• Et s'il était possible de comprendre les relations internationales à travers une nouvelle grammaire? Le patrimoine s'avère un extraordinaire vivier pour l'élaboration d'une diplomatie nouvelle. Le contexte géopolitique actuel nous incite à repenser le patrimoine non plus sur le mode des représentations postcoloniales, mais bien d'après d'autres critères, moins univoques que le rapport idéologiquement stérile qu'entretiennent à ce sujet les pays du Nord et ceux du Sud. Il importe de voir le monde sous l'angle de l'histoire des relations internationales, des sensibilités d'opinion, mais aussi sous celui de l'art et de la culture comme enjeu mémoriel et politique.
    À travers 5 cas emblématiques du continent asiatique (Abou Dabi et son environnement régional ; le Monde chinois ; le vandalisme en terres d'Islam ; le Japon et l'ambivalente question patrimoniale ; un patrimoine partagé entre l'Inde et le Pakistan), Emmanuel Lincot aborde la question du soft power aussi bien que des luttes d'influences internationales sous un angle inédit.

  • De nombreux musées occidentaux conservent dans leurs collections des objets - en particulier d'Afrique - issus du passé colonial. Alors que ces objets continuent de revêtir une signification symbolique forte dans leurs pays d'origine, ils se retrouvent le plus souvent dans les vitrines des musées occidentaux comme des objets en perdition, privés de leur contexte historique, social et culturel.
    Les musées français ou occidentaux qui possèdent, par vocation ou par hasard, des patrimoines extra-européens dans leurs collections ne peuvent les valoriser sans associer à leur étude les musées et les représentants patentés des pays d'où ces patrimoines sont originaires.
    La tâche la plus urgente est de rendre à l'Afrique sa parole sur ce patrimoine qui est le sien. D'où la nécessité d'inventorier ces objets avec soin, d'établir des corpus, de les relier aux patrimoines des pays d'origine, et de chercher de nouvelles formes de
    partenariat entre musées du nord et musées du sud.

    Des spécialistes des musées d'Europe et d'Afrique esquissent ici les pistes pour faire du continent africain le fer de lance des musées du XXIe siècle.


    Avec les contributions de : Étienne Féau, Alice Michonnet, Caroline Gaultier-Kurhan, Gabrielle Baglione, Philippe David, Salimata Diop, Nathalie Carratié-Faye, Abdoulaye Touré, Manuel Valentin, Delphine Brabant, Laurella Rinçon, Hamady Bocoum.

  • « Du jamais vu dans l'histoire », selon l'Organisation internationaledu travail. Les 114 millions d'emplois détruits par la pandémie appellent plus que jamais à repenser la place du travail dans nossociétés. Entre la tentation de la table rase et le retour du business as usual, le chemin n'est pas encore tracé. Mais ce dossier entend au moins le défricher.


  • À un an de l'élection présidentielle américaine, Gilles Winckler et René Chasset proposent avec Le dernier homme de revenir sur les ressorts qui ont permis la victoire inattendue de Donald Trump en 2016. Déplorant que les électeurs du candidat républicain soient souvent présentés de manière caricaturale comme intolérants et influençables, ils décortiquent les erreurs successives qui ont conduit le camp démocrate à la défaite, ainsi que l'abandon par la gauche de ses racines républicaines et universalistes au profit de théories absurdes et dangereuses. L'outrance de Trump serait-elle le retour de bâton d'une autre forme d'obscénité et de violence ? Post-colonialisme, fluidité du genre, animalisme et transhumanisme : les deux auteurs étrillent méthodiquement les nouvelles lubies des élites américaines, dont ils démontrent au passage la dimension religieuse. Gilles Winckler et René Chasset signent un essai sans concession, qui apporte un éclairage nouveau sur les campagnes électorales passées et à venir, aux États-Unis mais aussi sur celle d'Emmanuel Macron en France.






