lesquels Florent Schoebel et Nanni, vers Saverne (au pied des Vosges, sur la route de Strasbourg). Disette oblige, en cette année 1816, de nombreux Alsaciens sont candidats à l´émigration pour l´Amérique. Et Pernon s´inquiète de la « disparition soudaine » de certains, rançonnés par les passeurs. Florent mène son enquête tandis que Nanni doit espionner le principal suspect, Ambroise de Laroche-Fontan. Elle acquiert rapidement la certitude de son rôle central dans l´« affaire des revenants »- il a besoin d´argent pour poursuivre discrètement ses recherches autour d´un fabuleux trésor enfoui sous les ruines du Haut-Barr.

    Mais, contre toute attente, Nanni s´éprend de Fontan.

    Grâce à la sagacité de Florent et de ses comparses, passeurs et voleurs sont sous les verrous, Laroche-Fontan est arrêté, «éliminé», laissant Nanni, véritable héroïne du récit, inconsolable...

  • Dans le contexte troublé de 1815, un brillant étudiant résout, seul, une affaire criminelle au sein de la confrérie très concurrentielle des indienneurs (les imprimeurs sur étoffes) alsaciens?« Florent Schoebel se sentait un gamin inexpérimenté, lui qui n'avait guère quitté Strasbourg. Comment M. de Permon pouvait-il confier une mission à un débutant qui n'avait rien vu et ne connaissait rien, des femmes pour commencer ? Il tâta discrètement la pochette en cuir sous sa chemise, à même la peau, comme si Mme Herbig avait pu sans qu'il s'en aperçoive le dépouiller de son bien le plus précieux : ce que lui avait remis le lieutenant de police. Profondément perturbé, il aurait voulu la fuir, tout en ayant hâte de se retrouver à ses côtés. »Florent Schoebel, brillant étudiant au talent avéré d'enquêteur, est envoyé en mission officieuse à Gwebwiller par Permon, lieutenant de police de Strasbourg. Il y rejoint son oncle, le maire de la localité, victime d'une campagne de diffamation. En pleine Terreur blanche (délation contre les partisans de Napoléon), Florent doit faire la « mouche » (l'espion). A Gwebwiller, ville investie par les manufacturiers, un fait divers suscite sa curiosité : une jeune ouvrière est trouvée inanimée devant le baraquement d'un manufacturier en flammes. Accident ou acte criminel ? On découvre un peu plus tard dans la Lauch un cadavre décapité. Des indices révèlent que l'inconnu revenait d'Angleterre - où les techniques d'impression sur étoffes sont très élaborées -, des plans secrets cousus dans son manteau. S'orientant vers la piste des manufacturiers, faisant un lien avec la première affaire, Florent se déguise en ouvrier et enquête, à l'insu de la police officielle. Affaire de moeurs doublée d'une affaire d'espionnage industriel : les notables Brobach, père et fils, se retrouveront sous les verrous. Mission accomplie pour Schoebel !

empty