Littérature générale

  • « On me pose très souvent la même question depuis que j'ai été nommée première danseuse étoile noire américaine à l'American Ballet Theatre. Et maintenant ? [...] Le plus souvent, lorsqu'on m'interroge sur mes projets pour l'avenir, je hausse les épaules, souris, et réponds : "répéter". Les annonces de nomination se font de manière inattendue et elles ne se basent sur aucun modèle défini, cependant il était normal que j'apprenne la mienne dans le studio où j'ai passé tant de temps ces dernières années depuis que j'ai intégré la compagnie de l'American Ballet Theatre en 2000. [...] La nouvelle fut une surprise totale. [...] j'ai fondu en larmes. Comment aurais-je pu réagir autrement quand mon plus grand rêve venait juste de se réaliser? » Misty Copeland « Bouleversant et éloquent. » The New York Times « Son histoire est un modèle pour toute personne - homme ou femme, noire ou blanche - qui s'évertue à poursuivre un rêve malgré les nombreux obstacles apparents. La grâce avec laquelle elle atteint le sien est un exemple pour tous. » Booklist Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel-Guedj Illustration de couverture : Kevin Mazur/Getty Images

  • Un royaume sans héritier, ce n'est pas du goût du roi ! Aussi, le jour où la reine lui donne enfin une fille, il organise une grande fête pour le baptême de l'enfant. Tout à sa joie, il oublie d'inviter sa soeur. Mal lui en prit ! Car cette sorcière se venge d'une manière bien particulière : en privant l'enfant de son poids.
    Tout à la fois conte de fées et roman d'apprentissage, cette histoire, écrite par l'un des plus grands auteurs du XIXe siècle, vous entraînera dans un univers teinté d'humour et de situations étranges, mais bien plus sérieux et profond qu'il n'y paraît.
    Auteur écossais méconnu de nos jours, George MacDonald jouissait d'une grande renommée à son époque. Il a servi de mentor à Lewis Carroll (Alice au pays des merveilles) et a été pris pour modèle par C. S. Lewis (Narnia) et J. R. R. Tolkien (Bilbo le hobbit, Le Seigneur des anneaux), entre autres.
    Roman traduit en français par Christine Bolbec. Ebook illustré par Sofiane Chabane.

  • Un prince musicien, une princesse paresseuse, des oiseaux racistes... mais aussi Taos sur le chemin de la fontaine d'or, quelle histoire !
    Que le lecteur prenne garde, il pourrait se retrouver nez à nez avec la terrible ogresse Thaghioula...à moins qu'il n'ait affaire à la cruelle Bali Boudour !
    Dans son enfance, Geneviève Buono a vécu en Kabylie des moments intenses. La beauté des paysages, la vitalité d'une nature inviolée et le chaleureux accueil des habitants ont marqué à jamais son imaginaire.
    Note de l'éditeur : Un soin tout particulier a été apporté à la conception de cet ouvrage en ajoutant des dessins conformes à la tradition berbère et en remplaçant dans les lettrines, notre alphabet latin par le caractère correspondant dans l'alphabet tamazigh.

    Editions Tangerine nights

  •  Qui ne connaît pas les contes de Perrault ? C'est comme les fables de la Fontaine, un patrimoine quasi originel.  Mais ce qu'on connaît, c'est les histoires. Comme infiniment reprises, déclinées, racontées. Quand ce n'est pas remplacées par les adaptations filmiques, parfois chargées de tout le merveilleux de l'enfance.  Mais, comme dans la Fontaine aussi, c'est ce creuset de la langue française au 17ème: comme Racine, comme Bossuet, comme Sévigné ou un peu plus tard Saint-Simon. La langue s'aventure dans des terrains neufs, s'y ébroue, et ne peut y tenir que par ce parfait équilibre, cette respiration. Elle découvre qu'ici, dans ce terrain neuf, elle entre en possession de son bien - mais elle ne reconnaît plus sa propre peau, sa propre forme.  Perrault a écrit en prose (on rassemblera bientôt ici les contes en prose), et en vers. Un conte de facture peut-être plus classique, où se forge l'outil: Griselidis. Et Peau d'Âne.  Dans Peau d'Âne, on retrouve les figures sans lesquelles il n'y a pas le conte: la gueuse à la fin épouse le prince.  Mais ceux qui lisent Saint-Simon savent bien la dimension et le déséquilibre que prend, au temps de Louis XIV, le mariage forcé. Les Mémoires du "petit duc" sont remplis de ces récits pathétiques, vies sacrfiées.  Perrault attaque ici. Non seulement on va marier la fille du Roi de force, mais c'est son père qui veut l'épouser. Débordement de l'ordre: l'inceste s'ajoute à l'autorité imposée. Il n'y a pas de recours, que se détruire: Peau d'Âne, en gagnant ce nom, construit sa destruction.  C'est ce qui rend si beau le vers, sa coupe, sa syncope. Depuis combien de temps n'avez-vous pas lu Peau d'Âne ?  Et si vous préférez écouter, version audio (26') à télécharger...
     

  • Jeune seigneur, Nigel vit avec sa mère dans la précarité, en conflit avec le monastère voisin qui a réduit à peau de chagrin les propriétés héritées de son père. Mais les débuts de cette guerre, dont on ne sait pas encore qu'elle durera cent ans, vont lui donner l'occasion de s'engager dans l'armée du roi Édouard, pour guerroyer dans les possessions anglaises sur la terre de France. Nigel s'illustrera contre des pirates, lors de la traversée, dans des combats en Bretagne, avant de rejoindre le roi en Guyenne. Tournois, ripailles, embûches seront son quotidien, ainsi que de nombreux exploits. Exploits sans lesquels il ne pourrait rentrer au pays pour y retrouver sa dame qui l'attend.

empty