  • Démocratisation, émancipation, ouverture... autant d'incantations pour la culture à partir de 1968 jusqu'à aujourd'hui. Mais dire suffit-il pour agir ?
    Il faut interroger la façon dont l'action culturelle parlent de (ou tait) sa relation au politique.
    Ce texte court plaide pour remettre le politique au coeur de l'action culturelle.
    Pour le cinquantième anniversaire de la Déclaration de Villeurbanne, un collectif de chercheurs et de professionnels du monde culturel et artistique s'est formé pour se saisir de la question de la politisation par la culture à partir du point de rupture de 1968 mais aussi dans son actualité la plus vive. Dans la tourmente sociale qui bouleverse la France, l'Europe, et au-delà, il est nécessaire et urgent de bousculer les savoirs établis. Cet ouvrage, manifeste contemporain, réunit les synthèses d'un colloque organisé à Lyon et Villeurbanne, dans les murs mêmes du TNP, ex-théâtre de la Cité de Villeurbanne, les 12 et 13 décembre 2018. Une parole contrastée, vivante, non consensuelle, s'est exprimée lors de ces deux journées, à partir d'un dialogue exigeant entre les chercheurs français, mais aussi belges, serbes et canadiens, spécialistes de la médiation culturelle, de la socio-économie de la culture, des études théâtrales, en synergie avec les praticiens représentant les secteurs du spectacle vivant, du patrimoine, des arts numériques, invités pour discuter et débattre. Ces interventions ont défendu ensemble une intelligence polémique, fruit des regards croisés des champs scientifiques et pratiques.


  • Le manuel du citoyen éclairé !
    Enseignée au collège puis au lycée, où elle est rebaptisée " éducation civique, juridique et sociale ", l'instruction civique se fixe pour objectif de former les futurs électeurs en abordant les principes et valeurs fondamentales de la République et en débattant de thèmes d'actualité.Didactique, ce livre servira tout autant à l'élève dans le cadre de l'apprentissage de cette discipline désormais autonome qu'aux parents désireux de suivre l'enseignement dispensé à leurs enfants. Il aidera aussi les adultes, citoyens de la République ou non, qui entendraient développer ou affermir leurs connaissances sur l'histoire, la philosophie et les fondements de la République française. Les enseignants eux-mêmes y trouveront enfin une base documentaire dans laquelle ils pourront puiser pour l'élaboration et l'enrichissement de leurs cours.À tous, cet ouvrage enseignera surtout les règles de base de la vie en société, dans un cadre républicain où les libertés individuelles vont de pair avec le respect des lois.

  • « Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu'on la dupe, pourvu qu'on la repose », Tocqueville.
    Dans son numéro de rentrée, la Revue des Deux Mondes revient sur la crise sanitaire et sur les dysfonctionnements de notre système (politique, administratif, sanitaire...).



    Grand entretien - François Sureau : « Ce qui nous manque »


    Ancien membre du Conseil d'État, aujourd'hui avocat et écrivain, François Sureau analyse ce qui manque aux Français : l'amour du pays, un assentiment aux institutions, une autorité politique déléguée et responsable.



    Dossier : L'épuisement français

    />
    -> Peut-on comparer 1940 et 2020 ? Par Éric Roussel
    Éric Roussel met en parallèle deux épisodes qui ont entraîné la paralysie quasi complète de la France : la défaite de 1940 et la crise sanitaire liée au Covid-19.

    -> Laboratoire P4 : de la folie marchande à la faillite morale collective par Vincent Hein
    Vincent Hein raconte l'histoire du laboratoire P4 de Wuhan, berceau de l'épidémie, qui fut financé par une France fort peu soucieuse des risques encourus.

    -> Entretien avec Bernard Debré : « Depuis que l'administration a pris le pouvoir, l'hôpital est en crise »
    Ancien ministre et député de Paris, le médecin Bernard Debré juge sévèrement la gestion de la crise sanitaire en France. Au-delà de la pandémie, il s'inquiète de la dégradation de l'hôpital, où l'administratif a pris la main, et dénonce la connivence entre laboratoires, médecins et administration.

    -> La santé est politique par Philippe Douste-Blazy
    L'ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy explique pourquoi nous n'avons pas su gérer la crise alors que des stratégies sanitaires avaient été étudiées dès 2004, lors de la grippe aviaire.

    -> L'Allemagne complexante par Marion Van Renterghem
    L'Allemagne reste supérieure à la France. La journaliste Marion Van Renterghem en donne les raisons : un exécutif plus faible, un fédéralisme qui offre de la souplesse dans les prises de décision, un climat de confiance et une fluidité de fonctionnement entre les différents acteurs de la société.

    -> Préparer l'État à affronter l'incertitude par Annick Steta
    Annick Steta pointe l'absence quasi totale de culture scientifique dans l'administration et la classe politique, due notamment aux conditions de recrutement des hauts fonctionnaires.

    -> Et aussi Alain Minc, Pierre Vermeren, Maryvonne de Saint Pulgent, Jacques de Saint Victor, Yannick Bertélémi, Anne-Marie Le Pourhiet et Marin de Viry



    Littérature


    -> Inédit : Dépôt de bilan par Éric Neuhoff
    L'auteur de (Très) cher cinéma français (Albin Michel, 2019) dresse le bilan désenchanté de ses 60 ans.

  • La pandémie, intriquée dans les crises sociale, et environnementale, interroge notre capacité à poser des choix quand économique l'avenir est incertain. L'ampleur des bouleversements traversés a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais il est des ressources, trop oubliées, que nous proposons de cultiver pour prendre des décisions éclairées malgré les incertitudes.

  • Dans ce livre qui complète une série d'études menées sur la culture durant l'époque nazie, l'historien Michael Kater suit le parcours de huit compositeurs très différents les uns des autres, auscultant le comportement d'artistes qui avaient déjà, au moment de l'avènement de Hitler en 1933, une réputation dans la sphère musicale allemande et internationale. Son étude minutieuse, qui s'appuie sur une documentation en partie inédite, d'une exceptionnelle richesse, suit la trajectoire de personnalités qui choisirent ou bien la collaboration et l'opportunisme, ou bien la résistance et l'exil. Dans la première catégorie, les deux compositeurs postromantiques, Strauss et Pfitzner, s'accommodèrent du pouvoir nazi au nom de la grande tradition germanique ; Hindemith partageait cette position, mais le modernisme qu'il avait incarné sous la République de Weimar suscitait un rejet qui le contraignit finalement à l'exil. Orff et Egk saisirent l'occasion de faire carrière et de représenter la nouvelle Allemagne par leurs oeuvres et leur activité. À l'opposé, Schoenberg et Weill, qui étaient juifs, prirent immédiatement le chemin de l'exil. Hartmann, enfin, cessa de composer, restant à l'écart de la vie publique jusqu'à la fin de la guerre. Ces huit destins croisés mettent cruellement en jeu les rapports entre l'esthétique et la politique, sur fond de lutte entre les Anciens et les Modernes.

  • La dette publique française devrait dépasser les 120 % du produit intérieur brut pour la seule année 2020, soit près de 80 000 euros par ménage. Ces chiffres donnent le vertige ! Il faudra bien, à un moment donné, payer la facture. La dette n'est-elle pas liée par définition au devoir de rembourser ? On peut pourtant réinterroger cette prétendue évidence morale.

  • Récemment, de nombreux rapports de l'OCDE, de la Commission européenne ou encore de divers think tanks et centres de recherche ont abouti à la conclusion que les ménages à faible revenu ont été les plus touchés par la crise financière mondiale et la mise en oeuvre par nombre de gouvernements européens de politiques d'assainissement budgétaire. Bien que leur intensité varie selon les pays, les niveaux d'inégalités et de pauvreté sont en moyenne en augmentation et les ménages européens à faible revenu font face à une grave pression financière. En raison des coupes budgétaires dans le domaine des services publics et de régimes de protection sociale moins généreux et accessibles qu'auparavant, les ménages se retrouvent souvent face à une absence de solution pour faire face à leurs problèmes financiers. Certains n'auront pas d'autre choix que d'accumuler des impayés vis-à-vis de leurs fournisseurs d'énergie, de leur propriétaire, etc., tandis que d'autres souscriront des emprunts, légaux ou illégaux, au coût très élevé. Pris au piège entre les solutions inappropriées proposées par le marché et l'absence de réponse des services publics, ces ménages pourraient bénéficier d'une source alternative de crédit répondant à leurs besoins. Dans ce contexte, l'aptitude de la microfinance - en plein essor en Europe alors qu'elle est largement implantée dans les pays en développement - à proposer une telle alternative aux ménages européens devrait être examinée en détail.

  • Le maire demeure de loin le représentant politique le plus apprécié des Français. Dans un contexte de défiance généralisée, cette popularité témoigne d'un espace où la démocratie garde tout son sens. Face à ce constat et à l'approche des élections de mars 2020, l'échelle municipale est-elle à privilégier pour oxygéner l'action publique ? Les politiques du proche seraient-elles plus inclusives et efficaces ?

  • Quels leviers utiliser pour faire de la pauvreté un état passager ? L'objectif de ce dossier est de montrer tout l'intérêt qu'il y a à construire de nouvelles politiques, en partant de l'expérience de terrain. La lutte contre la pauvreté est d'abord l'aff aire des gens qui, loin de rester les bras croisés, prennent des initiatives pour se voir reconnaître des droits ou y accéder. Une réfl exion d'autant plus importante en cette période de crise sanitaire où la détresse économique menace de plus en plus de personnes.

  • En toile de fond des dernières élections, une crise de défiance historique entre les Français et leurs élus. Comment faire évoluer le système représentatif pour le rapprocher des attentes des citoyens ? Dans ce dossier, 3e volet de la série « Réinvestir la démocratie », la Revue Projet propose un état des lieux sans concessions et ouvre le débat sur les nouveaux enjeux à même de faire renaître la représentation.

  • Par ce choix d'inscriptions grecques et latines de la Syrie, une équipe d'historiens offre au lecteur curieux du passé des documents variés et souvent inattendus, qui portent sur la période comprise entre le IIIe siècle av. J.-C. et le XIe siècle apr. J.-C. Certains de ces documents intéressent l'histoire politique, les institutions, l'économie, la vie militaire, la piété ou l'organisation du réseau routier. D'autres nous parlent simplement des hommes : ainsi, l'épitaphe de cette Gauloise, née à Rouen, épouse d'un officier, qui mourut dans le Hauran, à l'autre bout de l'Empire. La difficulté du quotidien est aussi révélée par une étonnante chronique sur mosaïque qui signale que le 27 janvier 499 « il y eut de fortes neiges et les arbres à olives du territoire d'Apamée se rompirent ». Les hommes chantaient la générosité de la terre en des formules enthousiastes, tels ces vers latins - précédés d'une croix - gravés sur la façade d'un pressoir : « Tu vois les sucs pareils au nectar, présents de Bacchus, que la vigne a produits, revigorée par un chaud soleil ». Les hommes de l'Antiquité ont beaucoup confié à la pierre ; leurs inscriptions, gravées sur divers supports ou dessinées sur les tapis de mosaïque, constituent l'une des sources majeures de l'histoire de la Syrie. Scrupuleusement replacés dans leur contexte archéologique, géographique et historique, tous ces documents invitent à la découverte d'un pays et d'une histoire.

  • Le livre Freinet, 70 ans après. Une pédagogie du travail et de la dédicace, publié en 1998, était épuisé trois ans après sa première édition. Compte tenu du bon accueil que cet ouvrage a reçu parmi les chercheurs universitaires, ainsi que parmi les praticiens, il nous a semblé utile de le rééditer. En effet, c'est précisément d'une journée de travail qui avait réuni des chercheurs et des praticiens à l'université de Caen, en octobre 1996, que cet ouvrage est issu : il s'agissait d'un colloque organisé dans le cadre des manifestations pour le centenaire de la naissance de Célestin Freinet.

  • Le Viêt-Nam traverse une phase de transitions sociales, économiques, politiques et culturelles, le rythme variant d'un domaine à l'autre. Ce pays émergent tente d'articuler socialisme et économie de marché en redonnant à chacun le goût d'entreprendre, tout en conduisant des réformes institutionnelles. Parviendra-t-il à cet objectif ? Sous quelles conditions et avec quels effets à long terme ? Cet ouvrage permet d'identifier et de comprendre les transformations de la paysannerie, les changements dans l'alimentation et la consommation, les évolutions des politiques publiques dans les domaines de la santé et des pratiques matrimoniales, les mutations de la façon de vivre en ville, les innovations développées par les étudiants pour trouver un emploi - sans éluder les efforts de ceux dont la survie dépend d'un travail informel. Historiens, anthropologues, démographes, sociologues, ethnologues, géographes et économistes, grâce à l'apport des sciences humaines et sociales et à leurs études de terrain, nous donnent une vision d'ensemble de ces transitions à l'oeuvre au Viêt-Nam.

  • Revaloriser le travail pour sauver la France !
    La France, malgré ses atouts et ses ressorts formidables, est menacée de déclin. Les Français sont dans la défiance, avec un moral au plus bas, et prennent conscience des blocages qui les empêchent d'avancer. Le défi le plus crucial à relever pour la France est sans conteste la lutte contre le chômage, qui ne peut passer que par un changement radical de notre perception du travail.
    Pourquoi le travail est-il considéré comme une souffrance ? Pourquoi ne parle-t-on que de pénibilité au travail ? Pourquoi laisse-t-on penser que l'on ne peut se réaliser qu'en dehors du travail ? Pourquoi et comment en est-on arrivé là ?
    Dans cet essai engagé, Samuel Tual offre une analyse inédite de l'état de la France et propose des solutions positives pour revaloriser le travail, sortir des contraintes qui étouffent l'économie, les salariés et les entreprises, et sauver la France du déclin qui la guette.

    Le livre dont les candidats à la présidentielle doivent s'inspirer de façon urgente.

  • De toutes les peines, la prison est sans doute la plus coûteuse, la plus déshumanisante, celle qui nous protège le moins bien contre la récidive. Pourtant, on continue d'incarcérer à tour de bras. Ne peut-on donc rendre justice sans passer systématiquement par la case prison ?

  • Nous avons interviewé vos chaussures. Elles n'ont rien caché de leurs conditions de fabrication, de leur empreinte écologique, de la répartition de leur prix de vente. Elles nous ont révélé un monde à côté de ses pompes. Et demandé, à coups de pied aux fesses : quand changerez-vous donc de modèle économique ?

  • Sommaire
    1. La lettre d'une inconnue
    2. Le réveil
    3. Les bases de départ
    4. À la recherche de la famille
    5. À la recherche de la Maison des Enfants-Trouvés de Palerme
    6. Des souliers de mousseline de couleur rouge
    7. Luigi, jusqu'à son mariage
    8. Les enfants de Luigi et Rosaria
    9. Rosaria organise l'exil
    10. Joseph, chef de famille
    11. Sicilitude

  • Comment une revendication féministe telle que la parité est-elle médiatisée ? Cet ouvrage expose le rôle joué par les médias dans la construction du problème de la sous-représentation des femmes en politique, dans l'orchestration du débat public et dans la sanction de l'action publique que ce problème suscite. Il établit les liens entre la manière dont le débat sur la parité s'est déroulé et la construction du genre en politique et étudie l'influence des dispositifs de communication sur cette dernière. De la presse à Internet : la parité en questions s'appuie sur une analyse de corpus variés (presse d'information générale, presse féminine, monographies autobiographiques ou sites web de campagne) pour étudier le déploiement de la parité dans l'espace public. Il considère à la fois les aspects langagiers, sociaux et techniques de ce déploiement.

  • This volume brings together a series of papers reflecting a number of lectures given at the Université catholique de Louvain (UCL) in 2010-2012 in the frame of a seminar entitled La naissance des cités crétoises. Eight Cretan sites (Axos, Phaistos, Prinias, Karphi, Dreros, Azoria, Praisos, and Itanos), recently excavated or re-excavated, are considered in their regional and historical context in order to explore the origin and early development of the Greek city-state on the island.


  • Les maladies émergentes, causes de crises sanitaires potentiellement dévastatrices, représentent un enjeu majeur pour la santé végétale, animale et humaine. Difficiles à anticiper en raison de leur caractère nouveau et imprévisible, elles suscitent une réflexion pluridisciplinaire et une analyse spécifique que propose cet ouvrage à travers des cas concrets de détection et d'analyse biologiques des émergences, de leur traitement statistique et des facteurs environnementaux qui les déterminent.

empty